29e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

29e division d’infanterie
Image illustrative de l’article 29e division d'infanterie (France)
Schéma de l'insigne de la 29e DI dans les années 1950-1960.

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Batailles 1914 - bataille de Morhange
1914 - Bataille du Grand-Couronné
1914 - 1re bataille de la Marne
(Bataille de Revigny)
1918 - Bataille de l'Avre (en)

La 29e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première et à la Seconde guerres mondiales, ainsi qu'à la guerre d'Algérie.

Les chefs de la 29e division d’infanterie[modifier | modifier le code]

Le général Carbillet est décoré par le général de Castelnau, le 29 juillet 1915.
  • -  : général Micheler (n'a pas pris possession)
  • -  : général Zentz d'Alnois
  • .
  • -  : général de Bellemare
  •  : général Thiéry
  • -  : général Verrier
  • .
  • -  : général Metzinger
  •  : général Caze
  • -  : général Fabre
  • .
  • -  : général Meunier
  •  : général Beaudenom de Lamaze
  •  : général Carbillet[1]
  • -  : général Guyot d'Asnières de Salins[1]
  • -  : général Rouquerol[1]
  • -  : général Bernard[1]
  • - : général Barthélémy[1]
  • -  : général Menvielle
  • .
  •  : général Descoings
  •  : général Breton
  •  : général Payot
  • -  : général Mittelhausser
  • .
  • -  : général Duchêne
  • .
  •  : général Chédeville
  • -  : général Moyrand
  • .
  •  : général Olry
  • -  : général Gérodias
  • -  : général Marchand
  • 1952 : général Carolet[2]
  • avril 1956 : général Berton[3]
  • septembre 1957 : général de Winter[4]
  • 1958 : général Boucher de Crèvecœur[5]
  • juillet 1959 : général de Berrotat[6]
  • juin 1961 : général de Belenet[7]
  • juin 1962 : général Simon[8]
  • juillet 1962 : général Capodanno[9]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition au cours de la guerre[modifier | modifier le code]

Poilus du 3e RI de la 29e DI au repos en 1917-1918.

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915 - 1916[modifier | modifier le code]

Mi-1916, dans la région de Nieuport (Flandre-Occidentale, le général Rouquerol décore des soldats de la 29e DI.
  •  : combats au bois des Forges et à Malancourt ; puis stabilisation et occupation d'un secteur vers Avocourt et le sud-est de Vauquois (guerre de mines)[11] :
    •  : attaque de Forges par des éléments de la DI
    •  : mouvement de rocade, et occupation d'un secteur entre Béthincourt et la Meuse, puis le , occupation d'un secteur vers Malancourt et le pont des Quatre Enfants.
    •  : attaque française vers Malancourt.
    •  : front étendu, à gauche, jusque vers Vauquois.
    •  : attaque allemande sur la tranchée de Malancourt.
    •  : front étendu, à droite, jusqu'à Béthincourt.
    •  : front réduit, à gauche, jusqu'à Avocourt.
    •  : combats aux bois de Malancourt et d'Avocourt.
  •  : retrait du front et repos vers Chevillon[12].
  • 1er : transport par VF dans la région de Dunkerque ; repos[12].
  •  : mouvement vers le nord-est et occupation d'un secteur vers Nieuport[12].
  •  : retrait du front, regroupement vers Bergues. À partir du , transport par VF dans la région de Crèvecœur-le-Grand ; instruction au camp. À partir du , mouvement vers le sud-est de Beauvais ; repos et instruction[12].
    • -  : les brigades alternent entre elles pour des travaux exécutés vers Proyart et Cappy[12].
  •  : mouvement vers Grandvilliers ; repos[12].

1917[modifier | modifier le code]

  • 8 –  : transport par VF, de la région Conty, Longueau, dans celle de Dunkerque[12].
  •  : occupation d'un secteur à Nieuport : , attaque allemande précédée d'une violente émission de gaz[13].
  •  : retrait du front (relève par l'armée britannique) ; repos dans les régions de Vieille-Église et de Calais (éléments occupés à des travaux vers Waayenburg)[13].
    •  : mouvement vers Rexpoëde, et, le , vers Vieille-Église et Calais ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Bikschote et Langemark[13].
  •  : retrait du front ; éléments au repos dans la région de Roesbrugge-Haringe, puis dans celle de Warhem ; éléments occupés à des travaux sur tout le front de Belgique[13].
  • 6 –  : occupation d'un secteur vers Kloosterschool et Drie Grachten[13].
  • 13 –  : retrait du front (relève par l'armée belge) ; repos vers Bourbourg et Saint-Pierre-Brouck[13].
  •  : mouvement vers le front, et, le , occupation d'un secteur entre Nieuport et la mer du Nord (relève d'éléments britanniques), étendu à droite, le , jusqu'à Saint-Georges-sur-l'Aa[13].

1918[modifier | modifier le code]

  •  : retrait du front, mouvement vers Bergues ; travaux de 2e position[13].
  •  : regroupement, et, à partir du 29, transport par VF à Boves et à Longueau. Engagée, vers Hangard, dans la Bataille de l'Avre (en) (2e bataille de Picardie), au fur et à mesure du débarquement[13] :
    •  : combats sur la Luce, et, le 5, vers le bois de Sénécat et vers Hangard. Puis organisation d'un secteur dans la région Hangard, l'Avre.
  • 1er mai : retrait du front. Le , transport par VF à Tannois ; repos[13].
  • 1er mai –  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Bezonvaux et Damloup, étendu à gauche, le , jusque vers la ferme de Chambrettes, puis, le , jusque vers Beaumont[13].
  •  : retrait du front, et, à partir du , transport par VF à Pont-Sainte-Maxence, puis transport par camions vers Ecuiry ; repos et instruction[14].
  •  : mouvement vers le front ; engagée (région de Laffaux) dans la poussée vers la position Hindenburg : les 14 et , participation à la bataille de Vauxaillon ; puis organisation des positions conquises, au sud d'Allemant[14].
  •  : retrait du front ; repos vers Villers-Cotterêts[14].
  • 2 –  : mouvement vers le front ; préparatifs d'offensive. À partir du , engagée dans la poussée vers la Meuse : poursuite par Vervins, jusqu'à Signy-le-Petit[14].
  •  : retrait du front et regroupement vers Marle et Vervins[14].

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • 1re armée
  • 2e armée
  • 3e armée
    • 25 –
  • 10e armée
  • C.S.N.
  • G.A.N.
    • 1er avril –
  • G.Q.G.
    • 15 –
  • Région fortifiée de Verdun
    • 1er-

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Défilé des troupes de la 29e division d'infanterie à Nice en janvier 1931.

En 1936, la division a son quartier général à Nice. Elle est constituée des unités suivantes[15] :

La division est de type montagne, et est donc également désignée sous le nom de 29e division d'infanterie alpine (29e DIAlp).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Soldats et officiers des corps francs de la 29e division en couverture du magazine Le Miroir des sports du , examinant le butin d'un raid mené le .

En septembre 1939, la 29e DIAlp est constituée des unités suivantes[16] :

En mai 1940, la 29e division d'infanterie alpine se compose de[17],[18],[16] :

  • 3e régiment d'infanterie alpine
    • dont 14e compagnie divisionnaire antichars (a rejoint en mars 1940)
  • 112e régiment d'infanterie alpine
    • dont 13e compagnie de pionniers
  • 6e demi-brigade de chasseurs alpins :
    • 24e bataillon de chasseurs alpins
    • 25e bataillon de chasseurs alpins
    • 65e bataillon de chasseurs alpins
  • 94e régiment d'artillerie de montagne
    • 3 groupes de canons de 75 de montagne
    • 10e batterie divisionnaire antichars (canons de 47, a rejoint le )
  • 294e régiment d'artillerie lourde divisionnaire
  • 718e batterie du 409e régiment d'artillerie (canons de 25 de DCA, rejoint le )
  • Parc d'artillerie divisionnaire no 29
  • 34e groupe de reconnaissance de division d'infanterie
  • et tous les services (Sapeurs mineurs, télégraphique, compagnie auto de transport, groupe sanitaire divisionnaire, groupe d'exploitation etc.)

Mobilisation[modifier | modifier le code]

À la déclaration de guerre, les unités d'active de la division se placent en couverture à la frontière, du col Saint-Jean (Alpes-de-Haute-Provence) à la mer Méditerranée, pendant les unités en formation rejoignent début septembre[19].

Campagne de France[modifier | modifier le code]

Le la 29e DIAlp, sous les ordres du général Gérodias, est en réserve du grand quartier général (sous les ordres du général Gamelin) et est intégrée à l'armée des Alpes[17].

La 29e DIAlp est envoyée sur la Somme (Ligne Weygand) fin entre la 3e DLI à droite et la 19e DI à gauche (PC à Champien), au sein de la 7e Armée du Général Frère[20].

Elle y reçoit le l'attaque allemande (Opération Fall Rot)[20] ; percée de la 4.PzD vers Noyon et se repliera en ordre jusque sur la Vienne.

Recréation en 1945[modifier | modifier le code]

La division est recréée le , à partir de la division de marche Marchand créée en 24 avril 1945 par transformation de la brigade Oléron. Elle est dissoute le [21].

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1953, la division mène l'exercice Mimosa, un exercice de mobilisation des réservistes[22],[23].

La 29e division d'infanterie est envoyée en Algérie en mai 1956[24]. La division est engagée contre le FLN[25],[26],[27]. En 1961, le général Perrotat et sa division s'opposent au putsch des généraux[28],[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f AFGG, t. X-2, p. 233.
  2. « Le président du conseil fera une déclaration aujourd'hui à 21 heures devant l'Assemblée nationale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Le général Bertron est nommé commandant de la 29e D. I. », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « AFFECTATIONS D'OFFICIERS GÉNÉRAUX », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Arrêté samedi, le colonel de Blignières serait le chef de l'état-major de l'O.A.S. en France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Nominations et promotions dans les armées », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Le général Katz quitte Oran et devient l'adjoint du général Cantarel commandant du 2e corps en Allemagne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « NOMINATIONS ET PROMOTIONS MILITAIRES », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Le général Simon, commandant des écoles militaires de Coëtquidan • Le général Cazelles, commandant de l'École polytechnique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. a b c et d AFGG, t. X-2, p. 234-235.
  11. a b c d e f g h et i AFGG, t. X-2, p. 236.
  12. a b c d e f et g AFGG, t. X-2, p. 237.
  13. a b c d e f g h i j et k AFGG, t. X-2, p. 238.
  14. a b c d et e AFGG, t. X-2, p. 239.
  15. « Les grandes manœuvres du Sud-Est commencent demain », Le Matin,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  16. a et b GUF vol. 2, p. 405.
  17. a et b « Les divisions alpines dans la campagne de France », sur Mémoire des Alpins (consulté le )
  18. « divisions françaises en 1940 », sur www.atf40.fr (consulté le )
  19. GUF vol. 2, p. 407.
  20. a et b « La défense héroïque du village de Champien par le peloton du sous-lieutenant Francis Vincent », sur Zone Militaire, (consulté le )
  21. Marie-Anne Corvisier de Villèle, Inventaire des archives de la Guerre : Série P 1940-1946, t. II : Grandes unités, Château de Vincennes, Service historique de l'Armée de terre, , 270 p. (ISBN 2-86323-114-6, lire en ligne), p. 180-181
  22. « L'EXERCICE " MIMOSA " se déroule de Nîmes à Cannes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « II. - Vers le régime de croisière », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (en) Charles R. Shrader, The First Helicopter War: Logistics and Mobility in Algeria, 1954-1962, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0-275-96388-0, lire en ligne), p. 40
  25. « 20 tués, 15 blessés et 16 disparus parmi les forces de l'ordre », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. « Nos troupes ont exploré pendant deux jours le massif des Béni-Chougrane », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Une importante opération a été déclenchée dans la région d'Aïn-Témouchent où les rebelles ont multiplié ces derniers jours attentats et raids contre les exploitations agricoles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Oran : l'aviation et la marine ont empêché une extension du mouvement au delà de la ville », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Jean Balazuc, « Histoire: 1954 à 1962, la Légion étrangère à Sidi Bel Abbès (4) », sur FSALE, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]