4e régiment du génie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
4e régiment du génie
Image illustrative de l'article 4e régiment du génie
Insigne régimentaire du 4e régiment du génie

Création 1875
Dissolution 1999
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment du Génie
Fait partie de 27e brigade d'infanterie de montagne
Garnison Camp de La Valbonne
Devise "Parfois détruire, souvent construire, toujours servir"
Inscriptions
sur l’emblème
Extrême-Orient 1884-1885
Madagascar 1895
Champagne 1915-1918
Verdun 1916
L'Aisne 1917-1918
Belgique 1918
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Première bataille de Champagne
Bataille de Verdun
Bataille du Chemin des Dames
Seconde bataille de Champagne
Fourragères Les Compagnies du 4e régiment du génie ont reçu la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
une étoile de vermeil

Le 4e régiment du génie est un régiment du génie français, c'est-à-dire une unité spécialisée dans le génie militaire de l'armée française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Créé le 25 octobre 1875, devient le Dépôt de guerre n° 4 le 3 septembre 1939. En 1940, les traditions du 4e régiment du génie sont reprises par le 4e bataillon du génie alpin de l'armée d'armistice en garnison à Grenoble.
  • re-Créé le 1er janvier 1945 du Centre d’Organisation du Génie - COG 514. Le 1er janvier 1946, le COG 514 devient le 4e régiment du génie.
  • Dissous le 31 juillet 1993
  • re-Créé le 1er janvier 1994.
  • Dissous le 30 juin 1999

Chef de corps[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le 4e régiment du génie est créé à Grenoble en 1875 avec les 7e, 8e, 13e et 14e Bataillons du Génie. Régiment destiné à l'Armée des Alpes, il est spécialisé dans le maintien des communications en zone de montagne. Il dispose à ce titre de trains muletiers et il met en œuvre des matériels qui lui sont propres.

Depuis 1901 la Place de Belfort dépend de ce régiment qui y détache son 7e bataillon. Réorganisé le 1er mai 1914, le régiment perd le 7e bataillon qui devient une Unité formant corps, mais reçoit en renfort le 13e bataillon du 7e régiment du génie.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En garnison à Grenoble, à la déclaration de la guerre, Il entre en guerre avec les 8e, 13e et 14e bataillon structuré en compagnies divisionnaires et de corps d'armée [1]. Le rattachement de ses unités, à la mobilisation est le suivant:

Insigne de béret du génie

1914[modifier | modifier le code]

Le 4e RG est en garnison à Grenoble, il sert l'Armée des Alpes. À ce titre, ses compagnies territoriales se répartissent dans les forteresses alpines face à l'Italie en août 1914. Ces Cies de forteresses ne restent pas « face à l'Est » très longtemps et dès la fin octobre 1914 quittent les Alpes et sont mises à la disposition des Corps d'armée.

1915[modifier | modifier le code]

les compagnies du Génie : 6/4, 6/4bis, 4/13, 14/15, renforcées à partir du 16 mars des compagnies 6/1 et 6/1bis sont engagées aux Eparges en 1915 [2].

Du 30 septembre 1915 au 30 mars 1916 la Cie 14/15 reste en secteur sans discontinuer et sera détachée au profit des Divisions d'Infanterie qui viennent à tour de rôle occuper le secteur des Eparges

  • 17 au 21 février — cité à l’ordre de l’armée, unités ou fractions d'unités :

Compagnie 14/15 du 4e régiment du génie : "sous les ordres du capitaine Gunther et des sous-lieutenants Fallard et Jamet, chargée depuis plusieurs mois des travaux d’attaque d’une position fortifiée, a montré une endurance exceptionnelle au cours de travaux pénibles et périlleux. Lors de l’attaque, a fait preuve pendant quatre journées d’un entrain et d’une bravoure remarquables." [3].

  • la 14/15 est de nouveau citée à l'ordre de l'Armée le 27 octobre 1915 :

"Sous la puissante impulsion du Capitaine Gunther, a donné des preuves d’un dévouement absolu et du plus grand courage en organisant, par un travail soutenu de nuit et de jour, du 13 au 22 octobre, des entonnoirs de mine, sous un feu de mousqueterie et d’artillerie des plus violents."

1916[modifier | modifier le code]

  • Verdun

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

  • Champagne, L'Aisne, Belgique.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Les sapeurs du 4e régiment du génie et son chef de section forment un important noyau actif de la 1re compagnie du génie des FFL

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

  • Le 4e Génie n'a pas participé directement à la guerre d'Algérie, il a servi de réservoir en gradés et sapeurs. Le régiment se dotera du centre d'instruction du génie no 4 pour répondre à ces besoins.
  • Le recréation du 4e RG par changement d'appellation du 7eB.G.D.A. Il intègre la 27e Division d'Infanterie de Montagne.
    Régiment du Génie des Alpes, il conserve les traditions des Alpins et la garde du drapeau du 4e R.G. Ce régiment est situé dans le quartier Sergent Bobillot, au camp de La Valbonne, dans l'Ain[4].
    Il fournit de nombreux effectifs en ex-Yougoslavie lors du mandat Forpronu.
    En même temps ne pas oublier la tragédie qui s'est déroulée dans le secteur des monts Igman, en ex-Yougoslavie, en 1995, entraînant la mort de neuf casques bleus français, dont huit faisaient partie du 4e RG.
    Le mercredi 26 mai 1999, se déroulait sur la place d'Armes du 4e régiment du Génie stationné à La Valbonne, une grande et belle cérémonie de dissolution du régiment.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions[5]:

Décorations[modifier | modifier le code]

Les Compagnies du 4e régiment du génie ont reçu la Fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 avec une citation à l'ordre du corps d'armée n° 196 du 18 novembre 1916:

  • Compagnies 14/5 et 14/15 ( 05/06/1916 )
  • Compagnies 8/7 et 8/57 ( 04/04/1918 )
  • Compagnie 14/13 ( 23/11/1918 )
  • Compagnies 14/2 et 14/52 ( 07/01/1919 )
  • Compagnies 13/14 et 13/64 ( 31/01/1919 )
  • Compagnie 14/6 ( 09/02/1919 )
  • Compagnie 13/2 du ( 17/02/1919 )

NB : seule l'unité citée, en l'occurrence, la compagnie, a droit au port de ses décorations.

Devise[modifier | modifier le code]

Parfois détruire Souvent construire Toujours servir.

Insigne[modifier | modifier le code]

Ecu jaune chargé d’une cuirasse et d’un pot en tête noirs, sommés d’un dauphin bleu et rouge.

Personnalités ayant servi au 4e RG[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Officiel du 4 novembre 1919 qui établit un tableau des unités combattantes au regard de la loi du 19 août 1917
  2. Cdt De Feriet, « Les premieres attaques aux Eparges », Documents, Etudes et mémoires, Cellule culture d'arme, École supérieure et d'application du Génie, Angers, vol. Dossier A 1082,‎ -
  3. Extrait de l'ordre général n° 137 de la I° Armée n° 5 106 du 7 mars 1915
  4. Les chasseurs alpins: mythe et réalités des Troupes de montagne
  5. Service historique de la Défense, décision N° 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007
  6. Source : Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, édition 1982.
  7. http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/280.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]