Chevillon (Haute-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevillon.
Chevillon
Le château et son jardin anciennement médiéval.
Le château et son jardin anciennement médiéval.
Blason de Chevillon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Canton Eurville-Bienville
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Marne
Maire
Mandat
DOMINIQUE Mercier
2014-2020
Code postal 52170
Code commune 52123
Démographie
Population
municipale
1 372 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 46″ nord, 5° 07′ 56″ est
Altitude Min. 162 m – Max. 354 m
Superficie 36,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevillon

Chevillon est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est, à 18 km au sud-est de Saint-Dizier. C'est depuis la Révolution un chef lieu de canton, typiquement un petit bourg dont la population est de l'ordre de 1000-1500 habitants, selon les époques.

Ses habitants sont appelés les Chevillonnais et les Chevillonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Chevillon

Chevillon est arrosé par le ruisseau du même nom, ainsi que par la Marne qui traverse son territoire.

Le village se trouve à une quarantaine de kilomètres du Parc naturel régional de Lorraine.

Les localités les plus proches sont Rachecourt-sur-Marne, Fontaines-sur-Marne,Sommeville et Curel.

L'ancien village est situé en longueur dans une vallée encaissée. Il a été accru d'un quartier plus récent, industriel et résidentiel, construit autour de la gare, située au débouché de la vallée du ruisseau de Chevillon dans la vallée de la Marne. La vigne (115 ha au XIXe siècle) a longtemps joué un grand rôle dans l'économie locale. Aujourd'hui, les coteaux viticoles sont presque entièrement en friche, sauf le quartier résidentiel moderne construit au débouché de la vallée, en "riviera", partiellement sur les anciennes vignes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une monographie aborde les différents thèmes de l'histoire du village et notamment des activités des villageois, agriculture, carrières, viticulture, métallurgie[1] .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Chevillon est rattaché à l'arrondissement de Saint-Dizier. (Avant 1926, le chef lieu de cet arrondissement était Wassy).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Michel Bozek UMP Ancien Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 372 habitants, en diminution de -0,94 % par rapport à 2009 (Haute-Marne : -2,51 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
790 856 930 939 963 981 991 1 082 1 121
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 070 1 167 1 230 1 202 1 230 1 248 1 159 1 175 1 083
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 083 1 003 949 974 918 886 841 811 940
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 094 1 098 1 532 1 607 1 556 1 455 1 388 1 385 1 372
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Chevillon

Les armes de Chevillon se blasonnent ainsi : Parti: au premier d'azur aux broyes d'or liées par deux d'argent, les couples posés en fasce rangées en pal, au chef aussi d'argent au lion issant de gueules, au second de gueules à la grappe de raisin feuillée d'or accompagnée de trois billettes d'argent[6].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château[modifier | modifier le code]

Ancienne demeure des seigneurs de Chevillon, le château – ses vestiges –est aujourd'hui transformé en médiathèque. Il est entouré d'un jardin médiéval.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir : Catégorie:Naissance à Chevillon

  • Jean Louis Defresne, fils de Humbert Dufresne, écuyer, enseigne au régiment de gens de pieds (infanterie) de Piémont, seigneur de la Tour de Chevillon et Marie de l'Isle dame de Guainville (Eure-et-Loir), seigneur de la Tour (fief + château) de Chevillon, major du duc de Guise, dont il y a eu une descendance, dont les deux marquis De Fresne[7].
  • Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la famille des seigneurs de Chevillon (52), dit "Seigneurs de la Tour de Chevillon" du XVIIe au XIXe siècle : voir les excellentes études sur les familles De Fresne, alias Dufresne et Defresne, seigneurs ayant habités Chevillon (52), Saint-Dizier (52), et Bar sur Aube (10) etc. et De France du Chesnoy et de Chevillon, par Monsieur Jacques Le Marois et Monsieur Gérard Planson, la première étude: sur le site personnel de Jacques Le Marois ainsi que son fichier Nazelle.zip et sous fichiers n05bfre pour la plupart des ascendants de cette famille et n02abez pour les ascendants complémentaires : De Roux, etc., et la deuxième étude sur geneaent[8].
Il existe au moins deux tableaux du château de Chevillon possédés pendant deux siècles par la famille De Fresne avec le panorama vu du château, ils datent du XVIIIe siècle. Les restes du château sont devenus à présent la médiathèque
  • Marie de L'Isle, veuve de Humbert De Fresne, avait épousé en deuxième noces, en 1615, Pierre De France seigneur du Chesnoy (51), gouverneur de Lourdon.
  • Michel d'Amboise seigneur de Chevillon, (né vers 1505- décédé avant 1551), poète et fils naturel de Charles II d'Amboise, amiral de France et vice-roi de Lombardie, épousa Isabeau du Bois, fille de François du Bois, seigneur (en partie ) de Chevillon au début du XVIe siècle. Michel d'Amboise et sa femme Isabeau du Bois vécurent quelque temps dans la famille de sa femme sur la terre de Chevillon. Deux ans après leur mariage sa femme Isabeau du Bois mourut en couches en 1530 avec l'enfant qu'elle mit au monde[9]. Michel d'Amboise prit la qualification de seigneur de Chevillon dans ses œuvres. En 1542, dans son livre Les secrets d'amour, Michel d'Amboise écrit : "...de nostre temps une damoyselle de qui le nom ne doit estre caché & mis en oubly entre tant de notables femmes, ce fut Isabeau du Boys, née en Champaigne, en un petit village nommé Chevillon dont son père fut seigneur : laquelle ayma, craignit & honnora très chastement son mary..."[10].



Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hubert Husson, Chevillon au fil du temps, 2005. Il a aussi écrit : Le siècle d'or du canton de Chevillon, 1836-1936.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Banque du Blason
  7. Maintenues de noblesse de cette famille par Caumartin en 1667, d'Hozier dossiers bleus, nouveau d'Hozier, etc. le tout consultable à l'Ancienne Bibliothèque Nationale Richelieu, rue Richelieu à Paris
  8. Note : Les archives de la famille De Fresne, retrouvées dans leur famille descendante à Éclaron (52), existent donc et sont conservées par les descendants de cette famille
  9. Claude-Pierre Goujet "Bibliothèque françoise, ou Histoire de la littérature françoise" 1745, pages 332 à 338.
  10. Michel d'Amboise, Le secret d'amours : où sont contenues plusieurs lettres tant en rithme qu'en prose, fort recreatives à tous amans, 1542.