Cappy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Cappy
L'église Saint-Nicolas, sur le côté de la place.
L'église Saint-Nicolas, sur le côté de la place.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Noëlle Delebassée
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80172
Démographie
Population
municipale
517 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 44″ nord, 2° 45′ 32″ est
Altitude Min. 36 m – Max. 96 m
Superficie 11,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Cappy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Cappy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cappy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cappy

Cappy est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur les berges de la Somme, entre Amiens et Péronne, de part et d'autre du canal de la Somme. Un hameau se trouve à Froissy. Les habitants de Cappy sont appelés les Cappitois et les Cappitoises[1].

Il est facilement accessible par l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 1029) et les autoroutes A1 et A29

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Une notice rédigée entre 1890 et 1899[2] mentionne :

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Il se révèle calcaire, argileux, siliceux, tourbeux, suivant les lieux.

Relief[modifier | modifier le code]

Le sol est très accidenté : le relief est très accidenté suivant une ligne qui va du sud au nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les puits sont peu profonds. L'eau qu'ils fournissent est de bonne qualité. La Somme traverse des étangs assez importants et produit à sa sortie une chute peu importante. Une écluse est installée sur le canal[2].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

La commune de Cappy a un habitat groupé autour de son église et sa mairie en bordure de la Somme. L'activité dominante de la commune, outre l'agriculture, est le tourisme. Cappy est une base de départ pour le tourisme fluvial. Gîtes touristiques et campings sont présents dans la commune. On compte aussi un restaurant.

Un pont-levis permet le passage des bateaux sur le canal de la Somme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cappy
Suzanne
Bray-sur-Somme et
La Neuville-lès-Bray
Cappy Herbécourt
Chuignolles Chuignes et
Fontaine-lès-Cappy
Dompierre-Becquincourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est mentionné dès 877 par Capiacum ou Capriacum. On retrouve la même forme en 1191 et 1269, puis Cappi à partir du XIIIe siècle[3].

Selon une autre source, l'étymologie de Cappy viendrait de Caput Loci et indiquerait que, très tôt, il exista à Cappy une forteresse pour défendre le passage de la Somme[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Age[modifier | modifier le code]

Le 5 mai 877, le roi Charles le Chauve, fonda l'abbaye Saint-Corneille de Compiègne et lui octroya la terre de Cappy où fut édifié un prieuré, le prieuré Saint-Médard, créé au sein même de la forteresse préexistante. C'est le berceau du bourg de Cappy.

En 1045, Robert, seigneur de Péronne est aussi seigneur de Cappy.

Le 5 avril 1086, Ratbod, évêque de Noyon, ayant reçu l'église de Cappy des mains de Robert de Péronne, la donne à l'abbaye de Cluny. L'abbé de Cluny concéda au prieuré Saint-Martin-des-Champs de Paris qui y fonda un prieuré.

En 1092, Eudes, fils de Robert, « très chrétien prince de Péronne, héritier et successeur des « princes » pervers et superbes qui, abusant de la patience de Dieu, s'étaient emparés des biens de l'Église après les invasions des Vikings, apprit, en visitant Cappy, qu'un territoire de cette paroisse se nommait par tradition Les Champs de saint Corneille. Eudes se rendit à la basilique de Compiègne, et prit connaissance des chartes de dotation. Il reconnut l'usurpation de ses aïeux, et obtint leur absolution rétrospective en restituant aux chanoines une partie de l'aleu donné par Charles le Chauve, que le chapitre lui rendit à son tour, moyennant un cens perpétuel de douze sols par an. Eudes, sa femme Lucie, les châtelains Eudes II de Ham, Effroi III et Roricon d'Encre, souscrivirent cet acte passé à Péronne, avec plusieurs membres du chapitre de la collégiale Saint-Fursy, le doyen André, le trésorier Étienne, le chancelier Gillain, le chantre Foulques[4].

En 1228, la commune de Cappy s'engage par écrit à servir le roi envers et contre tous. Le sceau de la commune nous est connu par un document de 1228 déposé aux Archives nationales (n° 5 754).

En 1269, Jean d'Athies est seigneur de Cappy et bailli d'Amiens.

En 1360, Charles, comte de Dammartin, seigneur de Cappy, fait prisonnier par les Anglais à la bataille de Poitiers en 1356, échangea sa seigneurie de Cappy avec le connétable de Fiennes.

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

Cappy en 1917.

Cappy a énormément souffert lors de la Première Guerre mondiale. Situé sur la ligne de front lors de la Bataille de la Somme, le village fut totalement détruit excepté le clocher de l'église.

Le village fut reconstruit pendant l'entre-deux-guerres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Didier Degrandel    
mars 2008 en cours Noëlle Delebassée   Réélue pour le mandat 2014-2020 [5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 517 habitants, en diminution de -5,14 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 781 1 001 1 042 1 069 1 080 1 116 1 153 1 110
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 087 1 157 1 143 1 136 1 168 1 009 965 973 962
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
953 920 805 471 596 561 557 518 580
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
569 549 513 510 484 485 551 523 517
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason De gueules au pont crénelé d'argent, maçonné de sable, surmonté de deux tourelles couvertes d'argent, girouettées et maçonnées de sable, défendu par un homme d'armes d'or, la hache ensanglantée de gueules sur l'épaule, et soutenu d'une rivière ondée d'azur[10].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Cappy
D'azur à la croix échiquetée d'azur et d'argent.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Canal de la Somme à Cappy.
  • Église Saint-Nicolas[11],[12], érigée dans le bas-village. Son clocher à tourelles et contreforts date de 1654. Logo monument historique Classé MH (1913), il fut partiellement reconstruit dans les années 1920, après avoir subi des dégradations lors de la bataille de la Somme en 1916. L'église, elle, possède une nef romane.
  • Chapelle en brique avec une statue de la Vierge à l'Enfant polychrome à l'intérieur. Au-dessus de la porte d'entrée est inscrite la date de 1714 mais la construction est plus récente.
Cappy et le tracé du chemin de fer Froissy-Dompierre .(en rouge).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Carpentier, né en 1909, est un habitant du village fusillé par les Allemands en 1942. Une plaque sur le mur d'une maison de la place de l'église rappelle cet événement.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, tome 1, Amiens, 1865, Société des antiquaires de Picardie, reprise, Paris 1990, Res Universis, Le Livre d'histoire-Lorisse.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.communes.com/picardie/somme/cappy_80340/#P0CuZ2UxexplvX5S.99
  2. a, b et c Notice géographique et historique sur la commune de Cappy, rédigée par Monsieur Morvillé, instituteur, 189?, Archives départementales de la Somme.
  3. Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, tome 1, Amiens, 1865, Société des antiquaires de Picardie, reprise, Paris 1990, Res Universis, Le Livre d'histoire-Lorisse
  4. Chanoine Morel, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Corneille de Compiègne, 1904, t. Ier, nº I, pp. 1-6, et nº XVIII, pp. 44-46
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. http://www.paysducoquelicot.com/cappy.htm
  11. Clochers.org
  12. 40000clochers.com