Victor Joseph Antoine Meunier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un militaire image illustrant une personnalité
image illustrant français image illustrant la Première Guerre mondiale
Cet article est une ébauche concernant un militaire, une personnalité française et la Première Guerre mondiale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meunier.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (janvier 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Victor Joseph Antoine Meunier
Nom de naissance Victor Joseph Antoine Meunier
Naissance
Chalamont
Décès (à 68 ans)
Allégeance France
Grade Général de division
Années de service 1870 –
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 3e corps d'armée
Hommages mort pour la France
Légion d'honneur

Victor Joseph Antoine Meunier (1848-1916) est un général français mort pour la France durant la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de notaire, Victor Meunier est né le à Chalamont dans l'Ain ; il est diplômé de l'École polytechnique en 1867 et poursuit ses études, interrompues par la guerre de 1870, à l'école d'application d'artillerie et du génie à partir du 1er novembre 1867.

En 1881, il est nommé pour l'expédition de Tunisie. En 1890, il occupe un poste à l'ambassade de France en Allemagne. Il épouse en juin de cette année Marguerite Lacombe (1867-1947), sœur aînée de Marie-Aline, épouse du général Gabriel Putz (1859-1925).

Il commande le 3e corps d'armée de 1909 à 1911. Pendant la Première Guerre mondiale, il est gouverneur de Lyon.

Il meurt le à son domicile, 10 avenue Matignon.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (janvier 2016).

Ancien élève de l'École Polytechnique (promotion 1867), élève sous-lieutenant à l'École d'application de l'artillerie et du génie, il participe à la campagne contre l'Allemagne en 1870 et y est fait prisonnier : il reste en captivité jusqu'au 20 mars 1871.

Le 31 octobre 1873, il est mis à disposition du président du comité de l'artillerie, attaché au 3° bureau de l'état-major général du ministère de la Guerre. Il devient ensuite capitaine près du chef de service de l'artillerie au ministère de la Guerre le 26 avril 1874. Il reste au ministère de la Guerre comme aide de camp du général baron Bergen (chef du service de l'artillerie et des équipements militaires au Ministère de la Guerre) à partir du 5 octobre 1874, avant d’être mis à la disposition du général duc d'Aumale, inspecteur général de corps d'armée pendant la durée de ses inspections en 1879. Le 24 décembre de cette année, il est nommé capitaine d'état-major à l'état-major de la 25° division d'infanterie (13° corps d'armée).

Il part en Tunisie en 1881, nommé adjoint à l'état-major du général Logerot (commandant de deux brigades) le 1er septembre, puis adjoint à l'état-major de la division sud du corps d'occupation à Sousse (à partir du 11 mai 1882) et ensuite adjoint à l'état-major de la division d'occupation en Tunisie (à compter du 12 septembre 1883).

Chef d'escadron au 6 ° RA (27.3.1886)

Hors cadre, il est promu adjoint à l'état-major du 15° corps d'armée (4.6.1887), puis chef d'état-major de la 11° div. d'infanterie (26.10.1887)

1er attaché militaire à l'ambassade de France en Allemagne (21 juin 1890)

Lieutenant-colonel (juillet 1893), affecté à l'état-major de l'armée (2° bureau)

Sous-chef du cabinet du Ministre de la Guerre (31 janvier 1896)

colonel (27.12.1896), sous-chef du cabinet du ministre de la guerre

général de brigade (13.7.1902) à l'état-major général de l'armée

général de division (27.9.1906), à l'état-major général de l'armée (2° section)

Réserve, maintenu sans limite d'age dans la 1° section et placé hors cadre par art. 8 de la loi du 13.3.1875.

membre du conseil supérieur de la guerre (14.3.1911)

général commandant la 14° région (4.8.1914)

inspecteur général des camps et des dépôts d'infanterie des14 et 15° régions (toujours commandant de la 14° région) (18.3.1915)

Il demande à être relevé de ses fonctions le 29 avril 1916, et décède le 13 juillet de la même année à Paris.

> Campagnes :

Allemagne (13.8.1870-20.3.1871), dont 5 mois de captivité

Tunisie (21.9.1881-25.10.1884 et 21.8.1903-16.11.1906)

Allemagne (4.8.1904-29.4.1916)

Médailles et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur (1882)
  • Officier de la Légion d'honneur (1895)
  • Commandeur de la Légion d'honneur (1909)
  • Grand-officier de la Légion d'honneur (1913)
  • Grand-croix de la Légion d'honneur (25.4.1916)[1]
  • Nombreuses décorations étrangères

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]