9e bataillon de chasseurs alpins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9e bataillon de chasseurs alpins
Image illustrative de l’article 9e bataillon de chasseurs alpins
Insigne du bataillon

Création 1840
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type Bataillon
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination 9e bataillon de chasseurs à pied
Devise Ne recule ni ne dévie
Je brise tout
Mascotte Un sanglier
Guerres Guerre de Crimée
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1914-1918
2 palmes

Le 9e bataillon de chasseurs alpins (9e BCA) est une unité militaire dissoute de l'infanterie alpine française (chasseurs alpins) qui participa notamment aux deux conflits mondiaux.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1840 : 9e bataillon de chasseurs à pied,
  • 1842 : 9e bataillon de chasseurs d’Orléans,
  • 1848 : 9e bataillon de chasseurs à pied,
  • 1927 : 9e bataillon de chasseurs alpins,
  • 1940 : anéantissement du bataillon.
Jamais recréé depuis.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1840 : chef de bat. Léo Marie Clère[1].
  • 1845 : chef de bat. Ernest de Négrier
  • 1849 : chef de bat. Maxime Vallois
  • 1850 : chef de bat. Pierre Auzouy
  • 1854 : chef de bat. Jean Nicolas-Nicolas
  • 1855 : chef de bat. Marie Alfred de Cornulier-Lucinière
  • 1856 : chef de bat. Louis Rogier
  • 1862 : chef de bat. Antoine Biadelli
  • 1868 : chef de bat. Jean Verdeil
  • 1869 : chef de bat. Philippe Mathelin
  • 1870 : chef de bat. Charles de Gislain
  • 1870 : chef de bat. César Potiron de Boisfleury
  • 1871 : chef de bat. Albert de Liéniville
  • 1873 : chef de bat. Pierre Boschis
  • 1874 : chef de bat. Marie Louis de Garnier des Garets
  • 1877 : chef de bat. Pierre Mairot
  • 1884 : chef de bat. Auguste Rigoigne
  • 1890 : chef de bat. Octave Cillet
  • 1892 : chef de bat. Louis Mercier
  • 1893 : chef de bat. Léon Lefournier
  • 1897 : chef de bat. Albert Couturier
  • 1904 : chef de bat. Maurice Bertaux
  • 1907 : chef de bat. Joseph Courtot de Cissey
  • 1911 : chef de bat. Jean Choisy
  • 1913 : chef de bat. Victor Duval
  • 1914 : chef de bat. Alfred Guedeney
  • 1915 : chef de bat. Charles Buchet
  • 1920 : chef de bat. Jean Baptiste Lesieur
  • 1928 : chef de bat. Edouard Barande
  • 1931 : chef de bat. André-Henri-Charles Laffargue
  • 1932 : chef de bat. Jean-Henri Armengaud
  • 1934 : chef de bat. Paul-Amédée Ollivier
  • 1937 : chef de bat. Jean Vautrin
  • 1940 : chef de bat. Jean Piatte
  • 15/5/1940 : chef de bat. Jean Prieur

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

1815 à 1852[modifier | modifier le code]

Au , le 9e BCP, sous le commandement du chef de bataillon Maxime Vallois, est en garnison à Tlemcen en Algérie.

Second Empire[modifier | modifier le code]

1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

  • Beuveille,
  • Mangienne,
  • Bellefontaine,
  • la Marne (Maurupt),
  • Woëvre (Four de Paris, Saint-Hubert, Ravin du Mortier).

1915[modifier | modifier le code]

Combats de 1915 au Four de Paris dans la Collection Patrie.
  • Woëvre (Four de Paris),
  • Champagne,
  • Meuse (Maizeray, Sonvaux, Les Eparges),
  • Champagne (Secteur du Grill).

1916[modifier | modifier le code]

  • Verdun (tranchée de la Morchée, Douaumont, Thiaumont),
  • Somme (Gentelles, Estrées Berny-en-Santerre).

1917[modifier | modifier le code]

  • Champagne,
  • Aisne,
  • Verdun (Avocourt).

1918[modifier | modifier le code]

  • Verdun,
  • Ourcq (Chézy-en-Orxois),
  • la Marne,
  • la Vesle,
  • la Champagne (Mesnil-lès-Hurlus),
  • Lorraine (Morainvillers).

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Remise de l'insigne d'E-S au capitaine Trastour par le chef de bat. Vautrin le 25 février 1939
  • 1919 - 1926 : occupation en Allemagne (garde sur le Rhin, Palatinat)
  • Jusqu'en 1939 en garnison à Antibes .Il forme 1/2 Brigade avec le 18°(Grasse) et le 20°(Antibes).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Une partie de la rie principale d'Offignies a été nommée Rue du 9e BCA et le monument aux morts de la commune rappelle le sacrifice de ses combatants.
  • 1939 : Alpes (massif de l’Arpette, Sospel)
  • 1940 : Alsace (Dambach, Otterswiller), Norvège mais reste à Glasgow (Écosse), Seine (Orgeval), Somme (Orival-Offignies), Seine-Maritime, anéanti à Saint-Valery-en-Caux le .

Traditions[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

  • "Ne recule ni ne dévie"
  • "Je brise tout"

Insigne[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Comme tous les autres bataillons et groupes de chasseurs, le 9e BCA ne dispose pas d'un drapeau propre. (Voir le Drapeau des chasseurs).

Décorations[modifier | modifier le code]

Fourragère Croix de guerre 1914-1918 obtenue le

Chant[modifier | modifier le code]

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillon[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au sein du bataillon[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le 9e bataillon de chasseurs à pied pendant la guerre de 1914-1918 : souvenir à tous ceux qui en ont fait partie, Paris, H. Charles Lavauzelle et Cie, , 103 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]