Tele Sur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis TeleSUR)
Aller à : navigation, rechercher
Image illustrative de l'article Tele Sur

Création 24 juillet 2005
Slogan Nuestro Norte es el Sur
Langue Espagnol, portugais
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Drapeau de la Bolivie Bolivie
Drapeau de Cuba Cuba
Drapeau de l'Équateur Équateur
Drapeau du Nicaragua Nicaragua
Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Drapeau du Venezuela Venezuela
Statut Généraliste internationale publique
Siège social Caracas, Venezuela
Site web http://www.telesurtv.net/
Diffusion
Analogique Channels 49, 51 (Caracas)
Channel 46 (Valencia)
Channel 51 (Barquisimeto)
Channel 43 (Puerto La Cruz)
Numérique Non
Satellite Astra 1L Europe 11538 V / 22000 / 5/6
Hispasat 1C 11972 V / 27500 / 3/4 Eutelsat Europe 11304 V / 27500 / 2/3
NSS 806 Amérique 4118 V / 2960 / 3/4
Canalsat France Channel 369
Digital+ Espagne Channel 156
DirecTV Tous Amérique du Sud (à l'exception du Venezuela) Channel 722
DirecTV Venezuela Channel 128
Movistar TV Digital Venezuela Channel 131
Telefónica TV Digital Amérique du Sud Channel 451
TV Vlaanderen Digitaal TV Vlaanderen Digitaal Belgium Channel 303
Sky Digital Channel 916
ADSL http://www.telesurtv.net/el-canal/senal-en-vivo
Aire Amérique latine, Caraïbes, États-Unis, Europe, Afrique du Nord

Tele Sur[1] est une chaîne de télévision généraliste vénézuelienne à vocation pan-latino-américaine. La chaîne est diffusée sur le réseau hertzien et sur le câble au Venezuela. Elle est reprise par plusieurs satellites, qui lui assurent une couverture des cinq continents. En France, elle est disponible en clair sur le fournisseur Internet français Free.

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

Basée au Venezuela, Tele Sur a été lancée le dimanche 24 juillet 2005, jour anniversaire de la naissance de Simón Bolívar, à l'initiative du président vénézuélien Hugo Chávez, conjointement par le Venezuela, l'Argentine, l'Uruguay et Cuba, avec comme objectif de permettre aux habitants de l'Amérique latine d'avoir, selon les statuts de la chaîne, un média défendant « leurs propres valeurs, divulguant leur propre image, débattant de leurs idées et diffusant leurs propres programmes, de façon libre et égale ».

La chaîne a aussi pour but annoncé de contrecarrer « l'hégémonie de l'information trop libérale et trop dépendante des États-Unis »[réf. nécessaire] comme CNN en Español et Univisión. L'élu républicain de Floride, Connie Mack IV, a fait adopter un amendement par la Chambre des représentants qui permettrait d'émettre à partir des États-Unis pour diffuser une information « précise, objective et complète » face à « l'antiaméricanisme de Tele Sur  » et à « la rhétorique anti-américaine et contre la liberté » d'Hugo Chávez[réf. nécessaire].

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Tele Sur est disponible en signal ouvert via satellite en Amérique latine, aux États-Unis, en Europe occidentale et en Afrique du Nord. La couverture au travers de la télévision par câble est assez limitée en Amérique latine étant donné la ligne éditoriale de la chaine vis-à-vis de divers événements et gouvernements de la région ; le directeur de programmation en 2007, Aram Arahonian expliqua dans une interview que « les propriétaires de câbles ne nous donnent pas accès à leurs services (…) cela n'arrive pas souvent, mais nous a affecté dans des pays importants. Par exemple, au Mexique existent deux monopoles, Televisa et TV Azteca. En Argentine, quasiment tout est contrôlé par le groupe Clarín. Au Brésil, la couverture par le réseau câblé est très minime, il y a 3,5 millions de connectés sur [un pays de] 190 millions d'habitants, ainsi, il s'agit d'un nombre très marginal ».

Controverses et critiques[modifier | modifier le code]

Accord de coopération avec Al Jazeera[modifier | modifier le code]

L'accord de coopération entre Tele Sur et Al Jazeera fut envisagé dès l'année 2005, inquiétant le Congrès des États-Unis[2]. Les accords d'échange de contenus audiovisuels furent conclus en février 2006. Le membre de la Chambre des représentants des États-Unis Connie Mack IV, qui à différentes occasions avait déjà critiqué la chaîne, considéra que « cette nouvelle alliance entre Al Jazeera et teleSUR a pour effet de créer une chaîne de télévision globale pour les terroristes et autres ennemis de la liberté »[3].

Le directeur général de la chaîne, l'Uruguayen Aram Arahonian répondit aux critiques de Mack signalant que la chaîne « croit fermement en la démocratie, la liberté d'expression et le pluralisme : les valeurs qui sont indispensables dans n'importe quelle démocratie. Nous n'avons aucun problème pour conclure des accords avec n'importe quelle organisation qui profitera à notre chaîne »[4].

Les accords de Tele Sur avec d'autres organisations de presse et médias comme la BBC[5],[6], IRIB[7] et la Télévision chinoise[8],[9] ne furent aucunement critiqués par Mack ou le gouvernement des États-Unis.

Couverture du coup d'État au Honduras[modifier | modifier le code]

Le 29 juin 2009, la journaliste de Tele Sur Adriana Sívori, qui couvrait avec son équipe de télévision les incidents résultants de la crise politique qui eurent lieu après le coup d'État fut arrêtée par un groupe de militaires, en même temps qu'une équipe de télévision et divers journalistes internationaux. Ils furent menacés et leur passeports confisqués[10].

Quand la communauté internationale apprit cette détention, les détenus furent rapidement libérés. Sívori déclara avoir été agressée par les soldats pendant la détention. TeleSUR a été la seule chaîne de télévision à transmettre en direct les incidents dans les rues de Tegucigalpa. La couverture de la crise par la chaine fut considérée comme une des raisons selon les partisans du président déchu Manuel Zelaya pour lesquelles la situation put être médiatisée dans le monde sans censures, et jusqu'à certain point put faire connaitre la situation au peuple du Honduras lui-même, lui faisant connaitre le lieu ainsi que les opinions politiques du président Zelaya.

Le 30 juin, diverses organisations sociales et syndicats de journalistes au Venezuela firent partie d'une marche jusqu'au siège de la chaine en signe de solidarité avec les journalistes emprisonnés[11].

Le 2 juillet, l'équipe de Tele Sur et du Sistema Nacional de Medios Públicos de Venezuela fut arrêtée tôt le matin par la police dans l'hôtel où elle se trouvait. Après une révision de leurs papiers et avoir été prévenue que de continuer à travailler dans le pays mettait leur vies en danger, le personnel fut remis en liberté mais sans avoir le droit de sortir de l'hôtel[12],[13]. Les équipes décidèrent de quitter le pays, sachant qu'il ne leur était pas possible de continuer à travailler. TeleSUR émit un communiqué de presse, expliquant que la chaine essayait de faire des efforts pour « garantir une information véridique, rigoureuse, opportune et sans censure aussi bien pour le monde que pour le peuple hondurien, dans une circonstance historique si complexe.» La Federación Latinoamericana de Periodistas, la Comisión Interamericana de Derechos Humanos et la Sociedad Interamericana de Prensa condamnèrent ce qu'ils considérèrent comme « une volonté de restreindre le libre flux de l'information sur la situation dans le pays.»[14],[15]

Émissions de Tele Sur à Cuba[modifier | modifier le code]

Même si Tele Sur a le gouvernement de Cuba comme l'un de ses principaux parrains et fournisseurs de programmation, la chaine n'est pas totalement disponible pour les habitants de l'île. Ce ne fut pas avant fin 2007 que la chaine put transmettre dans le pays. Elle ne put le faire qu'avec des restrictions, c'est-à-dire entre 22h30 et 6h30 et sur la Chaine éducative 2, une chaine qui a peu d'audience au niveau national[16]. Une partie de la programmation de la chaine est transmise sur l'île en horaire diurne sous forme de résumé des principaux titres des nouvelles de la chaine et d'un bref documentaire d'une heure, "Le meilleur de teleSUR"[17], et, selon le thème abordé, la "Table Ronde Internationale", programme produit pour Tele Sur par l'Instituto Cubano de Radio y Televisión. Selon l'analyste suédois Nathan Shachar, de cette manière, le gouvernement cubain censure tout type d'information qui ne serait pas favorable à son système politique[18], notamment en ce qui concerne les "élections libres, le pluripartisme, les grèves et mouvements de protestation qui constituent des phénomènes inexistants sur l'île"[19],[20].

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents :

  • Aram Aharonian : 2005-2006
  • Andrés Izarra : depuis 2006

Aram Aharonian est le fondateur de la revue Question.

Ancien journaliste, Andrés Izarra fut brièvement ministre de la Communication et de l'information (MCI) du Venezuela, mais travailla aussi pour NBC Canal de Noticias, CNN en Español et Radio Caracas Television.

Conseil de surveillance :
Le conseil de surveillance de Tele Sur est composé de nombreuses personnalités et intellectuels de gauche venant de différents pays, comme le prix Nobel de la paix Adolfo Pérez Esquivel, le poète Ernesto Cardenal, les écrivains Eduardo Galeano, Tariq Ali et Saul Landau, le pionnier du logiciel libre Richard Stallman et l'acteur américain Danny Glover.

Capital[modifier | modifier le code]

Le capital de base de la chaîne est de 10 millions de dollars américains, détenu à 51 % par le Venezuela, 20 % par l'Argentine, 19 % par Cuba et 10 % par l'Uruguay. Depuis le 6 avril 2006, le président Evo Morales, ami d'Hugo Chávez, a autorisé la Bolivie à prendre 5 % du capital.

D'autres pays, comme le Brésil, collaborent en fournissant programmes et technologie.

Programmes[modifier | modifier le code]

Par ses programmes, la chaîne entend informer, former et divertir ses téléspectateurs.

  • Noticias desde el Sur : principal programme d'information transmis depuis Caracas avec des correspondants à travers toute l'Amérique latine.
  • Memorias del Fuego : émission diffusant des documentaires independants sur l'Amérique latine contemporaine.
  • Mesa Redonda Internacional : programme télévisé politique cubain.
  • Visión 7 Internacional : programme hebdomadaire argentin de Canal 7 Argentina sur la politique internationale.
  • Resumen Aló Presidente : résumé du programme hebdomadaire du président vénézuélien Hugo Chávez Aló Presidente.
  • Medio tanque : programme documentaire sur la culture et la vie en Uruguay.
  • Noticias de Brasil : programme quotidien d'information brésilien en collaboration avc TV Brasil.
  • De este lado : émission de débat et d'opinion animée depuis Mexico par Blanche Petrich.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. En français : Télé Sud
  2. (en) « Telesur keen on Aljazeera link up », Al-Jazeera English,‎ 28 juillet 2005
  3. (en) « Mack: New Alliance Between Chavez’s Telesur and Al-Jazeera Creates Global Terror TV Network », Site internet du Représentant,‎ 1 février 2006 (consulté le 21 janvier 2009)
  4. (en) « Venezuela defends Al-Jazeera tie-up », Al-Jazeera English,‎ 2 février 2006 (consulté le 21 janvier 2009)
  5. (es) « teleSUR y BBC firman acuerdo para intercambiar contenidos », teleSUR,‎ 30 octobre 2006 (consulté le 21 janvier 2009)
  6. (es) « Acuerdo de la BBC con Telesur », BBC Mundo,‎ 31 octobre 2006 (consulté le 21 janvier 2009)
  7. (es) « Ministerio de comunicación venezolano acuerda alianza con televisora de Irán », Ministerio del Poder Popular para la Comunicación e Información de Venezuela,‎ 29 novembre 2004 (consulté le 14 février 2009)
  8. (es) « China y Venezuela suscriben 26 acuerdos que incluyen ampliación de Fondo Pesado », Ministerio del Poder Popular para la Comunicación e Información de Venezuela,‎ 24 septembre 2008 (consulté le 14 février 2009)
  9. (es) « Venezuela fortalece vínculos estratégicos con China », teleSUR (consulté le 19 février 2009)
  10. (es) « Arrestan a periodistas en Honduras », El Universal,‎ 29 juin 2009.
  11. (es) « Comunicadores Socialistas respaldan a teleSUR », sur Aporrea.org,‎ 30 juin 2009
  12. (es) « Policía retiene varias horas a periodistas extranjeros en hotel de Tegucigalpa », La Tribuna,‎ 12 juillet 2009
  13. (es) « Periodistas de teleSUR y VTV fueron arrestados por golpistas hondureños », sur Ministerio de Información y Comunicación de Venezuela,‎ 12 juillet 2009
  14. (es) « Felap condena abusos contra periodistas de Telesur y VTV », Agencia Bolivariana de Noticias,‎ 12 juillet 2009
  15. (es) « TeleSUR reafirma compromiso de informar pese a atropello contra periodistas en Honduras », teleSUR,‎ 12 juillet 2009
  16. "TeleSUR amplía su alcance para llegar a Ecuador, Nicaragua y Europa" Ministerio de Información y Comunicación de Venezuela, 9 de octubre de 2007 (Obtenido el 11 de julio de 2009)
  17. Programación Canal Educativo 2 Juventud Rebelde (Obtenido el 8 de marzo de 2009)
  18. "Telesur: ¿Censurada en Cuba?" [http://www.cubanet.org/ CubaNet (Obtenido el 8 de marzo de 2009)
  19. "Radikal tv-kanal får kritik" Dagens Nyheter, 5 de agosto de 2005 (en sueco) (Obtenido el 8 de marzo de 2009)
  20. "Por qué Fidel Castro censura a Telesur" HarryMagazine.com (Obtenido el 8 de marzo de 2009)