Salamèche et ses évolutions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Salamèche et ses évolutions

Description de cette image, également commentée ci-après

Cosplay de Dracaufeu.

Salamèche
Nom japonais ヒトカゲ
Nom anglais Charmander
Type Feu
Génération Première
Pokédex no 004
Taille 0,6 m
Poids 8,5 kg
Reptincel
Nom japonais リザード
Nom anglais Charmeleon
Type Feu
Génération Première
Pokédex no 005
Taille 1,1 m
Poids 19,0 kg
Dracaufeu
Nom japonais リザードン
Nom anglais Charizard
Types Feu / Vol
Génération Première
Pokédex no 006
Taille 1,7 m
Poids 90,5 kg

Salamèche (ヒトカゲ, Hitokage?, dans les versions originales en japonais) et ses évolutions, Reptincel (リザード, Lizardo?) et Dracaufeu (リザードン, Lizardon?), sont trois espèces de Pokémon de première génération.

Issus de la célèbre franchise de médias créée par Satoshi Tajiri, ils apparaissent dans une collection de jeux vidéo et de cartes, dans une série d'animation, plusieurs films, et d'autres produits dérivés, ils sont imaginés par l'équipe de Game Freak et dessinés par Ken Sugimori. Leur première apparition a lieu au Japon en 1996, dans les jeux vidéo Pokémon Vert et Pokémon Rouge, jeux dans lesquels Salamèche est un des trois Pokémon de départ que le joueur peut choisir pour commencer l'aventure. Les deux premiers Pokémon sont uniquement de type feu et Dracaufeu est du double type feu et vol ; ces trois Pokémon occupent respectivement les quatrième, cinquième et sixième emplacement du Pokédex, l'encyclopédie fictive recensant les différentes espèces de Pokémon.

Création[modifier | modifier le code]

La franchise Pokémon, développée par Game Freak pour Nintendo et introduite au Japon en 1996, tourne autour du concept de capture et d'entraînement de 150 espèces de créatures appelées Pokémon, afin de les utiliser pour combattre des Pokémon sauvages et ceux d'autres dresseurs Pokémon, qu'il s'agisse de personnages non-joueurs ou d'autres joueurs humains[1]. La puissance des Pokémon au combat est déterminée par leurs statistiques d'attaque, de défense et de vitesse et ils peuvent apprendre de nouvelles capacités en accumulant des points d'expérience ou si leur dresseur leur donne certains objets[2].

Conception graphique[modifier | modifier le code]

La conception de Salamèche, de Reptincel et de Dracaufeu est le fait, comme pour la plupart des Pokémon, de l'équipe chargée du développement des personnages au sein du studio Game Freak. Leur apparence est finalisée par Ken Sugimori pour la première génération des jeux Pokémon, Pokémon Rouge et Pokémon Vert, sortis à l'extérieur du Japon sous les titres de Pokémon Rouge et Pokémon Bleu[3],[4].

Représentation d'une salamandre crachant du feu sur la place des Héros à Arras.

Nintendo et Game Freak n'ont pas évoqué les sources d'inspiration de ces Pokémon. Néanmoins, certains fans avancent que Salamèche et Reptincel pourraient être basés sur l'apparence de la créature mythique, la salamandre[5] avec un petit air de dinosaure pour Reptincel[6] quant à Dracaufeu, il pourrait être basé sur l'apparence d'un dragon européen[7].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Salamèche, Reptincel et Dracaufeu sont initialement nommés Hitokage (ヒトカゲ?), Lizardo (リザード, Rizādo?) et Lizardon (リザードン, Rizādon?) en japonais. Le nom japonais de Salamèche est un mot-valise des mots japonais « hi » (?, feu en français) et « tokage » (蜥蜴?, lézard). Ces noms sont ensuite adaptés dans trois langues lors de la parution des jeux en Occident : anglais, français et allemand ; le nom anglais est utilisé dans les autres traductions du jeu.

Nintendo choisit de donner aux Pokémon des noms « astucieux et descriptifs », liés à l'apparence ou aux pouvoirs des créatures, lors de la traduction des jeux ; il s'agit d'un moyen de rendre les personnages plus compréhensibles pour les enfants, notamment américains[8]. Hitokage est renommé « Charmander » en anglais, « Glumanda » en allemand et « Salamèche » en français ; Lizardo devient « Charmeleon » en anglais, « Glutexo » en allemand et « Reptincel » en français et Lizardon s'appelle « Charizard » en anglais, « Glurak » en allemand et « Dracaufeu » en français. Selon IGN, les noms anglais sont des mot-valises avec comme préfixe le mot « char » (roussir en français) et respectivement le suffixe « -mander » de « salamander »[9] (salamandre), le mot « chameleon »[10] (caméléon) et le mot « lizard »[11] (lézard). Les noms français sont également des mots-valises. Selon Pokébip, Salamèche est composé des mots « salamandre » et « flammèche », Reptincel de « reptile » et d'« étincelle » et Dracaufeu du mot latin « draco » (dragon) et de « feu »[12].

Description[modifier | modifier le code]

Ces trois Pokémon sont les évolutions les uns des autres : Salamèche évolue en Reptincel puis en Dracaufeu. Dans les jeux vidéo, ces évolutions surviennent en atteignant, respectivement le niveau 16 et le niveau 36[13],[N 1]. Pour évoluer en Dracaufeu, Salamèche est obligé d'évoluer en Reptincel.

Comme pratiquement tous les Pokémon, ils ne peuvent pas parler : lors de leurs apparitions dans les jeux vidéo tout comme dans la série d'animation, ils ne peuvent pas parler et ne sont seulement capables de communiquer verbalement en répétant les syllabes de leur nom d'espèce en utilisant différents accents, différentes tonalités, et en rajoutant du langage corporel.

Images externes
Salamèche sur le site officiel Pokémon
Reptincel sur le site officiel Pokémon
Dracaufeu sur le site officiel Pokémon

Salamèche[modifier | modifier le code]

L'intensité de la flamme peut être un indicateur du statut physique et émotionnel de Salamèche. Quand l'intensité de la flamme est diminuée, Salamèche est faible et sa santé pourrait être en danger. Quand la flamme brûle normalement, Salamèche se porte bien. Quand Salamèche est heureux, la flamme peut remuer, mais elle peut tout aussi bien flamber violemment quand il est excité ou en colère. Si la flamme devait s'éteindre, cela signifierait la fin de la vie de Salamèche. Bien que Salamèche ne meure pas automatiquement quand il tombe dans l'eau, rester dans l'eau pendant trop longtemps pourrait se révéler une activité fatale. La vie d'un Salamèche est particulièrement mise en danger en temps de pluie, et chaque goutte d'eau qui tombe sur Salamèche crée un nuage de buée brillant. Parfois, les bébés Salamèches qui ne se sont pas encore familiarisés avec leurs flammes se brûlent par accident. Un Salamèche préfère généralement vivre dans un endroit chaud comme des montagnes proches des volcans.

Reptincel[modifier | modifier le code]

Reptincel est un lézard bipède et rouge foncé avec une corne sur le dos de sa tête, similaire à celle des dinosaures de la famille Saurolophus. Son évolution et sa pré-évolution sont tous deux orange clair, ce qui fait de Reptincel le membre le plus foncé de son groupe d'évolutions. Ses avant-bras sont beaucoup plus larges et plus nets que ceux de Salamèche, et contrairement à sa pré-évolution plus docile, Reptincel possède un tempérament colérique et crache des flammes bleuâtres quand il est énervé. Il est excessivement sauvage de nature, et adore le combat. Quand il est excité, la flamme sur sa queue peut devenir bleu-clair. Il taillade sans merci ses adversaires avec ses puissantes griffes et utilise sa queue enflammée pour les assommer. Sa queue est capable de porter cinq adultes ; en secouant sa queue, Reptincel peut augmenter la température ambiante autour de lui.

Comme son évolution et sa pré-évolution, Reptincel a une flamme qui brûle au bout de sa queue ; mais, contrairement à sa pré-évolution, Salamèche, Reptincel cherche constamment des combats, et se calme seulement une fois qu'il gagne. Reptincel peut attaquer avec ses griffes ainsi qu'avec sa queue enflammée, et peut cracher du feu quand il est excité.

Dracaufeu[modifier | modifier le code]

Dans la franchise Pokémon, un Dracaufeu commence en tant que Salamèche, et au fur et à mesure qu'il gagne de l'expérience, il évolue en Reptincel, puis en Dracaufeu[14]. En évoluant en Dracaufeu, il acquiert une paire d'ailes puissantes qui s'ajoutent au souffle de feu qu'il a obtenu dans ses précédentes évolutions. Les flammes que Dracaufeu crée sont plus chaudes que celles créées par Reptincel ; à pleine puissance, elles sont dites d'avoir la force de fondre la pierre ou de larges glaciers. D'après le Pokédex, les Dracaufeu possèdent un fort sens inné de l'honneur, et se servent de leurs griffes pour chasser ou attaquer les adversaires plus faibles, utilisant leurs attaques de feu uniquement contre des adversaires qu'ils considèreraient égaux à eux. Le Pokédex dit aussi que la puissance de leurs attaques de feu est tellement volatile qu'une utilisation accidentelle ou imprudente peut causer des feux de forêt et autres désastres.

Apparition[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Salamèche, Reptincel et Dracaufeu apparaissent dans la série de jeux vidéo Pokémon. D'abord en japonais, puis traduits en plusieurs autres langues, ces jeux ont été vendus à près de 200 millions d'exemplaires à travers le monde[15]. Ils font leur première apparition le 27 février 1996, dans les jeux japonais Pocket Monsters Aka (ポケットモンスター 赤, Poketto Monsutā Aka?, Pocket Monster Rouge) et Pocket Monsters Midori (ポケットモンスター 緑, Poketto Monsutā Midori?, Pocket Monster Vert) (remplacé dans les autres pays par la version Bleue[16]). Salamèche peut être choisi comme Pokémon de départ dans les versions Rouge, Bleue, Rouge feu et Vert feuille[13], et dans la version Jaune, le Pokémon est offert[17]. Pour l'obtenir avec ses évolutions dans les autres jeux, il faut les échanger. Il s'agit de la seule espèce starter faible contre le premier champion d'arène[18].

Il est possible d'avoir un œuf de Salamèche, en faisant se reproduire deux Pokémon dont au moins un Salamèche, un Reptincel ou un Dracaufeu femelle[N 2]. Cet œuf éclot après 5 120 pas, et un Salamèche de niveau 5 en sort. Salamèche, Reptincel et Dracaufeu appartiennent aux groupes d'œuf dragon et monstre. Leurs capacités spéciales sont « Brasier », qui donne une puissance multipliée par 1,5 aux attaques feu lorsque les PV de ce Pokémon sont inférieurs au tiers et « Force Soleil » qui diminue les PV mais qui augmente l'attaque lorsque le soleil brille[13].

Salamèche, Reptincel et Dracaufeu apparaissent dans d'autres jeux de la franchise Nintendo. Ils apparaissent tous les trois dans Pokémon Snap, Pokémon : Donjon mystère. Salamèche apparait aussi dans les jeux Pokémon Stadium et Pokémon Stadium 2 et Pokémon Channel. Dracaufeu apparait aussi dans Pokémon Ranger. Tandis que Salamèche et Dracaufeu apparaissent dans le jeu Super Smash Bros., Dracaufeu est aussi vu dans Super Smash Bros. Melee comme adversaire. Dans Super Smash Bros. Brawl, Dracaufeu est jouable à travers le personnage dresseur Pokémon aux côtés d'Herbizarre et de Carapuce[19]. Dans Super Smash Bros. for Nintendo 3DS / for Wii U, Dracaufeu est aussi jouable (comme Pikachu par exemple).

Série télévisée et films[modifier | modifier le code]

La série télévisée Pokémon ainsi que les films sont des aventures séparées de la plupart des autres versions de Pokémon et mettent en scène Sacha[20] en tant que personnage principal. Sacha et ses compagnons voyagent à travers le monde Pokémon en combattant d'autres dresseurs Pokémon. Sacha obtient Salamèche, à l'épisode 11, Le Pokémon abandonné, après que son dresseur d'origine l'ait abandonné sur un rocher[21],[22]. Son Salamèche évolue en Reptincel à l'épisode Un Pokémon tout n'œuf[23], puis en Dracaufeu, trois épisodes après, à l'épisode L'attaque des Pokémon préhistoriques afin de combattre Ptéra[24]. En évoluant en Reptincel, et aussi en Dracaufeu, le Pokémon devient très désobéissant et combattait uniquement quand il en avait envie. Pendant un combat, par exemple, Sacha a envoyé Dracaufeu combattre un Rhinoféros, mais Dracaufeu refusa et s'envola en dehors de l'arène, faisant perdre à Sacha cette manche du combat[25]. À une occasion, son refus d'obéir à Sacha mena à la perte de la finale de la Ligue Kanto. Il devint plus loyal envers Sacha pendant un combat dans les Îles Oranges quand il se battait contre un Tartard et qu'il fut glacé. Grâce aux efforts et aux sacrifices de Sacha pour le sauver d'une mort certaine, Dracaufeu commença à obéir à Sacha, et vainquit le Tartard en question dans un autre match[26]. Il resta dans l'équipe de Sacha, ce qui aida ce dernier à gagner la Ligue Orange. Il resta ensuite dans la vallée Dracaurifique, une réserve où beaucoup de Dracaufeu sauvages combattent pour devenir plus forts, probablement à cause de sa rencontre avec Charla, une Dracaufeu femelle avec qui il a noué des liens[27]. Dracaufeu réapparait dans la saison Battle Frontier pour combattre Artikodin, puis dans le cycle 4 pour combattre un Dracolosse.

Richie, le sosie de Sacha, possède également un Salamèche nommé Pyro qui est la copie conforme du Salamèche de Sacha[28]. Un Reptincel du dresseur appelé Jimmy apparaît dans l'épisode L'arbitre, il est accompagné de Carabaffe et de Herbizarre[29].

Dans Pokémon Chronicles, une collection d'histoires séparées de la série animée principale, et en tant que Pokémon de départ, Salamèche peut aussi être vu aux côtés de Bulbizarre et Carapuce dans les épisodes où apparaissent les dresseurs de Kanto qui commencent leurs aventures Pokémon, comme l'épisode Le Grand Départ[30]. Dans le premier film Pokémon, Mewtwo a cloné un Salamèche qui a depuis évolué en Dracaufeu et l'utilise (aux côtés des clones de Florizarre et de Tortank) pour battre les dresseurs qu'il a invité sur son île pour combattre[31].

Réception[modifier | modifier le code]

Dracaufeu est la mascotte de Pokémon version Rouge, sortie en 1996 au Japon avec la version Verte, puis mondialement avec la version Bleue ainsi que sa réédition Pokémon version Rouge Feu, sortie mondialement en 2004[32]. Les lecteurs d'IGN ont élu leurs cent Pokémon les plus populaires. Dracaufeu termine le premier comme le sentait les organisateurs du concours. Il pensait voir soit Pikachu, soit Mew, soit Mewtwo ou soit un des trois starters[33]. Il termine devant Mewtwo et Tortank. Reptincel occupe le 33e emplacement, il s'agit d'un des premiers Pokémon que l'on voit évoluer, si on prend Salamèche[18]. Ce dernier se place à la 37e place et est dernier de sa lignée d'évolution, car les joueurs préfèrent les Pokémon évolués[34].

Dracaufeu apparaît sur différentes consoles. Parmi lesquels, il existe la Nintendo 64, la Game Boy Advance SP et la Nintendo 3DS XL[35]. En 2000, la question « Quelle est l'évolution de Salamèche ? » a permis à un candidat de l'émission Qui veut gagner des millions ? de remporter la somme de 300 000 francs[36]. Salamèche apparaît dans le film Austin Powers dans Goldmember[37]. Trois cocktails inspirés de la famille d'évolution a été créée par The Drunken Moogle ; il s'agit d'un mélange entre du jus de grenadine et du whisky à la cannelle[38]. Pour la Coupe du monde de football de 2014, Salamèche et d'autres Pokémon deviennent les mascottes officielles de l'équipe du Japon de football[39].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion de niveau d'évolution n'est pas présente dans les séries et les films.
  2. Ou mâle si le second Pokémon est un Métamorph.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Game Freak, op. cit., pp. 6-7
  2. (en) Game Freak, Pokémon Red and Blue, Instruction manual, Nintendo,‎ 30 septembre 1998
  3. (ja) (ja) Équipe Nintendo, « 2. 一新されたポケモンの世界 », sur Nintendo.com, Nintendo (consulté le 10 septembre 2010), p. 2
  4. (en) Stuart Bishop, « Game Freak on Pokémon ! », CVG,‎ 30 mai 2003 (consulté le 2 juillet 2008)
  5. (en) « Charmander », Tabkam (consulté le 6 août 2012)
  6. (en) « Charmeleon », Tabkam (consulté le 6 août 2012)
  7. (en) « Charizard », Tabkam (consulté le 6 août 2012)
  8. (en) Howard Chua-Euan, « PokéMania », TIME,‎ 22 novembre 1999 (lire en ligne)
  9. « Charmander », IGN (consulté le 6 août 2012)
  10. « Charmeleon », IGN (consulté le 6 août 2012)
  11. « Charizard », IGN (consulté le 6 août 2012)
  12. « Étymologies dans Pokémon », Pokébip (consulté le 6 août 2012)
  13. a, b et c « Salamèche », Puissance Pokémon (consulté le 7 août 2012)
  14. « Pokémon For Dummies », pokemonelite2000.com (consulté le 25 mai 2006)
  15. « Pokémon : Or HeartGold - Pokémon : Argent SoulSilver », sur afjv.com (consulté le 1er mai 2010)
  16. « Official Japanese Pokémon website » (consulté le 24 mai 2007)
  17. « Soluce Jaune - D'Argenta à Azuria », Pokébip (consulté le 3 août 2012)
  18. a et b (en) « Top Pokémon : Charmeleon », IGN (consulté le 8 août 2012)
  19. Smash bros Dojo Le dresseur Pokémon
  20. « Résumé de l'anime Pokémon », Psypokes.com (consulté le 25 mai 2006)
  21. Maximus, « Le Pokémon abandonné », Pokébip (consulté le 8 août 2012)
  22. « Charmander, The Stray Pokémon », Serebii.net (consulté le 4 décembre 2006)
  23. LG-Nimbus, « Un Pokémon tout n'œuf », Pokébip (consulté le 6 août 2012)
  24. LG-Nimbus, « L'attaque des Pokémon préhistorique », Pokébip (consulté le 8 août 2012)
  25. LG-Nimbus, « Le Champion des devinettes », 'Pokébip (consulté le 8 août 2012)
  26. (en) « Charizard Chills », Serebii.net (consulté le 8 août 2012)
  27. (en) « Charizard's Burning Ambition », Serebii.net (consulté le 8 août 2012)
  28. « Legolassette », Pokébip (consulté le 8 août 2012)
  29. (en) « Judgement Day! », Serebii.net (consulté le 8 août 2012)
  30. Walker, « Episode spécial #15 : Hoso 14 - Le grand départ », Pokébip (consulté le 8 août 2012)
  31. (en) « The Origin of Mewtwo », Serebii.net (consulté le 3 août 2012)
  32. Shadow_Kyo, « Test de Pokémon RougeFeu et VertFeuille », Pokémon-France (consulté le 8 août 2012)
  33. (en) « Top Pokémon : Charizard », IGN (consulté le 8 août 2012)
  34. (en) « Top Pokémon : Charmander », IGN (consulté le 8 août 2012)
  35. (en) Thomas East, « 26 rare Pokemon consoles », sur officialnintendomagazine.co.uk,‎ 2013 (consulté le 22 juin 2013)
  36. « Vu hier », sur Le parisien,‎ 1er juillet 2000
  37. « Austin Powers in Goldmember Easter Egg - Pokemon in Tokyo », eeggs.com (consulté le 8 novembre 2012)
  38. (en) Max Eddy, « Gotta Drink ‘Em All: Evolving Pokémon Cocktails », Geek O System,‎ 2011 (consulté le 3 août 2012)
  39. Alexis Ferenczi, « Coupe du monde au Brésil: Pikachu mascotte officielle de l'équipe du Japon », sur huffingtonpost.fr,‎ mars 2014 (consulté le 13 juin 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]