Bayonetta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bayonetta
Image illustrative de l'article Bayonetta

Éditeur Sega
Développeur Platinum Games
Nex Entertainment (PS3)
Concepteur Hideki Kamiya

Date de sortie PlayStation 3, Xbox 360
Icons-flag-jp.png 29 octobre 2009
Icons-flag-us.png 5 janvier 2010
Icons-flag-eu.png 8 janvier 2010

Wii U
Icons-flag-jp.png 20 septembre 2014
Icons-flag-us.png 24 octobre 2014
Icons-flag-eu.png 24 octobre 2014
Genre beat them all
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PlayStation 3, Xbox 360 et Wii U
Média B-RD (PS3)
DVD (Xbox 360)
Disque optique iDensity (Wii U)
Langue Textes en français, voix en anglais.
Contrôle Manette de jeu

Évaluation PEGI : 18 ; BBFC : 15
ESRB : M ; CERO : D

Bayonetta (ベヨネッタ, Beyonetta?) est un jeu vidéo d'action de type beat them all développé par Platinum Games et édité par Sega. Le jeu est sorti en 2009 au Japon et en 2010 dans le reste du monde sur PlayStation 3 et Xbox 360. Dévoilé en mai 2008, le projet est dirigé par Hideki Kamiya, le père de la série Devil May Cry[1].

Un portage du jeu sur Wii U, basé sur la version Xbox 360[2], est offert lors de l'achat de sa suite, Bayonetta 2[3].

Scénario[modifier | modifier le code]

Dans un monde où la magie règne s'affrontent les sorcières de l'Umbra, maîtresses des forces des ténèbres, et les sages de Lumen, défenseurs de la lumière. Bayonetta, une femme séduisante, au caractère bien trempé et dotée de pouvoirs magiques, est la dernière à maitriser les arcanes de l'Umbra. Vingt ans plus tôt, elle s'était réveillée dans un cercueil immergé au fond d'un lac. Celui-ci avait été découvert par le père de Luka, un journaliste à la poursuite de Bayonetta car il est persuadé que c'est elle qui est responsable de la mort de son père. Incapable de se souvenir de son passé, Bayonetta continue de mener un combat contre les anges pour rester en vie avec l'assistance d'Enzo, son informateur favori, et de Rodin, un démon armurier et tenancier d'un bar appelé les Portes de l'Enfer.

Bayonetta est en possession d'un joyau, l'« Œil du monde », et Enzo apprend que le deuxième serait dans la ville norvégienne de Vigrid. Elle rencontre Jeanne, une femme mystérieuse capable de lui tenir tête et qui semble bien connaitre Bayonetta, mais aussi de nombreux anges envoyés pour arrêter la sorcière…

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Dans ce beat them all, le joueur incarne Bayonetta et doit triompher d'une succession de batailles en utilisant des combos. Cette sorcière combat les serviteurs du paradis, au corps à corps, avec des pouvoirs magiques et différentes armes (pistolets, épée, fouet…). Quatre pistolets sont ainsi fixés à chaque extrémité de ses membres. Sa combinaison semble en cuir, mais est en réalité composé de ses cheveux qu'elle peut contrôler à sa guise pour leur donner différentes formes (main géante, lame…). Ses attaques magiques sont de trois ordres : les "attaques sadiques" invoquent des machines autrefois utilisés pour la chasse aux sorcières (vierge de fer, guillotine…), les "incantations" utilisent ses cheveux pour invoquer des entités démoniaques et les "démons infernaux", attaques les plus puissantes.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Bayonetta : Une sorcière de l'Umbra qui semble avoir un rapport avec l'ouverture des "yeux du monde". Munie de ses 4 pistolets, appelés l'arsenal démoniaque, mais n'hésitant pas à les échanger contre toutes sortes d'armes, divines ou démoniaques, elle aime s'affronter à des ennemis 100 fois plus gros qu'elle et a un penchant pour les sucettes. Elle incarne "l'œil gauche" nécessaire à la création du nouvel univers. Elle est qualifiée d'"enfant impure" par l'Umbra car elle est le fruit de l'union d'une sorcière et d'un sage de Lumen. Sa mère sera emprisonnée, et donnera à Bayonetta sa montre de l'Umbra.
  • Luka : Un journaliste doté d'une chance incroyable dont le père a été tué de façon étrange lors du réveil de Bayonetta 20 ans avant l'époque du jeu. Il cherche à se venger en dévoilant Bayonetta au monde entier. Il utilise un grappin pour se sortir des situations délicates.
  • Jeanne : Une vieille connaissance de Bayonetta, qui semble en savoir beaucoup sur son passé. C'est une sorcière de l'Umbra elle aussi, qui combat en invoquant des démons blancs. Jeanne est manipulée par les sages de Lumen afin de préparer Bayonetta à son destin.
  • Céréza : Cet enfant est une sorcière, la preuve en est qu'elle est capable de voir les anges ainsi que Bayonetta alors qu'ils sont dans le purgatoire. Elle possède également une montre de l'Umbra identique à celle de Bayonetta. Elle voit Bayonetta comme sa mère, qui finira par s'attacher à Céréza malgré sa froideur.
  • Chouchou : C'est le chat en peluche de Céréza, mais c'est aussi le petit nom que donne Bayonetta à Luka.
  • Balder : Le père de Bayonetta, un sage de Lumen. Il est à l'origine de la venue de Bayonetta à Vigrid afin de la confronter à son destin, pour raviver ses pouvoirs et ensuite créer un nouvel univers grâce aux "yeux du monde".
  • Rodin : Un démon qui tiens un petit trafic d'armes dans un bar nommé "Les Portes de l'Enfer" et qui aide Bayonetta à se procurer des armes démoniaques en échange de disques de phonogramme angélique, dont la musique est vraisemblablement nécessaire à la construction de ces armes.
  • Enzo : Un petit escroc notoire qui fait équipe avec Rodin et Bayonetta.
  • Démons infernaux : Bayonetta et Jeanne les invoquent pour achever les ennemis. Ce sont de terrifiants démons de formes diverses (Dragon, Scolopendre géant, Mains de titan...) habitants les enfers. Une sorcière qui signe un pacte avec eux peut en mourir si l'invocation échoue, dévorée vivante par ces mêmes démons.
  • Les anges : Des créatures au service des sages de Lumen, et à plus juste titre de Balder, qu'ils soient gros, petits ou étranges, Bayonetta n'hésite pas à les envoyer en enfer pour qu'ils servent de pâture aux démons.

Développement[modifier | modifier le code]

Une démo jouable a été mise à disposition sur le Marketplace Xbox Live et le PlayStation Store PSN japonais le 8 octobre 2009 et le 3 décembre 2009 sur leurs pendants européens[4].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Les principaux thèmes vocaux de Bayonetta, Fly me to the moon et Mysterious Destiny sont interprétés par la chanteuse belge Helena Noguerra.

Références[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2010). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le jeu rend hommage au manga animé Neon Genesis Evangelion, devenu culte à la fin des années 1990. Le design et l'attitude des anges (notamment les tous premiers ennemis rencontrés) ressemble très fortement aux Eva Series du film The End of Evangelion [réf. nécessaire], certains présentant même comme point faible une pierre rouge rappelant le "cœur" des Anges de l'anime. De plus, d'innombrables reprises de la chanson Fly me to the Moon étaient déjà présentes dans la bande originale du manga animé. À noter également la part belle faite aux grandes œuvres classiques [réf. nécessaire], elles aussi largement jouées dans Evangelion. Le jeu fait également référence au jeu Okami ; en effet la transformation de Bayonetta en panthère laisse pousser des fleurs derrière elle, à la manière de la louve Amaterasu. De plus, dans le jeu, Bayonetta demande au marchand de se faire fixer une tronçonneuse sur le bras, c'est une référence au jeu MadWorld. Ce même marchand reprend aussi la réplique « What do you want, stranger » du marchand du jeu vidéo Resident evil 4. Un clin d'œil est aussi fait à Assassin's Creed. Lorsque Luka fait sa première apparition dans le jeu, celui-ci est habillé comme Altaïr. De plus, il est poursuivi par des gardes à travers des ruelles.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

À sa sortie au Japon, quatre joueurs-testeurs dans la revue Famitsu, une revue japonaise spécialisée dans le jeu vidéo, décernent la note maximale de 40 sur 40 à Bayonetta sur Xbox 360, et 38 sur PS3[5].

En France, le qualifiant de « l'un des meilleurs beat'em all de sa génération », le site Jeuxvideo.com lui octroie un score de 19 sur 20 sur Xbox 360[6] et de 17 sur 20 sur la PS3. Gamekult attribue à Bayonetta une note de 8 sur 10 sur les deux versions, soulignant « une franche réussite sur de nombreux tableaux » en dépit de « légers défauts de finition et quelques mécaniques de jeu un peu grippées »[7].

Ventes[modifier | modifier le code]

Un peu plus d'un mois après sa sortie, Bayonetta s'était vendu à 1,1 million d'exemplaires[8].

Postérité[modifier | modifier le code]

Une suite, Bayonetta 2, sort en 2014 sur Wii U.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]