Pokémon (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pokémon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logotype de la franchise Pokémon

ポケットモンスター
(Poketto Monsutā)
Genre Action, aventure, fantasy
Thèmes Voyages, aventure, humour, batailles


Anime japonais
Scénariste
Studio d’animation Oriental Light and Magic
Compositeur
Licence Drapeau du Japon TV Tokyo
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion 1997 – en cours
Épisodes Plus de 812

Autre

Pokémon (ポケモン, Pokemon?), connu sous son nom original Pocket Monsters (ポケットモンスター, Poketto Monsutā?, littéralement Monstres de poche), est une série télévisée d'animation japonaise basée sur la série de jeux vidéo Pokémon et sur une partie de la franchise Pokémon. Réalisée par le studio tokyoïte Oriental Light and Magic et imaginée par Satoshi Tajiri, Junichi Masuda et Ken Sugimori, la série narre les aventures de Sacha, un jeune dresseur de Pokémon de Bourg Palette, qui a pour but de devenir Maître Pokémon.

Le premier épisode est diffusé sur TV Tokyo, le 1er avril 1997. La série est dirigée par Masamitsu Hidaka jusqu'en 2005 avant d'être confiée à Norihiko Sudo, puis Tetsuo Yajima à partir de 2013. À la fin du quatrième cycle, la série dépasse les 800 épisodes et est toujours en cours de développement. La série a connu de nombreuses transpositions en films d'animations.

Scénario[modifier | modifier le code]

La série d'animation Pokémon suit les aventures d'un jeune garçon nommé Sacha (Ash) et de son fidèle Pokémon Pikachu. Sacha parcourt le monde Pokémon afin d'obtenir le grade suprême de « Maître Pokémon » ; pour y parvenir, il capture et entraîne des Pokémon, afin d'obtenir huit badges. Le duo est souvent accompagné par un binôme composé d'un autre jeune garçon et d'une jeune fille.

Au cours des épisodes, le groupe est confronté à une organisation mafieuse se nommant la Team Rocket. Cette organisation tente de voler et capturer les Pokémon des autres dresseurs ou les Pokémon légendaires.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Pokémon.

Les personnages de Pokémon, les dresseurs et les espèces de Pokémon s'inscrivent dans un schéma actantiel. Même si le Pikachu est le personnage phare de la série, le sujet principal est son dresseur Sacha[1].

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Sacha Ketchum[N 1] (Ash Ketchum[N 2]), connu au Japon sous le nom de Satochi (サトシ?) est le héros de la série ; ce garçon de dix ans espère devenir « Maître Pokémon », le meilleur dresseur de Pokémon au monde en traversant le monde Pokémon avec son équipe de Pokémon[2].
  • Pikachu (ピカチュウ?) est l'adjuvant de Sacha ; c'est un petit Pokémon de couleur jaune. Il a été donné à Sacha par le professeur Chen (Oak) comme premier Pokémon[2].

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Outre ses Pokémon dont Pikachu, Sacha peut compter sur d'autres personnages qui l'accompagne durant son voyage.

  • Ondine (Misty), connue au Japon sous le nom de Kasumi (カスミ?)
  • Pierre (Brock), connu au Japon sous le nom de Takeshi (タケシ)
  • Aurore (Dawn), connue au Japon sous le nom de Hikari(ヒカリ)
  • Jacky (Tracey Sketchit), connu au Japon sous le nom de Kenji (ケンジ)
  • Flora (May), connue au Japon sous le nom de Haruka (ハルカ)
  • Max (Max), connu au Japon sous le nom de Masato (マサト)
  • Iris
  • Rachid (Cilan), connu au Japon sous le nom de Dent (デント)
  • Le professeur Chen (professeur Oak), connu au Japon sous le nom de Yukinari Okido (オーキド・ユキナリ)

Production[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Tsunekaz Ishihara était contre la déclinaison des jeux Pokémon Vert et Rouge en série d'animation. Selon lui, après avoir fait des recherches, les séries d'animation qui découlent d'un jeu vidéo tiennent six mois, ou au mieux un an[3]. La popularité des jeux vidéo au Japon entraîne la création de nombreux produits dérivés, dont les séries télévisées[4].

Doublages[modifier | modifier le code]

Personnages Voix japonaise Voix française Voix québécoise
(dans les 7 premiers films uniquement)
Sacha
(Satoshi/Ash Ketchum)
Rika Matsumoto Aurélien Ringelheim Sébastien Reding
Ondine
(Kasumi/Misty)
Mayumi Iizuka Fanny Roy Kim Jalabert
Pierre
(Takeshi/Brock)
Yūji Ueda Antoni Lo Presti (saisons 1 à 3, et depuis la saison 8)
Laurent Sao (saisons 4 à 7, épisodes 21 à 48 de la saison 1)
Martin Watier
Jacky
(Kenji/Tracey Sketchit)
Tomokazu Seki Bruno Mullenaerts Joël Legendre
Flora
(Haruka/May)
Midori Kawana Maia Baran
Max
(Mayato)
Fushigi Yamada Guylaine Gibert
Aurore
(Hikari/Dawn)
Megumi Toyoguchi Alexandra Corréa
Iris Aoi Yūki Béatrice Wegnez
Rachid Mamoru Miyano Maxime Donnay
Serena Mayuki Makiguchi Sophie Frison
Lem Thibaut Delmotte
Clem Elsa Poisot
Le professeur Chen
(Dr. Yukinari Okido/Prof. Oak)
Unshō Ishizuka Jean-Marc Delhausse Alain Sauvage
Delia
(Hanako)
Masami Toyoshima Catherine Conet Nathalie Coupal
L'infirmière Joëlle
(Nurse Joy)
Ayako Shiraishi
Yuriko Yamaguchi
Kikuko Inoue
Lydia Cherton
Fabienne Loriaux
Julie Basecqz
Julie Burroughs
L'agent Jenny
(Junsar)
Chinami Nishimura Guylaine Gibert
Julie Basecqz
Camille Cyr-Desmarais
Régis Chen
(Shigeru Okido/Gary Oak)
Yuko Kobayashi Jean-Marc Delhausse
Jessie
(Musashi)
Megumi Hayashibara
Akiko Hiramatsu
Catherine Conet Christine Séguin
James
(Kojirō)
Shinichiro Miki David Manet Antoine Durand
Miaouss Inuko Inuyama Nessym Guetat (saisons 1 à 8)
Philippe Tasquin (depuis la saison 9)
François Sasseville
Le narrateur Unshō Ishizuka Jean-Daniel Nicodème (saisons 1 à 11)
Michel Hinderyckx (depuis la saison 12)
Giovanni Hirotaka Suzuoki
Kenta Miyake
Patrick Descamps (saisons 1 à 6 et 14)
Jean-Marc Delhausse (saisons 7 à 13)
Daniel Picard
Le professeur Orme Pierre Chagnon

Direction artistique de la version française : Jean-Daniel Nicodème (saisons 1 à 11) puis Jean-Marc Delhausse (saisons 12 à 14).

Média[modifier | modifier le code]

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Pokémon.

La série est découpée en 17 saisons et 17 arcs[N 3] regroupées en 8 cycles officiels au Japon contre 4 en France[5]. Les changements de cycle coïncident avec le changement d'un ou de plusieurs personnages parmi les personnages accompagnant le héros. Globalement, sauf pour les premiers cycles, chaque changement de cycle coïncide avec le changement de génération du jeu. Les principaux changements que l’on peut parfois distinguer, autre que ceux liés aux jeux et aux changements de héros, sont le changement de garde-robe de Sacha et la réécriture de la devise de la Team Rocket.

Division japonaise Cycle Arc Premier épisode Dernier épisode Nombre d'épisodes Compagnons de Sacha Jeux correspondants
Pokémon Cycle 1 Ligue indigo Le Départ Amis Malgré Tout 80+3 Ondine, Pierre Rouge, Bleu et Jaune
Iles orange Alerte à Bourg-Palette[6]
Iles orange Y a-t-il un pilote dans le dirigeable ? Retour à la Rivalité 35 Ondine, Jacky Aucune
Or et argent Voyage à Johto Le crime ne paie pas La chasse au trésor 41 Ondine, Pierre Or et Argent
Les champions de Johto Bienvenue à Doublonville Un champion fort, fort, fort 52
La quête ultime Autour du tourbillon En route pour Hoenn 64+1
Advanced Generation Cycle 2 Advanced Une nouvelle rencontre Un match électrique 40 Pierre, Flora, Max Rubis et Saphir
Advanced challenge gare aux pépins ! L'arbitre 52
Advanced battle[7] Tout ça pour une perle La fin d'une époque 39
Retour pour un nouveau départ Pour un bol de nouilles 13 Emeraude
Battle frontier Une cohabitation difficile Un nouveau départ 46
Diamond & Pearl Cycle 3 Diamant et perle Une aurore nouvelle Il y a comme un esprit d'équipe dans l'air 51+1 Pierre, Aurore Diamant et Perle
DP Battle dimension Les larmes de Ouisticram Nuit blanche à Joliberges 52
DP Combats galactiques Motisma, un Pokémon bien malicieux ! Griknot, un Pokémon glouton ! 52+1
DP Sinnoh Ligue Victoire La reprise de l'avantage Rien que des bons souvenirs 34
Best Wishes Cycle 4 Noir & blanc Dans l'Ombre de Zekrom ! Combat pour le métro 48 Iris, Rachid Noir et Blanc
NB Destinées rivales[8] Inezia, la championne d'arène qui électrise ! Un combat d'arène Rock and Roll ! (2e partie) 49
Best Wishes Season 2 Pour l'amour de Meloetta ! Menace sur la région d'Unys ! Noir 2 et Blanc 2
NB Aventures à Unys Un combat pour la gloire et la beauté ! Évolution à la Ligue d'Unys ! 25
Best Wishes Season 2 Épisode N Nouvelles aventures et vieilles connaissances ! Que cachent la vérité et l'idéal ?
Best Wishes Season 2 : Decolora Adventures NB Aventures à Unys et au-delà Adieu, Unys! Cap sur de nouvelles aventures ! Mon rêve, maître Pokémon ! 20 Aucune
XY Cycle 5 La série: XY Serena, Lem, Clem X et Y

Œuvres dérivées[modifier | modifier le code]

À côté de la série principale d’anime, de nombreux spin-off ont vu le jour.

Films[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des films Pokémon.

Petit détail à propos de la licence des films : 4kids a réalisé la version américaine des 3 premiers films, destinés à la sortie au cinéma, puis n'ayant prévu la sortie des films suivants qu'en VHS et DVD, 4kids a fait passer les films 4 et 5 au format 4:3, et se contentera de laisser la bande son identique à l'original, excepté certaines scènes (maladroitement) modifiées et l'introduction de ces deux films sont extrêmement bâclées et ont le même fond musical : la qualité de ces 2 films a donc fortement diminué et les modifications de 4kids, assez bâclées, se remarquent facilement. C'est pour cette raison que les droits d'édition des films leur ont été retirés : à partir du 6e film, la bande son et le format restent identiques à la version japonaise, seuls les masters et les musiques sont traduites.

Épisodes spéciaux[modifier | modifier le code]

Les épisodes non diffusés[modifier | modifier le code]

  • Les épisodes 377, 682 et 683 n'ont jamais été inclus dans aucun support de diffusion au Japon ou à l'étranger. L'interdiction de diffusion est due à la ressemblance assez troublante entre le récit de l'épisode et l'actualité japonaise lors de la diffusion prévue, à savoir des tremblements de terre.
  • Les épisodes 397, 517 et 588 sont des clip-shows (épisodes servant de résumé). Bien que cette pratique soit courante et que, en général, les épisodes qui en découlent ne soient pas supprimés lors des adaptations à l'étranger, les ayants droit américains ont considéré ceux-ci inutiles et les ont tout bonnement supprimés de l'adaptation en anglais sur laquelle est basée la version francophone.
  • 4 épisodes ont été censurés hors du Japon :
    • L'épisode 18 : contenu jugé inapproprié pour des enfants en bas-âge. En effet cet épisode met en scène un concours de bikinis dans lequel James se travestissait et vantait "sa poitrine" (en réalité une sorte de prothèse). Par la suite, grâce à un système de gonflage, il l'a doublée de volume alors qu'elle était déjà d'une taille respectable.
    • L'épisode 35 : les protagonistes sont à plusieurs reprises mis en joue par les antagonistes de l'épisode, ce qui a été jugé inapproprié pour des enfants en bas âge. Cette coupure pose problème dans la continuité de l'histoire. En effet, dans cet épisode Sacha capture un troupeau entier de Tauros sauvages qui seront par la suite vus à plusieurs reprises dans le parc du professeur Chen et l'un d'entre eux combattra même lors de la finale de la ligue Orange et lors du match extrême contre Annabelle.
    • L'épisode 38 : une séquence montrant une attaque de Pikachu enchaînant des flashs de couleurs à raison d'une couleur par image (24 images par seconde) avait provoqué une très importante "épidémie" de crise d'épilepsie chez les enfants japonais. Cet épisode a entraîné la coupure de la diffusion pendant plusieurs mois.
    • L'épisode 252 n'a pas été adapté en français. Deux raisons sont mises en avant : la première, officielle, parle de la pression des lobbies noirs américains face à ce qu'ils considéraient comme du racisme. En effet, selon eux les caractéristiques physiques de Lippoutou ressemblent beaucoup aux stéréotypes racistes les dénigrant. Ce Pokémon a depuis été recolorié en violet. La seconde, bien que selon Carole Boston Weatherford ce ne soit qu'un mythe, est la ressemblance entre les symptômes dont souffre Pierre après être tombé malade au cours de l'épisode et ceux de l'épidémie de SRAS qui faisait alors rage.
  • Dans les suites de l'incident de l'épisode 38, la diffusion a été interrompue du 16 décembre 1997 au 16 avril 1998, date de la diffusion japonaise de l'épisode Au revoir Pikachu, ce qui a fait que les épisodes prévus pour une date spécifique (Noël, le nouvel an, le jour des filles et le jour des enfants) ont été décalés car ils n'étaient plus adaptés à leur date de diffusion. L'ordre de diffusion a aussi été différent entre le Japon et les autres pays. De plus un épisode a été créé spécialement pour la reprise de la diffusion. Les modifications sont indiquées ci-dessous. En 1999-2000, les premiers épisodes ont été rediffusé sous le titre Pocket Monsters Encore, dans un ordre plus proche de la programmation originale, l'épisode 18, La Beauté et la plage*, étant déplacé pour une raison inconnue.1 2

De plus, une émission spéciale nommée La Veille du Nouvel An : Pokémon, le rappel* ainsi que toutes les références à Pokémon prévues dans d'autres émissions de la chaîne ont été supprimées dans les semaines qui ont suivi la diffusion de l'épisode.

  • Les épisodes Pokémon Ranger : L'enlèvement de Riolu, 1re et 2e parties, (538 et 539) sont placés en Occident après Le Festival Cradopaud ! (549)[3] car ils ont été décalés pour mieux promouvoir la sortie du jeu correspondant. De même les épisodes Garder la forme et Pokémon Ranger: Le sauvetage d'Heatran! (635 et 636) sont inversés dans le listing officiel par rapport au Japon[4], ce dernier ayant même été diffusé pour la première fois aux États-Unis entre Un Grand Combat pour une victoire (644) et Pour l'amour de Miaouss (645) avant d'être replacé de façon erronée.
  • L'épisode 697 (Un connaisseur pêcheur tend ses filets !) devait initialement être diffusé entre Un combat pour l'amour des types Insecte ! (684) et L’irrésistible Emolga ! (685) mais a été décalé suite à un tremblement de terre puisqu'il y était question de pêche et que des pêcheurs furent emportés par le tsunami du 11 mars 2011. L'épisode a été légèrement (et maladroitement) modifié pour ne pas apparaître hors continuité.

Émissions dérivées[modifier | modifier le code]

Devant le succès de la série, des programmes dérivées, se concentrant sur la franchise Pokémon (série et jeux vidéo) ont été créés.

La première diffusion en prime-time de Pokémon a eu lieu après l'épisode 28 (Les Pokémon Changent De Look), servant de résumé de l'intrigue jusqu'à ce point. Un autre épisode de ce type était prévu après la Tempête de Neige mais suite à l'interruption de diffusion (voir plus haut), il n'a jamais été diffusé. Le 2e (et dernier) épisode de ce type a été diffusé pour le nouvel an 1999, après l'épisode 79 (4e tour décisif).

D'octobre 1999 à septembre 2002, a été diffusé Pocket Monsters Encore (Pokémon, le rappel), comportant des rediffusions de tous les épisodes (à l'exception de l'épisode 39, Au Revoir Pikachu) jusqu'à l'épisode 140 (Un super héros super secret), en japonais et anglais.

À partir de mi-septembre 2002, cette émission a été remplacée par la Shūkan Pokémon Hōsōkyoku (La station de diffusion hebdomadaire Pokémon), qui alternait entre émission de variété avec de jeunes enfants, rediffusions et épisodes spéciaux sur les personnages secondaires de la série, qui composent en France la majeure partie de Pokémon Chronicles. Cette émission a été remplacée par Pokémon Sunday en octobre 2004 puis Pokémon Smash en octobre 2010 et enfin Pokémon Get☆TV en octobre 2013, qui suivent le même format, à la différence près que les épisodes spéciaux se font plus rares et coincident avec les sorties de jeux dérivés (Pokémon : Donjon mystère et Pokémon Ranger) dont ils faisaient la promotion. Les créateurs des différents jeux Pokémon apparaissent aussi de temps à autres pour promouvoir les nouveaux jeux ou révéler de nouveaux Pokémon.

Diffusion[modifier | modifier le code]

La série débute sa diffusion en avril 1997 au Japon puis cesse d'y émettre en 1998[3]. À l'automne 1997, des versions pirates de la série télévisée s'échangent hors du Japon[9].

Au début de l'année 1998, 4Kids Entertainment est approché par Nintendo of America afin de traduire la série télévisée pour le public américain[10]. À l'automne 1998, la série animée Pokémon est diffusée en anglais aux États-Unis[9] par le réseau Warner Brothers Network[11] sur Cartoon Network. Nintendo of America et Warner Bros. s'associent pour introduire la série télévisée aux États-Unis grâce à une campagne de publicité massive pour la télévision[12]. Avec son passage aux États-Unis, la série a été « américanisée » et a servi de base aux versions mondiales, sauf pour l'Asie[13].

En France, la série est apparue le 5 septembre 1999 sur Fox Kids[14], puis le 3 janvier 2000 sur TF1 dans son émission jeunesse TFou, trois fois par semaine[15],[16],[17],[18]. Pokémon est diffusé sur Disney XD et Gulli et est diffusé par Canal J depuis le 1er janvier 2014 après avoir diffusé la saison 16 sur Disney XD[19].

Au Canada, Pokémon est diffusé par YTV depuis 1998 et est toujours en cours de diffusion. Au Québec, la diffusion était assurée par Télétoon, qui, depuis 2000, a suspendu la série et la série est de retour depuis le 22 novembre 2014 avec la saison 17 XY. Au Royaume-Uni, la diffusion fut assurée par Sky One depuis 2000, puis a été reprise par CN Too depuis 2007. En Espagne les chaînes Jetix et Telecinco se chargent de diffuser la série. Quant au Brésil, la chaîne RedeTV! la diffuse depuis 2008. En Allemagne, les deux chaînes RTL II et Jetix diffusent la série animée Pokémon.

En Israël, la série a été adaptée en hébreu, contrairement aux cartes qui sont en anglais[9].

Réception[modifier | modifier le code]

En France, la série télévisée combinée avec les cartes à collectionner et la première génération de jeux vidéo a lancé le phénomène de « Pokémania » au Noël 1999[20].

Selon un sondage réalisé au Japon, la saison Noir 2 et Blanc 2 de la série se classe, en 2012, avec 7 %, deuxième, derrière Détective Conan[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de Ketchum est très peu utilisé en France
  2. Les noms entre parenthèses sont les noms anglais, également utilisés au Québec.
  3. Les arcs correspondent au contenu de l'histoire, ils sont reconnaissables à leurs génériques. Ils sont à différencier des saisons, 52 épisodes environ, correspondant à une année de diffusion, listées sur le site officiel. Les cycles correspondent aux arcs, la saison 6 englobant la fin du 1er cycle. À partir de la saison 7, saisons et arcs coincident. [1]
    Saison Début Fin Épisodes
    Saison 1 Le Départ Le secret du centre d'élevage 49
    Saison 2 La Guerre des princesses Tout feu tout flamme 52
    Saison 3 La guerre aquatique Pokémon La chasse au trésor 52
    Saison 4 Bienvenue à Doublonville Un Champion fort, fort, fort 52
    Saison 5 Autour du tourbillon Un Embrylex qui a de bons réflexes 52
    Saison 6 Souvenirs, souvenirs Un match électrique 52
    Saison 7 Gare aux pépins L'arbitre 52
    Saison 8 Tout ça pour une perle Pour un bol de nouilles 52
    Saison 9 Une cohabitation difficile Un nouveau départ 47
    Saison 10 Une aurore nouvelle Il y a comme un esprit d'équipe dans l'air 51
    Saison 11 Les larmes de Ouisticram Nuits blanches à Joliberges 52
    Saison 12 Motisma, un Pokémon bien malicieux Griknot, un Pokémon glouton 52
    Saison 13 La reprise de l'avantage Rien que des bons souvenirs 34
    Saison 14 Dans l'Ombre de Zekrom Un combat pour le métro 48
    Saison 15 Inezia, la championne d'arène qui électrise Menace sur la région d'Unys ! 49
    Saison 16 Un combat pour la gloire et la beauté ! Que cachent la vérité et l'idéal ?

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sébastien Genvo, Le game design de jeux vidéo : Approches de l'expression vidéoludique, L'Harmattan,‎ 2006, 380 p. (lire en ligne), p. 159
  2. a et b (en) Tomiko Yoda et Harry Harootunian, Japan After Japan : Social and Cultural Life from the Recessionary 1990s to the Present, Duke University Press,‎ 2006, 447 p. (lire en ligne), p. 348
  3. a et b (en) Satoru Iwata, « The King Of Portable Toys », Iwata Asks, Nintendo (consulté le 2 octobre 2013)
  4. (en) Gini Shinn, « Case Study: First Generation Pokémon Games for the Nintendo Game Boy », sur stanford.edu,‎ 2004 (consulté le 2 novembre 2013)
  5. Site officiel japonais [2]
  6. Alerte à Bourg-Palette est considéré au Japon comme le premier épisode des Iles Oranges, la Ligue Indigo se terminant là-bas par Amis malgré tout. En Occident, il est considéré comme l'épisode final de l'arc de la Ligue Indigo. De plus, La guerre des princesses, Un héros au poil, Des joujoux par milliers et Tempête de neige, décalés suite à l'arrêt de la série à cause de l'épisode sur Porygon, sont considérés hors-série au Japon. En Occident, ils appartiennent à la Ligue Indigo et à la saison 2.
  7. L'arc Advanced battle contient 52 épisodes. Les 39 premiers concluent la Ligue Hoenn débutée dans l'arc 6, Pokémon Advanced. Les 13 derniers, quant à eux, se déroulent au Battle Frontier, tout comme l'arc suivant et font référence à la Zone de Combat, introduite dans le jeu Pokémon Emeraude.
  8. Le Cycle 4 est scindé différemment entre le Japon et l'Occident. Le Japon colle aux jeux, Best Wishes correspondant aux versions Noire et Blanche, et durant de Dans l'Ombre de Zekrom ! à Un combat d'arène Rock and Roll ! (2e partie) et Best Wishes Season 2 correspondant aux versions Noire 2 et Blanche 2 et débutant par Chante Meloetta, la mélodie d'amour !. En Occident, les arcs correspondent aux saisons de production, Destinées Rivales allant de Inezia, la championne d'arène qui électrise ! à L'avènement des formes Totémiques ! La plus grande crise d'Unys !! est donc à cheval sur les 2 partitions japonaises.
  9. a, b et c (en) Cecilia von Feilitzen et Ulla Carlsson, Children, Young People and Media Globalisation, UNESCO,‎ 2002, 264 p. (lire en ligne), p. 53-68
  10. (en) Jay Tobin 2004, p. 81
  11. (en) Tomiko Yoda et Harry Harootunian, Japan After Japan : Social and Cultural Life from the Recessionary 1990s to the Present, Duke University Press,‎ 2006, 447 p. (lire en ligne), p. 346
  12. (en) Jay Tobin 2004, p. 80
  13. (en) Koichi Iwabuchi, Recentering Globalization : Popular Culture and Japanese Transnationalism, Duke University Press,‎ 2002, 275 p. (lire en ligne), p. 38
  14. « Politiquement correct - Pokémon », Player One, no 100,‎ septembre 1999, p. 16
  15. Xavier, « Pikachu a kidnappé le Père-Noel ! », Puissance Nintendo,‎ 2000 (consulté le 19 décembre 2012)
  16. « Pokemon mania », Le Monde,‎ 2000 (consulté le 20 mars 2013)
  17. « La Pokemon mania », Le Monde,‎ 2000 (consulté le 20 mars 2013)
  18. (en) Jay Tobin 2004, p. 189
  19. Canal J : Pokemon arrive le 1er janvier pour une journée spéciale
  20. (en) Jay Tobin 2004, p. 190
  21. bertrand1090, « Classement des dessins animés au Japon - Pokemon en bonne position ! », Puissance Pokémon,‎ 2012 (consulté le 30 juillet 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Joseph Jay Tobin, Pikachu's Global Adventure: the Rise and Fall of Pokémon, Duke University Press,‎ 2004, 299 p. (ISBN 9780822332879, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article