Évoli et ses évolutions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Évoli et ses évolutions

Description de cette image, également commentée ci-après

Cosplay de, de gauche à droite au second plan, Aquali, Évoli, Givrali, Mentali et Pyroli et, au premier plan, de Phyllali, Voltali et Noctali.

Évoli
Nom japonais イーブイ
Nom anglais Eevee
Type Normal
Génération Première
Pokédex no 133
Taille 0,3 m
Poids 6,5 kg
Aquali
Nom japonais シャワーズ
Nom anglais Vaporeon
Type Eau
Génération Première
Pokédex no 134
Taille 1,0 m
Poids 29,0 kg
Voltali
Nom japonais サンダース
Nom anglais Jolteon
Type Électrique
Génération Première
Pokédex no 135
Taille 0,8 m
Poids 24,5 kg
Pyroli
Nom japonais ブースター
Nom anglais Flareon
Type Feu
Génération Première
Pokédex no 136
Taille 0,9 m
Poids 25,0 kg
Mentali
Nom japonais エーフィ
Nom anglais Espeon
Type Psy
Génération Deuxième
Pokédex no 196
Taille 0,9 m
Poids 26,5 kg
Noctali
Nom japonais ブラッキー
Nom anglais Umbreon
Type Ténèbres
Génération Deuxième
Pokédex no 197
Taille 1,0 m
Poids 27,0 kg
Phyllali
Nom japonais リーフィア
Nom anglais Leafeon
Type Plante
Génération Quatrième
Pokédex no 470
Taille 1,0 m
Poids 25,5 kg
Givrali
Nom japonais グレイシア
Nom anglais Glaceon
Type Glace
Génération Quatrième
Pokédex no 471
Taille 0,8 m
Poids 25,9 kg
Nymphali
Nom japonais ニンフィア
Nom anglais Sylveon
Type Fée
Génération Sixième
Pokédex no 700
Taille 1,0 m
Poids 23,5 kg

Évoli (イーブイ, Eievui?, dans les versions originales en japonais) et ses évolutions, Aquali (シャワーズ, Showers?), Voltali (サンダース, Thunders?), Pyroli (ブースター, Booster?), Mentali (エーフィ, Eifie?), Noctali (ブラッキー, Blacky?), Phyllali (リーフィア, Leafia?), Givrali (グレイシア, Glacia?) et Nymphali (ニンフィア, Ninfia?), parfois désignés ensemble comme les évolitions, sont neuf espèces de Pokémon.

Issus de la célèbre franchise de médias créée par Satoshi Tajiri, ils apparaissent dans une collection de jeux vidéo et de cartes, dans une série d'animation, plusieurs films, et d'autres produits dérivés. Ils ont été imaginés par l'équipe de Game Freak et dessinés par Ken Sugimori. La première apparition d'Évoli et de ses évolutions de type eau, feu et électrique a eu lieu au Japon en 1996, dans les jeux vidéo Pokémon Vert et Pokémon Rouge.

Le groupe d'évolution d'Évoli est le plus grand de tous dans les univers de la franchise Pokémon : en effet, bien qu'Évoli ne puisse évoluer qu'une seule fois, il existe en tout sept évolutions possibles, chacune d'un type différent. Aquali, Voltali et Pyroli ont été créés avec la première génération de jeux vidéo, aux côtés d'Évoli ; Mentali et Noctali sont ensuite apparus à partir de la deuxième et Phyllali et Givrali de la quatrième génération. Le dernier de la famille découvert est Nymphali à la sixième génération. Ces Pokémon occupent respectivement les 133e, 134e, 135e, 136e, 196e, 197e, 470e, 471e et 700e emplacements du Pokédex national, l'encyclopédie fictive qui recense les différentes espèces de Pokémon.

Création[modifier | modifier le code]

La franchise Pokémon, développée par Game Freak pour Nintendo et introduite au Japon en 1996, tourne autour du concept de capture et d'entraînement de 150 espèces de créatures appelées Pokémon, afin de les utiliser pour combattre des Pokémon sauvages et ceux d'autres dresseurs Pokémon, qu'il s'agisse de personnages non-joueurs ou d'autres joueurs humains[1]. La puissance des Pokémon au combat est déterminée par leurs statistiques d'attaque, de défense et de vitesse et ils peuvent apprendre de nouvelles capacités en accumulant des points d'expérience ou si leur dresseur leur donne certains objets[2].

Conception graphique[modifier | modifier le code]

La conception d'Évoli et de ses évolutions a été l’œuvre, comme pour la majorité des Pokémon, de l'équipe chargée au sein du studio Game Freak du développement des personnages, dirigée par Ken Sugimori[3],[4]. Évoli, Aquali, Voltali et Pyroli font leur première apparition dans les jeux Pokémon Vert et Pokémon Rouge, sortis à l'extérieur du Japon sous les titres de Pokémon Rouge et Pokémon Bleu ; Évoli est alors conçu comme le seul Pokémon à évolutions multiples : il évolue différemment selon la pierre évolutive à laquelle il est exposé.

À partir de Pokémon Or et Argent, sortis au Japon en 1999, d'autres Pokémon peuvent avoir plusieurs évolutions différentes, notamment Débugant. C'est dans ces jeux, qui constituent la deuxième génération de jeux vidéo Pokémon qu'apparaissent Mentali et Noctali ; l'évolution est cette fois basée sur l'affection entre le Pokémon et son dresseur. Ce concept était apparu dès Pokémon jaune mais ne permettait pas alors de faire évoluer un Pokémon. Il faut attendre 2006 et Pokémon Diamant et Perle, soit la quatrième génération pour voir apparaître deux nouvelles évolutions, Phyllali et Givrali : ceux-ci ne peuvent évoluer que dans des lieux spécifiques. Le 12 février 2013, le magazine japonais CoroCoro Comic dévoile Nymphali[5]. Deux jours plus tard, le nom du Pokémon est dévoilé en français, en anglais et en allemand[6].

Une possible inspiration pour Évoli, la robe rousse du fennec rappelle également le Pokémon.

Nintendo et Game Freak n'ont pas évoqué les sources d'inspiration de ces Pokémon. Néanmoins certains fans avancent qu'Évoli est inspiré du fennec et du chat[7]. Il pourrait aussi être inspiré du tanuki, un esprit, inspiré du chien viverrin qui pouvait prendre différentes formes[7]. Ses évolutions sont également inspirés du fennec ou du renard et du chat. Cependant en fonction de la forme d'évolution, d'autres caractéristiques changent. Toujours selon certains fans, Aquali est également inspiré d'un nombre de mammifères aquatiques[8], Voltali du porc-épic[9], Pyroli du chien de Poméranie[10], Mentali au persan[11] et Noctali a un chat noir[12]. Étant plus récent, les fans n'ont pas encore vraiment donné leurs idées pour les inspirations de Phyllali et de Givrali, même si la base reste toujours la même : fennec et chat.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Évoli est initialement nommé Eievui (イーブイ, Ībui?) en japonais. Ses évolutions prennent le nom de Showers (シャワーズ, Shawāzu?) pour Aquali, Thunders (サンダース, Sandāsu?) pour Voltali et Booster (ブースター, Būsutā?) pour Pyroli. Par la suite, Mentali sera nommé Eifie (エーフィ, Ēfi?), Noctali, Blacky (ブラッキー, Burakkī?), Phyllali, Leafia (リーフィア, Rīfia?), Givrali, Glacia (グレイシア, Gureishia?), et Nymphali, Ninfia (ニンフィア?). Ces noms sont ensuite adaptés dans trois langues lors de la parution des jeux en Occident : anglais, français et allemand ; le nom anglais est utilisé dans les autres traductions du jeu.

Nintendo a décidé de donner aux espèces Pokémon des noms « astucieux et descriptifs », liés à l'apparence ou aux pouvoirs des créatures, lors de la traduction du jeu pour le public occidental. Il s'agit d'un moyen de rendre les personnages plus compréhensibles pour les enfants, notamment américains[13]. En anglais, Évoli fut d'abord nommé « Eon », terminaison du nom de chacune de ses évolutions, dans la version beta de Pokémon rouge et bleu[14] ; il prit finalement le nom d'« Eevee », dont la prononciation correspond à l'abréviation de « evolution » (évolution en français) en anglais[7]. Le Pokémon a été renommé « Evoli » en allemand et « Évoli » en français.

Pour ce qui est du nom des évolutions d'Évoli, « Showers » a été renommé « Vaporeon » en anglais, « Aquana » en allemand et « Aquali » en français ; « Thunders », « Jolteon » en anglais, « Blitza » en allemand et « Voltali » en français ; « Booster », « Flareon » en anglais, « Flamara » en allemand et « Pyroli » en français ; « Eifie », « Espeon » en anglais, « Psiana » en allemand et « Mentali » en français ; « Blacky », « Umbreon » en anglais, « Nachtara » en allemand et « Noctali » en français ; « Leafia », « Leafeon » en anglais, « Folipurba » en allemand et « Phyllali » en français ; « Glacia », « Glaceon » en anglais, « Glaziola » en allemand et « Givrali » en français ; et enfin « Ninfia », « Sylveon » en anglais, « Feelinara » en allemand et « Nymphali » en français. L'ensemble de ces évolutions d'Évoli est parfois désigné comme les « évolitions »[N 1],[15] en français et « eeveelution » en anglais.

Description[modifier | modifier le code]

Évoli est un des rares Pokémon qui peut évoluer en plusieurs types de Pokémon, et c'est celui qui a le plus de possibilités d'évolutions. Lorsqu'il est soumis aux effets d'une pierre d'un certain élément, son évolution correspondant à cet élément : une Pierre eau donne un Aquali, une Pierre foudre un Voltali et une Pierre feu un Pyroli. Il évolue aussi en Mentali le jour et en Noctali la nuit s'il éprouve une affection suffisante envers son dresseur. Évoli évolue enfin en Givrali à proximité d'une pierre recouverte de glace ou en Phylalli à proximité d'une pierre recouverte de mousse.

Comme pratiquement tous les Pokémon, ils ne peuvent pas parler : lors de leurs apparitions dans les jeux vidéo tout comme dans la série d'animation, ils ne peuvent pas parler et ne sont seulement capables de communiquer verbalement qu'en répétant les syllabes de leur nom d'espèce ainsi qu'en utilisant différents accents, différentes tonalités, ou en rajoutant du langage corporel.

Images externes
Évoli sur le site officiel Pokémon
Aquali sur le site officiel Pokémon
Voltali sur le site officiel Pokémon
Pyroli sur le site officiel Pokémon
Mentali sur le site officiel Pokémon
Noctali sur le site officiel Pokémon
Phyllali sur le site officiel Pokémon
Givrali sur le site officiel Pokémon
Nymphali sur le site officiel Pokémon

Évoli[modifier | modifier le code]

Évoli évoque un petit mammifère court sur patte, à l'abondante fourrure brune, sauf autour de son cou, où elle tire sur le blanc ; il est de type normal. Qualifié d'« évolutif » par le Pokédex, il est le seul Pokémon à pouvoir évoluer en plusieurs Pokémon différents dans la première génération et, avec huit évolutions possibles, détient le record dans l'ensemble des générations. Évoli est décrit par le Pokédex comme extrêmement rare[16]. Son code génétique instable lui permet d'évoluer facilement en différents Pokémon, et d'ainsi s'adapter facilement aux modifications environnementales[17],[18].

Aquali[modifier | modifier le code]

Aquali est l'évolution type eau d'Évoli lorsque ce dernier est exposé à une Pierre eau[19]. Amphibie, son corps est adapté à la vie marine : il possède des branchies[20], sa peau est bleue et lisse, sa queue se termine par une nageoire à la manière d'une sirène[21] ; il porte une large collerette et trois nageoires membraneuses sur la tête, qui vibrent si la pluie arrive[22]. Il vit sur les plages au bord des lacs[23] et a la capacité de se fondre dans l'eau[17].

Voltali[modifier | modifier le code]

Voltali est l'évolution type électrik d'Évoli lorsque ce dernier est exposé à une Pierre foudre[19]. Il est haut sur pattes, au poil court et hérissé, jaune sur le corps et blanc sur la collerette et n'a pas de queue. Le pokédex le décrit comme lunatique[24]. Son corps est chargé en électricité statique, ce qui hérisse sa fourrure[20] et provoque un sifflement continu et strident[18] ; il combat avec ses poils piquants et en lançant des décharges électriques de 10 000 Volts[23].

Pyroli[modifier | modifier le code]

Pyroli est l'évolution de type feu d'Évoli lorsque ce dernier est exposé à une Pierre feu[19]. Des huit évolutions, elle est celle qui ressemble le plus à Évoli. La fourrure du corps est de couleur rouge ; elle est jaune et particulièrement abondante sur la queue, autour du cou et sur la tête, évoquant des flammes. D'après le pokédex, cette fourrure lui permet de réguler la température de son corps, qui peut atteindre 900 °C lors d'un combat[20],[25]. Pour attaquer, il aspire de l'air qu'il chauffe dans une poche enflammée de son corps à 1 700 °C avant de le recracher[17],[16].

Mentali[modifier | modifier le code]

Mentali est l'évolution de type psy d'Évoli. Il évoque un chat siamois à la robe violet clair, décrite comme ayant l'aspect et la texture du velours[25], et portant sur le front un orbe rouge ; ses grands yeux sont violets foncés. Qualifié de Pokémon « Soleil » par le pokédex, Mentali est généralement associé au jour, par opposition à Noctali, associé à la nuit et à la Lune. Ainsi, Évoli se transforme en Mentali de jour, lorsqu'il nourrit une affection suffisante pour son dresseur et gagne un niveau[19] ; l'alternance entre le jour et la nuit n'étant pas présente dans certains titres de la licence, il évolue grâce à des objets appelés « éclat soleil » dans Pokémon XD : Le Souffle des Ténèbres et « ruban soleil » dans Pokémon : Donjon mystère. En l'absence d'un de ces dispositifs, Évoli ne peut évoluer en Mentali ou en Noctali dans Pokémon Rouge Feu et Vert Feuille.

D'après le pokédex, sa fourrure est extrêmement sensible aux déplacements de l'air autour de lui, à tel point qu'il peut prévoir l'évolution du climat[26]. Il peut également sentir, voire prédire, les déplacements et les attaques de son adversaire[22],[17]. D'une loyauté sans faille envers son dresseur[20], il se bat en lançant ses attaques psychiques depuis son orbe frontal, qui s'illumine lorsqu'il utilise ses pouvoirs[27], et se défend en se protégeant derrière une barrière psychique[28].

Noctali[modifier | modifier le code]

Noctali est l'évolution de type ténèbres d'Évoli. Son corps est entièrement noir à l'exception des cercles jaunes qu'il porte sur les pattes, le front, autour des oreilles et de la queue ; ses yeux sont rouges. Qualifié de Pokémon « Lune » par le pokédex, Noctali est généralement associé à la nuit, par opposition à Mentali, associé au jour et au soleil. Ainsi, Évoli se transforme en Noctali de nuit, lorsqu'il nourrit une affection suffisante pour son dresseur et gagne un niveau[19] ; l'alternance entre le jour et la nuit n'étant pas présente dans certains titres de la licence, il évolue grâce à des objets appelés « éclat lune » dans Pokémon XD : Le Souffle des Ténèbres et « ruban lune » dans Pokémon : Donjon mystère. En l'absence d'un de ces dispositifs, Évoli ne peut évoluer en Mentali ou en Noctali dans Pokémon Rouge Feu et Vert Feuille.

D'après le pokédex, c'est un redoutable chasseur à l'affut nocturne[20],[25]. Il effraie ses proies avec les anneaux sur son corps, qui brillent dans la nuit lorsqu'il attaque[20], est en colère, ou encore lors des nuits de pleine lune[18]. Il se défend en libérant un gaz toxique par les pores de sa peau[22].

Phyllali[modifier | modifier le code]

Phyllali est l'évolution de type plante d'Évoli lorsque ce dernier gagne un niveau à proximité d'une pierre mousse. Pierre que l'on trouve dans les forêts de Sinnoh et d'Unys[19]. Le pokédex le qualifie de Pokémon « verdoyant » et explique qu'il utilise la photosynthèse produisant ainsi un air très pur autour de lui[25],[29]. D'une nature pacifique, il évite le plus possible les combats[26] ; le cas échéant, il attaque avec des feuilles et des lianes[28]. Sa capacité spéciale « Feuille-Garde » lui assure une protection contre tout changement de statut lorsque le temps est ensoleillé.

Givrali[modifier | modifier le code]

Givrali est l'évolution de type glace d'Évoli, lorsque ce dernier gagne un niveau à proximité d'une pierre glacée. Pierre qui se trouve dans des lieux spécifiques à Sinnoh et à Unys[19]. Le pokédex le qualifie de Pokémon « poudreuse » et explique qu'il peut faire varier la température de son corps pour transformer son pelage en fines échardes de glace qui le protègent[25]. Il peut également geler l'air ambiant, créant un vent glacial autour de lui[26],[29]. Il attaque avec un rayon glacial qui sort de sa bouche[28].

Nymphali[modifier | modifier le code]

Nymphali est l'évolution de type fée d'Évoli. Il possède de nombreux rubans qui rappellent ceux de la White Day.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Évoli et ses évolutions apparaissent dans la série de jeux vidéo Pokémon. D'abord en japonais, puis traduits en plusieurs autres langues, ces jeux ont été vendus à près de 200 millions d'exemplaires à travers le monde[30].

Évoli apparaît plusieurs fois comme Pokémon de départ. Dans la version jaune, le rival du joueur reçoit un Évoli comme premier Pokémon[31]. Évoli apparaît aussi dans Pokémon XD : Le Souffle des Ténèbres et dans Pokémon Conquest comme choix obligatoire. Mentali et Noctali sont les Pokémon de départ de Pokémon Colosseum. Évoli fait partie du second lot de figurines de la technologie de communication en champ proche pour Pokémon Rumble U[32].

Série télévisée et films[modifier | modifier le code]

La série télévisée Pokémon ainsi que les films sont des aventures séparées de la plupart des autres versions de Pokémon et mettent en scène Sacha[33] en tant que personnage principal. Sacha et ses compagnons voyagent à travers le monde Pokémon en combattant d'autres dresseurs Pokémon. La famille d'Évoli n'y apparaît en totalité que dans une des premières scènes du onzième film, Pokémon : Giratina et le Gardien du ciel[34] ; néanmoins, les différents Pokémon de la famille y font des apparitions séparées.

Évoli apparait pour la première fois dans l'épisode 40 de la série. Il appartient à un enfant dont les frères ont les trois évolutions d'Évoli. Chacun tente de convaincre l'enfant de faire évoluer son Évoli en l'évolution qu'ils ont choisi pour le leur. Ils utilisent des pierres. Lorsque la Team Rocket le capture ainsi que les autres, ils tentent de le faire évoluer en les trois évolutions d'Évoli, mais Sacha arrive avant qu'ils n'y arrivent. Après cette aventure, le jeune garçon décide de laisser son Évoli comme il est et de ne pas le faire évoluer, suivant ainsi les conseils de Sacha, Pierre et Ondine. Noctali est un des Pokémon de Régis ; Zoé possède un Phyllali. Givrali est le pokémon Glace de Flora. Flora possédait tout d'abord un Évoli. L'évoli de Flora évolue en Givrali, qui d'ailleurs arriva en finale de la coupe Marc de Sinnoh. Dans l'épisode Un double pour plat chaud ! (épisode 24 de la saison 11), Flora révèle que son Évoli a évolué en Givrali.

Jeu de cartes[modifier | modifier le code]

Le jeu de cartes Pokémon est un jeu de cartes à collectionner avec un but du jeu similaire à un Match Pokémon dans la série de jeux vidéo ; les joueurs doivent utiliser des cartes (qui ont chacune leurs forces et faiblesses) dans le but de vaincre son adversaire en mettant toutes ses cartes KO[35]. Le système des types de Pokémon est considérablement simplifié dans ce jeu ; néanmoins, Évoli et ses évolutions conservent tous un type différent, à l'exception de Givrali, qui prend le type Eau d'Aquali. Voltali apparaît sur la pochette des cartes de la série HS indomptable et les eeveelutions ont donné leur nom à un deck[36] non paru en France. À l'occasion de la sortie de la série Majestic dawn, le site officiel de Pokémon a proposé une équipe fondée sur Évoli et ses évolutions[37].

Mangas[modifier | modifier le code]

Évoli apparaît dans le manga Pokémon La Grande aventure !/Pokémon Special où des expériences génétiques que lui ont fait subir la Team Rocket lui permettent de passer de son stade de base à l'une de ses trois premières évolutions puis de revenir à sa forme initiale. Ces évolutions étant contre nature, l'énergie consommé par son corps peut lui être fatale. Il sera recueilli par le héros Red puis définitivement sauvé de ses évolutions forcées lorsqu'il évoluera naturellement en Mentali.

Réception[modifier | modifier le code]

Depuis leurs premières apparitions, Évoli et ses évolutions ont reçu un accueil très positif. Le site américain GamesRadar décrit ainsi Évoli comme « un des Pokémon les plus mignons et les plus diversifiés »[N 2],[38] et comme un des plus « durablement populaire »[N 3],[39]. De même, le site américain IGN le qualifie de « créature la plus surprenante, originale et adaptable du jeu »[N 4],[40]. Le site relève également qu’Évoli est d’une puissance correcte par rapport aux autres Pokémon non-évolués de type Normal[41] et qu’il est rare qu’un Pokémon aussi mignon ait des évolutions aussi puissantes[42]. Six des évolitions apparaissent parmi les cent Pokémon les plus populaires élus par les lecteurs d'IGN. Voltali est le premier Pokémon à la 36e place[43], suivi à quatre places par Noctali[44]. Aquali et Mentali viennent ensuite, respectivement 47e [45] et 53e[46]. Pyroli est 76e[47] et Givrali se classe enfin à la 96e position[48]. Évoli et Phyllali ne font pas partie de ce classement. Évoli est également présenté comme un des Pokémon les plus populaires au sein de The Pokémon Company[49].

Évoli et ses évolutions figurent souvent parmi les produits dérivés de la licence, notamment en tant que jouets[50]. Évoli figure ainsi sur la jaquette d'un des DVD de Pokémon pour le dixième anniversaire de la série[51] Il a également été au cœur d'événements promotionnels de Nintendo, comme la distribution en 2010 d'un Évoli chromatique[52]. Une Nintendo 3DS XL à l'effigie d'Évoli était disponible à la loterie japonaise[53]. Enfin, le designer de chaussures Joco Comendador, a créé une paire de chaussures à l'effigie de Noctali[54], avec le projet d'en faire autant pour l'ensemble des Pokémon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mot-valise pour « Évoli et ses évolutions »
  2. « One of the cutest and most varied of all Pokémon »
  3. « Enduringly popular »
  4. « The most mystifying, peculiar, eccentric, and adaptable creature in the game. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Game Freak, op. cit., pp. 6-7
  2. (en) Game Freak, Pokémon Red and Blue, Instruction manual, Nintendo,‎ 30 septembre 1998
  3. (en) Stuart Bishop, « Game Freak on Pokémon ! », CVG,‎ 30 mai 2003 (consulté le 2 juillet 2008)
  4. (en) Stuart Bishop, « Game Freak on Pokémon! », CVG,‎ 30 mai 2003 (consulté le 7 février 2008)
  5. Neoxys, « [Exclu] Ninfia nouvelle forme Evoli dans Pokemon X Y », Pokémon Trash,‎ 2013 (consulté le 15 février 2013)
  6. Silver Altaria, « Ninfia devient Nymphali en français », Pokémon France,‎ 2013 (consulté le 15 février 2013)
  7. a, b et c (en) « Eevee », Tabkam (consulté le 10 août 2012)
  8. (en) « Vaporeon », Tabkam (consulté le 10 août 2012)
  9. (en) « Jolteon », Tabkam (consulté le 10 août 2012)
  10. (en) « Flareon », Tabkam (consulté le 10 août 2012)
  11. (en) « Espeon », Tabkam (consulté le 10 août 2012)
  12. (en) « Umbreon », Tabkam (consulté le 10 août 2012)
  13. (en) Howard Chua-Euan, « PokéMania », TIME,‎ 22 novembre 1999 (lire en ligne)
  14. (en) « IGN Guides: Pokemon Blue Version Gameboy », IGN,‎ 30 septembre 1998 (consulté le 11 février 2010)
  15. Terme utilisé notamment dans Pokémon Ranger : Nuit sur Almia, ainsi qu'en anglais, « eeveelution », dans le guide officiel de Pokémon Stadium 2 et comme nom d'un deck de cartes à jouer.
  16. a et b Pokédex de Pokémon Rouge Feu, Game Freak, Nintendo, 9 septembre 2004, Game Boy Advance
  17. a, b, c et d Pokédex de Pokémon Argent, Game Freak, Nintendo, 6 avril 2001, Game Boy
  18. a, b et c Pokédex de Pokémon Cristal, Game Freak, Nintendo, 2 novembre 2001, Game Boy Color
  19. a, b, c, d, e, f et g « Pokémon en général : Évolution », pokébip (consulté le 14 juillet 2012)
  20. a, b, c, d, e et f Pokédex de Pokémon Rubis et Saphir, Game Freak, Nintendo, 25 juillet 2003, Game Boy Advance
  21. Pokédex de Pokémon Rouge et Bleu, Game Freak, Nintendo, 8 octobre 1999, Game Boy
  22. a, b et c Pokédex de Pokémon Or, Game Freak, Nintendo, 6 avril 2001, Game Boy
  23. a et b Pokédex de Pokémon Stadium, Game Freak, Nintendo, 6 mars 2000, Nintendo 64
  24. Pokédex de Pokémon Jaune, Game Freak, Nintendo, 16 juin 2000, Game Boy
  25. a, b, c, d et e Pokédex de Pokémon Diamant et Perle, Game Freak, Nintendo, 22 avril 2007, Nintendo DS
  26. a, b et c Pokédex de Pokémon Platine, Game Freak, Nintendo, 22 mars 2009, Nintendo DS
  27. Pokédex de Pokémon Ranger, Game Freak, Nintendo, 6 avril 2007, Game Boy Advance
  28. a, b et c Pokédex de Pokémon Ranger : Nuit sur Almia, Game Freak,Nintendo, 21 novembre 2008, Nintendo DS
  29. a et b Pokédex de Pokémon Or HeartGold et Argent SoulSilver, Game Freak, Nintendo, 26 mars 2010, Nintendo DS
  30. « Pokémon : Or HeartGold - Pokémon : Argent SoulSilver », sur afjv.com (consulté le 1er mai 2010)
  31. « Pokémon Jaune > Les combats importants en vidéo », Pokébip (consulté le 24 juin 2012)
  32. « Pokémon Scramble U : Deux séries de figurines en images », sur jeuxvideo.com,‎ 2013 (consulté le 17 avril 2013)
  33. « Résumé de l'anime Pokémon », Psypokes.com (consulté le 25 mai 2006)
  34. « Pokémon le film 11 : Giratina et le gardien du ciel », Pokébip (consulté le 24 juin 2012)
  35. Pokémon Trading Card Game "How to play" guide go-pokemon.com ; consulté le 5 décembre 2008.
  36. http://www.serebii.net/card/themedeck/eeveelution.shtml
  37. (en) « The Seven Stages of Eevee (Deck building is a breeze with the Eevee evolutions found in Diamond & Pearl—Majestic Dawn) », www.pokemon.com,‎ October 10, 2010 (consulté le 10-15-10)
  38. (en) Staff, « The complete Pokemon RBY pokedex, part 13 », GamesRadar, Future Publishing,‎ 24 août 2007, p. 2
  39. (en) Vassar, Darryl, « The complete Pokémon Diamond and Pearl pokedex, part 8 », GamesRadar, Future Publishing, p. 7
  40. (en) « IGN: Pokémon of the Day », IGN,‎ January 13, 2000 (consulté le 2-11-10)
  41. (en) « Pokemon Blue Version Guide/Walkthrough - GB, Game Boy Walkthrough - IGN », Guides.ign.com (consulté le 3 novembre 2010)
  42. (en) Staff, « Pokémon Crystal Version: Pokemon of the Day: Eevee », IGN, IGN Entertainment,‎ 4 novembre 1999 (consulté le 15 octobre 2010)
  43. (en) « Top Pokémons : Jolteon », IGN (consulté le 22 juin 2012)
  44. (en) « Top Pokémons : Umbreon », IGN (consulté le 22 juin 2012)
  45. (en) « Top Pokémons : Vaporeon », IGN (consulté le 22 juin 2012)
  46. (en) « Top Pokémons : Espeon », IGN (consulté le 22 juin 2012)
  47. (en) « Top Pokémons : Flareon », IGN (consulté le 22 juin 2012)
  48. (en) « Top Pokémons : Glaceon », IGN (consulté le 22 juin 2012)
  49. (en) « Interview - Pokémon Interview with J.C. Smith », Nintendo World Report,‎ 31 mai 2010 (consulté le 3 novembre 2010)
  50. (en) « Japan Gets Line of Eevee Merchandise », The Pallet Tribune,‎ November 11, 2008 (consulté le 10-15-10)
  51. (en) « Pokemon 10th Anniversary Edition - Vol. 6: Eevee DVD », cduniverse,‎ October 24, 2006 (consulté le 10-15-10)
  52. (en) « 2010 Pokemon Championships announced, plus Shiny Eevee giveaway (!!!) », GamesRadar US,‎ April 14, 2010 (consulté le 10-15-10)
  53. (en) Thomas East, « 26 rare Pokemon consoles », sur officialnintendomagazine.co.uk,‎ 2013 (consulté le 22 juin 2013), p. 26
  54. (en) Jacob Kleinman, « Pokemon Shoes: Joco Comendador's Quest To Design 'Em All », International Design Times,‎ 2012 (consulté le 20 août 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]