Rob Lowe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lowe.

Rob Lowe

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rob Lowe en 2003.

Naissance 17 mars 1964 (50 ans)
Charlottesville, Virginie (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables Youngblood, Sam Seaborn, À la Maison-Blanche (1999-2003 et 2006) série TV

Robert Hepler "Rob" Lowe est un acteur américain né le 17 mars 1964 à Charlottesville, dans l'État de Virginie. Étant plus jeune, il fut membre du Brat Pack, groupe de jeunes acteurs et actrices qui sont devenus célèbres dans les années 1980. L'acteur est aussi connu pour ses ébats sexuels avec plusieurs jeunes femmes filmés en vidéo, dont les cassettes devenues publiques furent largement distribuées à l'époque.

Il apparait actuellement dans la série Parks and Recreation depuis la saison 3.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rob Lowe est un acteur américain né le 17 mars 1964 à Charlottesville, dans l'État de Virginie. Son Frère Chad Lowe (Charles Lowe) est un acteur américain né le 15 janvier 1968 à Dayton, Ohio, États-Unis.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Rob Lowe commence sa carrière comme mannequin pour des magazines pour adolescentes. Il fait ensuite ses débuts comme acteur à la télévision, dans diverses séries télévisées : A New Kind of Family (1979), Schoolboy Father (1980), A Matter of Time (1981), ABC Afterschool Specials (1980 – 1981), Thursday's Child (1983).

En 1983, le réalisateur Francis Ford Coppola (Le Parrain, Apocalypse Now) recherche de jeunes acteurs charismatiques pour son prochain film Outsiders. Le jeune Rob Lowe (18 ans) se fait alors remarquer et endosse le rôle de Sodapop Curtis. Dans la distribution, d’autres vedettes montantes font leurs débuts : Matt Dillon, Patrick Swayze, Tom Cruise, Diane Lane, Emilio Estevez, Ralph Macchio entre autres. Aux États-Unis, Outsiders sort sur les écrans, le 25 mars 1983 : le film est un succès commercial, remportant plus de 25 millions de dollars de recettes sur le sol américain. Bien que le personnage qu’il interprète soit secondaire, la carrière cinématographique du jeune acteur est lancée.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

La même année sort sur les écrans : Class, une comédie dans laquelle Rob Lowe partage la tête d’affiche avec son camarade Andrew McCarthy, membre du Brat Pack (groupe d’acteurs et d’actrices nord-américains), ainsi qu’avec Jacqueline Bisset. Le film sort le 22 juillet 1983 aux États-Unis : c'est un succès au box office américain, rapportant plus de 21 millions de dollars de recette sur le territoire américain.

Viennent ensuite : Hotel New Hampshire et Oxford Blues en 1984. Les films ne font pas des étincelles au box office, mais font des scores assez satisfaisants pour l’époque et leurs faibles budgets. Hotel New Hampshire bénéficie d’une très bonne réputation dans la communauté des cinéphiles et il est bien accueilli par la critique.

Rob Lowe continue sur sa lancée : en 1985 il joue dans St. Elmo's Fire réalisé par Joel Schumacher (8mm, Phone Game). Le film marche très bien au box office et rapporte pas moins de 37 millions de dollars aux États-Unis. Dans la distribution sont réunis : Emilio Estevez, Andrew McCarthy, Demi Moore, Judd Nelson et Andie MacDowell. C’est à cette époque qu'il devient un véritable sex-symbol.

Le 31 janvier 1986, apparaît sur les écrans américains : Youngblood, film sur le hockey. Il partage pour la seconde fois l’affiche avec Patrick Swayze, Keanu Reeves est aussi dans la distribution dans un petit rôle.

Pendant l’été 1986 aux États-Unis, il est la star d’une comédie romantique de mœurs : À propos d'hier soir... d’Edward Zwick (Légendes d'automne, Blood Diamond), adapté du roman de David Mamet : Sexual Perversity in Chicago. Il y donne la réplique à Demi Moore et James Belushi. Le film est son plus grand succès en tête d’affiche, il rapporte plus de 38 millions de dollars de recettes sur le sol américain.

En 1987, il interprète un simple d’esprit dans le drame : Square Dance. Le film est un échec au box office mais Rob Lowe est nommé pour un Golden Globe Award. C’est à cette période qu'il cumule les échecs, autant dans sa vie privée qu’au cinéma.

Masquerade sort au cinéma en 1988. Dans ce thriller, il interprète un gigolo conspirateur, convoitant la fortune d’une jeune héritière… Le film fait un score moyen au box office, malgré quelques scènes très « hot » et la distribution : Meg Tilly, Kim Cattrall, Doug Savant et John Glover.

La même année il est à l’affiche de la comédie : Illegally Yours, qui fait un échec au box office.

Son scandale[modifier | modifier le code]

En cette année de 1988, apparaît une cassette vidéo impliquant Rob Lowe dans des ébats sexuels avec deux jeunes femmes, dont une mineure de 16 ans, alors qu'il assistait à la Convention nationale démocrate à Atlanta. La mère de la jeune fille a engagé une procédure, mais l'acteur n'a jamais été poursuivi[1]. Il est condamné à des travaux d’intérêt général. Cette mésaventure ternit largement son image auprès du grand public. Accompagnant la première cassette, une autre vidéo apparaît dans laquelle il fait une partie à trois avec un de ses amis et un jeune mannequin appelé « Jennifer » dans une chambre d’hôtel à Paris.

Le public et les studios le boudent, à cette époque il devient la risée des médias. La fin des années 1980 sonne comme une traversée du désert pour l’acteur.

Le 29 mars 1989, il participe à l’ouverture de la 61e cérémonie des Oscars, à Los Angeles. C’est un hommage aux 50 ans du film de Walt Disney Pictures, Blanche-Neige et les Sept Nains, où il interprète un certain prince charmant au côté de l’actrice Eileen Bowman (Blanche Neige) dans un début de cérémonie tout en chansons. La société Disney choquée, entamera une procédure par la suite, pour utilisation non autorisée de ses personnages.

En 1990, le réalisateur Curtis Hanson (L.A. Confidential, 8 Mile) lui offre de rebondir avec le rôle d’un manipulateur froid et habile « capable de filmer avec un caméscope le meurtre qu’il vient de commettre, ou les ébats sexuels de sa future proie ». Il voit avec Bad Influence l’opportunité de revenir sur les devants de la scène, tout en surfant sur la vague de son image de « bad boy ». Mais le public n’est pas au rendez-vous. Le cinéma ne lui proposera plus de premiers rôles. Il accumule les seconds rôles au cinéma et dans divers films téléfilms : Wayne's World (1992), Frank and Jesse (en) (1994), Le Fléau (1994), Austin Powers (1997), Contact (1997), Atomic Train (1999) etc …

Son retour[modifier | modifier le code]

C’est avec la série télévisée À la Maison-Blanche qu’il redevient véritablement une vedette, en interprétant Sam Seaborn durant quatre saisons. Mais après un différend avec les producteurs au sujet de son salaire, qui n'a pas été triplé contrairement à celui de son collègue Martin Sheen (« 300 000 dollars par épisode » à l'époque), Rob Lowe décide de quitter la série.

Il participe ensuite à divers pilotes de série, mais c’est dans le rôle récurrent du sénateur Robert McCallister de la série à succès Brothers and Sisters (2006-2007) qu’il continue sa carrière.

Depuis 2010, il apparaît également dans la série Parks and Recreation dans le personnage de Chris Traeger, le gérant municipal toujours joyeux et plein d'énergie.

En 2011, il joue le rôle d'Eddie Nero dans la quatrième saison de la série télévisée Californication. Il reprend également ce rôle dans la cinquième saison et revient le temps d'un épisode dans la septième.

Ses prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Ses compagnes célèbres[modifier | modifier le code]

  • Sheryl Berkoff, son épouse actuelle, qui est maquilleuse pour le cinéma.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Si Roman Polanski s'est fait arrêter, c'est de sa faute », sur Slate.fr,‎ 2 octobre 2009 (consulté le 4 octobre 2009)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Comédiens ayant doublé Rob Lowe en France » sur RS Doublage, consulté le 2 mars 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :