Stéphanie de Monaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stéphanie de Monaco

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Stéphanie de Monaco (en bas à droite) avec sa mère Grace en 1969.

Biographie
Dynastie Maison Grimaldi
Nom de naissance Stéphanie Marie Élisabeth Grimaldi
Naissance 1er février 1965 (49 ans)
Monaco (Monaco)
Père Rainier III de Monaco
Mère Grace Kelly
Conjoints 1) Daniel Ducruet (1995-1996)
2) Jean-Raymond Gottlieb (non mariés)
3) Adans Lopez Peres (2003-2004)
Enfants Premier lit :
Louis Ducruet
Pauline Ducruet
Deuxième lit :
Camille Gottlieb
alt=Description de l'image Coat of Arms of Monaco.svg.

Stéphanie

Surnom Stéphanie de Monaco
Genre musical Variété française
Années actives 1986 - 1991

La princesse Stéphanie de Monaco (Stéphanie Marie Élisabeth Grimaldi), née le 1er février 1965 à Monaco, est un membre de la famille princière monégasque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la dernière fille du prince Rainier III de Monaco et de la princesse Grace née Grace Kelly.

En 1982, en dépit de graves blessures, elle survit à l'accident de voiture qui coûte la vie à sa mère.

Après un bac littéraire, elle suit des cours de stylisme et crée une ligne de maillots de bain, Pool Position - dont elle n'hésite pas à présenter elle-même les modèles - ainsi qu'un parfum, L'Insaisissable.

En 1986, elle ouvre un café et un magasin de vêtements spécialisé dans les jeans, rue Grimaldi.

Carrière de chanteuse[modifier | modifier le code]

En 1986, elle enregistre dans le studio d'un ami proche son premier titre, Ouragan, composé par Romano Musumarra, chanson que Jeanne Mas avait refusée. Celle-ci connaît à sa sortie un succès phénoménal. C'est le titre de son premier 45 tours où l'on trouve la version anglaise, Irrésistible, sur la face B. Il reste près de 4 mois au Top 50, dont 10 semaines à la première place. Finalement, son père reconnaît être fier de ce qu'elle a fait et apprécie la chanson.

Elle poursuit alors sa carrière musicale avec un album, Besoin, qui comprend un autre extrait à succès, Flash, qui grimpera également dans les premières places du Top 50.

L'extrait suivant Fleurs du mal, titre hommage à son ex-petit ami Paul Belmondo, est un succès déjà plus discret. Le dernier extrait, Live Your Life, échoue à trouver son public.

En 1991, elle participe aux toutes premières paroles du morceau In the Closet, morceau que l'on retrouve sur l'album Dangerous de Michael Jackson sous le pseudonyme de « Mystery Girl[1] ». Parallèlement, elle sort un nouveau single, Winds of Chance, qui rend hommage à sa mère, Grace Kelly, mais qui ne lui permettra pas de renouer avec le succès.

Activité[modifier | modifier le code]

La princesse Stéphanie n'a jamais beaucoup aimé les activités protocolaires et culturelles ; elle consacre ses apparitions publiques au cirque et au domaine social. Elle est la présidente du Centre de la Jeunesse de Monaco et du Centre d'Activités Princesse Stéphanie.

La princesse devient la présidente de l'association Fight Aids Monaco, issue de deux associations :

  • Monaco Sida, créée en 1996 par Miranda Viale-Douala, présidée successivement par le Dr Sioniac, Mme Forchino et le Dr Taillan,
  • Femmes face au sida, créée en 2003 par la princesse Stéphanie.

Fight Aids Monaco prend son envol en juillet 2004 avec pour mission : « Informer, Prévenir et Soutenir ».

C'est au profit de cette association que la princesse Stéphanie revient à la chanson en participant en août 2006 au single L'Or de nos vies du groupe Kyo qui a signé le titre sur lequel elle chante avec 15 autres chanteurs, tels Amel Bent, Bénabar, Corneille, Emma Daumas, Jenifer, etc. « Nous pouvons aider les personnes par une présence, une écoute... » écrit-elle sur son site.

Depuis le décès de son père en 2005, elle est la présidente du Festival international du cirque de Monte-Carlo, créé par le prince Rainier.

Son frère la décore en 2005 Grand-Croix de l'Ordre de Grimaldi pour son engagement auprès des malades du sida[2].

En octobre 2006, elle est nommée représentante spéciale d'Onusida pour une durée de deux ans et déclare déplorer l'opposition de l'Église catholique à l'usage du préservatif[3].

En mars 2008, la princesse Stéphanie organise un gala de bienfaisance au profit de Fight Aids Monaco au Grimaldi Forum (Monaco) en présence du prince Albert II. L'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Jean-Félix Lalanne, Patrick Bruel, Jane Birkin, Jenifer, David Hallyday, Laam, Alizée, Élie Semoun et Maurane participent au spectacle mis en scène par Kamel Ouali, direction musicale et orchestration de Jean-Félix Lalanne autour des chansons de Serge Gainsbourg.

La princesse Stéphanie est la marraine de son neveu Andrea Casiraghi (né en 1984), fils de la princesse Caroline et de Stefano Casiraghi.

En 2008, elle rejoint l'association de Pascal Olmeta et devient marraine d'« Un Sourire, un Espoir pour la Vie »[4].

Avec son association Fight Aids Monaco, la princesse réunit les fonds nécessaires pour créer à Carpentras une Maison de Vie où des personnes atteintes du sida peuvent faire une pause. La Maison de Vie de Carpentras a été inaugurée en 2010.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Elle se marie civilement à Monaco le 1er juillet 1995 avec Daniel Ducruet, son ancien garde du corps, et en divorce le 4 octobre 1996. Leurs enfants sont Louis Ducruet et Pauline Ducruet, nés tous deux avant ce mariage (26 novembre 1992 et 4 mai 1994).

Elle donne plus tard naissance à un enfant hors mariage, Camille Gottlieb, née le 15 juillet 1998 à l'hôpital Princesse-Grace-de-Monaco, et reconnue à sa naissance par son père Jean-Raymond Gottlieb, l'ancien garde du corps de la princesse Stéphanie. L'enfant fut baptisée le 5 avril 1999 en l'église Sainte-Dévote de Monaco en présence de ses deux parents et de la famille princière.

Elle se marie le 12 septembre 2003 à Vandoeuvres, en Suisse avec Adans Lopez Peres, un acrobate portugais, et en divorce le 24 novembre 2004.

La princesse Stéphanie, neuvième dans l'ordre de succession à la couronne de Monaco, en 2014, aurait perdu tout rang successoral tout comme sa descendance légitime sans la réforme de 2002 de la constitution de Monaco de 1962 et de son article 10, réforme initiée par Rainier III de Monaco quelques années avant sa mort et qui ouvre la succession aux frères et sœurs du prince souverain défunt, ainsi qu'aux descendants légitimes de ces derniers.

Louis et Pauline Ducruet sont donc dynastes (dixième et onzième dans l'ordre de succession) parce que légitimés, du fait du mariage de leurs parents, mais il n'en va pas de même pour leur demi-sœur Camille.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Ordre de succession au trône de Monaco[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Armoiries de Monaco et Armorial des Grimaldi.
Blason Blasonnement :
Fuselé d'argent et de gueules.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Besoin (n°6 France, n°6 Suède, n°12 Allemagne)
    • Flash
    • Rendez-Vous
    • Young Ones Everywhere
    • Ouragan
    • Fleurs du Mal (à Paul)
    • Dis tout bas Dis
    • Live Your Life
    • Le Sega Mauricien
    • Besoin
  • 1991 : Stéphanie (n°48 France)
    • Winds of Chance
    • You don't die from love
    • Love Once
    • Born Blue
    • Words upon the Wind
    • Sky fall down
    • Unchained
    • Hunger Rise
    • I Escape
    • Good Dreams

Singles[modifier | modifier le code]

Année Single Classement des ventes
France Suisse Allemagne Autriche Suède Norvège
1986 Ouragan 1 11
Irresistible 2 5
Flash 4 28
One love to give 10 1
1987 Fleur du mal 16
Live your life 9
1991 Winds of chance 54
1992 In the Closet avec Michael Jackson 9 25 15 23 29 10
2006 L'or de nos vies (Collectif Fight Aids) 5 43

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/In_the_Closet
  2. Ordonnance Souveraine n° 255 du 9 novembre 2005
  3. http://www.ledevoir.com/2006/10/10/120052.html Nouvelle ambassadrice d'Onusida - Stéphanie de Monaco déplore la position du Vatican sur le préservatif], Article dans Le Devoir, 10 octobre 2006
  4. Site de l'association.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Fred Tourtchine, Le Royaume de Bavière volume III — La Principauté de Monaco, collection « Les Manuscrits du Cèdre. Dictionnaire historique et généalogique », CEDRE (Cercle d'études des dynasties royales européennes), 289 pages, avril 2002, ISSN 0993-3964

Liens externes[modifier | modifier le code]