8 Mile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

8 Mile

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Titre original 8 Mile
Réalisation Curtis Hanson
Scénario Scott Silver (en)
Jesse Wigutow
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 2002
Durée 110 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

8 Mile est un film américain réalisé par Curtis Hanson, sorti en 2002. La vedette principale du film est le célèbre rappeur Eminem, du parcours duquel le film s'inspire largement.

Résumé[modifier | modifier le code]

8 Mile Road

Jimmy « B-Rabbit » Smith Jr. participe à une battle locale de rap, dirigée par le Maître de cérémonie David « Future » Porter, ami de Smith. Au cours de la battle, Smith se révèle incapable de parler en public devant un microphone et quitte la compétition humilié.

Jimmy est jeune homme déprimé qui travaille dans une usine de tôle de voitures et qui mène une vie assez pénible. Il est obligé de déménager au nord de 8 Mile Road, à Warren où il habite dans une caravane avec sa mère alcoolique, Stephanie (Kim Basinger), sa sœur Lily et l'ami squatteur de sa mère, Greg. Jimmy essaie de faire décoller sa carrière musicale, mais il semble incapable de profiter des occasions qui se présentent.

Jimmy se rend compte peu à peu que sa vie est restée la même depuis le lycée. Accuser les autres de ses malheurs ne fait pas avancer les choses. Avec le temps, Jimmy comprend qu'il est le seul maître de son destin. Il en vient à douter de son groupe d'amis, y compris Future, car il lui semble qu'ils se perdent dans des rêves au lieu d'essayer de les réaliser et de progresser. « All we ever do is talking shit » (« Tout ce que nous faisons, c'est dire des conneries »), dit-il, quand ils se querellent au sujet de la meilleure manière de remporter un grand succès dans leurs carrières musicales. Il décide d’abandonner son rêve d'une carrière miracle tombée du ciel grâce à des relations douteuses dans le milieu musical pour consacrer plus de temps à son travail à l'usine et à sa vie familiale. Le déni de réalité laisse place dans l'esprit de Jimmy à une évolution lucide de ses capacités et de ses chances.

Son directeur à l’usine s'aperçoit que Jimmy se concentre sur son travail et commence à lui faire confiance. Et lorsque Jimmy demande des heures supplémentaires, son directeur ne se rit plus de lui : Jimmy a prouvé ses compétences et obtient les heures supplémentaires qu'il avait voulues. Jimmy apparaît de plus en plus sûr de lui et lorsqu'une autre battle de rap se présente, il y participe, fortement incité par Alex.

Les amis de B-Rabbit l'aident dans tout le film, mais jusqu'à cette battle, le film montre seulement de maigres extraits de ses talents. Le tournoi est à trois rounds, et dans chacun d'entre eux, B-Rabbit doit faire face à un membre des Leaders of the Free World, un groupe concurrent qui garde une dent contre B-Rabbit et ses amis. B-Rabbit gagne les deux premiers rounds. Dans le dernier, il est opposé à Papa Doc, tenant du titre et l'antagoniste principal de Jimmy dans tout le film. Rabbit se rend compte que Doc connait tous ses points faibles, ainsi il décide de les dénoncer lui-même. Rabbit reconnaît sans honte ses racines de white trash et les diverses difficultés qu'il a dû traverser, en déclarant qu'en dépit de tout, il reste toujours dans cette battle. Il joue alors la carte de la vie difficile qu'il a eue pour l'opposer à celle de Papa Doc qui pense être un gangster mais qui a une vie privilégiée. Doc, dont le nom réel est Clarence, a fait ses études à Cranbrook, une école privée située à Bloomfield Hills, et a vécu toute sa vie dans une famille stable. B-Rabbit fait une référence à Shook Ones part II de Mobb Deep en appelant Papa Doc « halfway crook » et rend la foule hystérique. Doc reste sans voix et laisse tomber son microphone : en s'assumant, Rabbit gagne le titre et quitte le lieu. Future suggère qu'il reste pour célébrer sa victoire. Rabbit refuse, disant qu'il doit retourner travailler. Il indique qu'il doit suivre sa propre voie, ce que Future accepte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (V. F.) sur Voxofilm[1]. Version québécoise (V. Q.) sur Doublage Québec[2]

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est composée de deux albums :

L'instrumentale que l'on peut entendre au tout début du film quand Eminem s'échauffe devant la glace des toilettes du club ainsi que lors du dernier clash avec Papa Doc à la fin est le morceau Shook Ones part II tiré de l'album The Infamous du groupe Mobb Deep sorti en 1995. Eminem reprend d'ailleurs une phrase de la chanson « you shook, cause ain't no such thing as halfway crooks », ce qui peut se traduire en français par : « tu n'as plus rien a dire, car il n'y a rien de pire que d'être une petite frappe. »

Autour du film[modifier | modifier le code]

C'est le rappeur Craig G qui a écrit et coordonné les battles des adversaires d'Eminem dans le film[3].

Le film est parsemé d'apparitions plus ou moins rapides d'artistes reconnus. En effet, on retrouve les rappeurs Proof (membre de D-12 et meilleur ami d'Eminem mort assassiné en 2006), Xzibit, DJ Head (l'ex DJ d'Eminem), Miz-Korona et Obie Trice.

Certains spectateurs considèrent que le film est une auto-biographie d'Eminem, décrivant une partie de sa vie avant qu'il ne devienne une star. Eminem, lui-même, souligne le fait que ce n'est qu'un film semi-biographique. Il prétend ne pas souhaiter que les gens aient pitié de lui. Pour cette raison, des scènes plus ou moins fictives s'entremêlent, la vie d'Eminem dans le film est assez pathétique mais son histoire réelle, d'après lui, l'est encore plus.[réf. nécessaire]

  • L'action se déroule à Détroit en 1995. À l'époque, Eminem essayait également de se faire connaître à Détroit..
  • Le meilleur ami de B-Rabbit, Future, peut renvoyer à celui d'Eminem, Proof qui menait les rap battles au Shelter, et avait le même look et la même coiffure que Future dans le film, ou bien encore au producteur d'Eminem.
  • Les relations tendues qu'entretient B-Rabbit avec son « ex » et sa mère sont très similaires aux relations qu'entretient Eminem avec son « ex » et sa mère.
  • La petite sœur de B-Rabbit ressemble étrangement à la fille d'Eminem, Hailie Jade Mathers.
  • The Shelter, le club où ont lieu les battles, est le lieu où Eminem faisait des battles. De même que le Chin Tik, ce sont tous deux des lieux authentiques et réputés à Détroit.
  • Le film est parodié dans Scary Movie 3.

Réception[modifier | modifier le code]

8 Mile a reçu un accueil critique assez favorable aux États-Unis et en France. Le site des Inrocks qualifie le film de film sans génie, mais qui reste un excellent divertissement populaire[4].

Il reçoit la note moyenne de 3.3/5, pour 7 947 votes, sur le site Allociné[5]. Le film a été amorti dès sa première semaine d'exploitation aux États-Unis, en engrangeant plus de 50 millions de dollars du 8 au 10 novembre 2002. En fin d'exploitation, 8 Mile aura rapporté 116 millions de dollars aux Etats-Unis[6]. En France, 8 Mile a attiré 2 116 066 spectateurs dans les salles de cinéma en 5 semaines d'exploitation. Dans le monde entier, 8 Mile a rapporté 242,9 millions de dollars au box-office, et environ 130 millions grâce aux ventes de DVD[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Voxofilm, consulté le 27 janvier 2013
  2. « Fiche du doublage V. Q. du film » sur Doublage Québec, consulté le 14 décembre 2014
  3. (en) Hall, Rashaun (2003) Words & Deeds: Now Is the Time - Billboard, 7 juin 2003, p. 23
  4. « 8 Mile - Critique et avis par Les Inrocks » (consulté le 26 janvier 2012)
  5. « 8 Mile - film 2002 - AlloCiné » (consulté le 26 janvier 2013)
  6. a et b « 8 Mile - Box Office Data, DVD Sales, Movie News, Cast Information - The Numbers » (consulté le 26 janvier 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]