Étienne Pierre Ventenat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Étienne Pierre Ventenat, né à Limoges le et mort à Paris le , est un botaniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre d’abord dans les ordres et devient le directeur de la bibliothèque ecclésiastique de la Sainte-Geneviève. C’est à l’occasion d’un voyage en Grande-Bretagne qu’il découvre les jardins anglais et qu’il décide de se consacrer à la science. Il quitte les ordres à la Révolution et collabore avec Charles Louis L'Héritier de Brutelle (1746-1800). Il publie en 1792, une Dissertation sur les parties des Mousses qui étaient regardées comme fleurs mâles et comme fleurs femelles et un Mémoire sur les meilleurs moyens de distinguer le calice de la corolle.

En 1794, il fait paraître les Principes de botanique, expliqués au Lycée républicain par Ventenat (Sallior, Paris, an III), les plantes étant dessinées et gravées par Sophie Dupuis. Mais Ventenat trouve l’ouvrage très médiocre et tente d’en racheter tous les exemplaires pour les détruire. Il est élu membre résidant de première classe à l'Institut national des sciences et des arts (aujourd’hui Académie des sciences) le 22 frimaire an IV (13 décembre 1795) dans la section de botanique et physique végétale.

Son Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu (imprimerie de J. Drisonnier, Paris, quatre volumes, an VII), qui paraît en 1798, n’est en fait que la traduction de l’ouvrage de Genera plantarum d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), mais qu’il complète par des indications sur les usages et l’histoire des végétaux.

Ce qui établit sa renommée est la parution de deux ouvrages, magnifiquement illustrés, Description des plantes nouvelles et peu connues, cultivées dans le jardin de J.-M. Cels[1] (imprimerie de Crapelet, Paris, an VIII – 1799) et le Jardin de La Malmaison (imprimerie de Crapelet, Paris, an XI – 1803). Les illustrations sont réalisées par Pierre-Joseph Redouté (1759-1840) et gravées par François Noël Sellier (1737-?), ce dernier étant assisté par d’autres graveurs pour le deuxième ouvrage. Le Jardin de La Malmaison répond au souhait de Joséphine de Beauharnais (1763-1814) qui voulait immortaliser les plantes rares, parfois inconnues des botanistes, venant de toutes les régions du monde, qu’elle avait fait planter dans les jardins et les serres du château de Malmaison. Elle engage le meilleur illustrateur de l’époque, Redouté, et confie à Ventenat la partie botanique. L’ouvrage comptera vingt livraisons.

Il termine l’Histoire des champignons de la France, ou Traité élémentaire, renfermant dans un ordre méthodique les descriptions et les figures des champignons qui croissent naturellement, en France (Leblanc, Paris, trois volumes 1812) commencé par Pierre Bulliard (1742-1793). Il laisse inachevé une Flore de la région parisienne.

Son frère, Louis Ventenat (1765-1794), participe comme chapelain et naturaliste à l'expédition d'Antoine Bruny d'Entrecasteaux (1737-1793) à la recherche de Jean-François de La Pérouse (1741-1788).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Note[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Philippe Martin Cels (1740-1806) est un botaniste amateur qui réunit dans son jardin un ensemble très riche de végétaux rares. Il confie à Ventenat leurs descriptions.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Adrien Davy de Virville (dir.), Histoire de la botanique en France, SEDES, Paris, 1955 : 394 p.
  • H. Walter Lack, Un Jardin d’Eden. Chefs-d’œuvre de l’illustration botanique, Taschen, Cologne, 2001 : 576 p.
  • William Wheeler, L'Illustration botanique, Les Éditions du Carrousel, Paris, 1999 : 175 p.
Vent. est l’abréviation botanique officielle de Étienne Pierre Ventenat.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI