Linotte à bec jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Linaria flavirostris

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Linotte à bec jaune

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Fringillidae
Genre Linaria

Nom binominal

Linaria flavirostris
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Linotte à bec jaune (Linaria flavirostris, anciennement Carduelis flavirostris) est une espèce commune de passereaux appartenant à la famille des Fringillidae.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Linotte à bec jaune

Cette espèce ressemble à la Linotte mélodieuse mais s'en distingue par l'absence de coloration rouge sur le front et la poitrine chez le mâle en période de reproduction, les parties supérieures plus foncées et les inférieures, au contraire, brun légèrement plus clair, la gorge brune ne présentant pas de stries et le bec jaune clair en période internuptiale (grisâtre en période de reproduction). Le mâle se différencie de la femelle au croupion plus rosé.

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

La nourriture hivernale, sur les côtes maritimes, consiste surtout en graines des genres Aster, Salicornia, Cakile, Spartina, Armeria et Suaeda mais, à la même saison, à l’intérieur des terres, le régime alimentaire est fortement dominé par les astéracées des genres Solidago, Achillea, Anthemis, Chrysanthemum et Artemisia.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Voix

Le cri de contact est un «yètt» assez bref et dur ou un «tyééiht» étiré et légèrement montant. Le chant rappelle davantage celui du venturon montagnard que de la linotte mélodieuse. Il consiste en trilles, bourdonnements et gazouillis ; reconnaissables aux «PFFFFFFF, FFFFFFFFF» graves mêlés.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs de linotte à bec jaune
Muséum de Toulouse

Le nid est généralement une coupe plutôt plate et large, composée extérieurement de brindilles, de tiges d’herbes et de mousse et tapissée intérieurement d’herbes fines, de radicelles et de laine. Il est généralement placé dans la végétation basse.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Trois aires principales de distribution, l’une nord-européenne, la seconde au Moyen-Orient et la troisième en Asie centrale.

Habitat[modifier | modifier le code]

Son habitat de prédilection se présente comme un ensemble de toundras rocailleuses, de steppes arides et froides, de formations d’ajoncs, de landes, de côtes maritimes et de vastes zones ouvertes pourvues d’une végétation basse d’arbrisseaux, de buissons nains, de broussailles et de plantes herbacées.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Carduelis flavirostris a été décrite par le naturaliste suédois Carl Von Linné en 1758, sous le nom initial de Fringilla flavirostris.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Fringilla flavirostris Linné, 1758 (protonyme)

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Linotte à bec jaune
  • Linotte montagnarde

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste desSous-espèces

D'après le Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des onze sous-espèces suivantes :

sud-ouest du Kansou, Tsinghaï), sud-est du Tibet ;

  • L. f. montanella (Hume, 1873) : Turkestan russe, Alaï, Pamir, monts Kouen Louen, nord du Pakistan, Sinkiang, Nan Chan, Tsinghaï ; elle se différencie par un plumage beaucoup plus clair que la forme nominale ;
  • L. f. pamirensis (Zarudny & Harms, 1914) : Tadjikistan, Nord du Afghanistan and Nord-ouest du Pakistan ;
  • L. f. miniakensis (Jacobi, 1923) : ouest de la Chine (nord-ouest du Seutchouan,
  • L. f. rufostrigata (Walton, 1905) : nord du Pakistan, Cachemire, ouest de l’Himalaya (Népal), sud-est du Tibet ; plus foncée et plus striée avec les parties supérieures à tonalité plus riche et plus brun rouge et les inférieures davantage fauve que blanc beige ; bec plus épais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ottaviani, M. (2011). Monographie des Fringilles (carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, volume 2. Editions Prin, Ingré, France, 286 p.