Abraham Trembley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abraham Trembley

Abraham Trembley () est un naturaliste genevois. Il est principalement connu pour ses études de l'hydre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Trembley naît dans une famille bourgeoise de Genève. Il étudie d'abord les mathématiques dans l'académie fondée par Jean Calvin et se prépare à entrer dans les ordres. Les circonstances le conduisent à se détourner de cette voie et il s'installe au Pays-Bas. Il réside d'abord à Leyde où il donne des leçons de philosophie et de lettres. Le comte William Bentinck le remarque et l'engage comme précepteur de ses deux fils.

Une Hydre, dessinée par Trembley dans son mémoire de 1744.

Il se consacre à la zoologie à partir de 1736. Dans les cours d'eau sur la propriété du comte il découvre un organisme qu'il appelle hydre bien qu'il ne soit pas le premier à signaler son existence, le naturaliste néerlandais Antoni van Leeuwenhoek (1632-1723) ayant déjà annoncé sa découverte en 1702 sans en apporter la preuve. Au cours des années qui suivent il s'affirme comme un spécialiste de ce polype.

Il entretient des contacts suivis avec d'autres scientifiques tel que René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757), Charles Bonnet (1720-1793) et Lazzaro Spallanzani (1729-1799). Les écrivains de l'époque, Henry Fielding (1707-1754), Tobias Smollett (1721-1771), Oliver Goldsmith (1730-1774), et Voltaire (1694-1778), sont au courant de ses travaux mais les tiennent en peu d'estime les considérant comme frivoles et imprécis. Les scientifiques contemporains désavouent clairement les accusations d'imprécision tandis que la postérité démontre l'intérêt d'études minutieuses d'organismes.

Ses études de l'hydre sont publiés dans quatre mémoires Mémoires pour servir à l'histoire d'un genre de polypes d'eau douce à bras en forme de cornes (1744). Dans ces mémoires il démontre la nature animale de l'hydre et décrit ainsi pour la première fois une forme de régénération animale complète. Ce mémoire est important aussi par les méthodologies, alors nouvelles, employées. Il utilise systématiquement l'expérimentation pour essayer de comprendre le fonctionnement de l'hydre, jusqu'alors les naturalistes se contentent de décrire leurs observations et d'induire à partir d'elles une classification. Trembley introduit des perturbations afin d'essayer de comprendre les mécanismes sous-jacents aux observations. La découverte de la nature animale des coraux — annoncée par Jean André Peyssonnel en 1726 et accueillie avec un grand scepticisme — est confirmée par Trembley.

Laboratoire de Trembley dessiné dans son mémoire de 1744

Sa patience et sa méthode sont exemplaires et il développe considérablement la zoologie expérimentale bien qu'on ne puisse le créditer, comme cela arrive parfois, d'être le père de cette branche de la zoologie.

Il est le premier à éclaircir la reproduction d'animaux par bourgeonnement, à effectuer des greffes permanentes de tissus animaux. Il découvre que les protozoaires se multiplient par division et décrit certaines caractéristiques physiques du protoplasme un siècle avant Félix Dujardin.

Il est élu membre de la Royal Society en 1743 et membre correspondant de l'Académie des sciences. Il reçoit la médaille Copley en 1743. Il publie plusieurs ouvrages sur la religion naturelle, des articles d'histoire naturelle dans les Philosophical Transactions de 1742 à 1757.

Il devient précepteur du fils du duc de Richmond, avec lequel il voyage en Allemagne et en Italie. Pendant la même période, 1747-1757, il participe aussi au service diplomatique anglais. En 1757 il retourne en Suisse où il fonde une famille. En 1760, il obtient une place de bibliothécaire à Genève puis siège au conseil des Deux-Cents. Durant la fin de sa vie il écrit dans les domaines de l'éducation, la politique, la religion et la philosophie morale. Il écrit contre les méthodes d'éducation de Rousseau dans son fellow townsman.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Réaumur, René Antoine Perchault - Trembley, Maurice - Correspondance entre Réaumur et Abraham Trembley. Introduction par Émile Guyénot
  • John R. Baker, Abraham Trembley scientist & philosopher (ISBN 978-1-125-96607-5)
  • Howard M. Lenhoff et Pierre Tardent (dir.), From Trembley's polyps to new directions in research on hydra : proceedings of a symposium honoring Abraham Trembley (1710-1784)
  • (en) Mary E. Sunderland, Abraham Trembley — The Embryo Project Encyclopedia

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]