Walter Oesau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Walter Oesau
Surnom "Gulle"
Naissance 28 juin 1913
Farnewinkel
Décès 11 mai 1944 (à 30 ans)
Saint Vith
Mort au combat
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Balkenkreuz.svg Luftwaffe
Grade Oberst
Années de service 19331945
Conflits Guerre d'Espagne
Seconde Guerre mondiale
Commandement 1./JG 20, 7./JG 51, III./JG 51, III./JG 3, JG 2, JG 1,
Faits d'armes Guerre d'Espagne
Campagne de Pologne
Bataille de France
Bataille d'Angleterre
Front Ouest
Front Est
Défense du Reich
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne et glaives

L'Oberst Walter Oesau (né le 28 juin 1913 et mort le 11 mai 1944) est un aviateur allemand de la guerre d'Espagne et de la Seconde Guerre mondiale. Il a servi la Luftwaffe entre 1934 jusqu'à sa mort en 1944. Il a abattu 127 avions en plus de 300 missions de combat. Il tient une place d'honneur parmi les "expertern" de la Luftwaffe, tant par son palmarès qu'à ses talents d'instructeur. En 1938, il se porte volontaire pour la Légion Condor et participe à la Guerre d'Espagne durant laquelle il remporte ses neuf premières victoires aériennes. Oesau est décoré de la Croix de chevalier de la Croix de fer le 20 août 1940. Il reçoit les feuilles de chêne le 6 février 1941 (no 9) puis les glaives le 15 juillet 1941 alors qu'il commande le III./JG 3. Il est tué au combat le 11 mai 1944 au-dessus de l'Eifel, abattu par plusieurs chasseurs américains P-38 "Lightning".

Les débuts d'une brillante carrière[modifier | modifier le code]

Walter Oesau entre dans l'armée en 1933 et sert dans un régiment d'artillerie. En 1934, il passe dans l'aviation et complète son entraînement à la Jagdgeschwader “Richtofen”. Le Leutnant Oesau débute sa carrière lors du conflit Espagnol en avril 1938. Affecté au Stab du J 88, il y effectue 130 missions et remporte du 15 juillet au 3 novembre 9 victoires aériennes. C'est l'un des meilleurs score allemand. Il est cependant blessé au cours de cette campagne.

Le 1er mars 1939, il rejoint le Stab I./JG 2 et le 15 juillet, l'Oberleutnant Oesau est nommé Staffelkapitän de la 1./JG 20. Il participe à la invasion de la Pologne, l'unité se contentant seulement d'anticiper des attaques de l'armée de l'air polonaise. Il remporte sa première victoire du conflit le 13 mai 1940 lors de la Bataille de France. À la fin de cette campagne, il a 5 victoires à son crédit (un H-75, trois Spitfire et un Amiot 351). Le 4 juillet, son escadrille est redésignée 7./JG 51.

Commence alors pour la Luftwaffe des attaques méthodique sur des convois de la Manche comme prélude à la à l'invasion de la Grande-Bretagne. La tâche principal de la JG 51 est de fournir une escorte aux bombardiers. La politique de son commandant l'Oberst Theo Osterkamp lui-même ancien as de la Première Guerre mondiale consiste à patrouiller librement, cherchant sans cesse le combat plutôt que de rester coller au bombardiers. Le 7 juillet 1940, Oesau descend un nouveau Spitfire.

La confirmation[modifier | modifier le code]

La notoriété d'Oesau viendra durant la Bataille d'Angleterre, tout comme l'entière JG 51, sous les ordres de Werner Mölders, le nouveau Kommodore. Oesau cumule les doublés et obtient même un triplé (le 10 juillet) ; le 18 août, il atteint déjà les 20 victoires synonyme à cette époque de la Croix de Chevalier. Sept jours après, le Hauptmann Oesau devient Kommandeur du III./JG 51. À la fin de l'année, il a quasiment doublé son score et possède 39 succès à son actif. Il termine de ce fait à la troisième place des as de la Bataille d'Angleterre derrière Adolf Galland de la JG 26. et Helmut Wick de la JG 2. Le 11 novembre, Oesau passe Kommandeur du III./JG 3 en lieu et place de Wilhelm Balthasar (en), escadre sous les ordres de Günther Lützow.

L'as remporte le 5 février sa 40e victoire et reçoit le lendemain les feuilles de chêne, dont il sera le 9e récipiendaire, ainsi qu'une seconde citation à l'ordre de l'armée. La JG 3 revient ensuite en Allemagne et se rééquipe en Bf 109F, une variante du célèbre chasseur qui sera, au dires de nombreux pilotes, la meilleure. Oesau eut toutefois du mal à s'habituer à cette nouvelle monture, regrettant surtout une puissance de feu amoindrie (un seul canon dans l'axe) au lieu des deux dans les ailes de son prédécesseur le Bf 109E. De retour en France, Oesau descend encore deux chasseurs anglais les 16 et 28 mai.

Oesau mène ensuite son groupe dans la campagne de Russie ou opération Barberousse qui débute le 22 juin 1941. L'adversaire est désormais constitué d'appareils dépassés et c'est donc un boulevard aux victoires qui s'ouvre pour un as confirmé tel que lui. Il descend 9 appareils soviétiques du 24 au 30 juin et les victoires multiples se succèdent en juillet : trois quadruplés, un quintuplés, et un septuplés le 12 juillet, en tout 35 victoires, le meilleur score allemand du mois. Le 15 juillet, sa 80e lui rapporte les glaives. Seul Adolf Galland et Werner Mölders ont alors déjà reçu cette décoration. Le 24 juillet, il descend son dernier adversaires soviétiques. Ainsi, durant les cinq semaines de combats sur le front Est, Oesau aura revendiqué 44 avions soviétiques, mais aussi quelques blessures au visage et au genou.

Retour à l'Ouest[modifier | modifier le code]

À la fin du mois de juillet, Le Major Wilhelm Balthasar (en) alors patron de la JG 2 sur le front Ouest meurt dans le crash de son 109 au-dessus de la France. Pour la seconde fois, Oesau est désigné pour lui succéder, et revient donc à son ancienne unités de formation. La JG 2 tout comme la JG 26 d'Adolf Galland sont alors les seuls escadres complètes à ne pas avoir fait le déplacement à l'Est. Elles ont donc forte à faire face à la RAF.

Oesau descend un Spitfire le 10 août et en descend cinq autre le surlendemain, son meilleur jour sur ce front. Il ne lui manque qu'une dizaine de victoire pour atteindre le chiffre 100. Ce sera chose faite le 26 octobre, avec un nouveau Spitfire descendu en début d'après-midi. C'est le troisième as de la Luftwaffe après Werner Mölders et Günther Lützow à atteindre pareil score. Soucieux de préserver un leader expérimenté, l'état major l'interdit de vol.

Commandement au sol[modifier | modifier le code]

Oesau conserve la JG 2 mais a maintenant en charge de nombreuses taches administratives. Homme simple ayant le sens de l'humour, il reste très proche de ses hommes. Il se révèle alors un très bon pédagogue pour les jeunes pilotes qui passent dans son escadre ce qui fit beaucoup pour sa notoriété. Mais comme d'autre pilotes cloués au sol, Oesau a du mal à respecter l'interdit de vol. Ainsi, le 17 avril 1942, l'as descend un bombardier Lancaster lors d'un des rares raids diurnes de la RAF, son premier quadrimoteur lourd. En août 1942, la JG 2 échange ses Bf 109 contre des FW 190. Oesau récidive le 20 décembre contre deux Boeing B-17. Le 4 avril 1943, un autre B-17 tombe sous ses coups.

À partir de ce moment-là, la JG 2 est de plus en plus confronté aux formations de B-17 et B-24. Ces bombardiers de plus en plus nombreux dans le ciel d'Europe sont les prémisses d'un renversement de la supériorité aérienne, jusque là favorable aux Allemands.

En juin 1943, Oesau et nommé Jafü 4 (Jagdfliegerführer de la Luftflotte 4) mais dans ce nouveau climat, l'expérience de Walter Oesau (alors Oberstleutnant) ne peut plus se limiter aux services au sol. Le 12 novembre 1943, il reprend les commande d'une escadre et devient Kommodore de la JG 1 après le décès de Hans Philipp, as au 206 victoires.

Mais pour le commandant en chef de la Luftwaffe Hermann Göring, le nombre de bombardiers américains abattu est insuffisants. Il exige donc que les pilotes de chasse effectuent 2 à 3 sorties lors de chaque raid. Lorsque toutes les conditions sont réunis (météo, coordination, attaque en bloc, faible escorte…), de tels exigences pouvent se révéler extrêmement efficaces, comme lors des raids sur Schweinfurt. Mais si en 1943, la Luftwaffe pouvait encore tenir tête aux forces aériennes Alliées, l'année 1944 voient de nombreux as allemands tomber les uns après les autres, du fait de la fatigue et des nouveaux chasseurs d'escortes tel que le P-51. La Luftwaffe s'use lentement mais sûrement.

Retour au combat[modifier | modifier le code]

Il n'était pas rare également que Göring critique le manque de combativité de ses pilotes et tout particulièrement ceux des Geschwaderkommodores. Peut-être est-ce à cause de cela qu'Oesau reprend les commandes de son avion malgré l'interdiction de vol (cette dernière fut peu être également suspendu temporairement). Montrant l'exemple, Walter Oesau descend un B-17 dés le 5 janvier 1944 et deux autres à la fin du mois. Le 8 février, il se défait d'un P-38 d'escorte et de deux autres avions deux jours plus tard. Du 22 au 25 février, il descend encore cinq bombardiers lourds et réalise un nouveau doublé le 6 mars 1944. Bien qu'usé physiquement par les nombreux combats, Oesau n'aura jamais démérité. Le 8 mai 1944, il abat un P-47, en fait sa dernière victoire.

Le 11 mai 1944, un millier de bombardiers lourds de la 8e Air force attaquent les cibles ferroviaires en France et le nord de la Belgique. Ils sont escortés par un nombre encore plus élevé de P-38 et P-51. Ce jour là, Oesau est au lit avec la grippe. Hermann Göring téléphone au Staff de la JG 1 et demande si le Kommodore est en vol. Quand on lui répond qu'il est malade, Göring le traite de lâche. Irrité, Oesau décolle malgré la fièvre avec son Bf 109G-6/AS "13 vert" et les trois autres avions de son Stab. Rompant sa formation au-dessus des Ardennes à l'approche des bombardiers, Oesau est lui-même attaqué et touché par les P-38. Il y a plusieurs versions de ce qui suit ensuite mais d'après Hartmann Grasser (en), Kommandeur du III./JG 1 et qui participait ce jour là à même sortie, Oesau dut faire face tout seul à cinq P-38. Après un combat d'une vingtaine de minutes où l'as allemand se défendit brillamment jusqu'à ras du sol, il fut finalement abattu et tué.

Son corps sera récupéré et enterré à Berlin avec les mêmes honneurs que Werner Mölders trois ans plus tôt. Présent ce jour là, le General der Jagdflieger Adolf Galland déclarera : "Walter Oesau est un des meilleurs chefs que la Luftwaffe a eu pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, Johannes Steinhoff aura des paroles similaires envers lui.

Walter Oesau meurt à 30 ans. En 460 missions, il a remporté 127 victoires : 9 en Espagne, 74 sur le front Ouest dont 14 quadrimoteurs et 44 sur le front Est (dont 6 Il-2). Il fut cité cinq fois à l'ordre de l'armée. En son honneur, la JG 1 est rebaptisée JG 1 "Oesau", appellation que l'escadre conservera jusqu'au bout.

Promotions militaires[modifier | modifier le code]

octobre 1933: enrolé comme soldat
1934 Fahnenjunker
20 avril 1937: Leutnant
15 juillet 1939: Oberleutnant
19 juillet 1940: Hauptmann
1er août 1941 Major
1er février 1943 Oberstleutnant[1]
1er mai 1944 Oberst

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Scherzer le 16 juillet 1941[4]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Die Wehrmachtberichte 1939-1945 Band 3, p. 104.
  2. a, b, c, d et e Berger 2000, p. 255.
  3. Patzwall and Scherzer 2001, p. 336.
  4. a, b et c Scherzer 2007, p. 576.
  5. Fellgiebel 2000, p. 329.
  6. Fellgiebel 2000, p. 54.
  7. Fellgiebel 2000, p. 39.