Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Regnauld.
Peinture de Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély

Michel-Louis-Étienne Regnaud de Saint-Jean d'Angély (né à Saint-Fargeau le - mort à Paris le ) est un homme politique, avocat et journaliste, député aux États généraux, conseiller et ministre d'État sous l'Empire, comte d'Empire, membre de l'Académie française (élu en 1803 ; exclu en 1816).

Sa famille maternelle possédait des biens à Saint-Jean-d'Angély. Il est le père du Maréchal Auguste Regnaud de Saint-Jean d'Angély.

Biographie[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que certains historiographes pourraient laisser croire, Michel Regnaud et sa famille écrivaient leur nom "Regnaud" et non pas "Regnault", comme l'indiquent clairement des dizaines d'actes notariés passés par l'intéressé et sa femme pendant leur vie.

Né à Saint-Fargeau, le futur député et ministre de Napoléon quitte encore enfant la Bourgogne natale, et s'en va vivre en Saintonge avec ses parents, à Saint-Jean-d'Angély une ville dont sa mère était originaire. Il fait des études de droit à Poitiers et il devient avocat avec dispense d'âge. Après avoir occupé divers emplois, notamment à la Prévôté de la Marine à Rochefort, il vient à Paris puis, étant retourné à Saint-Jean-d'Angély où l'appelle le décès de son père, il participe à la rédaction des cahiers de doléances du tiers de la province de Saintonge, qui l'élit aux États généraux de 1789.

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Député du tiers état de la sénéchaussée de Saint-Jean-d'Angély, il ajoute Saint-Jean d'Angély à son nom pour se démarquer de plusieurs homonymes, dont un procureur au Parlement de Paris, et il siège dans le groupe des « conciliateurs » qui s'efforcent d'accorder les idées nouvelles avec celles de la monarchie. Il crée le Journal de Versailles dont il est le principal rédacteur en 1789 puis, en 1791, il collabore à divers journaux dont le Journal de Paris où il se lie d'amitié avec André Chénier, et L'Ami des patriotes, journal subventionné par la liste civile.

Admirateur de Necker, ami de sa fille Madame de Staël, il appartient à la mouvance libérale de 1789, et, se démarquant des orléanistes regroupés autour de Mme de Genlis, il rejoint le parti Feuillant. C'est lui qui, en 1791, sur la proposition du marquis de Villette, fait voter le transfert en grandes pompes des restes de Voltaire au Panthéon, événement qui donne lieu à un pompeux cérémonial. Il se fait remarquer dans les clubs, aux jacobins puis aux Feuillants avec Lameth, Desmeuniers et quelques autres. À la fin de la Constituante, il reprend son métier d'avocat, mais surtout, il est surtout avec son ami Malouet, un des agents secrets de la Cour, en concertation avec les derniers ministres de Louis XVI, Montmorin, Valdec de Lessart et autres dispensateurs des fonds de la Liste civile. Après la journée du 10 août 1792, son nom est compris dans une liste de proscritption et il doit se cacher. En octobre 1792, il reparaît et rejoint le groupe de royalistes décidés - comme le poète André Chénier avec lequel il se lie - à peser sur la décision de certains conventionnels dans le procès du roi. Enrôlé sous un nom d'emprunt dans l'armée du nord, il est reconnu et arrêté mais réussit à s'enfuir. En septembre 1793, alors que la situation politique se durcit, que la loi des suspects est votée, il se cache sous une fausse identité (« Des Richards »), rue du Bac, où des amis viennent le ravitailler. Il manque plusieurs fois se faire arrêter mais parvient de justesse à passer le cap de thermidor. Il trouve un asile chez les parents d'une jeune actrice dont il a un fils, Auguste Regnaud de Saint-Jean d'Angély, futur maréchal de France. La mère meurt en couches et Regnaud recueille l'enfant - le futur maréchal Regnaud de Saint-Jean d'Angély - qu'il reconnait et élève.

Il épouse peu après, en août 1795, Laure Guesnon de Bonneuil, immortalisée par le pinceau de François Gérard et connue par son salon politique, artistique et littéraire de 1796 à 1817. Sa mère, Madame de Bonneuil, très belle femme, modèle de Roslin et de Vigée-Lebrun, une des « berceuses » du banquier Nicolas Beaujon, avait été l'égérie du poète André Chénier. Arrêtée pour activisme royaliste sous la Terreur, elle venait de réchapper à la guillotine contrairement à sa sœur et son beau-frère d'Eprémesnil. Ruinée à sa sortie de prison, elle s'improvise agent de liaison et de renseignement pour le compte de Cazalès, agent du comte de Provence en Espagne et en Angleterre, puis de Talleyrand, ministre de Napoléon, qui étaient ses amis. Mme de Bonneuil procure à son gendre Regnaud des ouvertures dans les milieux de la haute émigration royaliste.

Sous le Directoire[modifier | modifier le code]

Nommé administrateur des hôpitaux de l'armée d'Italie, il y fait la connaissance de Bonaparte et lie son destin au futur empereur. En Italie, il est le corédacteur avec Napoléon Bonaparte du journal La France vue de l'armée d'Italie.

Regnaud suit Bonaparte en Italie en 1796 puis en Égypte, restant à Malte du 13 juin au 9 novembre 1798 comme commissaire du Gouvernement français[1]. Devenu conseiller d'État, section de l'Intérieur, après le 18 brumaire dont il contribue au succès, il a un rôle d'éminence grise ou de conseiller occulte : Napoléon avait reconnu ses qualités de juriste, sa culture politique et historique et sa facilité à rédiger des discours.

Sous le Consulat et l'Empire[modifier | modifier le code]

Il s'occupe durant toute la période napoléonienne des relations du gouvernement avec le Sénat conservateur, se charge des affaires privées de la famille impériale : il est un des artisans du divorce avec Joséphine. À l'origine de nombreuses lois concoctées au Conseil d'État et qui furent mises en vigueur par la suite, il participe activement à la préparation des codes napoléoniens. Malheureusement pour sa mémoire, il est chargé de justifier auprès du Sénat conservateur les scandaleuses levées de conscrits de 1806 à 1813. En échange de ses services Napoléon le fait comte de l'Empire par lettres patentes du et assure sa fortune. Entré à l'Académie française au fauteuil 8 en 1803, le comte Regnaud en est exclu en 1816.

Ayant accepté un portefeuille de ministre pendant les Cent-Jours, il est proscrit au retour des Bourbons et, frappé d'exil, il vit un an aux États-Unis. Gracié par l'ordonnance générale de 1819, il meurt la nuit même de son retour à Paris.

De 1810 à 1815, Regnaud est le président de la Commission de la vente de la Description de l'Égypte.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise[2].

Titre[modifier | modifier le code]

Distinctions[4][modifier | modifier le code]

Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte de l'Empire GCLH.svg
Blason Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély.svg
Armes du comte Regnaud de Saint-Jean d'Angély et de l'Empire

D'azur chargé en abîme d'un coq d'argent ayant la patte droite posée sur un 4 de sable, surmonté en chef d'une étoile d'argent ; bordure componée d'or et de sable de seize pièces[3],[5] ; au canton des Comtes Ministres brochant[6],[7],[8].

  • Livrées : fond bleu, galons : orangé, bleu de ciel & blanc[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Blondy, Malte 7000 ans d'histoire, Bouchène, 2011, p.123
  2. François Marie Marchant de Beaumont, Manuel et itinéraire du curieux dans le cimetière du Père la Chaise, Paris, Emler frères,‎ 1828 (lire en ligne), p. 106
  3. a, b et c « BB/29/974 page 5. », Titre de comte accordé à Michel, Louis, Etienne Regnaud de Saint-Jean d'Angely. Bayonne (24 avril 1808)., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  4. P.D., « Regnaud de Saint-Jean d'Angély (Michel-Louis-Étienne) », dans A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. I,‎ 1842 [détail de l’édition] (notice BnF no FRBNF372738769), p. 417
  5. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887
  6. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques,‎ 1870 (lire en ligne)
  7. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret,‎ 1854, 340 p. (lire en ligne)
  8. « Almanach impérial », reliure aux armes de Regnaud de Saint-Jean d'Angély, président du corps législatif, sur www.photo.rmn.fr,‎ 1809 (consulté le 16 juin 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Olivier Blanc, L'éminence grise de Napoléon, Regnaud de Saint-Jean d'Angély, Paris, Pygmalion, 2003 (332 p., bibliographie, annexes, généalogie, index, cahier de 8 pages d'illustration), (ISBN 2-85704-782.7) ;
  • Jules Michelet, Révolution française ;
  • Olivier Blanc, Madame de Bonneuil, Paris, Robert Laffont, 1987, (ISBN 2-221-04595-5) ;
  • « Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition] .
  • VERZAT (Jean). – Le comte Regnaud de Saint-Jean-d’Angély (1760-1819), par Jean Verzat. – Saint-Jean-d’Angély, J.-M. Bordessoules, 2000. 24 cm, 47 p., ill. Index (La couv. porte en plus : "l’éminence grise de l’Empereur"..) BnF : 2002-27996
  • ABRANTÈS (Laure Junot, duchesse d’Abrantès). – Histoire des salons de Paris: tableaux et portraits du grand monde sous Louis XVI, le Directoire, le Consulat et l’Empire, la Restauration et le règne de Louis-Philippe Ier / par la duchesse d’Abrantès. – Paris, Ladvocat, 1837-1838. 6 vol. sur Gallica (le tome 5, Salon de madame Regnault de Saint-Jean-d’Angély, p. 355 et suivantes.)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély Suivi par
Jean-Sifrein Maury
Fauteuil 8 de l’Académie française
1803-1816
Pierre-Simon de Laplace