Jet Set Radio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jet Set Radio
image

Éditeur Sega
THQ (GBA)
Développeur Smilebit
Blit Software (version HD)
Vicarious Visions (GBA)

Date de sortie Dreamcast
Icons-flag-jp.png 29 juin 2000
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 30 octobre 2000
Icons-flag-eu.png 24 novembre 2000

De La Jet Set Radio
Icons-flag-jp.png 1er janvier 2001

Java ME
Icons-flag-jp.png 22 juin 2001

Game Boy Advance
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 26 juin 2003
Icons-flag-eu.png 20 février 2004

PlayStation 3
Icons-flag-jp.png 20 février 2013
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 18 septembre 2012
Icons-flag-eu.png 19 septembre 2012

Steam
Sortie internationale 19 septembre 2012

Xbox 360
Icons-flag-jp.png 20 février 2013
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 18 septembre 2012
Icons-flag-eu.png 19 septembre 2012

PlayStation Vita
Icons-flag-jp.png 20 février 2013
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 20 novembre 2012
Icons-flag-eu.png 21 novembre 2012

iOS
Sortie internationale 29 novembre 2012
Icons-flag-jp.png 20 décembre 2012

Android
Sortie internationale 29 novembre 2012
Icons-flag-jp.png 30 janvier 2013
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Console(s) portable(s)
Téléphone(s) mobile(s)
Média GD-Rom
Cartouche Game Boy Advance
Distribution numérique
Contrôle manette

Jet Set Radio (intitulé Jet Grind Radio aux États-Unis à cause d'une station de radio américaine portant déjà ce nom) est un jeu vidéo pour la console Dreamcast de Sega. Il fut développé par Smilebit, une équipe de développement interne à Sega, et sorti en 2000. Après plusieurs plaintes portées par des joueurs japonais (bugs et qualité de son douteuse), Sega sort le 1er janvier 2001 une nouvelle version intitulée De La Jet Set Radio (l'équivalent de Jet Grind Radio). Il sera disponible dans un premier temps qu'au Japon, puis dans le monde entier.

C'est un des rares jeux mettant en scène des actes de vandalisme qui ne fut pas controversé. Pour beaucoup, ce jeu est culte, particulièrement pour les fans de Sega (mais pas seulement). Cela peut être attribué au fait que le jeu fut un échec commercial, tout comme la Dreamcast, alors que les critiques furent très positives.

Une réédition du jeu en haute définition est parue en septembre 2012 sur PlayStation 3, Xbox 360 et PC, puis en novembre sur PlayStation Vita.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu ressemble, d'une certaine manière, aux jeux de sport extrême, car le joueur doit parcourir diverses rues en rollers en effectuant des figures de style. Le but principal de Jet Set Radio est de tagger les rues des quartiers de deux villes semi-fictives, Tokyo-To (fortement inspirée de Tokyo) et Grind City (incarnation de New York). La police (première partie du jeu - Tokyo-To uniquement), les gangs rivaux et les Golden Rhinos, gangsters copiés des mafiosi (seconde partie du jeu) pourchassent la bande des "G-Gs" (le gang de "Rudies" qui constituent le choix de personnages du joueur).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans Tokyo-To, une ville d'Asie qui ressemble à Tokyo... Un signal se propage au-dessus des bâtiments, et le long des voies ferrées à la vitesse du son dans les rues de la ville. C'est le Professor K, l'homme du son, le DJ underground et capitaine de la station pirate, Jet Set Radio !

Trois gangs se disputent les rues de Tokyo-To. À l'Ouest, les Noise Tanks, de petites frappes, fous de haute technologie cybernétique. À l'Est, les Poison Jam, une bande de petits sadiques affublés de masques hideux. Et à Shibuya-cho, au Sud, les GGs, qui semblent prendre un malin plaisir à marcher sur les pieds de tout le monde. Chaque gang possède son propre tag grâce auquel il marque son territoire. Depuis que le gouvernement de Tokyo-To et le conglomérat financier Rokkaku ont lancé le “21st Century Project”, le capitaine Onishima et la police essaient d'asseoir leur prise sur la ville." — Extrait du prologue détaillé dans le manuel du jeu

  • La première partie du jeu (Les GGs) se déroule à Tokyo-To : Beat forme les GGs avec Gum et Tab (au cours du jeu, d'autres membres les rejoignent). Les GGs prennent possession de tous les quartiers de la ville, après avoir vaincu les autres gangs dans une guerre des graffitis tout en échappant à la Police. À la fin de la première partie, Combo et Cube rejoignent les GGs et leur racontent leur histoire, demandant leur aide pour retrouver leur ami Coin.
  • La seconde partie du jeu (Combo et Cube) est un flash-back et prend place à Grind City, USA, où Combo et Cube qui résident à Bantam Street, recherchent Coin, disparu. Les mystérieux Golden Rhinos tentent par de nombreux moyens de les éliminer, portant les soupçons des deux Rudies sur ceux-ci. Au terme de la seconde partie, Combo et Cube s'envolent pour Tokyo-To à la recherche des GGs.
  • La troisième partie voit Tokyo-To crouler sous les attentats des Golden Rhinos, qui s'avèrent être l'illégal bras armé du groupe Rokkaku, dirigé par Gouji Rokkaku. Les Golden Rhinos s'en prennent aux GGs, qui battent néanmoins leur chef au terme d'une nouvelle guerre des graffitis. La fin du jeu explique que Coin a été tué, mais qu'avec la victoire des GGs, les choses sont rentrées dans l'ordre.

Autour du jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu est connu pour avoir été l'un des premiers, si ce n'est le premier, à utiliser le cel-shading, sorte de graphisme animé, une technique d'affichage particulière désormais célèbre, utilisée pour les jeux mais également pour des films d'animations ou des séries télévisées. Un autre point important est la bande-son unique, véritable mash-up de musique électronique (nombreux dérivés), hip-hop (avec une apparition notable de Jurassic 5) et Rock. La version nord-américaine se voit gratifiée de nouveaux niveaux et de nouvelles musiques.

La série[modifier | modifier le code]

Sega avait prévu de sortir une suite à Jet Set Radio, mais le développement de ce titre fut porté sur la Xbox de Microsoft (quand Sega décida d'arrêter la production de la Dreamcast) et sortira finalement sur Xbox 360, PlayStation 3 et PS Vita au cours de l'année 2012. Une autre suite intitulée Jet Set Radio Future a vu le jour en 2002. Une version Game Boy Advance de Jet Set Radio fut mise en vente en 2003. C'est d'ailleurs en grande partie le même jeu que sur Dreamcast sauf qu'il utilise une vue isométrique.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le Professeur K[modifier | modifier le code]

DJ populaire à la tête de la station radio pirate qui donna son nom au jeu, le Professeur K diffuse des musiques de tous genres et décrit l'actualité de Tokyo-To. “Il sait tout de Tokyo-To. En revanche, nous, on ne sait pas tout sur lui”.

Les GGs[modifier | modifier le code]

Les GGs sont l'un des deux gangs originaires, avec les Love Shockers, de Shibuya-cho (décrit comme le quartier le plus branché de Tokyo-To). C'est le gang qui sert de protagoniste, et le joueur mène la guerre pour eux. Leur règle de vie dit qu'il n'y a pas de règles. Ils ont un chien pour mascotte, Potts, qui se fait éventuellement enlever par les Noise Tanks si le joueur affronte d'abord les Poison Jams.

  • Beat : le manuel du jeu de la version Game Boy Advance explique que Beat fut traîné de gangs en gangs avant de décider de créer sa propre bande. Si Beat n'est pas le chef des GGs, il en est néanmoins le fondateur.
  • Gum : Gum est à la fois la première fille à rejoindre le gang et la première recrue.
  • Tab : Tab est le deuxième à se faire recruter par Beat, après que ce dernier a démontré ses capacités au moins égales à celles de Tab.
  • Garam
  • Mew
  • Yo-Yo
  • Combo : originaire de Grind City, l'imposant Combo porte toujours une Ghetto Blaster sur son épaule. Avant de rejoindre les GGs, il résidait à Bantam Street, Grind City, USA.
  • Cube : Cube formait un gang avec Combo et Coin à Bantam Street. Elle et Combo rejoignent les GGs dans l'espoir de retrouver Coin, enlevé par les Golden Rhinos.
  • Piranha
  • Slate

Le joueur peut également débloquer les personnages suivants :

  • Love Shocker : concurrentes des GGs à Shibuya-cho au look emo-punk.
  • Noise Tank : gang originaire de Benten-cho, férus de matériel high-tech.
  • Poison Jam : affublés de costumes de poissons, ces amateurs de films d'horreurs constituent le gang régnant sur Kogane-cho.
  • Goji Rokkaku : chef du Groupe Rokkaku et Oyabun des Golden Rhinos, principal antagoniste du jeu.
  • Pots the Dog : le chien-mascotte des GGs.

Les autres gangs[modifier | modifier le code]

  • Les Love Shockers sont l'autre bande originaire de Shibuya-cho. Elles ont un look punk-rock et sont décrites comme des « filles déçues par l'amour qui veulent faire un peu de casse ».
  • Les Poison Jams ont pour territoire Kogane-cho, quartier résidentiel populaire au crépuscule permanent. Ils portent des costumes de monstres aux allures poissonnières.
  • Les Noise Tanks du nocturne quartier de Benten-cho sont des geeks suspectés d'être des cyborgs. Ce sont eux qui enlèvent Potts, le chien des GGs, pendant que ceux-ci combattent les Poison Jams à Kogane.

La police[modifier | modifier le code]

Le département de police de Tokyo-To a pour figure emblématique le capitaine Onishima, homme de petite taille en imperméable, armé d'un revolver démesuré qui n'est pas sans rappeler celui du personnage de Clint Eastwood, Harry Callahan, dans la série des L'Inspecteur Harry. La police possède un éventail de troupes très dissuasif : simples gardiens de la paix de rue équipés de matraques, voitures de patrouille, chiens policiers, brigade antiémeute armée de grenades lacrymogène, mais également parachutistes armés de fusils d'assaut, char d'assaut et même des hélicoptères de combat. Son armement est plus conventionnel mais tout aussi puissant que celui des Golden Rhinos.

Les Golden Rhinos[modifier | modifier le code]

Mafia dépendant du Groupe Rokkaku, les hommes de Gouji cherchent à abattre les GGs en utilisant des hommes de mains équipés de couteaux et de mitraillettes, ou encore des troupes plus exotiques comme un tueur arabe et son fouet, des jet-packs, des électrocuteurs et un sniper. Gouji Rokkaku, chef du gang comme du Groupe qui porte son nom, est à la recherche du "Devil's Contract", un disque qui –paraît-il– permettrait d'invoquer le Diable. Il s'avère en fin de compte que cette histoire était un canular.

Bande son[modifier | modifier le code]

  • Funky Radio - B.B. Rights
  • Mischievous Boy - Castle Logical
  • Just Got Wicked - Cold
  • Miller Ball Breakers - Deavid Soul
  • On the Bowl (A. Fargus Remix) - Deavid Soul
  • Up-Set Attack - Deavid Soul
  • Dunny Boy Williamson Show - Deavid Soul
  • Yappie Feet - Deavid Soul (Non inclus dans le remake)
  • Yellow Bream - F-Fields
  • Magical Girl - Guitar Vader
  • Super Brothers - Guitar Vader
  • Grace and Glory - Hideki Naganuma
  • Humming the Bassline - Hideki Naganuma
  • Let Mom Sleep - Hideki Naganuma
  • Rock It On - Hideki Naganuma
  • Sneakman - Hideki Naganuma
  • Sweet Soul Brother - Hideki Naganuma
  • That's Enough - Hideki Naganuma
  • Moody's Shuffle - Hideki Naganuma
  • OK House - Idol Taxi
  • Improvise - Jurassic 5
  • Patrol Knob - Mixmaster Mike
  • Slow - Professional Murder Music
  • 'Bout the City - Reps
  • Everybody Jump Around- Richard Jacques
  • Dragula - Rob Zombie
  • Electric Tooth Brush - Toronto
  • Recipe for the Perfect Afro - Feature Cast
  • Many Styles - O.B one (non inclus dans le remake)
  • Funky Plucker - Semi Detached

Article connexe[modifier | modifier le code]