Natron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lac Natron
Natron
Catégorie V : carbonates et nitrates[1]
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute Na2CO3 · 10 H2O
Identification
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le natron est un minéral, ainsi qu'une roche évaporitique, contenant principalement du carbonate de sodium hydraté, de formule Na2CO3·10H2O et du bicarbonate de sodium ou soude, produits qui en justifient l'exploitation industrielle. Il se présente sous la forme d'une substance blanche, évanescente, que l'on trouve au bord de certains lacs.

Le système cristallin du minéral est monoclinique. Son éclat est vitreux, transparent à translucide et sa couleur incolore à blanche. La solubilité du minéral pur dans l'eau augmente avec la température : 215,8 g/litre d'eau à 20°C, 445 g/litre à 80°C.

Les lacs plus ou moins temporaires des dépressions du Sahara, au contraire des véritables oasis, ne disposent souvent que d'une eau saumâtre et saline, riche en chlorure de sodium NaCl aq et en bicarbonate de sodium NaHCO3dissous; aussi du natron se forme-t-il dans les bassins recevant les eaux usées.

Gisements[modifier | modifier le code]

Le natron est d'origine évaporitique et se forme sous forme d'efflorescences surtout lors de l'évaporation de lacs riches en bicarbonate de sodium et autres sels de sodium.

Des gisements de natron se trouvent en Libye, Égypte, au Botswana, au Tchad, au Kenya, aux États-Unis, par exemple en Californie, et en Turquie. Par chauffage asséchant, il est possible d'obtenir de la soude Na2CO3·10H2O.

Utilisation dans l'Égypte ancienne[modifier | modifier le code]

Le natron était déjà connu des Égyptiens de l'Antiquité qui l'utilisaient comme produit de nettoyage du corps ainsi que pour la momification où il est le principal agent de conservation utilisé. Contrairement à l'idée répandue par certains traducteurs d'Hérodote, qui visita l'Égypte au Ve siècle avant notre ère, les embaumeurs n'utilisaient pas ce produit sous forme de salage mais en solution liquide et les cadavres étaient plongés dans des bains de natron. Il servait à déshydrater le corps. À l'époque ptolémaïque, cette substance était un monopole royal, et, plus tardivement, sous la domination arabe, elle représentait encore une source de revenu considérable pour le gouvernement.

Il y a plus de quatre mille ans, peut-être même plus de cinq mille ans puisque le natron a vraisemblablement très tôt été purifié et stocké sous forme solide et sèche, les Égyptiens, excellents connaisseurs de l'art nommé kemia, ont observé la similitude de matière, entre le natron purifié, chauffé et asséché en vase clos, et la partie soluble dans l'eau, des cendres de végétaux de chénopodiacées calcinés poussant sur des terres salifères ou salisols identiques au milieux des lacs salés[2]. On peut parler d'identité au niveau de la langue égyptienne antique, car la dénomination natron est la même, pour le minéral et le produit préparé. Il s'agit de la soude, le premier alcali minéral connu. Les chaufourniers ont très vite su accroître le pouvoir alcalin de la soude, en la chauffant avec de la chaux, c'est-à-dire la caustifier, et obtenir de la soude caustique.

Le natron, et d'une manière générale le natron purifié et chauffé que nous pouvons dénommer soude, servait également au blanchiment du linge, à la préparation du cuir et à la conservation de la viande.

Il y a plus de quatre mille ans, les céramistes et chaufourniers égyptiens ont découvert qu'en chauffant de la silice (sable), avec du natron purifié en soude, et de la chaux vive, ils fabriquaient une matière plus ou moins vitreuse et transparente. En ajoutant certains ingrédients ou poudres minérales colorées au mélange, ces premiers verriers obtenait des verres diversement colorés.


Notes[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Cette dernière fraction recueillie était également purifiée.