Jean-Baptiste de La Salle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Salle.
Jean-Baptiste de La Salle
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste de La Salle
Saint Jean-Baptiste de La Salle, peinture de Pierre Léger.
Saint
Naissance
Reims
Décès (à 67 ans) 
faubourgs de Rouen
Nationalité Français
Béatification  Rome
par Léon XIII
Canonisation  Rome
par Léon XIII
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 7 avril
Saint patron Saint patron de tous les éducateurs, depuis 1950

Saint Jean-Baptiste de La Salle (Reims, 30 avril 1651 - Manoir de Saint-Yon, faubourgs de Rouen, 7 avril 1719) est un ecclésiastique français et un innovateur dans le domaine de la pédagogie, qui a consacré sa vie à éduquer les enfants pauvres. Il est le fondateur de l'institut des Frères des Écoles chrétiennes. Il est canonisé en 1900.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille noble de juristes, aîné de onze enfants (3 filles et 8 garçons), il est le fils de Louis de La Salle, conseiller au Présidial de Reims, et de Nicole de Moët de Brouillet. La famille vit dans l'Hôtel de La Salle à Reims, encore visible, actuellement 6 rue du Dr Jacquin.

Son père le destine à une carrière juridique, mais Jean se sent la vocation religieuse. Tonsuré à 11 ans, il se destine à la prêtrise. Formé à la Sorbonne et au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, dont la spiritualité le marque profondément, il devient dès le 7 janvier 1667 chanoine à Reims, étudie la théologie à Paris à partir de 1670 et est ordonné prêtre le 9 avril 1678. Enfin, en 1680, il est reçu docteur en théologie.

Médaille éditée pour le 3e centenaire de sa naissance en 1951. Signée L.A. Lejeune, bronze 69 mm.

Dans sa ville natale, on lui confie la fondation d'écoles paroissiales pour enfants pauvres. Dès 1679, il rencontre Adrien Nyel et fonde pour les pauvres une école gratuite et en 1681 il loge chez lui certains instituteurs pauvres. En 1683 il résigne son canonicat et fonde le 25 mai 1684 la congrégation des Frères des Écoles chrétiennes. Par la suite, il ouvre des écoles professionnelles, des écoles du dimanche, des maisons d'éducation pour les enfants des rues. L'Église s'oppose à la fondation des frères des Écoles chrétiennes mais Jean-Baptiste de la Salle insiste et va jusqu'au bout de son projet.

Il s'aperçoit alors que ce qui manque le plus aux enfants ce sont des maîtres de valeur. Il recrute donc de jeunes maîtres auxquels il propose une forme de vie consacrée à Dieu qui leur laisserait cependant leur caractère laïque. À leur intention, il rédige une sorte de règle dans cet esprit. Ainsi se forme le noyau du futur Institut des Frères des Écoles chrétiennes, voué à l'instruction et à l'éducation des enfants des milieux populaires. Pour la formation à la fois spirituelle et pédagogique des frères, il crée en 1692 à Vaugirard le premier noviciat et en 1698 achève de mettre au point les règles de la Congrégation.

En 1685, il fonde à Reims un séminaire qui constitue une véritable école normale d'instituteurs, innovation qui n'a pas alors d'équivalent, en dehors de la formation assurée à leurs religieux par les Jésuites pour l'enseignement des milieux plus aisés. En 1688, il ouvre les premières écoles à Paris, la première au 12 rue Princesse dans le VIe arrondissement, où il vient s'installer.

En 1694, il est élu supérieur de la nouvelle congrégation et la dote d'une règle plus élaborée. Il poursuit son œuvre pédagogique et spirituelle, rédigeant notamment un ensemble d'ouvrages à l'intention des maîtres.

Appelé à Rouen en 1705 par Mgr Colbert, archevêque de cette ville, il ouvre un pensionnat à Saint-Yon[1] et y fait venir, en 1714, le noviciat de Paris. En octobre 1713, il passe par Grenoble[2] et y séjournera jusqu'au 10 août 1714 avant de repartir vers Paris. Au cours de ce séjour dans l'une de ses écoles fondée dans le quartier Saint-Laurent en 1707, il part incognito visiter le Monastère de la Grande-Chartreuse non loin de là, afin de s'y ressourcer, et apprend de retour à Grenoble que certaines de ses écoles du Nord de la France sont sur le point de faire scission. Atteint de rhumatismes, il demande au directeur de l'établissement de la rue Saint-Laurent dans lequel il loge de se rendre à sa place dans ces établissements afin de résoudre le problème. En contrepartie, Jean-Baptiste de La Salle assurera les cours aux écoliers grenoblois durant toute l'absence de leur directeur.

Vers la fin de sa vie, il se démet de ses fonctions. Il meurt dans la maison-mère qu'il a fixée à Rouen. Après sa mort, son institut continue à se développer rapidement en France et dans le monde entier, servant volontiers de référence aux congrégations enseignantes.

Deux innovations sont à noter : la leçon n'est pas donnée individuellement mais dans une classe et l'on apprend à lire en français et non en latin. Ces nouveautés ont bouleversé la pédagogie en France.

Il est inhumé dans une chapelle de l'église Saint-Sever[3]. En 1734, son corps est ramené à Saint-Yon dans la chapelle de son pensionnat, puis en 1835 dans celle de l'École normale de Rouen. Ses restes sont ensuite placés, en 1888, à l'occasion de sa béatification, dans la chapelle du Pensionnat Jean-Baptiste-de-La-Salle, toujours à Rouen. Cependant, à la suite des persécutions anti-cléricales du début du XXe siècle, les restes sont déplacés en Belgique puis à Rome, où ils sont toujours conservés par la Maison-Mère de l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes.

Reliquaire de l'Institut à Rome

Béatification et canonisation[modifier | modifier le code]

Son procès de béatification commença en 1835 et, le 8 mai 1840, il fut déclaré vénérable. Il a été proclamé bienheureux le 19 février 1888[4] et canonisé le 24 mai 1900 par Léon XIII[5]. Sa fête est fixée au 7 avril. En 1937 ses reliques ont été transférées à Rome. Le 15 mai 1950, le pape Pie XII fit de lui le « patron de tous les éducateurs »[6].

Précurseurs et inspirateurs[modifier | modifier le code]

Le mérite de Jean-Baptiste de La Salle est d'avoir rassemblé en une construction vaste et bien assise les essais épars et éphémères de pédagogues chrétiens qui l'ont précédé, parmi lesquels :

  • Sainte Angèle Mérici (1474-1540), en Italie du Nord. Fondatrice des Ursulines, qui arrivent en France vers 1600.
  • Charles Démia (1637-1689), prêtre lyonnais qui créa écoles, séminaires de maîtres, congrégation féminine enseignante.
  • Adrien Bourdoise (1583-1655), un prêtre ami de Vincent de Paul. Il proclamait partout l'importance de l'école.
  • Nicolas Roland (1642-1678), un prêtre rémois béatifié en 1994, qui fut durant quelques années le guide spirituel de J.-B. de La Salle. Il fonda à Reims les Sœurs de l'Enfant-Jésus pour l'éducation des petites filles pauvres, montrant la route au fondateur des Frères.
  • Nicolas Barré (1621-1686), un religieux, brillant professeur de théologie, qui enseigna à Rouen et à Paris. Lui aussi fonda des écoles de charité pour filles, puis pour garçons. J.-B. de La Salle le consultait avant toute décision importante.
  • Adrien Nyel (1635-1687), un laïc entièrement donné à l'éducation des garçons pauvres, dans le désintéressement le plus total. Catéchiste et pédagogue de valeur, il ouvrit des écoles à Rouen puis à Reims. J.-B. de La Salle lui emboîta le pas[7].

Filiation spirituelle[modifier | modifier le code]

La vie de Jean-Baptiste de La Salle a débordé l'organisme de son Institut, et suscité la fondation d'œuvres similaires à la sienne.
Son esprit a inspiré les règlements de douze Congrégations enseignantes de Frères français entre 1816 et 1842. En 1904, ces congrégations totalisaient 20 311 religieux, 1 682 établissements et 201 332 élèves.

En France, les Sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde, fondée par sainte Marie-Madeleine Postel (1756-1846), dans l'ancienne abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), ont adopté les règles et les constitutions de saint Jean-Baptiste de La Salle[8].

À l'étranger également, voient le jour des congrégations d'hommes et de femmes qui font référence à Jean-Baptiste de La Salle, comme les Christian Brothers en Irlande. Cet institut fondé en 1808 par le père Ignatius Rice[9],[10] possède les mêmes règles que les Frères des Écoles chrétiennes, le même blason; seul le costume est différent.

Hommages[modifier | modifier le code]

Statue de saint Jean-Baptiste de la Salle à Saint-Pierre de Douai

Il existe une rue La Salle à Bangkok, Thaïlande, Soi Sukhumvit 105.
Il existe également une rue De La Salle dans le quartier Saint-Roch à Québec (province de Québec, Canada), et un pavillon du Gouvernement du Québec porte son nom, à l'intersection des rues Cook et Pierre-Olivier-Chauveau, dans le Vieux-Québec.
Le quartier Hochelaga-Maisonneuve, dont le tissu social offre une certaine analogie avec celui desservi par Jean-Baptiste De La Salle et ses confrères au dix-septième siècle, est assez marqué par lui. En effet, il existe une Avenue De La Salle dans ce quartier de Montréal (province de Québec, Canada). Son nom remplace celui d'Avenue Charles-Henri. Il y existe également une église Saint-Jean-Baptiste-De-La-Salle, et une école, attenante, sur le boulevard Pie-IX.
Il existait également le couvent Mont-de-La Salle à Laval au Québec qui a été nommé en son honneur en 1914, mais aujourd'hui c'est l'école secondaire Mont-de-La Salle. L'arrondissement LaSalle à Montréal n'est pas nommé ainsi du fait de Jean-Baptiste de La Salle, mais plutôt de René Robert Cavelier de La Salle, bien que la mention d'une propriété de sa famille dans la région de Rouen (Haute-Normandie, France), laisse penser à un lien, si ce n'est familial, à tout le moins d'affaires (vente de propriété). Il existe également une De La Sallestraat à Amsterdam (Pays-Bas).
À Bruxelles : Institut Saint Jean-Baptiste de la Salle
À Philadelphie, une université porte son nom: université La Salle ;
À Manille, une université porte son nom: université La Salle.

Principales innovations pédagogiques[modifier | modifier le code]

  • Il a fondé les Écoles normales, qu'il appela « séminaires pour les maîtres de la campagne », pour assurer la première et fondamentale nécessité de l'école : la préparation morale et culturelle des enseignants[12]. Avant lui, les écoles étaient sans organisation et sans lien entre elles. Le recrutement et la formation des maîtres n'offraient que de médiocres garanties.
  • Il a fondé la première congrégation religieuse d'hommes, les frères des écoles chrétiennes, constituée exclusivement de laïcs, et dédiée aux écoles chrétiennes.
  • Il a fait triompher la méthode simultanée par niveau dans l'enseignement primaire. Auparavant le maître s'occupait de l'élève de manière individuelle.
  • Contrairement à l'usage, il a donné la priorité à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture de la langue maternelle; l'étude de la langue latine est remise à plus tard -- si nécessaire.
  • Il a voulu la gratuité dans l'enseignement primaire dans les écoles qu'il avait fondées, devançant les gouvernements les plus progressistes.
  • Il a organisé, avant tout autre, les écoles du soir et du dimanche[13] pour les jeunes travailleurs.
  • Pour faciliter la vie active des jeunes, il a préconisé un enseignement en quatre points : lire, écrire, calculer, dessiner, les exercices s'inspirant rapidement des besoins du monde du travail (petit commerce et artisanat).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste de La Salle, Œuvres complètes, Maison Saint-Jean Baptiste de La Salle, 476, Via Aurelia, 00165, Rome, Éditions des Frères des écoles chrétiennes,‎ 1993 réunit les ouvrages suivants :
    • Exercices de piété à l'usage des Écoles chrétiennes (1697)
    • Instructions et Prières pour la Sainte Messe (1697)
    • Règle du Frère Directeur (v.1700)
    • Instructions et prières pour la Confession et la Communion (1702)
    • Les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne (1702)
    • Cantiques spirituels à l'usage des Frères des Écoles chrétiennes (1703)
    • Règles communes de l'Institut des Frères des écoles chrétiennes (1705)
    • Conduite des écoles chrétiennes (1706)
    • Recueil de différents petits traités à l'usage des Frères des écoles chrétiennes (1711)
    • Mémoire sur l'habit
    • Explication de la Méthode d'Oraison
    • Méditations pour les Dimanches
    • Méditations pour les Fêtes
    • Méditations pour le Temps de la Retraite
  • Syllabaire français (v.1698)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frère Bernard, Conduite admirable de la divine Providence, en la personne du vénérable Serviteur de Dieu, Jean-Baptiste de La Salle, 1721.
  • Abbé Jean-Baptiste Blain, La vie du bienheureux serviteur de Dieu, Jean-Baptiste de la Salle, Rouen, 1733.
  • François-Elie Maillefer, La vie de Monsieur Jean-Baptiste de la Salle, Reims, 1740.
  • Abbé Jean-Claude Garreau, s.j., Vie de Messire Jean-Baptiste de La Salle, prêtre, docteur en théologie, ancien chanoine de l'église métropolitaine de Reims, et instituteur des Frères des écoles-chrétiennes, Méquignon-Junior, 1825.
  • Collectif, Le véritable ami de l'enfance, Abrégé de la vie et des vertus de M. J. B. de La Salle, Imprimerie de Poussielgue, Paris, 1837.
  • Louis Ayma, Vie du vénérable J.-B. de La Salle, fondateur des Écoles chrétiennes, Éditions Remondet-Aubin, Aix, 1855.
  • Ravel, Histoire du Vénérable Jean-Baptiste de La Salle, Fondateur de L'institut Des Frères Des Écoles Chrétiennes, Éditions Victor Palme, 1874.
  • Armand Ravelet, Le Bienheureux Jean-Baptiste De La Salle, Fondateur De L'institut Des Frères Des Écoles Chrétiennes, Éditions Maison Alfred Mame et Fils, 1888.
  • Jean Mary, Vie de saint-Jean-Baptiste de La Salle, fondateur de l'Institut des Écoles Chrétiennes, Librairie Paillart, Abbeville, 1890.
  • Alexis Delaire, Saint Jean-Baptiste De La Salle,(1659 - 1719), Collection Les Saints, Librairie Victor Lecoffre, 1900.
  • Abbé Vanderpitte, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Éditions Croix Du Nord Lille, 1907.
  • Jean Herment, Saint Jean-Baptiste De La Salle, Étude Pédagogique, Aubanel frères, 1914.
  • Frère Maximin, Les Écoles Normales de Saint Jean-Baptiste de La Salle - Étude historique et critique, Procure Générale FEC, 1922.
  • Fernand Laudet, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Instituteurs des Instituteurs, Éditions Maison Alfred Mame et Fils, 1929.
  • Abbé Georges Sepiéter, Quelques gloires de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, Procure Générale des Frères - Paris, 1929.
  • Jules Herment, Les idées pédagogiques de Saint Jean-Baptiste de la Salle, Éditions Lethielleux, Paris, 1932.
  • Georges Rigault, Histoire générale de l’institut des Frères des Écoles Chrétiennes, Plon, 1937.
  • Frère Émile, Une âme de conquerant Saint Jean Baptiste de La Salle, Fondateur Des Frères des Écoles Chrétiennes, Procure Générale des Frères - Paris, 1944.
  • Gaétan Bernoville, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Fondateur Des Frères Des Écoles Chrétiennes, Éditions Alsatia Paris, 1945.
  • Abbé Gaston Courtois, Saint Jean-Baptiste De La Salle, Éditions Fleurus, 1954.
  • André Merlaud, Jean-Baptiste de La Salle, maitre de l'enfance et de la jeunesse, Éditions SPES, 1955.
  • Paule Antoine, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Maître de l'enfance, Patron des enseignants, Collection Nos Amis Les Saints, Éditions Eise, 1963
  • Frère Michel Sauvage et Miguel Campos, Jean-Baptiste de La Salle, Annoncer l'Évangile aux pauvres, Éditions Beauchesne, 1977.
  • Frère Joseph-Aurélien Cornet et Frère Émile Rousset, Iconographie de Saint Jean-Baptiste de la Salle, Des origines à la béatification 1666-1888, Cahiers Lasalliens n°49, Éditions cahiers Lasalliens, Paris, 1989.
  • Frère Jean Huscenot, La Sainteté par l'école. Sept Religieux-Éducateurs Lasalliens, Éditions Guéniot, Langres, 1989.
  • Luke Salm, The Work Is Yours: The Life of Saint John Baptist de La Salle, Christian Brothers Publications, Romeoville, IL, USA, 1989.
  • Frère Joseph-Aurélien Cornet, Iconographie de Saint Jean-Baptiste de la Salle Des origines à la béatification 1666-1888, Cahiers Lasalliens n°49, Éditions cahiers Lasalliens, Paris, 1989.
  • Michel Fiévet, Petite vie de Jean-Baptiste de La Salle, Desclée de Brouwer, 1990.
  • Frère Yves Poutet, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Un saint du XVIIe siècle, Éditions Beauchesne, 1992.
  • Frère Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie Lasallienne, Éditions Don Bosco, 1995.
  • Frère Gilles Beaudet, L'Expérience de Dieu avec Jean-Baptiste de La Salle, éditions FIDES, 2001.
  • Frère Jacques Goussin, Construire l'homme et dire Dieu à l'école: Jean-Baptiste de La Salle, FEC, 2001
  • Michel Fiévet, Les enfants pauvres à l'école - La révolution scolaire de Jean-Baptiste de La Salle, Éditions Imago, 2001.
  • Jean Houssaye (dir.), Les premiers pédagogues. De l'Antiquité à la Renaissance, ISF, 2002, p. 416-438 (par Brigitte Dancel).
  • Éveline Geoffroy et Frère Jean-Louis Schneider, Les sources de la pédagogie chrétienne, Édition Salvator, 2007.
  • Christophe Mory, Jean-Baptiste de la Salle : Rêver l'éducation ? Pygmalion, 2010.
  • Nicolas Capelle (dir.), "Je veux aller dans ton école !" La pédagogie lasallienne au XXIe s, préf. Rigoberta Menchu, Ed. Salvator, 2006.
  • Edgard Hengemüle, "Une proposition éducative : Jean Baptiste de La Salle" préf. Dominique Julia, Éditions Salvator, 2012.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • El Señor de La Salle, long-métrage espagnol (1964) réalisé par Luis Cesar Amadori avec Mel Ferrer[14].

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Gaston Courtois et Robert Rigot, Saint Jean-Baptiste de La Salle, collection Belles Histoires et Belles vies, Éditions Fleurus, 1959.
  • Gaston Durnez, De Koene Edelman, biographie traduite en français sous le titre La Vie extraordinaire de Jean-Baptiste de la Salle, dans un album de Bob de Moor, Éditions Jonas, 1979.
  • René Berthier, Alain Houry (FEC), Marie-Hélène Sigaut, Jean Baptiste de La Salle et le journal d'une fraternité du service de la jeunesse, Collection Les grandes heures des chrétiens, Éditions Univers-Media, Paris, 1980.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chanoine Farcy, Le Manoir de Saint-Yon au faubourg Saint-Sever de Rouen, Librairie Henri Defontaine, Rouen, 1936.
  2. Histoire de Grenoble par Auguste Prudhomme (1888)
  3. Chanoine Farcy, Histoire Ancienne & Moderne de la Paroisse Saint-Sever, Librairie Henri Defontaine, Rouen, 1933
  4. La Béatification du Vénérable J.-B. De La Salle, Fondateur de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes : Récits et Documents, Procure Générale Des Frères, Paris, 1888.
  5. Recueil de documents relatifs à la cause de beatification et de canonisation de Saint Jean-Baptiste de la Salle [1651-1719] - Fondateur de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, Rome, Impr. Artigianelli di S.Giuseppi, 1905.
  6. H. Janssens, Saint Jean-Baptiste de La Salle patron de tous les éducateurs (aux congressistes de Bruges, 9-12 aout 1960, qui ont pris saint J.-B.de La Salle pour patron tout spécial de l'U.M.E.C.),Gand, Les Frères des Écoles Chrétiennes de Belgique 1960
  7. Y. Poutet et C. Vermeulen, Adrien Nyel, précurseur de saint Jean-Baptiste de la Salle. Revue des Sociétés Savantes de Haute-Normandie, no 27, 1962.
  8. Une Femme Apôtre: Vie et Vertus de Sainte Julie-Francoise-Catherine Postel, Appelée en Religion Mère Marie-Madeleine, Fondatrice et Première Supérieure Générale de l'Institut des Sœurs des Écoles Chrétiennes de la Miséricorde au Diocèse de Coutances, 1756-1846. Librairie F. Paillart, Abbeville, 1925.
  9. Bienheureux Edmond Ignace Rice (1762-1844).
  10. Patrick B. Jacob, Edmund Ignatius Rice, Irish Messenger Publications, Dublin, 1979
  11. J. Chantrel, Le monument du vénérable Jean-Baptiste de La Salle * À Rouen. (fête du 2 juin 1875), Goupy, Paris, 1875.
  12. La première fut créée à Reims en 1684, la seconde en 1685, et la troisième, à Paris, en 1699.
  13. créées à Paris en 1698 et 1703
  14. José Maria Javierre, Historia y leyenda del señor de La Salle, Hauser y Menet,s.a., Madrid, 1964

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Généalogie
  • L'Encyclopédie catholique New Advent [1] donne un article très complet, qui se propose autant d'édifier que d'instruire.
  • Récit de l'installation de Jean Baptiste de la Salle à Rouen au Manoir de St-Yon [2]
  • Vie et vertus de S. Jean-Baptiste de la Salle par J. Guibert (Ch. Poussielgue, 1901).
  • J. Guibert, S. S., Vie et vertus de S. Jean-Baptiste de la Salle, Ch. Poussielgue, 1901. Disponible en PDF.
  • Bref pontifical de S. S. Pie XII proclamant saint Jean-Baptiste de la Salle patron de tous les maîtres chrétiens. Disponible en PDF.
  • site de l'ensemble scolaire Saint-Genès [3]
  • archives lassalliennes