Bob de Moor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moor.

Bob de Moor

Description de l'image  Bob-de-moor-1357174668.jpg.
Nom de naissance Robert Frans Marie De Moor
Naissance
Anvers, Belgique
Décès (à 66 ans)
Bruxelles, Belgique
Nationalité Drapeau de Belgique Belge
Profession dessinateur de bande dessinée

Robert Frans Marie De Moor, dit Bob de Moor, est un dessinateur belge né à Anvers le et décédé le à Bruxelles. Il a dessiné de nombreuses séries de BD et a été le bras droit d'Hergé notamment pour plusieurs albums de Tintin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bob de Moor est né en 1925[1]. Ses premiers dessins sont publiés pendant l'occupation allemande en Belgique, où il publie des caricatures anti-britanniques, dans Les Hommes au travail[1].

Après avoir suivi les cours de l'académie des beaux-arts d'Anvers, sa ville natale, Bob De Moor débute sa carrière dans un studio de dessins animés, Afim.

En 1945, il dessine Bart le Moussaillon dans le magazine Kleine Zondagsvriend ainsi que des histoires mettant notamment en scène l'inspecteur Marks, le professeur Hobbel et son assistant Sobbel. Fin 1945 et en 1946, il figure au sommaire d'ABC et réalise de nombreux dessins d'humour.

En 1947, il conçoit un premier album en français, Le Mystère du vieux château-fort, scénarisé par John van Looveren tout en continuant à fournir de nombreuses histoires à la presse flamande (Moneke et Johnekke, Janneke et Stanneke, Het Leven van J.B. de la Salle). Bob De Moor fonde Artec-Studio et multiplie encore ses créations dans les magazines néerlandophones.

En 1949, Bob de Moor travaille pour le magazine Kuifje[1], l'équivalent flamand du Journal de Tintin, en aidant notamment son ami d'enfance Willy Vandersteen et ses nombreuses séries, dont Bob et Bobette. La même année, Bob de Moor entre au journal Tintin[2], introduit par Karel Van Milleghem, en illustrant d'abord le Lion des Flandres puis le Gars des Flandres. Il réalise également les gags de Bouboule et Noiraud puis de Monsieur Tric. Encouragé par Hergé, il conçoit Barelli[1], un jeune comédien et détective, et Cori le Moussaillon[1] tout en illustrant Conrad le Hardi. C'est aussi lui qui invente le slogan de l'hebdomadaire : « le journal des jeunes de 7 à 77 ans »[2].

Le , c'est l'entrée dans les Studios Hergé[1] où il devient très vite premier assistant, place laissée vacante par Edgar P. Jacobs. Contrairement à ce dernier, il ne demandera jamais à Hergé à devenir cosignataire de Tintin. Jusqu'à la mort du maître des lieux, il supervise tous les dessins secondaires mettant en scène Tintin et ses amis (publicité, produits dérivés…). Il participe également à l'animation du personnage dans les longs métrages Le Temple du Soleil et Tintin et le Lac aux Requins. Preuve de la complicité entre les deux hommes, Hergé et Bob de Moor font en 1956 une traversée de la mer du Nord à bord du cargo Reine Astrid pour effectuer des croquis préparatoires pour l'album Coke en Stock. Il n'est pas rare que de Moor serve lui-même de modèle, mimant les attitudes des personnages croqués par Hergé.

En 1959, De Moor crée l'humoristique Pirates d'Eau Douce et illustre à partir de 1965 quelques gags de Balthazar, toujours dans Tintin. Au milieu de quelques histoires brèves, il reprend en 1970 la série Lefranc de Jacques Martin le temps d'un épisode remarquable tant graphiquement que scénaristiquement avec Le Repaire du Loup. En 1979 et 1980, Bédéscope réédite sept de ses histoires sous le titre Oncle Zigomar.

Dans les années 1950-60-70, De Moor fait toujours partie des Studios Hergé : il a continué à y collaborer très activement pour les décors des aventures de Tintin depuis On a marché sur la Lune en 1953, la refonte de L'Île Noire en 1966 demandée par l'éditeur anglais[3], le merchandising, la publicité et les dessins animés. C'est lui qui réalise par exemple la grande planche de l'album lunaire représentant la fusée de plain pied dans le premier album. Sa collaboration avec le père de Tintin ira croissante, jusqu'à devenir prépondérante dans le dernier album terminé d'Hergé : Tintin et les Picaros, où le style de Moor est perceptible dans les seconds rôles et l'encrage.

Après la mort d'Hergé en 1983, il rêve de terminer Tintin et l'Alph-Art que le maître a laissé à l'état d'ébauche[4], mais Fanny, la veuve de Georges Remi, décide après de longues hésitations de laisser l’œuvre inachevée[5]. Les Studios Hergé sont dissous la même année, mais de Moor continue cependant de travailler sur Tintin en supervisant la réalisation de la fresque Tintin dans le métro bruxellois, dévoilée en 1988.

En dehors de Tintin, de Moor a créé deux séries remarquables dans deux styles très différents : Barelli et Cori le moussaillon.

Enfin de Moor en véritable caméléon, réussira a changer de style : style Hergé, style carré (Barelli 3), style rond (Barelli 1-2), style gravure (les aventures de Cori le moussaillon) et adoptera le graphisme de deux autres grands dessinateurs (Martin et Jacobs) et reprenant les personnages principaux de chacun : Lefranc et Blake et Mortimer.

En 1989, il termine Mortimer contre Mortimer, la seconde partie de Les 3 Formules du professeur Satō, restée inachevée à la mort de son grand ami Edgar P. Jacobs. La même année, il est nommé directeur artistique aux éditions du Lombard et préside également le conseil d'administration du CBBD (Centre belge de la bande dessinée) à Bruxelles jusqu'à sa mort le .

Son fils Johan De Moor -aidé de son frère Stefan- termine son dernier album, de la série Cori le Moussaillon (Dali Capitan), qui est publié janvier 1993 par les éditions Casterman.

Prix[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Aventures de Barelli 8 tomes parus et un neuvième publicitaire
  • Cori le Moussaillon - 5 tomes (A.Leborgne/Bédéscope/Casterman), avec 1 titrage de tête au dernier
  • Les aventures de Johan et Stephan (prénoms de ses 2 fils) - 9 tomes (Standaart/Rijperman/Boogaloo)
  • Oncle Zigomar - 6 tomes (Bédéscope) (ces deux dernières séries sont une et même, le titre de la série ayant changée pour des raisons commerciales)
  • Monsieur Tric - 3 tomes (Bédéscope/Rombaldi)
  • Pirates d'eau douce
  • Thyl et Lamme
  • Balthazar
  • Conrad le Hardi
  • Le Lion de Flandres
  • Les Gars de Flandre
  • La Révolte des Gueux
  • Jean-Baptiste de la Salle

etc...

  • Port-Folio géant Bob de Moor, éd. Ligne Claire, 1991 (couvertures et planches au format d'origine, 91 ex.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1951 : L'Énigmatique Monsieur de Moor, Journal de Tintin no 115
  • 1970 : Qui fait votre journal ? Rendez-vous avec... Bob de Moor, Journal de Tintin no 1112
  • 1976 : L'École d'Hergé (logicien du rêve), de François Rivière, chapitre Bob de Moor, ou l'Humour de l'Épure, éd. Glénat
  • 1976 : Hop ! no 9
  • 1979 : Coup de Chapeau à Bob de Moor, Journal de Tintin spécial 50e anniversaire, n°171 France, n°2 bis Belgique
  • 1980 : Hop ! no 24 et 25
  • 1983 : Haga no 54
  • 1985 : Sapristi ! no 8 (hiver)
  • 1986 : Bob de Moor, 40 ans de bande dessinée, 35 ans aux côtés d'Hergé, de Pierre-Yves Bourdil et Bernard Tordeur, collection "Nos Auteurs" no 4, éd. du Lombard
  • 1989 : Catalogue "Bob de Moor", Warande - Turnhout (en néerlandais)
  • 1993 : Hommage à Bob de Moor, de Jean-Pierre Verheylewegen, éd. Chambre Belge des Experts en Bande Dessinée (avec catalogue complet de ses œuvres)
  • Benoît Peeters, Hergé, fils de Tintin, Paris, Flammarion, coll. « Champs »,‎ 2006, 629 p. (ISBN 978-2-0808-0173-9)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Peeters 2006, p. 408
  2. a et b Peeters 2006, p. 381
  3. Peeters 2006, p. 515
  4. Peeters 2006, p. 593
  5. Peeters 2006, p. 595