Marie-Madeleine Postel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Postel et Sainte Marie-Madeleine.
Statue de Marie-Madeleine Postel, Basilique de la Trinité de Cherbourg

Marie-Madeleine Postel, née Julie Françoise-Catherine à Barfleur le 28 novembre 1756 et morte à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 16 juillet 1846, est une sainte catholique, fondatrice de la Congrégation des sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde en 1807 ; fêtée le 16 juillet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un cordier de Barfleur, elle est envoyée chez les bénédictines de Valognes, puis revient en 1776 dans sa ville natale ouvrir une école pour enfants pauvres.

Durant la Révolution, elle aide les prêtres traqués à fuir en Angleterre et organise des messes clandestines. Le calme revenu, elle cherche à créer une communauté en direction de la jeunesse pauvre et fonde, en 1807, la Congrégation des sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde. La congrégation s’installe successivement à Octeville-l'Avenel, Valognes et Tamerville, avant de trouver en 1832 dans la vieille abbaye bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte, datant du XIe siècle, sa demeure définitive, que les sœurs ont rebâtie. À sa mort, la bienheureuse sœur Placide Viel lui succède.

Elle a également ouvert un pensionnat de jeunes filles à Cherbourg.

Béatifiée en 1908, canonisée le 24 mai 1925, on la fête le 16 juillet.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Tombeau de Marie-Madeleine Postel en l'église abbatiale de St Sauveur le Vicomte
  • Pierre de Crisenoy, Sainte Marie-Madeleine Postel, Paris, Bonne Presse, 1938
  • Georges Grente, Une Sainte normande, Marie-Madeleine Postel, Paris, Bonne presse, 1945
  • Abbé François-Augustin Delamare, Vie édifiante de la très honorée supérieure Marie-Madeleine, née Julie Postel, réédition le Livre d'histoire, 2005, ISBN 2-8437-3726-5