Tamines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tamines / Tamène
Les environs de l’église Saint-Martin
Les environs de l’église Saint-Martin
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Sambreville
Code postal 5060
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Taminois(e)
Population 7 211 hab. (30/06/2009)
Densité 1 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ N 4° 36′ E / 50.433, 4.650° 26′ Nord 4° 36′ Est / 50.433, 4.6  
Superficie 614 ha = 6,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Tamines / Tamène

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Tamines / Tamène

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Tamines / Tamène

Tamines (en wallon Tamène) est une section de la commune belge de Sambreville située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Son centre-ville compte environ 2 400 personnes selon les estimations de la commune de Sambreville. Tamines (au seuil de la gare) se situe à 103 m au-dessus du niveau de la mer. La population totale de la localité est de 7.211 habitants en 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

A la brasserie Le Cochet, qui était située à Tamines, eut lieu un des vols pour lesquels la bande noire fut jugée en 1862.

Les sept communes qui constituent l'actuelle commune de Sambreville furent en 1914 le lieu de violents combats que l'on appela par la suite « Bataille de la Sambre ». Ces affrontements furent particulièrements meurtriers à Auvelais, Arsimont et Tamines.

C'est durant cette période qu'eut lieu le massacre de Tamines. En août 1914, 383 civils furent fusillés par l'armée de Guillaume II et 240 maisons détruites lors des atrocités allemandes. Aujourd'hui encore, des monuments aux morts témoignent de cet évènement tragique.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc Chantraine, « La "Vieille tour" de Tamines : symbolique d'une petit maison forte du bas Moyen Âge », Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites, Commission royale des Monuments et des Sites, t. 3,‎ 1973, p. 115-130 (lire en ligne)
  • Emmanuel Laurent - La Bande noire de l’entre-Sambre-et-Meuse Coecke et Goethals étaient-ils innocents ? – Print Express Bruxelles.