École du dimanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple de Lunray (Normandie)
Temple de Lunray (Normandie) où la première école du dimanche française a été ouverte par le pasteur Laurent Cadoret le 7 août 1814

L’École du dimanche ou parfois École biblique aujourd'hui (Sunday school en anglais) est une institution typiquement protestante, car mettant l'accent sur la lecture personnelle de la Bible (sola et tota scriptura)[1][2], et d'origine anglo-saxonne. Elle est cependant distincte du catéchisme[3] de l'église. Ce dernier était la responsabilité des pasteurs pour les adolescents. Ce n'était pas non plus un culte pour enfants. Lorsque les premières Écoles du dimanche ont été fondées, les leçons se donnaient en marge du culte. À cette époque, les enfants s'y rendaient avec leurs parents, et les moniteurs/trices interrogeaient les enfants sur ce qu'ils avaient compris au culte. Les écoles du dimanche sont des associations à la fois distinctes de l'Église locale par ses statuts propres, tout en étant liées à elles par ses acteurs. Au XIXe siècle, le pasteur en est souvent le directeur. Si administrativement c'est en particulier en raison de ses diplômes universitaires, professionnellement, c'est avant tout parce que dans la tradition protestante, l'enseignement est la fonction principale de ce métier. Ce sont les membres de l'Église qui instruisent les jeunes enfants en commençant par l'alphabétisation des jeunes non scolarisés[4]. La place des femmes enseignantes, a toujours été très importante dans ce mouvement. Il a été en France l'occasion de la création de la Société d'Encouragement pour l'Instruction Primaire parmi les Protestants de France[5] qui a développé l'enseignement primaire avant les lois Ferry[6] (1881-1882)[7].

Même si des Écoles du dimanche laïques ont été créées, avec comme porte-parole en France Nicolas de Condorcet (1792), offrant une éducation secondaire le dimanche aux employés (1833)[8], ou comprises comme une école industrielle dans la loi Falloux (1850), ou pour les Écoles socialistes l'anglais Tom Anderson (1894), l'initiative du mouvement revient à des pédagogues protestants. Le terme École du dimanche tel qu'il est employé ici, désigne un dispositif initialement d'éducation populaire propre au protestantisme à l'époque des Réveils[9] et des initiatives philanthropiques[10].

Ne s'agissant pas d'un catéchisme d'Église, cela permit au mouvement de se développer largement dans l'ensemble du protestantisme et à l'international[11]. Le contenu des réunions se compose essentiellement d'étude de récits bibliques et de chants, la musique ayant toujours eu une place importante dans le culte protestant. L'École du dimanche ne prépare à aucun « sacrement » de l'Église. Cependant, sa fonction a été très tôt discutée : école ou culte, école et culte, fonction missionnaire… ?

Si au XXIe siècle, en France, il s'agit d'une réunion consacrée plus particulièrement aux enfants des paroissiens réunis pendant le culte, en Amérique du Nord, où le mouvement s'est beaucoup développé, les classes rassemblent aussi des adultes, en marge du culte et non simultanément. En France, aujourd'hui les enfants se répartissent en général en plusieurs groupes pour suivre un cours adapté à leur âge et un enseignement biblique leur est donné. Les moniteurs et les monitrices sont généralement des membres bénévoles des églises, souvent d'anciens élèves de l'école. Ce dispositif éducatif reste toujours très présent dans la plupart des Églises protestantes se réclamant de la tradition « évangélique »[12].

Historique[modifier | modifier le code]

Les précurseurs du mouvement[modifier | modifier le code]

L'enseignement du catéchisme était déjà apparu au XVIe siècle avec Charles Borromée à Milan au sein de l'Église catholique, et quelques écoles du dimanche surgissent au XVIIe siècle avec Joseph Alleine et Hanna Ball (1733-1792), méthodiste du Haut-Wycomb, en Angleterre. D'autres précurseurs seraient à signaler aussi dans le judaïsme pour ce qui relève de la tradition judéochrétienne.

Le mouvement anglais à partir de 1780[modifier | modifier le code]

L'initiative de Robert Raikes en 1780 à Gloucester[modifier | modifier le code]

Robert Raikes (1736-1811)
Robert Raikes (1736-1811) statue à Londres

Mais c'est à la fin du XVIIIe siècle que va naître le mouvement des écoles du dimanche, avec Robert Raikes [13] (1736-1811), témoin du développement industriel et de la déstabilisation familiale engendrée par l'exode rural.

À ses débuts, le mouvement relève de l'éducation populaire. Constatantla misère des jeunes dans les rues de sa ville (Gloucester), ce journaliste imprimeur met sur pieds des rencontres dont le but principal est de leur donner une instruction de base. Ces jeunes étaient des ouvriers de moins de 12 ans, travaillant à l'usine six jours sur sept. Le dimanche étant leur seul jour libre, l'école fut ouverte ce jour-là. Raikes finança et fit connaître ces écoles grâce à son journal le Gloucester Journal [3].

La structuration du mouvement anglais (début XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

Le pasteur anglican Thomas Stock (1750-1803), également de Gloucester, travaillera avec lui et se chargera tout particulièrement de trouver des enseignants. William Fox (1736-1826), marchand de drap, membre d'une Église baptiste, est à l'initiative de la création de la première Société des Écoles du dimanche (London Sunday School Society) fondée le 7 septembre 1785. La Sunday School Union (SSU) est fondée le 13 juillet 1803. La société avait diffusé en avril 1810 : 300 000 syllabaires, 63 500 Nouveaux Testaments et 8 000 Bibles[14].

Robert Raikes le jeune
Robert Raikes le jeune (1736-1811)

De la littérature est produite, des bibliothèques créées et même une « école biblique » pour former les moniteurs et les monitrices. Le mouvement se développe à la même époque où les sociétés des traités, de colportage, des missions mobilisent de nombreux acteurs. Des Sociétés dénominationnelles sont créées plus tard, avec celle de l'Église méthodiste qui a été particulièrement active dans ce domaine.

La branche de l’école du dimanche qui pris un caractère plus spécifiquement religieux naquit après le 25 juillet 1785, jour de la première fête célébrée en son honneur, en l'église de Painswick. Celle-ci avait réunie près de 400 enfants venus passer un examen public, chanter des cantiques, et écouter la prédication du Dr Gasses[15]. Les enfants de familles protestantes étant davantage scolarisés en semaine, l'apprentissage de la lecture, dans ce cadre là, se justifiait moins. Ces enfants pouvaient au moins aller à la Charity School en semaine, ce qui n'était pas le cas des jeunes ouvriers pour qui Raikes ouvrit la première École du dimanche.

Premiers bilans[modifier | modifier le code]

La première École du dimanche débute en été 1780 à Gloucester en Angleterre. Très vite des effets positifs sont constatés. Le taux de criminalité diminue en particiler de façon sensible. Auguste Schaffner en témoigne ainsi en 1893  :

« Actuellement, grâce à l'influence moralisatrice de cette œuvre, la statistique criminelle compte 28 % de prisonniers et 45 % de prisonnières de moins qu'il y a 10 ans : et si je relevais les chiffres concernant les jeunes détenus au-dessous de 16 ans et plus, la proportion serait plus forte encore. C'est ainsi que sur les 113 prisons principales de l'Angleterre, 57 sont fermées pour manque de prisonniers. »[16].
John Wesley (1703 – 1791) par William Hamilton
Le pasteur méthodiste John Wesley (1703 – 1791), par William Hamilton

Les années suivantes, le nombre d’Écoles du dimanche augmente considérablement en Angleterre et dans beaucoup d'autres pays. En 1788, à peine cinq ans après les débuts de l’expansion du mouvement, le méthodiste John Wesley (1703-1791) tint ces propos : « Nurseries de chrétiens !... la plus haute forme de charité depuis Guillaume le Conquérant. »[17].

Cette école rassemblait les enfants ne fréquentant pas le culte, pour leur donner le matin une instruction générale : lecture, écriture, calcul, et histoire sainte. La lecture se faisait dans la Bible. Les premières Écoles se tenaient dans la cuisine de "femmes de bonnes mœurs" qui accueillaient les enfants chez elles et étaient rémunérées pour cela. Le bénévolat qui a toujours été la règle en France s'est imposé en Angleterre comme seule mesure appropriée, pour éviter la mort du mouvement victime de son succès, ne pouvant plus assurer les frais. L'implication des laïques et des femmes marque fortement le mouvement anglophone. Robert Raikes conduisait la classe l'après-midi au temple, où le catéchisme était dispensé.

L'engagement des femmes dans le mouvement[modifier | modifier le code]

Bien qu’au début cette initiative fût fort appréciée, elle fut rapidement confrontée à plusieurs obstacles. On leur reprochait, d’une part, l'importante place du rôle des femmes dans ces écoles et, d’autre part, de ne pas respecter le jour de repos en faisant travailler des moniteurs ce jour-là.

Le pasteur Henry Paumier (1820-1899), alors secrétaire du Comité de la Société des Écoles du dimanche, rapportait les propos du pasteur James Inglis qui se fit l'écho de trois griefs à l'encontre du Mouvement naissant en Écosse : la violation du shabbat et la place prise par les laïques ainsi que les femmes dans cette œuvre : "Quelques-uns [des pasteurs] allèrent même jusqu’à déclarer du haut de la chaire que l’instruction des enfants par les laïques était une violation du quatrième commandement [relatif à l’interdiction pour les laïques de travailler le shabbat] ; ils menacèrent même d’interdire la communion à quiconque oserait se joindre à cette œuvre […] M. Inglis releva enfin, un autre préjugé auquel le temps et l'expérience ont fait justice, celui de l’instruction par les femmes. En 1820, "on ne comptait en Écosse, sur 1 700 instructeurs, que 140 femmes, tant on se défiait de leur travail et de leur influence ; aujourd’hui la proportion était bien changée ; les femmes comptaient pour moitié dans les rangs de cette noble phalange dévouée à l’instruction religieuse des enfants"[18]

Le mouvement des écoles déguenillées (1844-1870)[modifier | modifier le code]

John Pounds (1766-1839)
John Pounds (1766-1839)

Les Ragged schools, accueillent de leur côté les enfants les plus « désocialisés » (Grigg, p. 229). Initiées par le cordonnier John Pounds (1766-1839), le mouvement se développe grâce à l’action du pasteur anglican Thomas Guthrie[19] (1803-1873), du Lord Shaftesbury (1801-1885) fondateur de l’Union des Écoles déguenillées. Trois types de Ragged Schools se sont développées : l'une le dimanche, une autre sous forme de cours du soir en semaine, et enfin la dernière en journée aux jeunes les plus motivés des cours du soir, sous forme d'éducation industrielle [20].

L'œuvre du Docteur Thomas Barnardo (1845-1905)[21] illustre ces actions menées à Londres au XIXe siècle[22]. Le pasteur Ruben Saillens (1855-1942), alors encore étudiant en théologie à Londres témoigne du caractère périlleux du dispositif mis en place :

« "Le Dr Barnardo m’a donné dernièrement une place de moniteur dans ses Écoles du Dimanche. Je croyais nos gamins bien mauvais et nos écoles bien mal organisées [à Lyon], mais ce n’est rien en comparaison de l’East End Juvenile Mission. Le docteur racontait l’autre jour qu’à ses débuts, les élèves l’avaient jeté par la fenêtre. Dimanche dernier, il s’en est fallu de peu que les gamins ne nous en fissent autant" »[23].

Le mouvement cesse lorsque la réforme Forster est mise en place, créant un réseau d'école publiques en 1780. L'école primaire devient obligatoire et 1880 en Angleterre et au Pays de Galles (en 1872 en Écosse).

Pour aller plus loin : ouvrages récents sur l'histoire du mouvement anglais[modifier | modifier le code]

Phillipp Cliff (1886). The rise and development of the Sunday School movement in England 1780-1980, Neutfield, Redhill

Stephen Orchard, John H. Y. Briggs (2007). The Sunday School Movement : Studies in the Growth and Decline of Sunday Schools, Londres, Paternoster

Le mouvement en France à partir de 1814[modifier | modifier le code]

Les premières Écoles du dimanche françaises (1814-1829)[modifier | modifier le code]

Ruben Saillens (1855-1942)
Ruben Saillens (1855-1942)

En France, les écoles du dimanche prirent plus de temps pour se développer et se structurer et furent plus « ecclesio-centrées » qu'en Angleterre. Ruben Saillens dit à propos de celles de Lyon où les moniteurs sont recrutés auprès de l'Union Chrétienne de Jeunes Gens et de l'Union Chrétienne de Jeunes Filles :

« Aussi, nos écoles du dimanche étaient bien différentes de celles d’aujourd’hui. Les deux sexes avaient des locaux à part : nous, jeunes gens, donnions à nos garçons des leçons de lecture, d’écriture, de calcul, pendant une heure. Nous consacrions les heures suivantes à une instruction religieuse basée sur le Nouveau Testament […] les jeunes filles chrétiennes, stimulées par l’exemple de leurs frères fondèrent à leur tour des écoles semblables pour les filles. »[24].

Après une initiative sans suite au moment de la Révolution française, les premières écoles du dimanche sont créées presque simultanément en Normandie et dans la région de Bordeaux au sein des Églises Réformées. Une lettre [4] de Laurent Cadoret (1770-1861), citée dans le Journal des Écoles du Dimanche, témoigne de l'antériorité de son initiative en 1814 dans le temple à Luneray en Seine-Maritime[25][26]. Formé à la théologie à l'Institut de David Bogue (1750-1825) à Gosport[27], c'est stimulé par ce dernier et soutenu par la Mission de Londres qu'il initia, non sans résistances, la première École du dimanche à Luneray[28]. Celle de Paris s'ouvrit en 1822, à l'Oratoire du Louvre[29]. Le pasteur Frédéric Monod (1794-1863) en était le directeur.

Un « Comité pour l'encouragement des écoles du dimanche » est créé par le Baron Auguste de Stael en 1826[30]. En 1827 le Comité publie un Alphabet des Écoles du dimanche (Annexe), pour remédier au faible nombre de lecteurs chez les protestants d'alors. Le besoin d'éducation primaire conduit les responsables de ce Comité à encourager la création, en 1829 de la Société pour l'encouragement de l'instruction primaire parmi les protestants de France[31].

La Société d'encouragement pour l'instruction parmi les protestants de France (1829-1994)[modifier | modifier le code]

Alphabet des Écoles du dimanche (1827)
Alphabet des Écoles du dimanche publié par le Comité d'encouragement des Écoles du dimanche en 1827 (accès complet : Du bonheur de savoir lire, 2014, p.212-130)

Organe de l’Église Réformée La Société d'Encouragement pour l'Instruction Primaire parmi les Protestants de France est fondée le 2 mai 1829 par « les plus grands noms de l’Establishment protestant français » et est reconnue d’utilité publique dans la foulée, le 15 juillet 1829[32]. Elle a pour but : « de seconder les progrès de l’instruction primaire parmi les Protestants de France », selon l'article premier du Règlement de la Société.

L'École Normale protestante de Courbevoie, dirigée par le pasteur Gauthey a été le fleuron de la Société jusqu'à ce que les lois Ferry viennent sonner le glas de l'enseignement protestant[33]. Une École Normale d'institutrices se maintint un peu plus longtemps, à Boissy-Saint-Léger[34].

Créée en 1935, à l'occasion de l’Assemblée générale du Protestantisme français, et portée par François de Witt-Guizot (le petit-fils de François Guizot, le deuxième président de la SEIPPF), L’Association des Amis de l’Enseignement Protestant Secondaire et Primaire (1935-1971), va devenir une « filiale » de la Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France pour encourager la fondation de nouvelles écoles primaires"[35].

Finalement, la Société fut dissoute en 1994. Le pasteur Philippe Bertrand en fut son dernier président (Journal Officiel no 66 du 19 mars 1994, p. 4231).

La Société des Écoles du dimanche et du jeudi (1852-2003)[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Cook (1828-1886), fer de lance de la Société des Écoles du dimanche
Jean-Paul Cook (1828-1886), co-fondateur et fer de lance de la Société des Écoles du dimanche

La Société des Écoles du Dimanche est créée en mars 1852 sous l’initiative de Jean-Paul Cook (1828-1886)[36] qui avait déjà publié à Lausanne un guide pour créer une École du dimanche en 1847[37] (le premier guide fut déjà publié en 1817 par le pasteur David Césard Chabrand)[38]. Un manuel de la Société du Canton de Vaud est aussi à signaler[39]. C'est le pasteur Laurent Montandon (1803-1876) qui en était le président et le pasteur Henry Paumier (1821-1899) le secrétariat. Elle devint Société des Écoles du dimanche et du jeudi après les lois Ferry.

C'est en 1881, que Charles Robert pour la Société d'encouragement pour l'instruction primaire parmi les protestants de France avec Henry Paumier pour la Société des Écoles du dimanche, fondaient le mouvement des Écoles du jeudi[40]. Leur but était de mettre un dispositif en place pour remédier à l'absence d'enseignement religieux dans l'École primaire[41].

Bien qu'en 1854, la Société rééditait l'alphabet des Écoles du dimanche de 1827, et plaçait dans son recueil de cantiques l'un d'eux intitulé "Du bonheur de savoir lire"[42], plus spécifiquement orienté vers l'enseignement biblique et la formation des moniteurs et des monitrices. Mais rappelons que depuis la loi Guizot de 1833, les efforts pour une plus large scolarisation de tous les enfants, ont été croissants dans le primaire, facilité par le recul progressif de l'âge d'entrée des enfants dans le monde du travail[43]

Bon Point École du dimanche  R. BUTKNER, 28 juillet 1878
Bon Point, Souvenir de l'École du dimanche de Barr (67), R. BUTKNER, 28 juillet 1878

Les statuts de la Société des Écoles du dimanche mettent l'accent sur la fonction « missionnaire »[44] du mouvement français qui se développe en bonne harmonie et en complément à l'action de la Société d'Encouragement pour l'Instruction Primaire parmi les Protestants de France. Pour le pasteur Roy, à Saint-Jean-du-Gard, l'œuvre des Écoles du dimanche a été une des plus importantes pour les protestants du XIXe siècle :

« De toutes les œuvres instituées depuis un demi-siècle, l’école du dimanche est certainement la meilleure et la plus féconde en heureux résultats. Elle l’emporte à notre avis sur les Sociétés d’évangélisation et de Missions, car ces dernières ne sont possibles qu’avec l’école du dimanche. Nous ne saurions nous représenter l’état de notre protestantisme français sans elle »"[45].

L'article premier du règlement fixe ce but à la nouvelle société : "Le but de cette Société est de propager les vérités évangéliques par le moyen des Écoles du Dimanche. Elle provoque la formation de ces Écoles, elle en seconde l’établissement et s’attache à les perfectionner, sans vouloir s’immiscer dans leur direction"[46].

La Société des Écoles du Dimanche fera œuvre de maison d'édition : revues de formation des moniteurs, listes de textes bibliques à étudier, feuilles pour élèves, bon-points, registres de présence… et ouvrages estimés utiles à l'éducation de la jeunesse. Les pasteurs, fers de lance de la Société des Écoles du dimanche, insistaient en outre beaucoup sur l'importance des visites des enfants par leur moniteur ou monitrice. Le pasteur-pédagogue Louis-Frédéric François Gauthey[47] avait été chargé de rédiger en 1858, pour la Société des Écoles du dimanche un Essai sur les Écoles du dimanche, synthèse de la pédagogie et des pratique de ces écoles à cette époque[48].

École du dimanche méthodiste en Corée (entre1908-1922, Taylor)
École du dimanche méthodiste en Corée (entre1908-1922, Taylor)

Le philanthrope américain Albert Woodruff (1807-1891)[49] contribue au développement du mouvement en France et en Europe, encourageant le système d'enseignement mutuel ou le système dit des groupes[50]. Cette méthode lancastérienne a été une des caractéristiques pédagogiques du mouvement dans tous les pays. Le nom de "moniteur" et de "monitrice" donné aux enseignants en est encore une trace aujourd'hui. Mais pour l'enseignement biblique, c'est le modèle socratique qui primait, privilégiant les échanges entre élèves et moniteurs qui interrogeaient et faisaient réfléchir les enfants par eux-mêmes, en lisant la Bible.

Au début du XIXe siècle en France, la direction des écoles du dimanche est assez généralement confiée au pasteur de l'Église, et constitue selon Encrevé[51] plutôt un pré-catéchisme qu'un catéchisme. Au synode de Normandie, Wilfred Monod[52] plaide en 1904 pour le passage d'un examen d'entrée aux jeunes qui souhaitent commencer le catéchisme sans avoir fréquenté l'École du dimanche, pour s'assurer du niveau de connaissance biblique acquis au sein de la famille.

La situation rurale de la France, le contexte de développement de l'école primaire obligatoire, de la séparation de l'instruction générale et religieuse influent sur le développement de ces Écoles, et provoque la création des écoles du jeudi dès 1881. En ville, à Paris les écoles du dimanche missionnaire ou Écoles déguenillées, accueillent des enfants de parents catholiques[53]; et à Lyon des enfants de familles de libres penseurs[54]. La Mission Mac All a largement contribué à ces efforts éducatifs.

L'actualité du dispositif[modifier | modifier le code]

Après être devenue la Société des Écoles du dimanche et du jeudi en 1881, la Société inter-dénominationnelle devenait la Société d'Édition et de Diffusion du Service Catéchétique du Conseil Permament Luthéro-Réformé (S.E.D.) le 21 décembre 1999 (déclaré le 22 janvier 2000) avant d'être dissoute le 17 janvier 2003.

Mais au XXie siècle, les Écoles du dimanche restent un vigoureux mouvement, bien implanté dans les églises locales.

Dans l'église protestante unie (les églises luthéro-réformées), on parle plutôt d'école biblique[55]. Dans les églises de la mouvance évangélique[56], l'École du dimanche[57] garde généralement ce nom et rassemble des enfants des membres ou amis de l’église pendant ou avant le culte[58].

Des moniteurs et monitrices, des membres bénévoles de l'église locale, apportent aux enfants (souvent jusqu'à 14-15 ans ou avant l'âge d'entrée au catéchisme) un enseignement biblique en complément, ou parfois en remplacement à ce que la tradition protestante estimait devoir être transmis par les parents dans les familles, où la lecture de la Bible ou "culte de famille" était habituelle. Mais la répartition des enfants dans les groupes est aujourd'hui souvent calquée sur le modèle des classes de niveaux, des écoles primaires.

Plusieurs associations inter-dénominationnelles offrent des formations destinées aux moniteurs/trices, en complément à chaque école met en place en interne.

Outils[modifier | modifier le code]

Plusieurs blogs rendent compte de la vitalité du mouvement contemporain, ainsi que du travail éditorial.

Pour aller plus loin : ouvrages récents sur l'histoire du mouvement français[modifier | modifier le code]

Anne Ruolt (2012). L’École du Dimanche en France au XIXe siècle, pour croître en sagesse et en grâce, collection religion – sciences humaines, Paris, l’Harmattan, 296 p.

Anne Ruolt (2013). Louis-Frédéric François Gauthey (1795-1864) pasteur et pédagogue, pour une pédagogie pananthropique et naturelle, collection : pédagogie, crises, mémoires, repères, Paris, l’Harmattan, 290 p.

Anne Ruolt (2014). Du bonheur de savoir lire. Une approche protestante de la lecture et de l’école, celle des artisans du Réveil au début du XIXe siècle en France, supplément à Théologie évangélique, Vaux-sur-Seine/Charols, Edifac/Excelsis,160 p.

Sources et liens[modifier | modifier le code]

Bibliographie thématique[modifier | modifier le code]

Le mouvement français et Vaudois des Écoles du dimanche[modifier | modifier le code]

Les acteurs du mouvement francophone et leur pédagogie[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement anglais et Robert Raikes[modifier | modifier le code]

Ragged schools ou Écoles déguenillées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Wells, « Le rôle de l’écriture dans l’identité protestante (I) Relativisme et biblicisme », La Revue Réformée, vol. LVII, no 239,‎ septembre 2006 (lire en ligne)
  2. Frédéric Hamman, « Le rôle de l'Écriture dans l'identité protestante (II) Sola Scriptura : antidote contre l’isolement ! », La revue Réformée, vol. LVII, no 239,‎ septembre 2006 (lire en ligne)
  3. Victor Juhlin, « Écoles du Dimanche », Encyclopédie des Sciences Religieuses, Sandoz & Fischbacher, vol. T IV (Dogmatique-Fluegel),‎ 1878, p. 214-217 (lire en ligne)
  4. Anne Ruolt (2010) thèse de doctorat, université de Rouen, 2010 : « La petite école des deux cités, histoire et contribution des écoles du dimanche à l'éducation populaire en France de 1814 à 1902, une éducation pan-anthropique »
  5. Patrick Cabanel, André Ancrevé, « Les protestants l'école et la laïcité XVIIIe-XXe siècles », Histoire de l'éducation, Institut national de recherche pédagogique, no 110,‎ mai 2006, p. 2 à 216 (ISSN 10 : 2-7342-1066-5, lire en ligne)
  6. « Dossier d'histoire : Les lois scolaires de Jules Ferry », sur Sénat (consulté le 17 août 2014)
  7. Anne Ruolt, Du bonheur de savoir lire. Une approche protestante de la lecture et de l’école, celle des artisans du Réveil au début du XIXe siècle en France,, Vaux-sur-Seine/Charols, Edifac/Excelsis,‎ 2014, 160 p. p. (ISBN 9782755002065, lire en ligne), p. 5-158
  8. Marc Louis Naville, De l'éducation publique considérée dans ses rapports avec le développement des facultés, la marche progressive de la civilisation et les besoins actuels de la France, Paris, Dufard,‎ 1833, 430 p. (lire en ligne), p. 285-286
  9. Sébastien Fath, « Les Églises évangéliques en France (XIXe - XXe siècle) : Des Églises de réveil ? », sur Faculté Libre de théologie Évangélique : Théologie Évangélique,‎ 2008 (consulté le 17 août 2014)
  10. Ruolt Anne, L’École du Dimanche en France au XIXe siècle, pour croître en sagesse et en grâce, Paris, L'Harmattan, coll. « collection religion – sciences humaines »,‎ 212, 296 p p. (ISBN 978-2-296-56037-6, présentation en ligne, lire en ligne), p.7-263
  11. (en) Stephan Orchard, John H.Y. Briggs, The Sunday School Movement : Studies in the Growth and Decline of Sunday Schools, Londres, Paternoster,‎ 2007, 169 p. (lire en ligne), p. 6-8, 13-14
  12. Sébastien Fath, « Les évangéliques expliqués sur France Info », sur YouToub / France info,‎ 3 février 2010 (consulté le 17 août 2014)
  13. (en) Brian Kavanagh, « Robert Raikes Statue à Londres », sur Murder,‎ 10 juin 2007 (consulté le 17 août 2014)
  14. (en) John H. Y. Briggs, The Sunday School Movement : Studies in the Growth and Decline of Sunday Schools, Londres, Paternoster,‎ 2007 (lire en ligne), « « The Bapstit Contribution to the Sunday School Movement in the Nineteenth Centuary » », p. 42
  15. Hermann Verollet, L’École du Dimanche (Thèse bachelier en théologie), Montauban, Orphelins Imprimeurs,‎ 1912, 105 p. (lire en ligne), p. 13-14
  16. Auguste Schaffner, « Mon petit journal, l'Angleterre et les Écoles du Dimanche », in Journal des Écoles du Dimanche, 1893, p. 102
  17. D'après A.L., Montandon, « Les Écoles du Dimanche de l'Église Réformée de Paris », in Magasin de l'École du Dimanche, 1851, p. 97-105
  18. Henry Paumier, « « Grande conférence des Écoles du Dimanche » », Magasin des Écoles du Dimanche, no Vol XII,‎ 10 octobre 1862, p. 294, 322-323
  19. (en) « Lord Shaftesbury - the reformer - part 2 of 4 », sur alanheath3,‎ 16 juil. 2011 (consulté le 17 août 2014)
  20. Ruolt Anne, « Action éducative protestante auprès des enfants des rues au XIXe siècle : l’exemple des Ragged Schools ou écoles du dimanche déguenillées », Études Théologiques et Religieuses, no 88,‎ 1er janvier 2013, p. 53-72 (ISSN 0014-2239, lire en ligne)
  21. (en) « Funeral of children's home founder, Doctor Barnardo, 1900's -- Film 171 », sur HuntleyFilmArchives,‎ 13 mars 2013 (consulté le 17 août 2914)
  22. John Wesley Bready, En marge des bagnes d'enfants, La Vie et l'Oeuvre du Docteur Barnardo (4 juillet 1845 - 19 Septembre 1905), Dieulefit, Nouvelle société d'édition de Toulouse,‎ 1939, 290 p. (lire en ligne)
  23. Madeleine Wargenau - Saillens, Ruben et Jeanne Saillens évangéliste, Paris, Les bons semeurs,‎ 1947, 347 p. p. (lire en ligne), p.60
  24. Madeleine Wargenau-Saillens, Ruben et Jeanne Saillens: évangélistes, Paris, Les Bons Semeurs,‎ 1947, 353 p. p. (lire en ligne), p. 25
  25. Daniel Robert, Les Églises réformées en France: 1800-1830, Paris, Presse Universitaire de France,‎ 1961, 632 p. (lire en ligne), p. 436-438, 41, 120, 142, 168, 232, 239, 244-245, 358, 360, 364, 391, 436
  26. Daniel Robert, Textes et documents relatifs a l'histoire des églises réformées en France: (Période 1800-1830), Genève, Droz,‎ 1962, 398 p. (lire en ligne), p. 9, 239, 261-268
  27. Anne Ruolt, « L'enseignement tutoral : l'exemple du pasteur-pédagogue David-Bogue (1750-1825), un pionnier des missions modernes », Théologie Évangélique, vol. 12, no 3,‎ 2013, p. 27-60 (ISSN 1635-3021, lire en ligne)
  28. Ruolt Anne, « Laurent Cadoret (1770-1861) et l’École du Dimanche à Luneray (1814) : les prémices de la renaissance des écoles protestantes en France », Penser l’éducation, no 30,‎ 1er décembre 2011, p. 52-71 (lire en ligne)
  29. Agnès de la Gorce, Wesley, Maître d’un peuple (1703-1791), Paris, Albin Michel, 194 p. 337
  30. Lettre de souscription
  31. Franck Puaux, Les oeuvres du protestantisme français au XIXe siècle, Paris, Comité protestant français,‎ 1893, 484 p. (lire en ligne), p. 313-362
  32. Patrick Cabanel, « « De l’école protestante à la laïcité. La Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France (1829-années 1880) » : Les protestants, l’école et la laïcité - XVIIIe-XXe siècles », Histoire de l’éducation, Lyon, INRP, no 101,‎ 2006, p. 53-90 (lire en ligne)
  33. Anne Ruolt, « « L’École Républicaine est-elle le fruit des idées et de valeurs protestantes ? » », Recherches en Éducation, no n° 14,‎ septembre 2012, p. 110-127 ([www.recherches-en-education.net/IMG/pdf/REE-no14.pdf lire en ligne])
  34. Jean-Claude Vinard, les écoles protestantes au XIXème siècle : 8. Les Deux Écoles Normales protestantes, Montpellier, Mémoire de maître (V.1),‎ 2000, 264 p. (lire en ligne), p. 50
  35. François de Witt-Guizot, « « Circulaire » », L’association des Amis de l’Enseignement Protestant Secondaire et Primaire, no 1,‎ 1935, p. 2
  36. Franck Puaux, Les oeuvres du protestantisme français au XIXe siècle (1893), Paris, Comité protestant français,‎ 1893, 484 p. (lire en ligne), p. 350-362
  37. Jean-Paul Cook, Histoire et organisation d'une école du dimanche: avec quelques conseils à ceux qui donnent aux enfants une instruction religieuse, Paris, Delay,‎ 1847, 32 p. p. (lire en ligne), p. 4-30
  38. David Césard Chabrand, Des Écoles du Dimanches, de leur importance et de la manière de les diriger, Toulouse, Navarre,‎ 1817, 12 p. p. (lire en ligne)
  39. Société des Écoles du dimanche du Canton de Vaud, Petit manuel des écoles du dimanche ou conseils et directions à l'usage des Maîtres, Lausanne, Société des Écoles du dimanche du Canton de Vaud,‎ 1853, 76 p. (lire en ligne), p. 2-76
  40. Gabrielle Cadier-Rey, « « L’École du Jeudi » », Libre Sens,‎ 2008, p. 2-9
  41. Charles Robert, « Rapport de l'AG du 7 mai 1881 », Société d'encouragement pour l'instruction primaire parmi les protestants de France,‎ 7 mai 1881, p. 26-27 ; 45-49
  42. Anne Ruolt, Du bonheur de savoir lire. Une approche protestante de la lecture et de l’école, celle des artisans du Réveil au début du XIXe siècle en France, Vaux-sur-Seine/Charols, Excelsis-Edifac,‎ 2014, 160 p. (ISBN 9782755002065, lire en ligne), p. 72
  43. « Chronologie : histoire des relations de travail depuis la loi Chapelier 1791 », sur vie-publique,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  44. V. Arnoux, « Rapport de l’ÉdD, Charmes, le 12 avril 1856 », Magasin des Écoles du dimanche,‎ 1856, p. 176-178[1]
  45. Pasteur Roy, de Saint-Jean du Gard et cité par Henry Cordey, « Nos ÉdD réussissent-elles ? Conférence donnée aux Moniteurs des Écoles de Paris, le 8 mars 1895 », Journal des Écoles du dimanche,‎ 1895, p. 193 (p.191-197)
  46. Société des Écoles du dimanche, « Statuts », Magasin des Écoles du dimanche,‎ 1852, p. 41-42 et 359-360
  47. Anne Ruolt, Louis-Frédéric François Gauthey (1795-1864) pasteur et pédagogue, pour une pédagogie pananthropique et naturelle, Paris, L'Harmattan, coll. « pédagogie, crises, mémoires, repères, »,‎ 2013, 295 p. (ISBN 978-2-336-29197-0, lire en ligne), p. 5-290
  48. Louis-Frédéric François Gauthey, Essai sur les écoles du dimanche, Paris, Société des Écoles du dimanche,‎ 1858, 200 p. p. (lire en ligne), p. 5-197
  49. Albert Woodruff, De la meilleure organisation des Écoles du dimanche comme auxiliaire du ministère Évangélique, Paris, Société des Écoles du dimanche,‎ 1864, 32 p. (lire en ligne), p. 3-32
  50. Sully Jaulmes-Cook, L'Ecole du dimanche, système des groupes: organisation et avantages de ce système, réponse aux objections, Lausane, Bridel,‎ 1863, 63 p. p. (lire en ligne), p. 3-62
  51. André Encrevé, L'expérience et la foi, pensée et vie religieuse des huguenots au XIXe siècle, Genève, Labor et Fides, 2001, p. 342-343
  52. Wilfred Monod, Les Écoles du Dimanche en Normandie, Vals-les-Bains, Abeblen, 1904, p. 32
  53. Matthieu Lelièvre, « un coup d'œil sur l’histoire des Écoles du Dimanche », in Journal des Écoles du Dimanche, Paris SED, 1890, p. 408
  54. Madeleine Wargenau-Saillens, R et J Saillens évangélistes, Paris, Les Bons Semeurs, 1957, p. 25.
  55. Film Benoit, « Pourquoi mes enfants fréquentent-ils l'École Biblique de la paroisse protestante? », sur Andrew Rossiter,‎ 3 mai 2009 (consulté le 16 août 2014)
  56. Sur la mouvance évangélique, voir Fath Sébastien, Du ghetto au réseau : le protestantisme évangélique en France 1800-2005, Genève, Labor et Fides, 2005,426pp
  57. Mise en ligne le 23 sept. 2009, « École du dimanche actuelle », sur youtoube,‎ 23 septembre 2009 (consulté le 16 août 2014)
  58. Relevez la mention de l'école du dimanche en consultant les semainiers en ligne de ces églises sur [2]
  59. Anne Rudolph, « Choisis la vie », sur eklablog,‎ 14 août 2014 (dernière mise à jour) (consulté le 17 août 2014)
  60. « Aperçu de notre programme », sur Ecoledudimanche.com,‎ Automne 2012 (consulté le 19 août 2014)
  61. « Accueil », sur Point KT - plateforme d'information et d'échange catéchétique,‎ 3 septembre 2008 (consulté le 17 août 2014)
  62. « Atelier du Moniteur », sur Top Chrétien Francophone,‎ 16 août 2014 (consulté le 17 août 2014)
  63. « Catalogue des activités : Formations », sur Ligue pour la Lecture de la Bible (France),‎ 2008-2014 (consulté le 17 août 2014)
  64. « Formation : moniteur et aide-moniteur », sur Ligue pour la Lecture de la Bible (Suisse),‎ 2002-2014 (consulté le 17 août 2014)
  65. « Séminaire de formation aux ministères parmi les enfants », sur Ligue pour la Lecture de la Bible (Belgique),‎ 2006-2014 (consulté le 17 août 2014)
  66. « Formation des moniteurs », sur Association pour l'Évangélisation des Enfants,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  67. « Institut Supérieur Protestant Mathurin Cordier Centre de Formation Professionnelle des Enseignants Chrétiens », sur Association des établissements scolaires protestants évangéliques francophone,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  68. « Nouvelles et événements », sur L'Association des Écoles Chrétiennes Internationale (ASCI) (consulté le 19 août 2014)
  69. Anne-Marie Hege, « École du dimanche : ressources en lignes », sur Christ Seul, Mensuel des Églises Évangéliques Mennonites de France,‎ 2006-2014 (consulté le 17 août 2014)
  70. « Accompagner les enfants », sur Église Protestante Unie, communion réformée et luthérienne,‎ 2012-2014 (consulté le 17 août 2014)
  71. « Jeunes », sur Fédération Protestante de France,‎ 2008 (consulté le 17 août 2014)
  72. « CNEF, Œuvres : département jeunesse - Famille - Loisirs », sur Conseil National des Évangéliques de France,‎ 2012 (consulté le 17 août 2014)
  73. « Livres, École du dimanche », sur La Cause,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  74. « Excelsis - Jeunesse », sur XL6,‎ 1998-2014 (consulté le 17 août 2014)
  75. « Jeunesse », sur Olivetan,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  76. « Ressources catalogue », sur Ligue pour la Lecture de la Bible,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  77. « Association pour l'Évangélisation des Enfants », sur Association pour l'Évangélisation des Enfants,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  78. Martine Grenier, « Le Catéchisme dans l’Église Réformée », sur Le Musée Virtuel du Protestantisme,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  79. (en) « Ragged Schools Museum », sur Musée des Écoles Déguenillées,‎ 2014 (consulté le 17 août 2014)
  80. (en) « The Ragged School Museum », sur eastlondonlines,‎ 13 mars 2012 (consulté le 17 août 2014)
  81. (en) Laura Mair, « Victorian social history; The ragged school movement », sur YouToub,‎ 23 juin 2013 (consulté le 17 Août 2014)
  82. (en) « Pounds of Love », sur MrMickcooper,‎ 5 janv. 2011 (consulté le 17 août 2014)
  83. (en) « Lord Shaftesbury - the reformer - part 2 of 4 », sur alanheath3,‎ 16 juillet 2011 (consulté le 17 août 2014)
  84. Anne Ruolt, « Blog-ressources d'histoire des idées pédagogiques plus particulièrement dédié aux pédagogues protestants », sur Histoire2pedagogie,‎ 2011 (consulté le 17 août 2014)
  85. Luc Bussiere, « Le défi de la formation d'une pensée chrétienne », sur Luc Bussière,‎ 14 octobre NN (consulté le 17 août 2014)