Huile de ricin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huile de ricin
Plant de ricin.
Plant de ricin.
Identification
No CAS 8001-79-4
No EINECS 232-293-8
Code ATC A06AB05
No E E1503
FEMA 2263
Apparence Liquide visqueux incolore à jaune[1]
Propriétés chimiques
Indice d’iode 82 – 90 (Wijs)[2]
Indice de saponification 177 – 187[2]
Matières non saponifiables 0,2 – 0,3 %[2]
Propriétés physiques
fusion -12 à -18 °C[2]
ébullition >350 °C (décomposition)[1]
Solubilité pratiquement insoluble (eau)[1];
soluble dans l'éthanol et dans l'hexane bouillant[2]
Masse volumique d_{25}^{25} 0,945 – 0,965 g·cm-3 [2]
d'auto-inflammation 448 °C[3]
Point d’éclair 229 °C[1]
Viscosité dynamique 935 – 1 033 mPa·s (20 °C)[2]
Propriétés optiques
Indice de réfraction n_{D}^{40} 1,466 – 1,473[2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’huile de ricin est une huile végétale obtenue à partir des graines de ricin. Elle est incolore à jaune très clair.
Les triglycérides (triples esters de glycérol et d'acides gras) dont elle est constituée comptent pour environ 90 % de ses acides gras un acide gras en C18, oméga-9 et hydroxylé : l’acide ricinoléique ou acide (R)-(+)-12-hydroxy-9Z-octadécénoïque.

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • L'huile de ricin fournit de l'acide undécylénique et de l'heptanal qui permettent d'accéder à des composés d'intérêt pour l'industrie :
    • des esters de polyols, utilisés comme lubrifiants dans les turbines en aviation, les moteurs de voitures et motos de compétition ;
    • des polyamides (PA) textiles comme le Rilsan (nom commercial d'un PA 11 fabriqué par Arkema), une matière plastique aux caractéristiques particulières.
  • L'huile de ricin fournit de l'acide sébacique, un monomère pour synthétiser du PA 6-10.
  • L'huile de ricin a été très utilisée avant la Seconde Guerre mondiale comme lubrifiant pour les moteurs à explosion et même jusque dans les années 1980 en compétition : en effet, elle a une excellente tenue à haute température et une onctuosité exceptionnelle, cependant, comme elle s'oxyde rapidement et forme des boues, elle a laissé la place aux huiles minérales. Elle est cependant toujours utilisée par certains fabricants d'huiles moteur sous forme modifiée.
  • En pharmacie, cette huile a longtemps été utilisée pour ses effets laxatifs mais c'est un purgatif violent et son emploi est formellement déconseillé pour cette indication[4]. Elle reste présente, en faible quantité, comme excipient dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques.
  • En cosmétique, elle commence à être utilisée au début du vingtième siècle pour lisser et protéger les cheveux des hommes. Elle est aussi utilisée pour renforcer et allonger les cils et sourcils. Outre sa fonction nourrissante et revitalisante (en usage externe), l’huile de ricin favoriserait considérablement la repousse des cheveux et leur apporterait également du volume. Aucune étude scientifique officielle n'a validé ce genre d'effet.[réf. nécessaire]
  • En anglais, l'huile de ricin est dénommée Castor oil car elle a remplacé dans ses usages le castoréum, sécrété par les glandes des castors. La (mauvaise) traduction « huile de castor » est à proscrire (en anglais, castor se disant beaver).
  • L'huile de ricin est listée officiellement comme additif alimentaire par le codex alimentarius (E1503), elle sert aussi à la préparation d'un émulsifiant : E476 ou PGPR (Polyricinoléate de polyglycérol), utilisé notamment dans l'industrie du chocolat pour fluidifier le chocolat lors de sa production et permettre aux fabricants autorisés à le faire de s'affranchir de l'onéreux beurre de cacao au profit de matières grasses moins chères.
  • Elle est surtout utilisée dans l'industrie chimique pour les polyuréthanes. Moléculairement, elle a des fonctions alcool (hydroxyle -OH) d'où son utilité dans des réactions de réticulation.
  • La majorité de la production mondiale provient d'Inde et dépend de la mousson, un peu du Brésil et de Chine. La récolte se fait manuellement parce que les graines ne mûrissent pas toutes en même temps.
  • L'huile de ricin en usage externe (cataplasmes) était recommandée par le voyant américain Edgar Cayce, qui aurait obtenu ainsi de nombreuses guérisons[5]. Aucune étude scientifique officielle n'a validé ce genre d'effet.
  • En Inde, il est courant de mélanger jusqu'à 3 % d'huile de ricin dans les autres huiles végétales comestibles.
  • Le prix fluctue beaucoup en fonction de la récolte et de la demande (la Chine est producteur mais est devenu importateur net).

Toxicité[modifier | modifier le code]

L'acide ricinoléique altère la muqueuse intestinale et provoque des pertes importantes en eau et en électrolytes (sels minéraux), d'où son action purgative intense et irritante. La ricine, présente dans la plante et les graines, peut contaminer une huile mal préparée.

Instrument de terreur[modifier | modifier le code]

Dans l'Italie fasciste sous le régime de Benito Mussolini, l'huile de ricin était l'un des instruments des Chemises noires[6],[7],[8]. Les fascistes forçaient les adversaires politiques à avaler de fortes doses de cette huile. Dans les années 1920, certains fascistes étaient des cogneurs payés par certains patrons des ouvriers en grève, l'huile de ricin provoquant des diarrhées, ceci visait à humilier les adversaires. Dans un dessin de propagande, on voit une scène où un ouvrier est guéri de ses « mauvaises idées rouges » par un fasciste qui lui « prodigue » (lors d'une bastonnade) l'huile. Mais à forte dose, les diarrhées et la déshydratation qui en résultait étaient si importantes qu'elles étaient parfois mortelles[9]. Cette technique semble avoir été lancée par Gabriele D'Annunzio.

Lorsque les Chemises noires voulaient s'assurer que leurs victimes meurent, ils ajoutaient de l'essence à l'huile de ricin.

On disait parfois que le pouvoir de Mussolini reposait sur « le gourdin et l'huile de ricin ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Entrée de « Castor oil » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 3 mai 2009 (JavaScript nécessaire)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Alfred Thomas, Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry, Release 2002, 6th Edition, Fats and Fatty Oils, Wiley-VCH Verlag GmbH & Co
  3. HUILE DE CASTOR, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  4. Jean Bruneton, Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales, Techniques et Documentation, 3e édition, 1999, ISBN 2-7430-0315-4
  5. Dr William Mac Garey, The Edgar Cayce Remedies, 282 p., traduction française de Dorothée Koechlin de Bizemont, éditions du Rocher, 1994, Les Remèdes d'Edgar Cayce.
  6. (en) Italy The rise of Mussolini, Encyclopædia Britannica Online,‎ 2007 (lire en ligne)
  7. (en) Benito's Birthday, Time, in partnership with CNN,‎ 6 août 1923 (lire en ligne)
  8. (en) R. J. B. Bosworth, Mussolini, New York, Arnold/Oxford Univ. Press,‎ 2002 (ISBN 0340731443)
  9. The Straight Dope: Did Mussolini use castor oil as an instrument of torture?