Edgar Cayce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edgar Cayce. En octobre 1910, cette photographie volée au domicile des parents de Cayce par un journaliste paraît à la une du New York Times sous le titre: « Illiterate Man Becomes a Doctor When Hypnotized » (« Sous hypnose, un illettré se transforme en médecin »).

Edgar Cayce (18 mars 1877 près de Beverly, Kentucky, États-Unis3 janvier 1945 à Virginia Beach, États-Unis) est parfois considéré comme le « prophète dormant » et l'un des « plus grands mystiques » des États-Unis. Pendant des « lectures » (readings), entrant en transe par hypnose, il répondait à des questions relatives à un individu. Ces lectures évoquent, au début, la santé physique. Puis, les conseils se diversifient et portent sur les vies antérieures, les interprétations de rêves, les phénomènes psychiques, la santé mentale, la méditation, la prière, le développement spirituel, mais aussi le commerce et l'Atlantide.

Il reste connu pour les parties de son travail qu'il considérait comme les plus importantes, telles que le soin (la grande majorité de ses « lectures » ont été faites pour des personnes qui étaient malades) ou la théologie chrétienne (Cayce a été toute sa vie un membre des Disciples du Christ, une église protestante). Il pourrait être à l'origine de l'idée que la Californie sera un jour « submergée ». Bien qu'il ait vécu avant l'émergence du New Age, il a eu une grande influence sur certaines idées de ce courant.

Les sceptiques doutent de ses prouesses psychiques, ainsi que les chrétiens conservateurs qui se posent des questions sur son orthodoxie.

Selon Louis Pauwels, qui relate sa biographie dans Le Matin des magiciens, Cayce est un homme très simple, de faible formation culturelle, capable en état de sommeil de prescrire la solution médicale de toute maladie. Ses dons viendraient d'une maladie contractée à l'âge de 5 ans qui le mit dans le coma. Dans cet état, il donne alors à son médecin, à voix haute, la cause de son état et le type de cataplasme qu'il faut lui appliquer. Depuis, en état de « transe », il prescrira un traitement pour les maladies qu'on lui soumettra. Il aurait prédit le jour et l'heure de sa mort, victime d'une maladie incurable qu'il ne voulut pas désigner.

En 2009, il existe plusieurs dizaines de milliers d'adeptes de Cayce. La plupart d'entre eux habitent aux États-Unis et au Canada, mais les centres Edgar Cayce se trouvent dans 25 autres pays. L'Association for Research and Enlightenment (ARE : « Association pour la recherche et l'enseignement spirituel »), basée à Virginia Beach, est l'organisation qui promeut le plus les travaux de Cayce et conserve toutes les lectures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edgar Cayce est né dans une famille paysanne le 18 mars 1877, près de Beverly, onze kilomètres au sud d'Hopkinsville. Les différentes phases de la vie de Cayce peuvent commodément être définies selon leur géographie :

1877 à 1920 – La période du Kentucky[modifier | modifier le code]

En décembre 1893, la famille emménagea à Hopkinsville dans le Kentucky, au 705 de West Seventh, au coin sud-est de Seventh et Young Street.

À l'école alors qu'il avait environ dix ans et travaillait très moyennement, son maître avait signifié ses lacunes à son père, celui-ci lui demande d'apprendre une leçon, l'enfant s'y consacre 10 minutes, puis revient vers son père, déclarant : « c'est fini ». Le père lui demande s'il se moque de lui, Edgar se met alors à réciter deux pages complètes, imprimées dans son cerveau, tel un appareil photographique.

Durant cette période, Cayce suivit des études jusqu'au secondaire inférieur. Il s'est découvert une vocation spirituelle. Il a quitté la ferme familiale pour d'autres types de travaux (d'abord au magasin Richard's Dry Goods Store, puis dans la librairie Hopper, tous deux situés sur Main Street).

L'éducation de Cayce s'est arrêtée à la 2e année du secondaire, car ni lui ni sa famille n'avaient les moyens de payer pour les études dans un collège américain. De plus, à cette époque, des matières plus avancées (telles que les mathématiques et les sciences appliquées) étaient présentées plus tôt dans les écoles publiques. Finir la 2e secondaire alors était équivalent à finir le collège au début du XXIe siècle (pour certains sujets), et était considéré plus que suffisant pour un enfant des classes ouvrières. La vie d'Edgar Cayce sera marquée par une course désespérée au travail et à l'argent.

Tout au long de sa vie, Edgar Cayce fut un membre actif des Disciples du Christ. Il relisait la Bible, entièrement, chaque année de sa vie, enseignait le catéchisme et recrutait des missionnaires. Il se serait toujours demandé avec anxiété si ses capacités psychiques — et les enseignements qui en découlaient — étaient spirituellement justifiés.

En 1900, il se lança dans le commerce avec son père, pour vendre une assurance du nom de Woodmen of the World (« Bûcherons du monde »). En mars de cette année-là, il attrapa une laryngite aigüe qui, le 18 avril, le rendit aphone.

Dans l'incapacité de travailler, il vécut chez ses parents pendant presque un an. Il décida ensuite de se lancer dans la photographie, en espérant qu'il aurait de ce fait peu de raison de parler. Il devint apprenti-photographe dans le studio de W. R. Bowles, au coin de la Neuvième et de Virginia à Hopkinsville.

Un artiste itinérant, comique et hypnotiseur, appelé « Hart - The Laugh Man » (« Hart, l'homme du rire »), fit une représentation à l'opéra de Hopkinsville en 1901. Il entendit parler du problème de Cayce, et proposa de le soigner. Cayce accepta, et l'expérience eut lieu sur scène, devant le public. Sa voix lui revint lors d'une séance d'hypnose, mais s'éteignit à son réveil. Hart essaya une suggestion post-hypnotique afin que Cayce retrouve sa voix même après la transe, mais sans succès.

Hart quitta la ville, mais un autre hypnotiseur local, Al Layne, se proposa pour continuer à travailler avec Cayce afin qu’il récupère la voix. Layne suggéra à Cayce de décrire la nature de son problème et sa solution pendant la séance d’hypnose. Cayce décrit alors sa maladie en utilisant le premier pronom personnel du pluriel « nous », au lieu du singulier « je ». Lors des séances suivantes, il commençait en général par dire « Nous avons le corps ». D’après les transcriptions de ces séances, la perte de sa voix était due à une paralysie psychologique, et pouvait être corrigée par l’afflux de sang aux cordes vocales. Layne suggéra alors que le flux de sang soit en effet augmenté, et le visage et la poitrine de Cayce devinrent alors rouges. Après 20 minutes, encore en transe, il déclara le traitement terminé. A l’éveil, sa voix resta normale. Il y eut des rechutes, mais après quelques séances supplémentaires avec Layne, avec le même traitement, le problème fut réglé définitivement.

Layne avait lu des traitements hypnotiques semblables, effectués par le Marquis Chastenet de Puysegur, un adepte de Franz Mesmer, et voulait explorer les limites des connaissances thérapeutiques de la « voix en transe ». Il demanda à Cayce de décrire ses propres maux et de lui suggérer des traitements. Les résultats auraient été à la fois précis et efficaces. Layne conseilla alors à Cayce d’offrir ses services de guérison en transe au public, mais Cayce n’était que peu disposé à le faire. Il accepta toutefois, à la condition que de telles séances soient gratuites. Avec l’aide de Layne, il commença donc à offrir des traitements gratuits aux gens de la ville. Ces séances furent un succès, et il devint de plus en plus connu. Des rapports sur le travail de Cayce apparurent dans les journaux, et de nombreuses lettres de demandes lui parvinrent. Selon ces rapports, Cayce était capable de travailler aussi bien à partir d’une lettre de la personne, qu’en présence de celle-ci. Ceci lança la correspondance qu’entretiendra Cayce avec des personnes du monde entier.

La quantité de travail de Cayce augmenta en même temps que sa renommée. Il demanda à contre-cœur des donations, afin de subvenir à ses besoins et ceux de sa famille, de manière à pouvoir faire des séances à temps plein. Il continua à travailler dans un état de transe apparente avec un hypnotiseur toute sa vie. Sa femme, puis son fils aîné, remplacèrent Layne dans ce rôle. Une secrétaire, Gladys Davis, prenait des notes.

La lecture en transe eut une influence notable sur la santé de Cayce, et il attribua ses incapacités passagères à rentrer en transe, à la trop importante pression qu’il subissait. Il remboursait scrupuleusement les clients insatisfaits.

1920 à 1923 – La période texane[modifier | modifier le code]

Au cours de cette période, Cayce se sépara de sa famille, et cessa en effet de pourvoir à leurs besoins, tout en essayant de s’enrichir, sans y parvenir. Il tenta plusieurs fois d’attirer des investisseurs, dans des entreprises d’exploitation de pétrole, offrant ses services de médium. Selon toute vraisemblance, ces entreprises étaient peu honnêtes, mais il est difficile de dire dans quelle mesure Cayce en était coupable. Lorsque, plus tard, il évoqua ces années-là, il en parla comme d’une époque pendant laquelle il s’éloigna de ses idéaux.

Arthur Lammers, un riche imprimeur, le persuada en 1923 de consacrer ses transes à des sujets philosophiques. Dans cet état présumé, Cayce parla sans équivoque de vies antérieures. La réincarnation était alors un sujet populaire. Mais la réincarnation n’étant pas acceptée par la religion chrétienne, Cayce exprima son désarroi face à ce grave conflit de conscience. Lammers tenta de le rassurer, mais ils en vinrent à se disputer. Finalement, c’est la « voix en transe », le « nous » des lectures, qui aurait dialogué avec Cayce, et l’aurait convaincu de continuer ce genre de séances. En 1925, cette même voix lui aurait conseillé de déménager à Virginia Beach, en Virginie.

1925 à 1945 – La période de Virginia Beach[modifier | modifier le code]

Durant cette période, Cayce créa plusieurs institutions qui lui survivront, sous une forme ou une autre. Il fut alors un médium professionnel, avec du personnel et des volontaires pour l’aider. Les sujets des lectures furent de plus en plus métaphysiques ou ésotériques.

En 1929 fut créé l’hôpital Cayce à Virginia Beach, grâce aux dons d’un riche bénéficiaire des séances de transe, Morton Blumenthal.

Cayce passa à la postérité en 1943, grâce à un article dans le magazine Coronet. Il augmenta le nombre de séances, jusqu’à huit par jour, du fait de l’intérêt qu’il suscitait. Ceci eut des conséquences néfastes sur sa santé, et il mourut le 3 janvier 1945.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1877 : Naissance dans une famille paysanne le 18 mars, près de Beverly, onze kilomètres au Sud de Hopkinsville, dans le Kentucky.
  • 1887 : Volontaire comme sacristain, le premier de nombreux rôles à l'église.
  • 1889 : Décide de lire la Bible une fois par an, de la première à la dernière page (ce qu'il fera).
  • 1890 : Baptisé à 13 ans, fait une expérience mystique de la vision d'un ange. Incident « du Livre d'orthographe » (« Spelling book incident » en anglais), du fait qu'il se souvenait du contenu du livre après avoir dormi avec le livre sous son oreiller.
  • 1892 : Tombe inconscient alors qu'il joue au baseball ; il suggère l'utilisation d'un cataplasme. L'incident sera connu par la suite comme étant vraisemblablement sa première « lecture ».
  • 1893 : La famille déménage à Hopkinsville, suivie peu après par Edgar. Premier amour (Bess). Travaille pour une épicerie et une librairie (le magasin Hopper).
  • 1895 : Rencontre avec Dwight L. Moody.
  • 1897 : Fiançailles avec Gertrude Evans.
  • 1898 : Déménage à Louisville où il travaille pour un grossiste en livre (le magasin Morton). Début de son histoire avec Margaret.
  • 1900 : Retourne à Hopkinsville. Met en place une affaire avec son père pour vendre des assurances-vie (Woodmen of the World), mais il est touché par une sérieuse aphonie ou laryngite qui l'empêche de participer à la vente. Il commence comme apprenti dans le studio photo Bowles.
  • 1901 : Un hypnotiseur et fantaisiste itinérant Hart-The Laugh Man entend parler de l'état de Cayce et lui propose d'essayer de le guérir. Cayce accepte et l'expérience a lieu sur scène devant un parterre de spectateurs. La voix de Cayce revient sous hypnose, mais disparaît à nouveau lors du réveil.
  • 19?? : Un autre hypnotiseur, Al Layne, travaille avec Cayce pour lui rendre sa voix. Sous hypnose, Layne demande à Cayce de décrire la nature de son trouble et de proposer un remède. Selon la « lecture » de Cayce, son aphonie est due à une paralysie psychologique, et elle devrait pouvoir être guérie par une suggestion d'augmenter le flux sanguin dans le larynx. Ce traitement est pratiquement couronné de succès.
  • 1902 : Déménage dans la ville de Bowling Green (Kentucky), et y travaille dans une librairie.
  • 1903 : Mariage avec Gertrude Evans.
  • 1907 : Naissance de leur fils Hugh Lynn Cayce.
  • 1910 : Le Dr Wesley Ketchum mentionne Cayce dans son article du American Society of Clinical Research. Le New York Times relate dans un article intitulé « Un homme illettré devient un docteur sous hypnose ». La carrière de Cayce comme médium et guérisseur commence sérieusement. Les gens commencent à venir le voir dans sa maison du Kentucky.
  • 1911 : Naissance de Milton Porter Cayce, qui meurt en bas âge.
  • 1915 : Vision « Graveyards of the world » (« Les ruines du monde »). Dernière réapparition de son aphonie.
  • 1918 : Naissance de son fils Edgar Evans Cayce. Des rumeurs indiquent que Cayce serait allé à Washington pour faire des « lectures » pour l'administration du président Wilson, peut-être concernant le discours des Quatorze points de Wilson.
  • 1986 : Décès de Gladys Davis (devenue Gladys Davis Turner).

Capacités[modifier | modifier le code]

On dit de Cayce qu'il était :

Cayce doit sa notoriété aux réponses qu'il donnait en état de transe, après hypnose, ou de sommeil. La transe était « conduite » pour une personne, habituellement celle pour le compte de qui la séance était tenue (et qui n'était pas nécessairement présente). Les informations données par ce biais furent appelées « lectures » (readings),elles ont été prises en sténographie, et sont conservées par l'association ARE, citée ci-dessus.

Elles ont d'abord traité de la santé physique de l'individu (« lectures physiques ») ; plus tard les lectures ont aussi porté sur les « vies passées », le commerce, l'interprétation des rêves, et la santé mentale et spirituelle. Avec le temps, beaucoup des thèmes du New Age ont émergé de ces lectures, ce qui a contribué à la notoriété actuelle de Cayce.

D'autres capacités ont été prêtées à Cayce, telles que :

  • la projection
  • la médiumnité (c'est-à-dire communication avec des esprits)
  • la lecture des Annales akashiques ou « Livre de la vie »
  • la vision et la lecture des Auras

Cayce croyait que ses déclarations en état de transe étaient vraies seulement dans la mesure où elles mènent à une vie meilleure pour la personne à qui elles sont destinées : « Si elles aident à faire de meilleurs maris, de meilleurs businessmen, de meilleurs voisins, de meilleurs artistes, de meilleurs hommes d'église, alors adhérez-y, sinon rejetez-les. »

Cayce invitait souvent son auditoire à « tester » ses suggestions plutôt que de les accepter parce qu'ils « croyaient » en lui.

Les lectures[modifier | modifier le code]

Edgar Cayce donna plus de 14 000 « lectures » pendant 43 ans (de 1901 à 1944). Ce sont des discours que Cayce révéla en état de transe, d'hypnose ou de « sommeil ». En « état de veille », il disait généralement ne pas se rappeler ce qu'il avait dit pendant les transes. Les lectures elles-mêmes expliquent que son inconscient a accès à des informations qui restent cachées à son esprit conscient, ce qui était une théorie répandue au sujet de l'hypnose du temps de Cayce. La plupart des enregistrements viennent de la période d'après 1925, sa secrétaire Gladys Davis enregistrant les lectures, et sa femme Gertrude Evans Cayce « conduisant » (guidant) les lectures.

Les lectures sont habituellement réparties dans les catégories suivantes :

Lectures physiques : 9 603 lectures existantes.

Aussi connues sous le nom de « lectures de santé » contenant le diagnostic et la prescription de la cure pour un patient. Cayce avait besoin qu'on lui donne l'endroit où le patient se trouvait physiquement, même si cela se trouvait être une autre ville ou un autre État (patients faisant des demandes par lettres).

Lectures de vies : 1 920 lectures existantes.

Dans une lecture de vies, Cayce décrit les états physiques, émotionnel et mental présents en relation avec des vies antérieures. La plupart des personnes concernées ont découvert des vies étalées sur douze périodes principales, dont celles de l'Atlantide, de l'Égypte ancienne du temps de « Ra Ta », de la Perse ancienne, de la Palestine du temps du Christ et de l'Amérique coloniale. Un nombre important de personnes se sont vu attribuer des vies célèbres. Le fils de Cayce, Hugh Lynn, par exemple, aurait été l'apôtre André.

Lectures d'affaires : 747 lectures existantes.

Cayce faisait occasionnellement des lectures d'affaires comprenant des conseils concernant les associés, les marchés boursiers, les stratégies de développement, etc.

Lectures de rêves : 630 lectures existantes.

Edgar Cayce encourageait tout le monde à interpréter et utiliser ses propres rêves dans la vie de tous les jours. Une lecture de rêves incluait l'interprétation par Cayce des rêves de ses clients. Comme il le faisait dans des lectures sur d'autres sujets, Cayce interrompait souvent la personne qui racontait le rêve pour donner une interprétation immédiate. Il complétait parfois des parties de rêve supposément oubliées par le rêveur. Au contraire de l'interprétation des rêves jungienne ou freudienne, il ne portait pas énormément d'attention aux symboles. Il disait que chaque individu possède les siens propres. Il prétendait que, dans leurs rêves, les gens pouvaient recevoir de précieuses intuitions qui étaient toujours utiles au rêveur. En dehors de ces intuitions, il prétendait que l'on peut par ce biais communiquer avec les personnes qui nous sont chères, vivantes ou non, se souvenir d'expériences de vies antérieures, voir un futur possible et expérimenter nombre d'autres phénomènes psychiques. Il déclarait que tout le monde pouvait développer ces capacités paranormales.

Lectures mentales et spirituelles : 450 lectures existantes.

Ces lectures étaient souvent courtes et étaient celles que Cayce préférait relire. Elles se concentraient sur ce que l'individu pouvait faire pour améliorer sa vie sur les plans du mental et du spirituel

Autres lectures : 954 lectures existantes.

Les autres lectures portent sur des sujets non catégorisables par les catégories sus-mentionnées. Cela peut porter sur la recherche de personnes disparues, des trésors cachés, des lectures données pour un groupe de développement spirituel, des capacités psychiques, des auras, des prophéties, la structure de la réalité, la géologie et beaucoup d'autres sujets.

Les lectures de Cayce sont habituellement référencées grâce à un identifiant numérique dans lequel le premier nombre représente le destinataire de la lecture (la plupart d'entre eux restent secrets), et le second indique le numéro de la lecture, dans le cas où la personne en aurait reçu plus d'une. 5749-14 par exemple est la quatorzième lecture donnée à la personne identifiée par le numéro 5749 (le numéro est assigné arbitrairement).

Principaux thèmes[modifier | modifier le code]

Le choix des principaux thèmes de Cayce ne se fait qu'avec de grands risques interprétatifs. Les lectures de santé sont les plus nombreuses, et elles impliquent beaucoup de concepts et pratiques résultant d'une vision alternative de la santé. Cayce — éveillé ou endormi — a décrit son travail en termes de service chrétien. Cependant, ceux qui s'intéressent à l'ésotérisme ou la métaphysique se sont concentrés sur un ensemble de sujets quelque peu différents.

L'origine et la destinée de l'humanité
« Tous les esprits ont été créés au commencement, et trouvent leur chemin pour retourner là d'où ils viennent. » Cayce croit que les âmes humaines ont été créées avec une conscience de leur unité avec Dieu. Certaines « ont perdu » cet état ; d'autres, conduites par l'âme de Jésus, seraient « bénévoles » pour les sauver. La Terre, avec toutes ses limitations, aurait été créée en tant qu'arène appropriée à la croissance spirituelle.
La réincarnation
Cayce enseigne la réincarnation et le karma comme des instruments des lois d'un Dieu d'amour plutôt que des lois naturelles et aveugles. Son but est d'enseigner certaines leçons spirituelles. Les animaux ont des âmes indifférenciées, de « groupe » plutôt qu'individuelles et conscientes. Une fois que l'âme évolue à travers une succession d'incarnations animales et réalise le statut humain, elle ne réapparaît plus sous la forme animale. Le point de vue de Cayce incorpore des enseignements théosophiques sur l'évolution spirituelle.
Astrologie
Cayce accepte l'astrologie en supposant que les âmes humaines passent du temps sur d'autres planètes (ou peut-être leurs contre-parties spirituelles) entre deux incarnations. La position des planètes à la naissance témoignerait de ces influences.
Lois universelles
Les âmes incarnées sur la Terre sont d'après Cayce asujetties à certaines lois spirituelles, telle que « tu récolteras ce que tu auras semé (karma) ou tu seras jugé comme tu juges (les autres) ». De telles lois représenteraient un aspect de la pitié de Dieu qui guiderait les Hommes sur leur chemin spirituel, quelles que soient les circonstances.
Jésus et le Christ
Suivant le courant de Nouvelle Pensée décrit plus haut, Cayce distingue Jésus et l'état du Christ. Brièvement, Jésus aurait eu une âme comme n'importe quelle personne, qui s'est réincarnée à plusieurs reprises (et a fait beaucoup d'erreurs). L'état du Christ est un état qu'il aurait atteint, et auquel toutes les personnes peuvent aspirer. Ainsi, Cayce aurait appelé Jésus le « frère plus âgé ».
Vie secrète de Jésus
Récits présentés par Cayce des incarnations précédentes de Jésus, y compris un personnage atlante appelé « Amilius » et des figures bibliques plus connues : Adam, Enoch, Melchisédech, Joseph (fils de Jacob), Josué, Asaph et Jeshua (lectures 3054-4, 5023-2, 364-7). Cayce décrit Jésus comme un Essénien qui a voyagé à travers l'Inde dans sa jeunesse afin d'étudier des religions orientales ; cette thèse est corroborée par Gérald Messadié dans un de ses ouvrages : Jésus de Srinagar, l'homme qui devint Dieu[1].
Idéaux
Cayce souligne à plusieurs reprises le choix de l'idéal comme base du chemin spirituel. « Et que tous réalisent que ce que nous faisons et sommes est le résultat de ce que nous avons fait des idéaux que nous avons choisis » (lecture 1549-1). Chaque personne peut choisir tout idéal vers lequel elle se sent attirée. Si elle essaie de l'appliquer, Dieu est censé la guider plus loin, peut-être en développant l'aspiration à d'autres idéaux. Le plus haut idéal, indique Cayce, est le Christ ; cependant, les lectures identifient « l'esprit du Christ » sous une certaine forme comme base pour des religions autres que le christianisme.
Corps, mental, esprit
Cayce utilise souvent ces trois notions, ou leurs équivalents, pour décrire le genre humain. « L'esprit est la vie, le mental est le bâtisseur, le corps (ou monde physique) est le résultat. » (lectures 254-42 ou 257-123). Le concept est appliqué non seulement à la santé holistique mais également à la vie spirituelle.
Méditation
Cayce décrit parfois en détail des techniques de méditation que l'on peut pratiquer tout en restant assis ou en psalmodiant (« Arrr — iii-oommm »), la finalité étant de s'ouvrir à l'influence divine. Dans l'un de ses livres, la recherche de Dieu (Search For God) il affirme que c'est « par la prière que nous parlons à Dieu. Dans la méditation, Dieu nous parle ». La méditation a quelques aspects en commun avec l'hindouisme ou le bouddhisme (les chakras, la kundalini), mais ressemble plus aux versions chrétiennes de la Nouvelle Pensée. L'écriture et le symbolisme du livre des révélations, dit-il, furent inspirés par des expériences méditatives.
Expériences extra-sensorielles
Cayce considérait les expériences psychiques et les « expériences extra-sensorielles » comme des manifestations de la croissance de l'âme. Dieu peut « parler » aux personnes à travers des rêves (beaucoup de lectures ont pour objet l'interprétation de rêves), ou des intuitions. Cependant, Cayce n'approuve pas le spiritisme ou la médiumnité parce que les entités contactées ainsi ne sont pas toujours élevées spirituellement. Au lieu de cela, il encourage les chercheurs de vérités spirituelles à se concentrer sur le Christ.
L'Atlantide
Les lectures de Cayce affirment l'existence de l'Atlantide, à l'origine un vaste continent s'étendant de l'actuel Golfe du Mexique jusqu'à la mer Méditerranée. Son morcellement, suite à des cataclysmes, la réduisit à 3 îles principales, Poséidia, Aryan et Og (lecture 364-6). Ainsi, l'Atlantide subit trois destructions majeures: la première vers 50.000 avant JC, la seconde vers 28.000 avant JC, et la troisième vers 10.600 avant JC. C'est à cette dernière que Platon aurait fait allusion dans Le Timée (lecture 364-1), qu'il a située pour sa part 9000 ans avant l'époque de Solon.
À la suite de la première destruction eurent lieu les premières migrations vers l'Égypte, les régions précolombiennes d'Amérique ainsi que les Pyrénées. Selon Cayce, les pyramides du Yucatan (Mexique) (lecture 5750-1), tout comme la grande pyramide de Gizeh, en Égypte, auraient été construites par des atlantes ou leurs descendants.
La description de Cayce de l'Atlantide a nombre de points communs avec celle de Ignatius Donnelly. D'après Cayce, la société atlante vit s'opposer deux courants de pensée — les « fils de la loi d'Un » prônant une vie spirituelle et altruiste, et celui des « fils de Belial », ne visant qu'à la satisfaction des appétits égoïstes, fût-ce au détriment de leur prochain. Beaucoup de personnes vivantes seraient les réincarnations d'âmes atlantes, et doivent maintenant faire face aux mêmes tentations qu'à cette époque. Cayce a également prévu la découverte d'une certaine « pierre bleue » d'origine atlante, qui devrait être trouvée sur « une île des Caraïbes », ayant le pouvoir de guérir. En 1974, une nouvelle pectolite bleu volcanique, connue sous le nom de Larimar, a été découverte en République dominicaine. Dans les cercles métaphysiques, des participants affirment que cette pierre peut soigner ; comme avec la plupart des cristaux, minéraux et pierres gemmes, il n'y a aucune preuve scientifique à ce sujet. Selon les lectures, une source importante de problèmes venait du désir des fils de Belial d'exploiter « les Choses », à l'encontre de celui des fils de la loi d'Un, voulant les protéger. Cayce décrit ces « Choses », des « sous-humains » comme des créatures mi-humaines, mi-animales et peu intelligentes, avec lesquelles certains fils de Bélial avaient des relations sexuelles. Les atlantes disposaient d'une énergie colossale comparable à notre énergie nucléaire, provenant de la captation et de la transformation des rayonnements solaire et cosmique grâce à des prismes de cristaux. Cette énergie permettait de mouvoir des nefs sous l'eau, sur l'eau, ou dans les airs. La destruction finale de l'Atlantide vint de la surcharge d'un cristal qui causa une gigantesque explosion, entraînant des cataclysmes naturels (éruptions et tremblements de terre), vers 10.600 avant JC (lecture 5750-1)[2],[3].
L'Égypte
À côté des périodes bibliques, l'ère la plus significative pour les « lectures de vie » était l'Égypte ancienne, une civilisation pré-dynastique à laquelle des réfugiés atlantes auraient apporté leurs connaissances spirituelles et matérielles. Cayce a prétendu avoir été un prêtre inconnu appelé « Ra Ta » qui a établi un centre curatif basé sur le spirituel (le « temple du sacrifice ») et un établissement éducatif (le « temple de la beauté »). Ses lectures diagnostiques et ses récits au sujet du passé et du futur étaient censés être une suite à son travail antérieur en tant que Ra Ta. Cette civilisation aurait également construit des monuments sur le plateau de Gizeh, dont la grande pyramide, et laissa des enregistrements d'origine atlante dans une salle réservée à leur préservation située quelque part sous le sphinx de Gizeh. Ces lectures ont une forte ressemblance avec celles de Harvey Spencer Lewis, fondateur de l'AMORC.
Changements de la Terre
Quelques lectures de Cayce font référence à de profonds changements de la Terre en conjonction avec l'inversion des pôles magnétiques terrestres ; elle surviendrait dans les années 1930, les années 1960 ou les années 1990. Les personnes qui croient aux théories de Cayce ont développé plusieurs manières créatives d'interpréter de tels passages, bien que certaines aient été déçues qu'en 1998 l'Atlantide n'ait pas réapparu, que la Californie n'ait pas sombré ou que le Christ ne soit pas revenu.
Traitements de Cayce
Les lectures médicales de Cayce prescrivent typiquement des cataplasmes (souvent d'huile de ricin), des ajustements ostéopathiques, l'irrigation du côlon, des massages (souvent avec de l'huile d'arachide), la prière, des remèdes traditionnels (comprimés de charbon de bois), diverses formes d' électrothérapie et des spécialités pharmaceutiques (comme l'atomidine), et des recommandations spécifiques au sujet du régime alimentaire et de l'exercice. Cayce est souvent considéré comme un praticien de médecine holistique, en lien philosophique fort avec la naturopathie. Le docteur William Mac Garey a résumé les traitements de Cayce dans son livre The Edgar Cayce Remedies, (Association for Research and Enlightenment, Inc., 1983). Ce livre, fondé sur 35 ans d'expérience médicale, a été traduit en français par Dorothée Koechlin de Bizemont sous le titre Les Remèdes d'Edgar Cayce, éditions du Rocher, 1994, 282 p.
Régime de Cayce
Les recommandations diététiques principales sont d'éviter la viande rouge (et le porc), l'alcool (excepté le vin rouge), le pain blanc et les nourritures frites ; de préférer des fruits et les légumes (de surface, feuillus) aux féculents ; de favoriser un rapport élevé (80/20 %) de nourritures basiques en minimisant les acides. Un repas par jour devrait se composer uniquement de légumes crus. Cayce conseillait la modération concernant le café et les cigarettes. Certains mélanges de nourriture sont contre-indiqués comme le café avec du lait ou du sucre, ou les jus de fruit avec le lait ou les céréales. Cayce ne suivait pas à la lettre ce régime.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérald Messadié, Jésus de Srinagar : l'homme qui devint Dieu, Robert Laffont,‎ 1995 (réimpr. 1997, Librairie générale française, coll. « Livre de poche » no  14353 (ISBN 2253143537) (notice BnF no FRBNF361959676), 533 p.), 399 p. (ISBN 2221079876 et 9782221079874, OCLC 35244674, notice BnF no FRBNF35792401)
  2. Dorothée Koechlin de Bizemont, L'univers d'Edgar Cayce, ed. Laffont
  3. Vision de l'Atlantide - Éditions J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A300

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]