Kouba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kouba (homonymie).
Kouba
Mairie de Kouba
Mairie de Kouba
Noms
Nom algérien القبة
Nom amazigh ⵍⵇⵓⴱⴱⴰ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Alger
Daïra Hussein Dey
Président de l'APC bousnina zouhir
2012-2017
Code postal 16050
Code ONS 1618
Démographie
Population 104 708 hab. (2008[1])
Densité 6 544 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 44′ 01″ N 3° 05′ 11″ E / 36.73374, 3.086474 ()36° 44′ 01″ Nord 3° 05′ 11″ Est / 36.73374, 3.086474 ()  
Superficie 16 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Alger.
Localisation de la commune dans la wilaya d'Alger.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Kouba

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Kouba

Kouba est une commune de la wilaya d'Alger en Algérie, située dans la proche banlieue sud-est d'Alger.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Kouba se situe sur l'un des derniers mamelons du sahel algérois, à une altitude de 120 à 130 mètres. Son territoire s'étend vers le nord à travers des pentes douces pour rejoindre la petite plaine côtière et au sud en direction de la Mitidja un peu plus loin.

Situation[modifier | modifier le code]

Kouba est située à environ 7 km au sud-est d'Alger[2].

Communes limitrophes de Kouba
Belouizdad,
El Madania
Hussein Dey Hussein Dey
Bir Mourad Raïs Kouba El Magharia
Birkhadem Birkhadem, Djasr Kasentina Bourouba,
Djasr Kasentina

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée à l'est par l'oued Ouchayah, un petit cours d'eau et au sud par l'oued El Abki, un autre petit cours d'eau. Plusieurs anciens cours d'eau ont disparu, comme l'oued El Garidi en lieu et place de l'actuelle rocade sud ou encore l'oued Kniss au nord.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Infrastructures de transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie au sud par la rocade sud d'Alger et à l'ouest par la pénétrante des Annassers.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le métro d'Alger à la station multimodale des Fusillés où se trouve le terminus du tramway d'Alger, ainsi que le téléphérique qui rejoint de plateau des Annassers.

Plusieurs bus de l'ETUSA traversent la commune :

Les lignes des bus de transport privées sont très diversifiées, la commune est liée à beaucoup de communes d'Alger à travers les lignes suivantes :

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1905, une ligne de tramway TMS a été construite entre le Champ de Manœuvre (actuelle place du 1er Mai) et Kouba. La ligne de tramway TMS n°6 sera exploitée entre la Place du Gouvernement (actuelle place des Martyrs) et Kouba jusqu'en 1945 avec une fréquence de passage toutes les 30 minutes. Elle sera ensuite remplacée par un trolleybus qui portera le n°3. En 1958 il est remplacé par des bus.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie Urbaine[modifier | modifier le code]

Village colonial construit au milieu du XIXe siècle, Kouba voit se construire au tournant du XXe siècle plusieurs quartiers résidentiels vers le sud. À partir des années 1950 et jusqu'aux années 1990, plusieurs grands ensembles vont pousser à l'ouest et au sud de la commune.

Ses frontières à l'ouest et au sud sont d'anciennes frontières naturelles puisque sa frontière sud est un cours d'eau, aujourd'hui souterrain dit 'Oued Kniss' et sa frontière sud est un cours d'eau aujourd'hui disparu dit 'El Annassers' qui signifie 'Les sources'. La plupart des quartiers qui sont nés autour de ce coin s'appellent 'Les sources', 'Cité des Annassers', etc.

Quartiers de Kouba[modifier | modifier le code]

Le centre historique[modifier | modifier le code]

Le centre historique de Kouba, appelé encore le village, est construit autour de la Marie monumentale, traversé par un axe principal, l'avenue Fellah Mohamed (ex-Avenue de la République), il trouve une limite naturelle à l'est avec le grand séminaire et le fort qui le séparent d'Hussein Dey.

Oasis / Calvaire[modifier | modifier le code]

Ce quartier résidentiel se situe dans la montée entre le Ruisseau et le village. Il s'agit essentiellement de belles demeures dont certaines datent de l'époque ottomane construites le long des lacets formées par les rues montantes, offrant un panorama sur la baie d'Alger.

Ruisseau[modifier | modifier le code]

Quartier situé en contrebas à cheval sur les communes de Kouba, Hussein Dey et Belouizdad. Accueillant jusqu'à il y a peu les abattoirs d'Alger et de petites fabriques, il en pleine transformation en quartier administratif. On y trouve depuis 2012 une grande place accueillant une station multimodale Métro/Tram/Téléphérique.

La Croix / Vieux Kouba[modifier | modifier le code]

Quartier situé dans le prolongement du village colonial, essentiellement résidentiel, il composé de plusieurs lotissements situés de part et d'autre de l'avenue des frères Abdeslami (ex avenue Lavigerie), construits à partir du début du XXe siècle. On y trouve le clos des Orangers, le lotissement Boirie.

Ce quartier abrite plusieurs écoles :

  • une École normale supérieure (ENS) datant de l'ère coloniale.
  • Une résidence universitaire étudiante
  • Un lycée de l'époque coloniale, aujourd'hui appelé Lycée des frères Hamia.
  • Plusieurs écoles privées spécialisées dans l'enseignement moyen et secondaire
  • Une centre de formation professionnelle appelé le centre Alili Ahmed et Biskri Fatiha.

Ben Omar[modifier | modifier le code]

Ce quartier s'est développé après la Seconde Guerre mondiale. Avec la construction du Parc Ben Omar, des villas destinées aux cheminots, ainsi que deux cités :

  • Par Ben Omar
  • Cité Bag Mohamed (ex Nobleterre)
  • Cité Diar El Bahia
  • Cité Djilali Liabes (ex Cité Ben Omar)
  • Lotissemen Saidoune

Plateau des Annassers[modifier | modifier le code]

Bâtiments de la cité des Annassers

Grands ensembles de cités populaires planifiées à partir des années 1950, on y trouve 5 grandes cités. Initié par le plan de Constantine, afin de loger les indigènes, le projet d'aménagement du plateau des Annassers prévoyait la construction de 24 000 logements, seule une première tranche a été livrée avant l'indépendance, la cité Annassers 1 en 1957 et la cité Diar El Afia en 1960. Plus tard dans les années 1970, deux autres cités sont construites, les Annassers 2 construite par la Sorecal et livrée en 1980 et les Cités Coopemad Sud et Nord, promotion immobilière des Moudjahidines.

  • Cité Annassers 1
  • Cité Diar El Afia
  • Cité El Nasr (ex Annassers 2, dite Sorecal)
  • Cité Coopemad Sud et Nord

Garidi[modifier | modifier le code]

Vue générale de Garidi

Situé sur le versant sud du plateau des Annassers, deux cités séparées par une voie rapide, lapénétrante des Annassers, habitées par la classe moyenne. L'ensemble Garidi 1 et Garidi 2 promu par l'OPGI a été livré en 1983. Depuis deux nouvelles promotions ont vu le jour à côté de Garidi 1, la Cité 279 logements de la CNEP dans les années 1990 et la promotion privée Serbat livrée en 2012.

  • Garidi 1 et 2
  • Cité 279 logements (CNEP)
  • Promotion Serbat

Haï El Hayat (Appreval) / Haï El Badr (Lot. Michel)[modifier | modifier le code]

Quartier résidentiel plus populaire situé au sud de Ben Omar dans la descente du Chemin Ali Ben Habiles en direction de Gué de Constantine.

  • APPREVAL.
  • Lotissement Michel.
  • Quatre Chemins.

Jolie Vue[modifier | modifier le code]

Vue de la cité de Jolie Vue, au début des années 1990.

Quartier construit autour d'une cité populaire des années 1950, il s'est fortement développé à partir des années 1990 :

  • Cité Jolie Vue
  • Cité Khellil Charef Abdelkader (ex Jolie Vue 2)
  • Cité 648 logements
  • Cité 286 logements

Histoire[modifier | modifier le code]

Kouba est une ancienne bourgade qui a été absorbée par l'expansion de la ville d'Alger, la capitale de l'Algérie.

De bourgade, Kouba s'est rapidement développée sous la colonisation française puis plus encore à la faveur de la formidable expansion démographique qu'Alger a connue après l'indépendance de 1962.

Population et Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1987 1998 2008
86 900 105 253 104 708
(Source : ONS)


Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement scolaire[modifier | modifier le code]

  • 22 écoles primaires publiques
  • 9 Collèges d'enseignement moyen publics (CEM)
  • CEM Émir Khaled
  • CEM des frères Abdesslami
  • CEM Abdelmalek Temmam
  • CEM Tayeb Boualahrouf
  • CEM Mohamed Laid El Khalifa
  • CEM Yahia Al Ouartilani
  • CEM Nouveau (Jolie Vue)
  • CEM Abdelhamid Benazouz
  • CEM Djaafar Kadri-Khodja
  • 8 Lycées publics
  • Lycée des frères Hamia
  • Lycée Hassiba Ben Bouali
  • Lycée Dekkar Boualem
  • Lycée Abdelhafid Boussouf
  • Lycée Mohamed Khider
  • Lycée Ali Ammari
  • Lycée Saad Dahlab
  • Lycée de Mathématiques

Formation professionnelles[modifier | modifier le code]

  • 4 CFPA et 1 INSFP
  • CFPA Mounsi Salah
  • CFPA Bellalem Said
  • CFPA Allili Ahmed et Beskri Fatiha
  • CFPA Hamoud Mohamed
  • INSFP El Amid Si Athmane (métiers du bâtiment)

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

  • École Normale Supérieur
  • École Supérieure des Travaux Publics

Santé[modifier | modifier le code]

  • Établissement Hospitalier Spécialisé (EHS), Bachir Mentouri
  • Établissement Hospitalier Spécialisé (EHS), Drid Hocine (Pédopsychiatrie)
  • Hôpital Central de l'Armée de Ain Naadja
  • Clinique les Oliviers

Médias[modifier | modifier le code]

  • La commune est le siège du Centre International de Presse [3]
  • Le quotidien El Watan y construit son siège au quartier de l'Oasis[4]

Administration et Politique[modifier | modifier le code]

Sièges d'Administrations[modifier | modifier le code]

  • Ministère des ressources en eaux
  • Annexe du ministère de l'éducation nationale
  • Ministère des affaires étrangères
  • Ministère de la Culture
  • Cour d'Alger

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

  • 1997-1999: Chihab Seddik (RND)
  • 1999-2002 : Fouzia Bensahnoun (RND), Ingénieure
  • 2002-2007 : Mohamed Nabi (FLN), médecin
  • 2007-2012 : Saïda Bounab (FLN), Cadre supérieur
  • 2012- : Zoheir Bousnina

Sécurité[modifier | modifier le code]

La communes compte 4 commissariats de police, une brigade mobile et une gendarmerie

  • Sureté Urbaine à la Croix (ex-17e)
  • Sureté Urbaine à Annassers
  • Sureté Urbaine à Jolie Vue
  • Sureté Urbaine à Ben Omar
  • BMPJ de Jolie Vue 2
  • Gendarmerie à Jolie Vue

Vie quotidienne et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fort, fortification ottomane qui domine une falaise dominant la baie d'Alger.
  • Le grand séminaire, ancien séminaire du diocèse d'Alger, il abrite une partie du ministère des ressources en eaux. Il a été classé par le ministère de la culture en 2012[5].
  • Ancienne Église Saint-Vincent-de-Paul.
  • Ancien Centre des Invalides de guerre, accueille aujourd'hui l’École Nationale Supérieure de Kouba.
  • Orphelinat de la Sainte Enfance.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le jardin du Palais de la culture, Kouba.

Musique[modifier | modifier le code]

Kouba est représentée[précision nécessaire] par son association culturelle et musicale : El Djazira[réf. nécessaire].

Sport[modifier | modifier le code]

La commune de Kouba possède plusieurs clubs de football : le CAK (Chabab Amel de Kouba), l'ESK (Entente Sportive de Kouba), le WRK (Widad Riadhi Kouba), l'ASBK (Association Sportive Baladiat Kouba), l'IRGK (Itihad Riadhi Garidi Kouba) et le plus capé le RCK (Raed Chabab Kouba).

Une équipe d'athlétisme du RCK, est parmi les meilleures en Algérie où elle est détentrice de plusieurs records d'Algérie.

Le principal stade de la commune est le stade Mohamed Benhaddad d'une capacité de 10.000 places.

Ces dernières années, la commune a bénéficié de la réalisation d'une piscine semi-olympique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mohamed Lamine Debaghine (1917-2003), médecin, homme politique et indépendantiste algérien habitait à la rue Dixmude (actuelle Lieutenant Boutaleb Keddour).
  • Mohamed Bachir El Ibrahimi (1889-1965), fondateur de l'association des oulémas musulmans algériens dont le siège était situé à Kouba
  • Ferhat Abbas (1899-1985), premier président du GPRA, s'est marié et y a vécu jusqu'à son décès.
  • Ahmed Francis (1912-1968), premier ministre de l'économie d'Algérie, a habité à Kouba.
  • Fernand Sastre (1923-1998), président de la fédération française de football, y est né
  • Général Margueritte (1823-1870), militaire français y a vécu toute son enfance.
  • Mohamed Sifaoui (1967), journaliste franco-algérien a vécu à la Cité Bag Mohamed (anciennement Nobleterre).
  • Ali Belhadj (1956), leader islamiste, cofondateur du FIS habitait à Jolie Vue et prêchait à la Mosquée de ben Omar.
  • Djilali Liabes (1948-1993), universitaire, ancien ministre des universités assassiné devant son immeuble à la Cité Ben Omar depuis renommée à son nom.
  • Abd el Latif Soltani (1904-1983), membre de l'association des oulémas musulmans algériens

Notes et références[modifier | modifier le code]