Riens du tout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Riens du tout

Réalisation Cédric Klapisch
Scénario Cédric Klapisch et Jackie Berroyer
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 1992

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Riens du tout est un film français réalisé par Cédric Klapisch sorti en 1992.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pour n'avoir pas su évoluer, le magasin « Les Grandes Galeries » est au bord de la faillite. Lepetit, le nouveau P.D.G., dispose d'un an pour redresser la barre. Faute de quoi, l'établissement sera fermé et son personnel licencié. Celui-ci décide alors d'appliquer de nouvelles méthodes de management destinées à remobiliser les employés qui doivent retrouver l'envie du travail de groupe. Au programme : saut à l'élastique et bivouac pour les cadres, travail en groupe, expression corporelle, formation d'une chorale et participation au marathon de Paris...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

« On vit dans un gros bazar, d'où l'idée du grand magasin... On trouve de tout dans un grand magasin : des choses, toutes sortes de choses, des gens, — des gens très différents qui doivent pourtant travailler ensemble…
C'est en réalisant des films institutionnels que j'ai eu la conviction qu'il fallait parler de ce qui se passe dans les entreprises en ce moment. Bizarrement, c'est le quotidien des gens qui m'est apparu très original, et oublié par le cinéma actuel. Le monde du travail devient complètement délirant et les gens ne s'en aperçoivent peut-être pas assez, sans doute parce qu'ils sont trop dedans.
En gros, la logique des nouvelles méthodes de management consiste à dire que le rendement d'une entreprise est meilleur quand les salariés sont plus motivés et plus heureux dans leur travail ; on essaie donc de leur redonner le goût du travail pour que tout le monde s'y retrouve, les employés et l'entreprise...
Le paradoxe de cette idée parfaitement sympathique est qu'elle est malgré tout imposée aux gens, qui n'ont pas forcément envie d'être artificiellement enthousiasmés par l'idée d'aller travailler.
On vit dans un monde très individualiste. C'est une contradiction que j'essaie de montrer dans le film avec le marathon et la chorale. Au marathon plein de gens courent tous ensemble, mais au fond chacun court pour soi, et au dernier plan du film, une centaine de personnes chantent Moi tous ensemble ; cette chorale n'est pas une masse, c'est vraiment une somme d'individus où chacun existe.
J'ai essayé de faire un film où les personnages secondaires sont des héros. Riens du tout, comme son nom l'indique, parle de ces gens qui ne se sentent pas grand-chose au sein d'une grande entreprise, et à qui on fait croire à tort ou à raison qu'ils ont de l'importance.
Ce film parle de ce décalage entre un grand tout et des éléments microscopiques qu'il contient, et qu'on appelle des Riens »[1]
Cédric Klapisch

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plaquette de presse réalisée par MKL pour la sortie du film.

Liens externes[modifier | modifier le code]