Gaspard Koenig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : König.

Gaspard Koenig, né en 1982, est un écrivain et intellectuel français. Il dirige le think-tank libéral GenerationLibre[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Gaspard Koenig est le fils de Jean-Louis Hue, ancien directeur de la rédaction du Magazine littéraire, et de la critique littéraire Anne-Marie Koenig. Après une scolarité au Lycée Henri-IV, Gaspard Koenig est admis major à l'École normale supérieure lettres et sciences humaines en 2002[2], étudie à l'université Columbia, puis obtient l'agrégation de philosophie en 2004[3]. En parallèle, il publie un premier roman, Octave avait vingt ans, qui sera sélectionné sur la première liste du Prix Goncourt.

Après avoir enseigné à l'Université de Lille-III, il écrit les discours de la ministre Christine Lagarde[4] jusqu’au mois de juin 2009.

En 2009, il part à Londres travailler pour la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). En juin 2012, il a fait campagne dans la 3e circonscription des Français de l'Étranger (Europe-Nord) sous l'étiquette du Parti libéral démocrate [5].

Début 2013, il démissionne de la BERD pour créer le think-tank libéral GenerationLibre.

Il tient des chroniques dans plusieurs titres de la presse écrite française, notamment dans l'Opinion (Libres échanges), Les Échos ou Le Point (Liberté chérie). Il est régulièrement invité sur RMC, RTL, France 24 ou BFM Business. Il apparaît également dans les médias anglo-saxons (BBC, Financial Times).

Il cherche à promouvoir et approfondir le libéralisme classique, affirmant ainsi sa proximité avec Bernard Mandeville ou Jean-François Revel.

Gaspard Koenig milite entre autres pour un rétablissement de la liberté d'expression et rapporte les différentes limitations de celle-ci apparues dans le droit français depuis 1972[6],[7]. Il est également engagé en faveur d'un revenu universel[8] ou de la restructuration de la dette française[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Octave avait vingt ans, roman, Grasset, 2004, prix Jean-Freustié 2005[10]
  • Un baiser à la russe, roman, Grasset, 2006
  • Les discrètes vertus de la corruption, essai, Grasset, 2009.
  • Leçons de conduite, essai, Grasset, 2011.
  • La nuit de la faillite, roman, Grasset, 2013
  • Leçons sur la philosophie de Gilles Deleuze, Ellipses, 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]