David Graeber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Graeber

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

David Graeber

Naissance 12 février 1961 (53 ans)
Nationalité américaine
Profession anthropologue
David Graeber en 2002.
David Graeber (à gauche) en mai 2007.

David Graeber (né le 12 février 1961) est un anthropologue et militant anarchiste américain, « l’un des intellectuels les plus influents du monde anglo-saxon selon le New York Times »[1].

Évincé de l'Université de Yale en 2005, cette figure majeure de la pensée libertaire nord-américaine est aujourd'hui professeur à la London School of Economics[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a un passé d'activiste social et politique, notamment du fait de sa participation à la protestation contre le Forum économique mondial à New York (2002). Il était membre du syndicat IWW.

Il fut professeur adjoint d'anthropologie à l'Université Yale jusqu'à ce que l'université ne renouvelle pas son contrat en juin 2007, ce qui fit controverse à cause du soupçon de motivation politique à cette éviction. Il se fit indemniser une « année sabbatique » durant laquelle il donna un cours d'introduction à l'anthropologie culturelle et un autre intitulé Direct Action and Radical Social Theory. Puis, il occupa un poste de maître de conférences reader au sein du département d'anthropologie de l'Université de Londres[3] de l'automne 2007 à l'été 2013. Il est actuellement professeur à la London School of Economics.

Il est l'auteur de Fragments of an Anarchist Anthropology (en français : Pour une anthropologie anarchiste) et Towards an Anthropological Theory of Value: The False Coin of Our Own Dreams).

Il a composé de vastes œuvres anthropologiques à Madagascar, et écrit sa thèse de doctorat (The Disastrous Ordeal of 1987: Memory and Violence in Rural Madagascar) sur ce pays.

En 2011, il publie une vaste monographie intitulée Debt: the First Five Thousand Years (en) (Melville House ; publié en français sous le titre Dette : 5000 ans d'histoire, aux éditions Les liens qui libèrent en 2013). Dans cet ouvrage où il s'inspire notamment des thèses de Alfred Mitchell-Innes, il soutient la thèse que le système du troc n'a jamais été utilisé comme moyen d'échange principal durant 5000 ans d'histoire.

Fin 2011, il est l'une des figures de proue du mouvement Occupy Wall Street.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

  • Toward an Anthropological Theory of Value: The False Coin of Our Own Dreams, 2001
  • Fragments of an Anarchist Anthropology, 2004
  • Lost People: Magic and the Legacy of Slavery in Madagascar, 2007
  • Possibilities: Essays on Hierarchy, Rebellion, and Desire, 2007
  • Direct Action: An Ethnography, 2009
  • Debt: The First 5000 Years, 2011
  • Revolutions in Reverse: Essays on Politics, 2011
  • The Democracy Project: A History, a Crisis, a Movement, 2013

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

Articles en anglais[modifier | modifier le code]

Articles en français[modifier | modifier le code]

  • Avec Andrej Grubacic, L’Anarchisme, ou Le Mouvement Révolutionnaire du Vingt et Unième Siècle, 6 janvier 2004, texte intégral.
  • Jade Lindgaard, Nicolas Haeringer, « L’idée d’avoir une revendication unique ne parle à personne », entretien avec David Graeber, Mouvements, 3 mai 2012, texte intégral.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Maggiori, L’irréductible d’Occupy Wall Street, Libération, 25 juin 2014, texte intégral.
  2. Nicolas Weill, David Graeber : un soulèvement, sans apocalypse, Le Monde, 25 mars 2010, texte intégral.
  3. Dr David Graeber MA PhD sur le site de l'Université de Londres

Liens externes[modifier | modifier le code]