Coup d'État militaire de 2012 au Mali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coup d'État militaire
LocationMali.svg
Informations générales
Date - (officiellement)
Lieu Mali Mali
Issue
Belligérants
Drapeau : Mali Gouvernement malien Drapeau : Mali Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État
Commandants
Drapeau : Mali Amadou Toumani Touré
Drapeau : Mali Sadio Gassama
Drapeau : Mali Amadou Sanogo
Drapeau : Mali Amadou Konaré
Forces en présence
33e régiment de parachutiste[1]
• Garde présidentielle
Pertes
Garde présidentielle :
28 morts[2]

20 disparus[3]
29 prisonniers[4]
Batailles
Rébellion touarègue de 2012 :
Ménaka (1re) · Tessalit · Aguel'hoc · In Emsal · Andéramboukane · Niafunké · Tinzawatène · Tinsalane · Goumakoura · Tessit · Fatélé · Soudere · Tin-Hama (1re) · Kidal · Tinzaouten (1re) · Koro


Coup d'État militaire de 2012 au Mali
Kati · Djicoroni


Conflit entre islamistes et touaregs :
Tombouctou (1re) · Gao (1re) · Tagarangabotte · Idelimane · Ménaka (2e) · Hourara


Intervention militaire de 2013 au Mali
(Opération Serval et MISMA) :
Konna · Gao (bombardement) · Diabaly · Diabaly (bombardement) · In Amenas · Gao (2e) · Gao (3e) · Gao (4e) · In Khalil (attentat) · In Khalil · Kidal (attentat, 1er) · Tigharghâr (Opération Panthère) · Imenas · Tin Keraten · Djebok · Tombouctou (2e) · Gao (5e) · Tin Tabanawt · Teghboubinene · In Arab · Tombouctou (3e) · Kidal (attentat, 2e) · Ber‎ · Hamakouladji (attentat) · Gossi (attentat) · Anéfif (1re) · Agadez et Arlit (attentats) · Anéfif (2e) · Timiaouine


Opérations de stabilisation au Mali
(MINUSMA et Opération Serval) :
Tinzaouten · Bordj Badji Mokhtar et In Farah · Fooïta · Tombouctou (attentat) · Douaya · Tessalit (attentat) · Amazragane · Tin-Hama (2e) · Araouane · Kidal (attentat, 3e) · Kondaoui · Tamkoutat (massacre) · Labbezanga · Ametettaï (bombardement)

Le coup d'État militaire de 2012 au Mali est un évènement majeur de l'insurrection malienne de 2012 ayant débuté à partir du .

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre du Mali.

L'armée malienne est engagée depuis le 17 janvier 2012 dans une guerre dans le Nord du pays contre les rebelles touaregs du Mouvement national pour la libération de l'Azawad et contre les djihadistes d'Ansar Dine. L'armée subit plusieurs revers, elle souffre d'un manque de moyens par rapport aux Touaregs qui bénéficient d'un important matériel et d'armes lourdes récupérées suite à la chute de Kadhafi en 2011[5]. Le moral des troupes est au plus bas, les officiers supérieurs sont soupçonnés de népotisme, de favoritisme et de corruption, de détourner l'argent destiné à l'équipement militaire[6] alors que le salaire d'un soldat de base est de 40 000 francs CFA (60 euros) par mois[7]. Fin janvier et début février, des manifestations de femmes de militaires réclament des « munitions pour leurs hommes »[8],[9]. À un mois d'échéance des élections présidentielles, l'autorité du président de la république Amadou Toumani Touré qui a annoncé qu'il ne se représenterait pas est remise en cause[10].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Militaires maliens à Bamako en octobre 2012.

21 mars[modifier | modifier le code]

Les sources s'accordent à dire que le coup d'État n'a pas été préparé à l'avance mais est le fruit d'une escalade d'évènements[7]. Le 21 mars, Sadio Gassama, ministre de la Défense et des anciens combattants, et le général Gabriel Poudiougou, chef d'état-major général des armées, se rendent au camp militaire Soundiata Keïta à Kati pour évoquer l’évolution de la situation au Nord-Mali. Ils sont pris à parti par des militaires mécontents, essuient des jets de pierre, leurs gardes du corps tirent en l'air pour pouvoir s'enfuir[11].

Les militaires en colère se dirigent alors vers l'armurerie et font mains basses sur armes et munitions. Ils s'emparent des quatre automitrailleuses BRDM-2 et des deux transports de troupe BTR-60 stationnés à Kati puis partent vers la capitale. À 15h30, ils attaquent la présidence : les bérets rouges, parachutistes qui forment la garde d'Amadou Toumani Touré résistent jusque vers 21h où l'enceinte du palais est forcée : les mutins ne peuvent mettre la main sur le président qui a été exfiltré vers 18h, les bâtiments sont alors pillés et partiellement incendiés[7],[12],[8]. En fin d’après-midi, une centaine d'hommes investissent le bâtiment de l’Office de la radio-télévision malienne (ORTM) au centre de Bamako. La radio nationale suspend ses programmes[13].

En soirée, une mutinerie éclate également à Gao, siège du commandement des opérations militaires contre les rebelles du Nord, des officiers loyalistes sont emprisonnés[11],[14]. Les soldats envoyés au Nord se plaignent des « évacuations préventives » des camps militaires présentées par le gouvernement comme « une stratégie de protection » de la population civile.

Les mutins multiplient les arrestations dans la nuit : Adama Sangaré, maire de Bamako, Modibo Sidibé, ancien Premier ministre et candidat à l'élection présidentielle, Jeamille Bittar, président du Conseil économique, social et culturel (CESC) et candidat de l’Union des Mouvements et associations du Mali (Umam), le général Kafougouna Koné, ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Abdoul Wahab Berthé, ministre de la fonction publique, Soumeylou Boubèye Maïga, ministre des Affaires étrangères, Sidiki Konaté, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Agatham Ag Alhassane, ministre de l’Agriculture, Marafa Traoré, ministre de la Justice, Mohamed El Moctar, ministre du tourisme[15],[16]. Les prisonniers sont conduits au camp Soundiata Keïta de Kati devenus le siège du putsch.

22 mars[modifier | modifier le code]

Le 22 mars, les mutins, constitués en Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État (CNRDR ou CNRDRE) font une déclaration le jeudi matin à 5 heures à la télévision nationale. Le lieutenant Amadou Konaré, porte-parole du comité annonce la suspension de la Constitution et la dissolution des institutions de la République[17]. Il justifie le coup d’État par « l'incapacité du gouvernement à donner aux forces armées les moyens nécessaires de défendre l'intégrité de notre territoire national »[18]. Il précise que le CNRDR prend « l’engagement solennel de restituer le pouvoir a un président démocratiquement élu dès que l’unité nationale et l’intégrité territoriale seront rétablies »[19]. Amadou Haya Sanogo, chef de la junte, annonce l’instauration d’un couvre-feu à partir du jeudi 22 mars[20].

Dans la matinée, plusieurs responsables de la police, dont le commissaire divisionnaire, contrôleur général de la police nationale et des hauts gradés de l’armée sont arrêtés. À 11 heures, Amadou Konaré annonce à la télévision nationale la fermetures des frontières. Il ordonne aux militaires de cesser les tirs de sommation et appelle la population à rester chez elle en attendant la reprise du travail mardi matin. À Kayes, des soldats mutins arrêtent le gouverneur de la région et le commandant de cercle[21]. Des scènes de pillages menées par des soldats ont lieu à Bamako. Le CNRDR diffuse à la télévision un nouveau communiqué. Amadou Haya Sanogo demande à la « population malienne de rester sereine et de garder son calme » assurant que les dispositions sont prises pour « assurer la sécurité des personnes et des biens ». Il précise qu'un couvre-feu est décrété à partir de ce jour à 18 h[22].

Dans un communiqué, le parti Yéléma de Moussa Mara, fait part de sa « consternation » devant le coup d'État et appelle les putschistes à renforcer le dispositif militaire dans le nord du pays et à réaliser l'unité nationale[23]. Le parti Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance (Sadi) publie le 22 mars un communiqué rappelant qu'il demandait la démission du président Amadou Toumani Touré depuis le 9 février, et soutenant le coup d'État. Il se propose « d’accompagner le CNRDR, avec les forces vives progressistes, pour sauver le pays »[24].

Selon le géopolitologue Éric N'Guyen, le putsch est porté par la base de l'armée ; tous les officiers supérieurs ont refusé d'y prendre part[25].

23 mars[modifier | modifier le code]

Ibrahim Boubacar Keïta, président de Rassemblement pour le Mali, ancien Premier ministre et candidat à l'élection présidentielle publie un communiqué pour condamner le coup d'État, qualifié de « coup d’arrêt à notre projet commun de changement pour un développement démocratique, auquel le peuple malien adhère dans son écrasante majorité »[26]. L'Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-Pasj) « condamne fermement ce coup de force qui constitue un recul grave pour notre démocratie et exige le retour à une vie constitutionnelle normale dans les meilleurs délais ». Le principal parti politique malien demande « que le rétablissement de la paix dans le nord du pays et l'organisation d'élections libres et transparentes soient les deux priorités de l'heure »[27].

Soumaïla Cissé, candidat à l'élection présidentielle, a déclaré « au nom du Mali, je nous invite à nous tenir debout et à exiger la restauration des institutions et le respect des règles républicaines » qualifiant le coup d'État d' « acte réactionnaire le plus bas de l'histoire politique du Mali au cours des 20 dernières années »[28].

24 mars[modifier | modifier le code]

Le samedi 24 mars, alors que personne ne sait où se trouve le président Amadou Toumani Touré[29], dix partis politiques maliens, l'Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-Pasj), l'Union pour la république et la démocratie (URD), le Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES), l'Union pour la démocratie et le développement, l'Union des forces démocratiques pour le progrès (UFDP), le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), le Parti de la solidarité et du progrès (PSP), le Parti pour la démocratie et la justice (PDJ), le Parti pour la démocratie et le progrès (PDP), le Mouvement pour la démocratie et le développement (MDD), signent une déclaration commune condamnant le « coup de force » et exigeant le retour à la normale[30]. Ils sont rejoints par plusieurs associations et par les principaux syndicats comme l'Union nationale des travailleurs du Mali[31].

25 mars[modifier | modifier le code]

38 partis politiques, dont l'Adéma-Pasj, le Parti pour la renaissance nationale (Parena), l'URD, le Rassemblement pour le Mali (RPM), l'UDD et une vingtaine d'associations et de syndicats, dont la Coalition des organisations et Ong féminines du Mali (CAFO) et le Conseil national de la jeunesse malienne (CNJ), se regroupent au sein du Front uni pour la sauvegarde de la République et de la démocratie (FUDR) et réclament le départ des militaires mutins[32],[33]. Bassirou Diarra, secrétaire général de l’Union malienne-Rassemblement démocratique africain, dans une interview au journal français L'Humanité précise que le FURD demande le « rétablissement de la légalité constitutionnelle, le retour des militaires dans leurs casernes, la négociation de la paix au nord et l’organisation d’élections libres dans les plus brefs délais »[34]. Dans le même temps, Oumar Mariko, député, candidat à la présidentielle et secrétaire général de la Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance annonce la création du MP22, le mouvement populaire du 22 mars en soutien aux putschistes[31]. Le rejoignent rapidement différentes organisations dont le parti politique Bara, l'Association Malienne des expulsés (AME), l'Observatoire de l'État de droit, le Syndicat des paysans du Mali (SYPAM TTD), l'Association des rapatriés de Libye, l'AJDP, etc.[35],[36]. Le 25 mars, les personnalités politiques détenues par les putschistes, dont le ministre des affaires étrangères, entament une grève de la faim pour dénoncer leur arrestation, leur détention et les conditions de leur détention[37].

26 mars[modifier | modifier le code]

Les frontières sont partiellement rouvertes à partir du 26 mars, pour permettre l’acheminement des denrées de premières nécessités et du carburant. L’espace aérien est ouvert uniquement au transport civil entre 20h et 1h du matin[38]. Dans une déclaration à la télévision malienne, le capitaine Amadou Sanogo appelle les rebelles touaregs « à cesser les hostilités et à rejoindre dans les plus brefs délais la table de négociation », précisant que « tout est négociable à l'exception de l'intégrité du territoire national et de l'unité de notre pays »[39].

27 mars[modifier | modifier le code]

Le 27 mars, le couvre-feu est levé et deux prisonniers politiques sont libérés[40]. Les chefs d’États de la Cédéao réunis à Abidjan décident de suspendre le Mali de l’organisation afin de sanctionner les putschistes. Ils décident également l’envoi d’une délégation composée des présidents ivoirien, béninois, burkinabé, nigérien et libérien[41] et menacent la junte d'une « action armée » soutenue par la Côte d'Ivoire, le Niger, le Nigeria et le Ghana[42], [43].

28 mars[modifier | modifier le code]

Le 28 mars, le président Amadou Toumani Touré, dont on était sans nouvelle depuis le coup d’État, a accordé une interview à Radio France internationale dans laquelle il déclare qu’il est en bonne santé et se trouve au Mali. Il soutient le plan de sortie de crise proposé par la Cédéao[44].

La junte militaire adopte une loi fondamentale pour remplacer la constitution suspendue. Elle est composée de 70 articles et d’un préambule stipulant que le peuple malien « affirme solennellement sa détermination par le présent acte de perpétuer un État de droit et de démocratie pluraliste dans lequel les droits fondamentaux de l'Homme, les libertés publiques, la dignité de la personne humaine et la justice sont garanties ». Le texte précise que le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État est l'organe suprême de la transition et qu’il est composé de 26 membres issus des forces armées et de sécurité et 15 membres issus des forces vives de la nation. Son président assure les fonctions de chef de l’État. À l’issue de la période de transition dont la durée n’est pas définie, aucun membre du CNRDR et du gouvernement nommé par son président ne pourra être candidat aux élections présidentielle et législative[45],[46].

Amadou Haya Sanogo a nommé par ordonnances les nouveaux responsables des forces armées : le colonel-major Yamoussa Camara est nommé secrétaire général du ministère de la Défense et des Anciens combattants, le colonel Dahirou Dembélé chef d’état-major général des Armées, colonel Ibrahim Fané chef d’état-major de l’armée de terre, colonel Abdoulaye Coulibaly commandant de la 5e région militaire de Tombouctou, colonel Moussa Sinko Coulibaly directeur de cabinet du chef de l’État, colonel Sidi Alassane Touré directeur général de la sécurité d’État[47].

29 mars[modifier | modifier le code]

Le 29 mars, pour la première fois, des partisans du putsch affrontent violemment les opposants réunis en meeting à la bourse du travail de Bamako, les jets de pierre font plusieurs blessés graves et l'armée intervient[48]. Les manifestations à la bourse du travail sont interdites, les militaires arrêtent 26 leaders anti-putschistes, six sont retenus en détention au camp de Kati, les autres sont relâchés[49].

Au même moment, une manifestation des partisans de la junte sur le tarmac de l’aéroport de Bamako empêche l’avion transportant les délégations des chefs d’État de la Cédéao d’atterrir. Les présidents Alassane Ouattara, Boni Yayi, Blaise Compaoré, Ellen Johnson Sirleaf et Mahamadou Issoufou se retrouvent à Abidjan pour une réunion de crise[50]. La Cédéao lance un ultimatum à la junte, leur demandant de rétablir l’ordre constitutionnel dans un délai de 72 heures. À défaut, la Cédéao prendra des sanctions diplomatiques et financières contre la junte : interdiction de voyager et un gel des avoirs dans la région pour les membres de la junte mais aussi fermeture des frontières, la fermeture de l'accès aux ports des pays côtiers de la zone et un gel des comptes du Mali à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO)[51]. Le lendemain, Amadou Haya Sanogo présente des excuses à la Cédéao pour « un incident malheureux, indépendant de notre volonté et de celle de nos compatriotes (qui) est venu entraver cette réunion »[52].

Les journalistes maliens et internationaux sont eux aussi l'objet de contraintes, cinq d'entre eux sont arrêtés le 29 mars plusieurs heures à Kati. Un reporter de Radio France, Omar Ouahmane, est molesté et menacé de mort, son matériel détruit par les militaires[53].

30 mars[modifier | modifier le code]

Le 30 mars, alors que le MNLA et Ançar Dine ont pris la ville de Kidal, et que l'armée évacuent les localités d'Ansongo et de Bourem pour se regrouper et renforcer ses positions à Gao, Amadou Haya Sanogo, déclare que « Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations (...) notre armée a besoin du soutien des amis du Mali »[54].

Un meeting organisé par le Mouvement populaire du 22 mars (MP 22) a rassemblé au stade du 26 mars un millier de personnes pour soutenir le CNRDR aux cris de « A bas ATT ! A bas la CEDEAO ! A bas la France ! A bas la Communauté internationale ! »[55]. Une Alliance des démocrates patriotes pour la sortie des crises s'est créée et rassemble des partis politiques (Convention nationale pour une Afrique solidaire, le Front africain pour le développement, Yéléma, Parti pour l'action civique et patriotique, Parti citoyen pour le renouveau) et des associations. Il a présenté au chef de la junte un programme de sortie de crise qui prévoit une transition d'un an « pilotée par des personnes compétentes de probité morale reconnue et qui n’ont pas participé à la gestion des affaires publiques ces 20 dernières années »[56].

31 mars[modifier | modifier le code]

Le MNLA s'empare de la ville de Gao et de celle de Sango sur la frontière du Niger[57].

Avril[modifier | modifier le code]

Le , le capitaine Amadou Haya Sanogo annonce qu'il rétablit la Constitution de la république du Mali du 25 février 1992 et les institutions, et promet des "consultations avec les forces vives du pays" dans le cadre d'une "transition"[58]. Le 2 avril, la Cédéao décide de la mise en place immédiate de sa force d’attente et un embargo total considérant que la junte n’avait pas remis en place comme demandé l’ordre constitutionnel. Amadou Haya Sanogo prend acte de cette décision et déclare que« l'urgence est le recouvrement de l'intégrité territoriale »[59]. Le CNRDRE annonce la tenue à partir du 5 avril d’une conférence nationale sur l’avenir du Mali à laquelle sont conviés tous les partis politiques et la société civile et annonce des poursuites judiciaires contre Amadou Toumani Touré pour « haute trahison et malversation financière »[60].

Le 3 avril, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine réunis à Addis-Abeba (Éthiopie) prennent des sanctions (interdiction de voyager et gel des actifs) contre « le chef et les membres de la junte militaire », « tous les individus et entités qui contribuent d`une façon ou d`une autre au maintien du statu quo anticonstitutionnel », ainsi que les « dirigeants et membres des groupes armés et rebelles dans le nord du Mali »[61]. Le 4 avril, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une déclaration réitérant son appel en faveur du rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel et du gouvernement démocratiquement élu et demandant à la junte d’assurer la sécurité de toutes les personnalités maliennes et la libération de celles qui sont détenues[62],[63]. La junte annonce le report de la convention nationale qu’elle avait convoqué à partir du 5 avril. Les partis politiques et la société civile opposé au coup d’État ont annoncé leur refus d’y participer[64].

Le 6 avril, la junte signe un accord de sortie de crise avec la médiation ouest-africaine dans lequel elle s’engage à rendre le pouvoir au civil après la démission du président de la république renversé lors du coup d’État[65]. Le président de l’assemblée nationale assurera la transition. L’accord prévoit la nomination d’un Premier ministre de transition qui aura tous les pouvoirs pour l’organisation des élections dans un délai de 40 jours. Une loi d’amnistie contre les auteurs du coup d’État sera adoptée. La Cédéao décide le 8 avril de lever toutes les sanctions prises contre le Mali[66]. Le 8 avril, le président Amadou Toumani Touré a officiellement présenté sa démission dans une lettre remis à Djibrill Bassolé, ministre des affaires étrangères burkinabè[65]. Le 10 avril, la Cour constitutionnelle du Mali constate officiellement la vacance de la présidence, annonce que Dioncounda Traoré, président de l'Assemblée nationale, assure l'intérim du président de la République et précise que « le scrutin en vue de l'élection du nouveau président de la République doit être organisé 21 jours au moins et 40 jours au plus à compter de la notification du présent arrêt »[67].

Du 16 au 18 avril, des hommes politiques et des militaires proches du président renversé ont été arrêtés par des hommes armés[68]. Le 17 avril, cheick Modibo Diarra est nommé Premier ministre[69]. Le 19 avril au soir, Amadou Toumani Touré est exilé au Sénégal pour un temps indéterminé, partant de Bamako en avion présidentiel sénégalais, et arrivant à Dakar avec une quinzaine de membres de sa famille, cet exil ayant été autorisé par la junte du CNRDRE, encore au pouvoir effectif. Le même jour, les 22 responsables civils et militaires arrêtés les jours précédents, sont libérés mais toujours menacés de poursuites judiciaires ultérieures notamment pour détention d'armes, qui auraient été découvertes au domicile de certains d'entre eux, selon la gendarmerie[70]. Ils seraient « soupçonnés de vouloir mener un contre-coup d'État », alors que le pays n'a « toujours pas de gouvernement de transition » et que les « négociations se poursuivent »[71].

Le 25 avril, cheick Modibo Diarra forme un gouvernement de transition, réduit à 24 membres, composé surtout de techniciens et de militaires, avec notamment pour mission difficile de ramener la paix dans le nord du pays occupé par des groupes armés. Trois militaires, des gradés proches de la junte militaire, y figurent : le colonel-major Yamoussa Camara à la Défense, le colonel Moussa Sinko Coulibaly à l’Administration territoriale (Intérieur), et le général Tiéfing Konaté à la Protection civile. Cette nouvelle équipe comprend aussi trois femmes, dont l'une est originaire du Nord[72]. Le 26 avril, avec la déclaration des chefs d’État de la Cédéao, réunis en sommet extraordinaire à Abidjan, le comité militaire est prié de se soumettre aux autorités civiles, ses membres de retourner dans les casernes, et le mandat des autorités de transition est prolongé à douze mois. De plus, il est prévu d'envoyer une force militaire régionale à Bamako pour « sécuriser les organes de la transition et le gouvernement intérimaire en attendant que le processus arrive à son terme ». Il s'agirait aussi de contrer d'éventuelles attaques au sud du pays menées par les rebelles touaregs et/ou islamistes contrôlant le nord[73],[74],[75].

Le 28 avril, les militaires putschistes, encore agités par dizaines au camp de Kati criant « A bas la Cédéao ! », se disent trahis et, par la voix du capitaine Sanogo concluant les entretiens avec les médiateurs burkinabè et ivoirien, ils rejettent les recommandations des chefs d'État ouest-africains, notamment l'envoi d'une force régionale, sauf sur demande officielle et uniquement selon les besoins exprimés. De plus, le délai d'un an pour effectuer la transition démocratique est aussi rejeté par Sanogo, qui précise qu'au-delà des 40 jours d'intérim de la présidence fixés par l'accord cadre du 6 avril, le comité militaire prendra ensuite ses responsabilités. Selon Sanogo, « toutes les décisions prises à Abidjan ont été prises sans concertation avec nous » et « je n'accepterai pas la présence d'un soldat étranger sur le sol malien »[76],[77]. Le 30 avril, une fusillade éclate à l'université de Bamako, tuant une femme par "balle perdue", la radio-télé (ORTM) est attaquée vers 19h, ainsi que le camp militaire de Kati. La population vit une nuit d'affrontements violents, à l'arme lourde notamment. Le 1er mai au matin, l'ex-junte affirme contrôler la situation après des combats ayant opposés des bérets-vert des ex-putschistes du capitaine Sanogo, à des bérets-rouge des partisans de l'ex-président ATT. Plusieurs morts sont à déplorer, selon toute vraisemblance et des informations parcellaires, leur nombre et leur identité restant à déterminer. Ce jour, il est difficile de dire qui contrôle quoi. La réunion de médiation ouest-africaine, devant avoir lieu le jour-même, est annulée[78].

Mai[modifier | modifier le code]

Les combats violents à Bamako se déroulent le 30 avril et le 1er mai, et le pouvoir effectif reste finalement sous contrôle des "ex-putschistes" dirigé par le capitaine Sanogo. La "transition démocratique", sous très haute surveillance du pouvoir militaire, échoue à tenir des élections au mois de mai, dans les délais prévus par l'accord du 6 avril. Les négociations entre le pouvoir de Bamako et les rebelles du Nord semblent inexistantes, et l'"intégrité territoriale" n'est toujours pas restaurée, autre objectif non respecté par la junte du CNRDRE, essentiellement par manque de moyens militaires, financiers et organisationnels.

Le président de la transition, Dioncounda Traoré, âgé de 70 ans, est agressé très violemment le 21 mai par des manifestants opposés à son maintien au pouvoir et ayant pénétré dans son bureau. Eprouvé physiquement, il part pour Paris le 23 mai, officiellement pour des analyses médicales complémentaires au Val-de-Grâce, selon un de ses collaborateurs, et il s'agirait d'une visite privée prévue de longue date[79].

Juin[modifier | modifier le code]

Le 5 juin, une enquête pour tentative d'assassinat est ouverte par la justice malienne[79].

En juin, Dioncounda Traoré est toujours à Paris, et reçoit le 14 la visite de cheick Modibo Diarra président par intérim[79].

Janvier 2013[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2013, 29 prisonniers, dont 26 « bérets rouges » parachutistes et trois civils, dont Malamine Konaré, fils d'Alpha Oumar Konaré, sont libérés après la signature par un juge d'instruction de l'ordonnance de mise en liberté[4].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions nationales[modifier | modifier le code]

À l'appel du FUDR, un millier de personnes manifestent à Bamako devant la Bourse du travail le 26 mars, journée anniversaire de la chute de Moussa Traoré en 1991, renversé par un coup d’État militaire mené par Amadou Toumani Touré. Les manifestants réclament le départ des putschistes, le retour à l’ordre constitutionnel et la libération de l’ORTM[80],[81]. Les associations de défense des droits de l'Homme condamnent le coup d'État. Moctar Mariko, président de l'Association malienne des droits de l'homme (AMDH) appelle le CNRDR « à rendre le pouvoir aux civils et à garantir l'intégrité physique et morale de toutes les personnes arrêtées » et exige l'arrêt des arrestations et la libération des personnes arrêtées[82].

Brahima Koné, président de l'Union interafricaine des droits de l'homme (UIDH) souhaite que des élections soient rapidement organisées « afin de permettre un retour rapide à l'ordre constitutionnel »[82]. Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), condamne « ce coup d'État militaire qui vient briser la démocratie malienne qui devait s'exprimer par l'élection présidentielle dans un mois ». Me Sidiki Kaba, président d'honneur de la FIDH, déclare que ce « changement anticonstitutionnel de pouvoir (...) doit être sanctionné par la communauté internationale avec la plus vive énergie », ajoutant que « seul un pouvoir démocratiquement élu et respectueux des libertés fondamentales peut lutter légitiment contre le terrorisme et l’extrémisme, trouver des solutions politiques aux préoccupations des minorités nationales ou encore garantir la sécurité de tous et des frontières »[82]. Le barreau du Mali condamne le coup d’État militaire et demande le rétablissement de l’ordre constitutionnel[83].

Le Rassemblement des Jeunes du Mali (première organisation de la jeunesse du Mali) aussi condamne fermement le coup d’État militaire et exige dès le 23 mars un retour à l'ordre constitutionnel ainsi que la libération de tous les prisonniers politiques avant toute discussion avec la junte [84]. Le 4 avril, le Rassemblement des Jeunes du Mali propose une feuille de route afin de sortir de la crise politique. Cette feuille de route comprend : . la démission du président Amadou Toumani Touré ainsi que de son gouvernement, et l'application de l’article 36 de la Constitution concernant la démission du Président de la République, . la dissolution du CNRDR, . l'amnistie de tous les militaires putschistes, . la prolongation du mandat de l’Assemblée nationale, . la nomination par le professeur Dioncounda Traoré d’un gouvernement de transition composé uniquement de membres de la société civile, gouvernement soutenu par les forces vives de la Nation ainsi que par la communauté internationale (ce gouvernement devra organiser des élections, et combattre le MNLA, l'AQMI et les autres groupes terroristes se trouvant sur le territoire avec l’aide de la communauté internationale), . la création d’une Commission Vérité et Réconciliation, qui devra faire la lumière sur toutes les périodes noires de la Nation, ainsi que . l'ouverture d’une Conférence nationale, qui devra définir des objectifs pour l’avenir.
Sur les 7 propositions du Rassemblement des Jeunes du Mali, 5 sont reprises dans l'accord cadre entre la junte et la Cedeao[85].

L’Association des éditeurs de presse privée déclare le 26 mars qu’elle « condamne le coup d’État qui est antidémocratique et contraire à l’esprit et à la lettre de la Constitution du 25 février 1992 », « exige la libération sans délai et sans condition des autorités détenues illégalement » et « exhorte la classe politique, la société civile, les syndicats à tout mettre en œuvre pour que la junte regagne rapidement ses casernes »[86].

Plusieurs organisations, dont la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM), l'Amicale des anciens militants et sympathisants de l'union des élèves et étudiants du Mali (l'AMSUNEM) et le groupement des commerçants du Mali, favorables au CNRDR se regroupent au sein de la Convergence patriotique pour la défense du Mali et appellent avec le MP22 à manifester le 28 mars à Bamako[87]. Cette marche réunit plusieurs milliers de personnes[88].

Le 27 mars, Housseini Amion Guindo donne une conférence de presse et justifie le soutien de la Convergence pour le développement du Mali au CNRDR en raison d’une faillite du régime, d’absence de l’autorité de l’État et une mauvaise organisation pour une élection présidentielle libre, transparente et crédible[89]. Le 28 mars des milliers de Bamakois manifestent pour soutenir le « capitaine Sanogo et l'armée »[90].

Aminata Dramane Traoré, présidente du Forum pour un autre Mali, apporte son soutien aux militaires putschistes, considérant que la crise que vit le Mali est de la responsabilité du président déchu et du président français Nicolas Sarkozy[91]. Le , la coalition politique regroupant les principaux partis du Mali rejette la convention nationale proposée par la junte militaire[92].
Le , Aliou Diallo s'est adressé aux groupes armés du Nord (notamment à Ansar Dine et au MNLA), aux membres du gouvernement malien de transition, ainsi qu'aux représentants du CNRDRE, à travers les médias maliens. Il a lancé[93]un appel urgent pour la paix au Mali[94].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Dès le 22 mars, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'Union africaine condamnent « fermement » les mutins et leur « coup d’État anticonstitutionnel »[20],[95]. Le 24 mars, l'Union africaine suspend le Mali et son président Jean Ping menace la junte « d'appliquer des sanctions comme le gel des avoirs et l'interdiction de voyager aux auteurs de ce coup d'État » si « les choses ne retournent pas à la normale »[96]. Une mission conjointe de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de l'Union africaine et de l'Organisation des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest, présidée par Kadré Désiré Ouédraogo, se rend à Bamako et est reçue par Amadou Sanogo, président du CNRDR[97].

Le président Moussa Idriss Ndélé du Parlement panafricain déclare le 22 mars condamner le « coup d’État anticonstitutionnel »[98]. Le 23 mars, les membres du Conseil de sécurité des Nations unies condamnent « fermement l'action des éléments des forces armées maliennes, qui se sont emparées par la force du pouvoir confié au gouvernement démocratiquement élu du Mali » et demande le « rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel et du gouvernement démocratiquement élu », ainsi que la libération des responsables maliens détenus[99]. En Afrique, l’Algérie[100], le Bénin[101], le Cameroun[102], le Ghana[103], la Mauritanie[104], le Niger[105], le Nigeria[106], le Sénégal[107] condamnent le coup d'État et exigent le rétablissement de « l'ordre constitutionnel ».

Catherine Ashton, Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, condamne le 22 mars la prise de contrôle du pouvoir par les militaires et la suspension de la Constitution et demande le rétablissement du pouvoir constitutionnel[108]. En France, le gouvernement condamne le coup d'État, demande l’organisation rapide des élections prévues[109],[20] et annonce la suspension des coopérations régaliennes avec le Mali, à l'exception de l'aide alimentaire et de la lutte contre le terrorisme[110]. François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle française condamne sans réserve le coup d'État[111].

Le coup d'État est également condamné par le Canada[112] et les États-Unis[113] qui n'ont pas peur de parler de « bonne gouvernance »[79] à propos du régime déchu.

Ekmeleddin Ihsanoglu, secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) se déclare « profondément choqué » par le coup d'État et demande aux putschistes de « respecter la démocratie et à permettre rapidement au peuple malien de s'exprimer librement sur la situation dans le pays »[114].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Philippe Rémy, « Au Mali, l'armée loyaliste se prépare à une contre-offensive », Le Monde,‎ 23 mars 2012 (lire en ligne)
  2. Alain Léauthier, « Mali : un coup d'état en forme de coup de poker », Marianne,‎ 24 mars 2012 (lire en ligne)
  3. Human Rights Watch : Mali : Les forces de sécurité ont fait « disparaître » 20 personnes et en ont torturé d’autres
  4. a et b Jeune Afrique : Mali : plusieurs militaires libérés, dont le fils de Alpha Oumar Konaré
  5. Malika Groga-Bada, « Nord-Mali : guerre à huis clos », Jeune Afrique,‎ 21 février 2012 (lire en ligne)
  6. Sabine Cessou, « Adam Thiam: «Pourquoi un putsch au Mali, à 45 jours de la présidentielle? » », sur Slate.fr, Post-Afriques,‎ 23 mars 2012 (consulté le 24 mars 2012)
  7. a, b et c Malika Groga-Bada et Ahmed Ahmed, « Coup d'État au Mali : le jour où ATT a été renversé », Jeune Afrique,‎ 30 mars 2012 (lire en ligne)
  8. a et b « Au Mali, la rébellion d'une partie de l'armée était prévisible », RFI,‎ 21 mars 2012
  9. Mame Diarra Diop, « Elles ont parlé à ATT », JournalduMali,‎ 3 février 2012 (lire en ligne)
  10. « La chute d'Amadou Toumani Touré au Mali ou la défaite d'une politique de consensus », RFI,‎ 21 mars 2012 (lire en ligne)
  11. a et b Baba Ahmed, « Mali : mutineries de militaires à Bamako et Gao », jeuneafrique.com,‎ 21 mars2012
  12. « Grande confusion au Mali où le président Amadou Toumani Touré a quitté le palais présidentiel », RFI,‎ 22 mars 2012
  13. Serge Daniel, « Des soldats se révoltent à Bamako pour protester contre la guerre dans le nord du Mali », RFI,‎ 21 mars 2012
  14. Salima Tlemçani, « le Mali au bord de l’implosion », El Watan,‎ 24 mars 2012 (lire en ligne)
  15. Abdrahamane Dicko, « Modibo Sidibé - Le seul présidentiable arrêté », Les Echos,‎ 23 mars 2012 (lire en ligne)
  16. « Mali: Des ministres et dignitaires du régime ATT arrêtés (liste) », MaliBuzz,‎ 22 mars 2012
  17. « Mali: les mutins annoncent la suspension des institutions », RFI,‎ 22 mars 2012
  18. AP, « Coup d'État de soldats contre le gouvernement au Mali »,‎ 22 mars 2012
  19. Doua Gouly, « Communiqué du Comité National pour le Redressement, la Démocratie et la Restauration de l’État (CNRDR) », Journaldumali.com,‎ 22 mars 2012
  20. a, b et c Afp, « Coup d'État au Mali », Libération,‎ 22 mars 2012
  21. « Les suites du coup d’État au Mali : le fil des évènements », Afrik.com,‎ 22 mars 2012
  22. Djèmani, « L’État malien aux mains des militaires Confusion à Bamako », afrik.com,‎ 22 mars 2012
  23. Yéléma, « Réactions Coup d'État: communiqué du parti Yéléma », Malijet,‎ 22 mars 2012
  24. « Le parti SADI d'Oumar Mariko soutient la chute du régime d’ATT », www.journaldumali.com,‎ 22 mars 2012
  25. Thierry Garcin, Les Enjeux internationaux, France Culture, 26 mars 2012
  26. « Coup d'État au Mali : la déclaration d'Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) », jeuneafrique.com,‎ 25 mars 2012
  27. « Déclaration de l’Adéma-Pasj », maliweb,‎ 23 mars 2012
  28. AFP, « Mali: il faut exiger la restauration des institutions, selon Soumaïla Cissé »,‎ 24 mars 2012
  29. Jean-Philippe Rémy, « Mais où est le président malien ? », sur http://afrique.blog.lemonde.fr, Blog Africa Nova,‎ 24 mars 2012 (consulté le 25 mars 2012)
  30. « Mali : une coalition de dix partis politiques condamne le coup d'État », Jeune Afrique,‎ 24 mars 2012 (lire en ligne)
  31. a et b Guillaume Thibault, « Mali : deux mouvements politiques créés en réaction au putsch », RFI,‎ 25 mars 2012 (lire en ligne)
  32. « Mali: des partis politiques, syndicats et associations réclament le départ des militaires du pouvoir », lexpressiondz.com,‎ 26 Mars 2012
  33. Xinhua, « Mali : 38 partis et associations de la société civile s'élèvent contre le putsch »,‎ 25 mars 2012
  34. « Mali « Il faut revenir à la légalité constitutionnelle » », L'Humanité,‎ 26 mars 2012 (lire en ligne)
  35. Indicateur du Renouveau du 27 mars 2012
  36. Issaz Fakaba Sissoko, « Soutien à la junte: Naissance du MP 22 »,‎ 27 mars 2012
  37. « Mali : des détenus en grève de la faim », bbc.co.uk,‎ 25 mars, 2012
  38. AFP, « Mali: frontières aériennes et terrestres partiellement rouvertes »,‎ 26 mars 2012
  39. Le Nouvel Observateur avec AFP, « La junte militaire est de plus en plus esseulée »,‎ 27 mars 2012
  40. « Mali : normalisation de la vie quotidienne et visite attendue d'une délégation de la Cedeao », Jeune Afrique,‎ 28 mars 2012 (lire en ligne)
  41. Loucoumane Coulibaly; Hélène Duvigneau et Guy Kerivel (Reuters), « Le Mali suspendu de la Cedeao, envoi d'une mission à Bamako »,‎ 2012
  42. Jean-Philippe Rémy, « La Cédéao menace les putschistes maliens d'une action armée », Le Monde,‎ 28 mars 2012
  43. « Communiqué final de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) »,‎ 28 mars2012
  44. « Amadou Toumani Touré à RFI : «Le plus important pour moi aujourd'hui ce n'est pas ma personne» », RFI,‎ 28 mars 2012
  45. « Mali : la junte proclame une nouvelle Constitution et s'institutionnalise malgré les menaces de la Cedeao », Jeune Afrique,‎ 28 mars 2012
  46. « La junte malienne annonce une nouvelle Constitution et s'exclut des prochaines élections », Le Monde.fr,‎ 28 mars 2012
  47. « Forces armées et de sécurité : des nouveaux responsables », L'Essor,‎ 30 Mars 2012 (lire en ligne)
  48. « Mali : violents heurts entre pro et anti-putschistes à Bamako », Jeune Afrique,‎ 29 mars 2012 (lire en ligne)
  49. Jean-Philippe Rémy, « La tension monte à Bamako », sur http://afrique.blog.lemonde.fr, Blog Africa Nova,‎ 28 mars 2012 (consulté le 29 mars 2012)
  50. « Mali : violents heurts entre pro et anti-putschistes à Bamako », jeuneafrique.com,‎ 29 mars 2012
  51. « Mali: la Cédéao lance un ultimatum aux putschistes », lexpress.fr,‎ 30 mars 2012
  52. « Mali : excuses de la junte acculée à la Cedeao », Ouestafnews,‎ 30 mars 2012
  53. « Mali: l'envoyé de Radio France agressé », Le Figaro,‎ 31 mars 2012
  54. AFP, « Mali: la ville de Kidal aux mains des rebelles, la junte appelle à l'aide »,‎ 31 mars 2012
  55. Bruno D. Segbdji, « Mali-CEDEAO: Meeting du Mp 22 pour soutenir le CNRDRE », L'Indépendant,‎ 2 avril 2012 ([://www.afriquejet.com/mali-cedeao-meeting-du-mp-22-pour-soutenir-le-cnrdre-2012040236134.html lire en ligne])
  56. Dédé F, « Sortie de crise: Le schéma de l'ADPS », journaldumali.com,‎ 30 mars 2012
  57. http://www.temoust.org/mali-l-armee-loyale-delogee-de-gao,15708
  58. Mali : la junte rétablit la Constitution, Le Figaro, 1er avril 2012.
  59. AFP, « Mali: La Cédéao décide d'un «embargo total» contre la junte »,‎ 2012
  60. AFP, « Mali: les islamistes prennent le dessus au nord, la junte cherche une sortie »,‎ 4 avril 2012
  61. « Crise au Mali L’UA prend des sanctions contre la junte et les rebelles touaregs »,‎ 4 avril 2012
  62. « Mali : le Conseil de sécurité réclame le rétablissement de l'ordre constitutionnel », Centre d’actualité de l’Onu,‎ 4 avril 2012
  63. « Mali: l'ONU exhorte les rebelles à mettre fin aux combats dans le Nord », AFP,‎ 4 avril 2012
  64. « Mali: l'ONU demande un cessez-le-feu, une branche de la rébellion annonce la fin des combats »,‎ 5 avril 2012
  65. a et b Le Monde.fr avec AFP, « Mali : démission de "ATT", président renversé »,‎ 9 avril 2012
  66. AFP, « La Cédéao lève les sanctions contre le Mali »,‎ 8 avril 2012
  67. AFP, « Mali: le président de l'Assemblée désigné comme chef de l'Etat intérimaire »,‎ 10 avril 2012
  68. AFP, « Mali: deux nouvelles arrestations d'hommes politiques à Bamako »,‎ 18 avril 2012 (consulté le 18 avril 2012)
  69. AFP, « Mali: nomination d'un Premier ministre de transition, vague d'arrestations d'hommes politiques »,‎ 18 avril 2012 (consulté le 18 avril 2012)
  70. AFP, « Mali: l'ex-président malien Amadou Toumani Touré s'exile au Sénégal »,‎ 20 avril 2012 (consulté le 20 avril 2012)
  71. RFI, journal de 13h, 20 avril 2012
  72. RFI, « Mali: le nouveau gouvernement déjà fortement contesté »,‎ 26 avril 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  73. RFI, « Mali: La Cédéao précise son rôle et le calendrier dans le processus de transition au Mali »,‎ 27 avril 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  74. RFI, « Mali: les réactions à la sécurisation des organes de transition et à l'envoi d’une force régionale »,‎ 27 avril 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  75. RFI, « Mali: confusion et incertitude sur le rôle de la junte militaire »,‎ 28 avril 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  76. RFI, « Mali: les putschistes du 22 mars rejettent la prolongation du mandat des autorités de transition »,‎ 28 avril 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  77. RFI, « Mali: le capitaine Sanogo rejette le plan de la Cédéao »,‎ 29 avril 2012 (consulté le 29 avril 2012)
  78. RFI, actualités 30 avril, 1er mai 2012 au matin
  79. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées RFI.
  80. « Mali: un front du refus veut que la junte "dégage" », lexpress.fr,‎ 26 mars 2012
  81. « Mali : protestations à Bamako contre le coup d'État », Le Point.fr,‎ 26 mars 2012
  82. a, b et c Mamadou Sakhir Ndiaye, « Mali : les ONG condamnent le coup d'État militaire et appellent à la restauration de la légalité constitutionnelle »,‎ 22 mars 2012
  83. David Dembélé, « Pluie de condamnations sur la junte », journaldumali.com,‎ 26 mars 2012
  84. rassemblement des jeunes du mali, « Situation au Mali: Communique du Rassemblement des Jeunes du Mali par rapport à la situation »,‎ 27 mars 2012
  85. rassemblement des jeunes du mali, « La feuille de route du Rassemblement des Jeunes du Mali pr sortir de la crise »,‎ 6 avril 2012
  86. Dramane Aliou Koné, « Déclaration relative au coup d’État du 22 mars », L'Indicateur du Renouveau,‎ 27 mars 2012 (lire en ligne)
  87. Ramata Tembely, « Convergence patriotique pour la défense du Mali : Plus d’une vingtaine d’organisations syndicales marchent ce mercredi pour soutenir le CNRDRE », L'Indépendant,‎ 27 mars 2012 (lire en ligne)
  88. Le Monde.fr avec AFP
  89. « Coup d'État au Mali: La Codem se justifie », L'Indicateur du Renouveau,‎ 29 Mars 2012 (lire en ligne)
  90. « Mali : mobilisation en faveur de la junte à Bamako », Radio France internationale,‎ 28 mars 2012 (consulté le 28 mars 2012)
  91. Issa Fakaba Sissoko, « Aminata Dramane Traoré : " Le Mali n’a pas de leçon de démocratie à recevoir de la CEDEAO !" », journaldumali.com,‎ 29 mars 2012
  92. http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120404200714/mali-rebellion-touaregue-coup-d-etat-ademamali-la-convention-nationale-des-putschistes-rejetee-par-le-front-anti-junte.html
  93. L'appel pour la paix au Mali PR Newswire, le 21 mai 2012
  94. Site officiel de L'appel pour la paix au Mali appelpourlapaixaumali.com, consulté le 22 mai 2012
  95. « Mali : L’UA condamne le coup d’État au Mali », fratmat.info,‎ 22 Mars 2012
  96. Pana, « Coup d'État au Mali: L'UA suspend le Mali »,‎ 24 mars 2012
  97. Xinhua, « Coup d'État au Mali: une mission internationale conjointe à Bamako, la Chine émet une alerte à l'intention de ses ressortissant »,‎ 25 mars 2012
  98. « Mali : le Parlement panafricain dénonce un coup d’État « anticonstitutionnel » »,‎ 22 mars 2012
  99. Xinhuanet, « Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne le putsch au Mali et demande la libération des dirigeants détenus »,‎ 23 mars 2012
  100. L’Algérie condamne le 22 mars le coup d'État et proclame « son ferme attachement au rétablissement de l'ordre constitutionnel dans ce pays voisin ». Amar Belani, porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangère, a déclaré que l’Algérie suivait « avec une grande préoccupation la situation au Mali ».- AFP, « Mali: Alger grandement préoccupé condamne le coup d'État », romandie.com,‎ 22 mars 2012
  101. Nassirou Bako Arifary, ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, déclare que « la République du Bénin, en sa double qualité d’État souverain et de pays assumant la présidence en exercice de l’Union africaine, condamne fermement et sans réserve le putsch intervenu au Mali, ainsi que le vile dessein de remise en cause des acquis démocratiques laborieusement réalisés depuis une vingtaine d’années par ce pays frère et ami ». - Xinhua, « Bénin : Boni Yayi condamne fermement le putsch au Mali »
  102. « Coup d'État au Mali. Le régime de Yaoundé condamne ! », Le Messager,‎ 26 mars 2012 (lire en ligne)
  103. Le Ghana demande à la junte militaire de prendre les « mesures immédiates pour restituer le pouvoir confisqué afin de permettre au Mali de revenir à la légalité et à l'ordre constitutionnel ». Mensah, [http:// /articles-74017 « Le Ghana demande aux putschistes de rendre le pouvoir »], koaci.com,‎ 25 mars 2012
  104. Le 23 mars, le gouvernement mauritanien, « vivement préoccupé par les récents évènements survenus au Mali », « condamne énergiquement la prise de pouvoir par la force qui ne peut qu'aggraver la situation que vit le peuple frère du Mali ». -AFP, « Mauritanie condamne "énergiquement" le coup d'État au Mali »,‎ 23 Mars 2012
  105. Le 23 mars, dans un communiqué lu à la radio publique nigérienne, le gouvernement nigérien, désapprouve l'évolution de la situation au Mali et condamne « tout changement anticonstitutionnel et en l'occurrence la remise en cause du processus démocratique en république sœur du Mali ». Il exige « le retour de l'ordre constitutionnel, la libération des personnalités arrêtées, l'arrêt des violences et la préservation de la sécurité publique ». - AFP, « Mali - Le Niger "exige le retour à l'ordre constitutionnel" »,‎ 23 Mars 2012
  106. Le gouvernement du Nigeria a condamné fermement le coup d'État, déclarant qu'il ne reconnaîtrait aucun régime anticonstitutionnel en Afrique. - Xinhuanet, « Le Nigeria condamne le coup d'État au Mali et promet de ne pas reconnaître le régime anticonstitutionnel »,‎ 23 mars 2012
  107. Le gouvernement sénégalais exprime le 23 mars sa « solidarité avec le peuple malien » et « exhorte l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à entreprendre, avec diligence, toutes les démarches nécessaires pour le rétablissement, le plus rapidement possible, de l’ordre constitutionnel au Mali ». - Pana, « Mali: Le Sénégal exprime sa solidarité au peuple malien »,‎ 24 mars 2012
  108. « Mali: l'UE condamne le coup d'État et réclame retour du pouvoir constitutionnel », romandie.com,‎ 22 mars 2012
  109. Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, déclare à la radio Europe 1 que la France est attachée au « respect des règles démocratiques et constitutionnelles » et demande que les élections programmées pour avril aient lieu le plus vite possible
  110. AFP, « Mali: Paris suspend sa coopération, appelle au respect du président »,‎ 22 mars 2012
  111. François Hollande, déclare le 24 mars qu'« aucune justification ne saurait être apportée à une tentative armée de déstabilisation d'un pouvoir démocratiquement élu ». - AFP, « Mali: Hollande veut le retour au calme »,‎ 24 mars 2012
  112. John Baird, ministre des Affaires étrangères déclare le 26 mars que « Le Canada condamne avec la plus grande fermeté cette atteinte à la démocratie par une faction de l'armée malienne » et demande « aux auteurs de ce coup d'État de se retirer immédiatement pour que l'ordre constitutionnel, la paix et la stabilité puissent être rétablis ». Le Canada annonce la suspension des programmes d'aide comportant des paiements directs au gouvernement malien. - « Le Canada suspend son aide au gouvernement du Mali »,‎ 26 mars 2012
  113. Jay Carney, porte-parole de la présidence de la Maison blanche, déclare que « Les États-Unis condamnent avec force les violences à l'initiative d'éléments des forces armées du Mali » et appelle « au retour immédiat de l'ordre constitutionnel au Mali, dont l'autorité pleine et entière du pouvoir civil sur les forces armées, et au respect des institutions et traditions démocratiques du pays ». - AFP, « Mali : Washington exige le "retour de l'ordre constitutionnel" », Le Point.fr,‎ 22 mars 2012
  114. « La communauté internationale condamne le coup d'état au Mali », Le Monde.fr,‎ 22 mars 2012