Convergence pour le développement du Mali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Convergence pour le développement du Mali (Codem) est un parti politique malien créé le 24 mai 2008 par Housseini Guindo dit « Paulo », un jeune député de Sikasso. Son symbole est la quenouille et son slogan est « Comptons d’abord sur nos propres forces ».

La Codem se veut « une organisation politique à vocation africaine qui vise la construction au Mali d'un État républicain et démocratique ouvert à une économie de marché à visage humain »[1].

Au cours de la session parlementaire ordinaire 2008, cinq député, élus en 2007 et siégeant dans le groupe des indépendant, Alassane Abba (Goundam), Housseini Guindo (Sikasso), Mme Marie Sylla (Sikasso), Mme Saran Sinaté (Sikasso) et Souleymane Guindo (Koro), ont formé un groupe Codem[2].

Se présentant pour la première fois aux élections communales du 26 avril 2009 avec 324 listes[3], la Codem a réussi à se placer en sixième position au niveau national avec 405 conseillers élus sur les listes Codem[4] et 444 conseillers au total.

Le 21 février 2010 le parti Liberté solidarité et justice (LJS) s’est dissous au sein de la Convergence pour le développement du Mali[5].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Le Codem au cours des élections depuis 1992
Année Élection Scores et observations
2009 Élections communales 444 conseillers[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. S. Doumbia, Parti : La Codem annonce la couleur, L’Essor, 27 mai 2008
  2. Mohamed Sacko,Assemblée Nationale : le bilan de la session ordinaire 2008, cellule communication du Ministère des Maliens de l’extérieur, 11 juillet 2008
  3. Laya Diarra, Un 3ème mandat pour ATT n’a jamais été à l’ordre du jour... », a dit « Poulo », Soir de Bamako, 26 mai 2009
  4. Résultats provisoires cité par A. Lam, Résultats officiels provisoires des communales : le trio de tête se maintient, l’Essor, 14 mai 2009. Les chiffres cités ne concernent que les listes constituées d’un seul parti. Les listes regroupant plusieurs partis ont obtenu sur l’ensemble du territoire 1046 conseillers
  5. Korotoumou Doumbia la CODEM et la LSJ se donnent la main pour la construction du Mali : « Il n'y a pas de militant de la première heure ni de la seconde heure à la CODEM » dixit Poulo, L'Indépendant, 23 février 2010
  6. [PDF]Mali, Ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales, Nombre de conseillers communaux obtenus par partis, 2009

Lien externe[modifier | modifier le code]