Aéroport international de Bamako-Sénou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bamako-Sénou
Localisation
Pays Drapeau du Mali Mali
Ville Bamako
Coordonnées 12° 32′ 06″ N 7° 56′ 58″ O / 12.535126, -7.949553 ()12° 32′ 06″ Nord 7° 56′ 58″ Ouest / 12.535126, -7.949553 ()  
Altitude 380 m (1 247 ft)

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Bamako-Sénou
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 3 200m * 45m m asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA BKO
Code OACI GABS
Nom cartographique -
Type d'aéroport mixte
Gestionnaire Aéroports du Mali
Site web aéroport Consulter

L'aéroport international de Bamako-Sénou est le principal aéroport du Mali. Il est situé à environ 15 km au sud du centre ville de Bamako, à l'intérieur des limites du District de Bamako. Il a été ouvert au trafic en 1974. Il est géré par Aéroports du Mali (ADM).

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Débarquement de soldats français à l'aéroport international de Bamako-Sénou depuis un C-17 américain le 23 janvier 2013.

Construit en 1974 pour accueillir 250 000 passagers, l’aéroport accueille en 2007 près de 600 000 passagers. Un projet de réhabilitation, d’aménagement et d’agrandissement a reçu des financements du Millennium Challenge Corporation[1].

L’aéroport possède une unique piste de 2 700 mètres qui permet son utilisation aux gros porteurs du type Boeing 747 mais les oblige à des contraintes de charges maximales pour la sécurité au décollage. Une augmentation de 500 mètres de la piste est prévue[2]. La piste mesure 3 200 m de long sur 45 m de large[3].

Le terminal voyageur est constitué de deux bâtiments : le bâtiment d’origine, inauguré en 1975 de 2 400 m² et un second de 1 000 m² construit en 2002 pour la Coupe d'Afrique des nations de football qui s’est déroulée au Mali. Dans le cadre de la rénovation de l’aéroport de Bamako-Sénou, la construction d’un nouveau terminal, par la fusion des deux existants, est prévue[2].

L'aéroport abrite également l'Institut africain des métiers de l'aérien.

Trafic passager[modifier | modifier le code]

Le trafic passager annuel a fortement augmenté ces dernières années[2].

Année Nombre de passagers
1999 403 380
2003 423 506
2004 486 526
2005 516 000
2006 533 437
2007 598 713
2015 (prévision avec taux de croissance 4%/an) 900 000

Les mouvements aériens (atterrissages et décollages) ont augmenté de 12,04 % en 2007 et 14 % en 2008 alors que le nombre de passagers était en hausse de 20 % en 2007 et de  27% en 2008[4].

Dessertes[modifier | modifier le code]

Bamako est reliée aux différentes capitales de l'Afrique de l'Ouest, à d'autres villes africaines à Paris avec Aigle Azur et Air France, à Bruxelles avec Brussels Airlines[5].

Des vols domestiques, assurés un temps par la compagnie Air Mali (actuellement à l'arrêt) desservaient les capitales régionales Kayes (Aéroport international de Kayes Dag Dag), Mopti (Aéroport international de Mopti Ambodédjo, Tombouctou (Aéroport international de Tombouctou), Sikasso (Aéroport international de Sikasso Dignagan), Gao (Aéroport international de Gao Korogoussou) et Kidal.

En 2007-2008, l'aéroport international de Bamako-Sénou était desservi par 27 compagnies aériennes[4].

Fret[modifier | modifier le code]

Le volume de fret était en baisse de 16,75 % en 2007 et 3,93 % en 2008[4].

Base militaire[modifier | modifier le code]

Un hangar de l’aéroport en 1997 avec 3 MiG-21.

Elle est la principale base aérienne de la modeste force aérienne du Mali. Elle accueille en 2013 plusieurs aéronefs français engagés dans l'opération Serval.

Annexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aéroport de Bamako-Sénou : À la recherche du confort des usagers, Le Républicain, 30 novembre 2006
  2. a, b et c Gouvernement du Mali, Proposition au Millennium Challenge Account (MCA), composante aéroport de Bamako Sénou, non daté, document format PDF consulté sur le site internet du MCA Mali mcamali.org
  3. [1]
  4. a, b et c Sanogo Téné Issabré, directrice de l'Agence nationale de l'aviation civile, cité dans : Mh. Traoré, Transport aérien : un vaste programme de modernisation, l'Essor, 9 janvier 2009 essor.gov.ml
  5. « Brussels airlines inaugure la ligne Bruxelles-Bamako », RFI

Liens[modifier | modifier le code]