Parti pour la renaissance nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Parti pour la renaissance nationale (Parena) est un parti politique malien, créé en 1995 par des militants du Congrès national d’initiative démocratique (CNID). Le symbole du Parena est le bélier blanc.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Parena est créé en 1995 par des militants dissidents du Congrès national d’initiative démocratique (CNID). Il est présidé par Yoro Diakité. Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères pendant la transition entre 1991 et 1992 en fait partie[1].

Le 13 février 1996, le Parena signe avec l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-Pasj) une plate-forme d’alliance politique[2]. En juillet, le Parena fait son entrée au gouvernement avec la nomination de son président Yoro Diakité nommé ministre d'États à l'Intégration africaine et de Tiébilé Dramé, ministre des zones arides et semi-arides[3].

En 1999, Yoro Diakité, alors ministre des Mines et de l’Énergie quitte le Parena pour former un nouveau parti politique, le Bloc des alternatives pour le renouveau africain (Bara)[4].

Le 21 février 2000, le Premier ministre Mandé Sidibé forme un nouveau gouvernement. Le Parena, absent de ce gouvernement déclare rester membre de la majorité[5].

En 2002, le Parena est présidé par Tiébilé Dramé qui, candidat à l’élection présidentielle, obtient 4,02 % des voix et arrive en quatrième position.

Aux élections communales du 30 mai 2004, le Parena arrive en quatrième position avec environ 700 conseillers.

Alors que le Parti pour la renaissance nationale soutient le président Amadou Toumani Touré au cours de sen premier mandat (2002-2007), il décide de se positionner dans l’opposition à partir de 2007[6]. Le 18 février 2007, le Parena investi son président Tiébilé Dramé comme candidat à l’élection présidentielle malienne de 2007[7].

Associé au parti Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance dans le groupe parlementaire Parena/Sadi, les députés s'opposent à la politique du gouvernement de Modibo Sidibé sur plusieurs aspects. Ainsi, lors d'une conférence de presse organisée le 28 février 2009, les deux partis expriment leur opposition aux projets de loi relatifs à la privatisation de la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT), les biotechnologies (et notamment l'autorisation des organismes génétiquement modifiés -OGM) et au budget de l'État 2009. Les parlementaires des deux partis craignent que la privatisation de la CMDT ait pour conséquence la non pérennité de la filière coton et la chute du cours d'achat du coton aux paysans. L'introduction des OGM fait peser des menaces graves en matières de santé publique et de sécurité alimentaire[8].

Lors du 3 e congrès du Parena tenu le 26 décembre 2009 au Centre international de conférences de Bamako, Tiébilé Dramé est réélu à la présidence du parti et Djiguiba Keïta dit PPR a été élu au poste de secrétaire général[9]. Le Parena considère que « la démocratie malienne et [le Mali] ont un besoin urgent de [la] reconstruction des forces politiques démocratiques de gauche pour mobiliser le pays en vue des combats à venir »[10].

En mars 2012, un des fondateurs du PARENA, le député de Dioila Konimba Sidibé, annonce qu'il quitte le parti pour fonder un nouveau mouvement politique.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Le Parena au cours des élections depuis 1992
Année Élection Scores et observations
1997 Élection présidentielle
1997 Élections législatives 8 députés (sur 147)
1998 Élections communales
1999 Élections communales 110 conseillers dans les quatre régions du nord (sur 2823)[11]
2002 Élection présidentielle 1er tour : Tiébilé Dramé : 4,02 %
2002 Élections législatives 1 député (sur 147)
2004 Élections communales Environ 700 conseillers et 31 maires (sur 703)
2007 Élection des conseillers nationaux 3 conseillers (sur 75)
2007 Élection présidentielle Tiébilé Dramé 3,04 %
2007 Élections législatives
2009 Élections communales 471 conseillers[12]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Création du PARENA, le 57e parti politique, Afrique express N° 97 du vendredi 6 octobre 1995 [1]
  2. Alliance : l’ADEMA et le PARENA se concertent, Afrique express N°106 du vendredi 1er mars 1996 [2]
  3. Léger remaniement ministériel, Afrique express N° 117 du 25 juillet 1996 [3]
  4. Le ministre des Mines crée un parti politique, le BARA, Afrique-Express N° 197, 28 novembre 1999 [4]
  5. Nouveau gouvernement, Afrique-Express N° 203, 29 février 2000 [5]
  6. Boukary Daou, Paysage Politique : Où se place le Parena ? Le Républicain, 9 janvier 2007 [6]
  7. « Présidentielle 2007 : Tiébilé Dramé portera les couleurs du Parena », L’Essor du 19 février 2007
  8. Moussa Touré, Groupe parlementaire Parena-Sadi : Il s’érige toujours contre trois projets de loi, Soir de Bamako, 3 mars 2009; et Ousmane Berthe, Budget d’Etat 2009 OGM et privatisation de la CMDT : Dr. Oumar Mariko de SADI et Konimba Sidibé du PARENA relancent le débat, Nouvel Horizon, 3 mars 2009
  9. 3e congrès ordinaire Parena : La liste du bureau du comité directeur, Le Républicain, 17 janvier 2010 [7]
  10. B.M. Sissoko, Tiébilé Dramé réélu à la présidence du Parena, L’Essor, 30 décembre 2009 [8]
  11. Le parti au pouvoir remporte les élections communales dans le Nord, Afrique Express N° 192, 10 juin 1999 [9]
  12. Mali, Ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales, Nombre de conseillers communaux obtenus par partis, 2009 [10]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Catégorie:Personnalité du Parti pour la renaissance nationale