Aspiran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aspiran
Maison du Viguier (XVe siècle)
Maison du Viguier (XVe siècle)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Clermont-l'Hérault
Intercommunalité Communauté de communes du Clermontais
Maire
Mandat
Olivier Bernardi
2014-2020
Code postal 34800
Code commune 34013
Démographie
Gentilé Aspiranais
Population
municipale
1 526 hab. (2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 00″ N 3° 27′ 00″ E / 43.5666666667, 3.45 ()43° 34′ 00″ Nord 3° 27′ 00″ Est / 43.5666666667, 3.45 ()  
Altitude 79 m (min. : 17 m) (max. : 160 m)
Superficie 16,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Aspiran

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Aspiran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aspiran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aspiran

Aspiran est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville

Le nom d'Aspiran serait dérivé du nom d'une ancienne villa gallo-romaine. On trouve des traces d'amphores vinaires qui démontrent que la culture de la vigne était déjà importante à cette époque. Une campagne archéologique programmée mène régulièrement depuis 2005 des opérations de fouille sur la l'atelier de potier Gallo-Romain de Saint-Bézard à environ deux kilomètres du village d'Aspiran. Le site fondé durant période augustéenne produisait de la sigillée, de la céramique à pâte claire et des amphores. La découverte de nombreux fours met en évidence un atelier de production important pleinement intégré au commerce antique. Une natatio aux dimensions exceptionnelles (la plus grande retrouvée en Gaule) a été dégagée aux abords des chais vinicoles, derrière lesquelles se situerait la pars-urbana du site. L'Abbaye d'Aniane devint propriétaire d'Aspiran et le resta jusqu'à la Révolution.

De l'enceinte médiévale subsistent deux portes. On trouve encore des maisons construites entre les XIe siècle et XVIIe siècles. On pratique la polyculture (seigle, vigne, olivier) et le travail de la laine. À la fin du XIXe siècle, la crise du phylloxéra surmontée, la viticulture devient omniprésente. On construit une coopérative viticole. La Clairette d'Aspiran obtient l’Appellation d’origine contrôlée en 1948.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société des amis de la constitution » en septembre 1792[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Noël Satger DVG  
mars 2014 en cours Olivier Bernardi    

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 1526 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 128 1 190 1 318 1 450 1 614 1 540 1 452 1 451 1 530
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 546 1 436 1 489 1 434 1 642 1 290 1 214 1 241 1 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 516 1 532 1 525 1 521 1 567 1 568 1 574 1 202 1 185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 158 1 194 1 023 1 031 1 072 1 167 1 264 1 526 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Maison du viguier (XVe siècle) construite pour l'abbé d'Aniane.
  • La Porte de l'Est, reste de l'enceinte fortifiée.
  • L'Église Saint-Julien, dont le mur nord est de l'époque romane. Reconstruite au XIVe siècle, elle a été ensuite fortifiée. La Guerre de Cent Ans et les Guerres de religion l'ont endommagée.
  • La Chapelle des pénitents. Aux XIVe et XVe siècles, les pénitents de la Confrérie du Saint-Esprit s'y réunissaient. Ils ont été remplacés au XVIIe siècle par les Pénitents Blancs. Le clocher est du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 415.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :