Sennely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sennely
L'église et la halle.
L'église et la halle.
Image illustrative de l'article Sennely
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton La Ferté-Saint-Aubin
Intercommunalité Communauté de communes du canton de La Ferté-Saint-Aubin
Maire
Mandat
Pierre Henry
2014-2020
Code postal 45240
Code commune 45309
Démographie
Gentilé Senneliaciens[1]
Population
municipale
679 hab. (2012)
Densité 14 hab./km2
Population
aire urbaine
369 104 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 46″ N 2° 09′ 00″ E / 47.6794444444, 2.1547° 40′ 46″ Nord 2° 09′ 00″ Est / 47.6794444444, 2.15
Altitude Min. 114 m – Max. 144 m
Superficie 49,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Sennely

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Sennely

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sennely

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sennely
Liens
Site web http://www.sennely.fr

Sennely est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Sennely et des communes limitrophes

La commune de Sennely se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole de la Sologne[2] et l'aire urbaine d'Orléans[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 30,7 km d'Orléans[4], préfecture du département, et à 16,2 km de La Ferté-Saint-Aubin, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Lamotte-Beuvron[3] dont elle est éloignée de 35,5 km[5].

Les communes les plus proches sont : Souvigny-en-Sologne (4,2 km, en Loir-et-Cher), Vannes-sur-Cosson (6 km), Vouzon (7,8 km, en Loir-et-Cher), Isdes (8,1 km), Chaon (8,2 km, en Loir-et-Cher), Ménestreau-en-Villette (9,7 km), Lamotte-Beuvron (12,7 km, en Loir-et-Cher), Viglain (12,7 km), Tigy (13,4 km) et Marcilly-en-Villette (13,4 km)[6].

Rose des vents Marcilly-en-Villette Vienne-en-Val Vannes-sur-Cosson Rose des vents
Ménestreau-en-Villette N Isdes
O    SENNELY    E
S
Vouzon Souvigny-en-Sologne Isdes

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Courtail ; la Turpinière ; la Petite-Croix.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 5 du réseau départemental d'autocars Ulys.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Pierre Henry   chef d'entreprise
2001 2008 Raymond Tellier    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Sennely.

En 2012, la commune comptait 679 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580 573 594 448 610 669 603 625 646
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
646 701 715 805 864 982 971 971 982
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 014 998 1 030 919 859 819 719 712 688
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
616 512 450 432 437 523 605 672 679
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans-Sud. Elle possède une école maternelle[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Sennely.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[10],[11]. Un site Natura 2000 est présent sur le territoire communal de Sennely[INPN 1] : la « Sologne », qui a été désignée site d'importance communautaire par arrêté du 26 octobre 2009[12] et est codée FR2402001. D'une superficie totale de 346 184 ha, elle constitue une vaste étendue émaillée d'étangs, située en totalité sur les formations sédimentaires du burdigalien. L'agriculture est en recul et on observe une fermeture des milieux naturels (landes). Plusieurs ensembles naturels de caractère différent se distinguent sur ce site[INPN 2] :

  • la Sologne des étangs ou Sologne centrale, qui recèle plus de la moitié des étangs de la région ; les sols sont un peu moins acides que dans le reste du pays ;
  • la Sologne sèche ou Sologne du Cher, qui se caractérise par une plus grande proportion de landes sèches à bruyère cendrée, callune et Hélianthème faux-alysson ;
  • la Sologne maraîchère, qui abrite encore une agriculture active et possède quelques grands étangs en milieu forestier ;
  • la Sologne du Loiret, au nord, qui repose en partie sur des terrasses alluviales de la Loire issues du remaniement du soubassement burdigalien, ensemble auquel appartient la commune de Sennely.

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Sennely comprend trois ZNIEFF[INPN 3].

Désignation Type Superficie Description
« Étang de la Colminière » type 1[Note 3] 0,41 hectares L'étang est situé à 6 km à l'ouest de Vannes-sur-Cosson[13],[DREAL 1]. Son altitude est de 125 m[INPN 4]. Il s'agit d'un petit étang de Sologne abritant notamment une belle population de Luronium natans, espèce de l'annexe 2 de la directive Habitats[INPN 5].
« Étangs des Oeillys » type 1 8,68 hectares Il s'agit d'une chaîne de 2 étangs de Sologne reliés par un ruisseau situés à l'ouest de Vannes-sur-Cosson[14],[DREAL 2]. Son altitude est de 120 m[INPN 6]. Comme l'étange de la Colminière, le site abrite notamment une vaste population de Luronium natans (plusieurs milliers d'individus), espèce de l'annexe 2 de la directive Habitats[INPN 7].
« Landes de la Volminière » type 1 4,68 hectares Les landes à bruyères concernées par ce zonage se localisent au long du sentier de randonnée GR 3C, et près de la RD 12 à 4 km environ au nord de du bourg de Sennely[DREAL 3]. Son altitude varie entre 120 et 125 m[INPN 8]. Cette zone, en deux noyaux, abrite des landes sèches à Bruyère cendrée et cladonies. Ce type de lande, en sol très sec, avec de beaux tapis de cladonies, devient très rare en Sologne où il est par ailleurs endémique[INPN 9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune compte quelques entreprises de différents secteurs:

  • un restaurant
  • une boulangerie
  • une boucherie - charcuterie (qui délivre aussi des prestations d'alimentation générale)
  • une entreprise de maçonnerie couverture
  • un taxi
  • une entreprise de prestations agricoles
  • une entreprise de fabrication de coffrages et d'assemblages en bois fabriqués à base de bois provenant des forêts de Sologne et des alentours, située à "la Colminière", sur le site de la scierie Cochain
  • un artisan plombier chauffagiste
  • une ferme avec vente à la ferme de volailles, pâtés, etc.
  • un apiculteur de miel toutes fleurs
  • une entreprise d'aide pour l'amélioration de l'habitat
  • une entreprise d'élevage de gibiers à plumes (faisans...)
  • un prestataire de services informatiques (webmaster)
  • une scierie de résineux (entreprise emblématique à dimension nationale appelée EXPLOITATIONS FORESTIERES L.COCHAIN implantée depuis les années 50, réalisant des sciages de bois provenant de Sologne - bastaings, madriers, rondins, planches, etc. - située sur le site particulier de la Colminière, au nord de la commune. Cette activité fait l'objet d'une note didactique sur les panneaux des sentiers de promenade qui partent du village, expliquant l'historique de l'activité des scierie et d'exploitation forestière en Sologne)
  • une entreprise d'électricité, de climatisation et énergies nouvelles
  • une écurie, centre équestre
  • une entreprise d'abattage de bois de chauffage

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Mérimée et Palissy du Ministère de la Culture[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 15 septembre 2010)
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 28 juillet 2015)
  3. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 28 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Sennely" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « Orthodromie entre "Sennely" et "Lamotte-Beuvron" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « Villes les plus proches de Sennely », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  9. « Liste des écoles de la circonscription d'Orléans-Sud », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 15 septembre 2010)
  10. « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 19 août 2015)
  11. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 19 août 2015)
  12. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 Sologne (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 28 août 2015)
  13. « Etang de la Colminière », sur https://www.google.fr/maps/ (consulté le 28 août 2015)
  14. « Etang des Oeillys », sur https://www.google.fr/maps/ (consulté le 28 août 2015)
  15. Nicolas Petit, Prosopographie génovéfaine, Paris, école nationale des Chartes, 2008, p. 341.
  16. Voir sur Gallica dans: Mémoires de la Société Archéologique de l'Orléanais,1908, Tome 32
  17. Deux thèses de doctorat ont largement puisé dans son témoignage, toutes deux œuvres de chercheurs canadiens : celle de Gérard Bouchard en 1971 (publiée sous le titre Le Village immobile : Sennely-en-Sologne au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1972) et celle de Michèle Sirois (publiée sous le titre Le village assiégé. Comportements et environnements à Sennely-en-Sologne à la fin du XVIIe siècle, université de Montréal, 2000).
  18. La République du Centre, 20 octobre 2006, p 4.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Gimonet, Chemins et instants de vie... en Sologne, L'Harmattan, coll. « Vivre et l'écrire »,‎ , 182 p. (ISBN 2-7475-7619-1)
  • René Savestre et Frédéric Thomas, Sennely en Sologne, Chrétiens Autrement,‎ , 116 p. (ISBN 978-2916677019)
  • Eusice Guillard, Sennely et son ancien prieuré, H. Herluison,‎ , 97 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]