Souvigny-en-Sologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvigny (homonymie).
Souvigny-en-Sologne
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Souvigny-en-Sologne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton La Sologne
Intercommunalité Cœur de Sologne
Maire
Mandat
Chantal Meersschaut
2014-2020
Code postal 41600
Code commune 41251
Démographie
Population
municipale
510 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 43″ nord, 2° 09′ 54″ est
Altitude Min. 122 m – Max. 152 m
Superficie 41,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Souvigny-en-Sologne

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Souvigny-en-Sologne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souvigny-en-Sologne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souvigny-en-Sologne
Liens
Site web Site officiel

Souvigny-en-Sologne est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé à 12 km de Lamotte-Beuvron, Souvigny-en-Sologne est un petit village rural du Loir-et-Cher dans la région du Centre. La commune fait partie des 127 communes[1]composant la région naturelle française de Sologne, dont la capitale officielle est Romorantin-Lanthenay, située à 51 km.

Localisation de la Commune de Souvigny-en-Sologne dans l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher)
Localisation de la Commune de Souvigny-en-Sologne dans le canton La Sologne (Loir-et-Cher)
Localisation de la Commune de Souvigny-en-Sologne dans la Communauté de communes Cœur de Sologne (Loir-et-Cher)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Souvigny-en-Sologne
Ménestreau-en-Villette Sennely Isdes
Vouzon Souvigny-en-Sologne Isdes
Lamotte-Beuvron Chaon Brinon-sur-Sauldre

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne Lamotte-Beuvron - Vouzon - Souvigny-en-Sologne - Chaon du réseau Route 41 dessert le village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 347

Parmi ces logements, 66,5 % étaient des résidences principales, 27,4 % des résidences secondaires et 6,1 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 76,3 %[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les hypothèses :

  • Sous l'occupation romaine, le village prit le nom de Jovosignis (feu de Dieu) qui par l'idiome gaulois et la prononciation latine s'exprimait par le mot Jouvigny qui se transforma au fil du temps en Souvigny.
  • S'écrivait au temps des invasions barbares : Sauvigny (en latin Sulviniensi locus: pays de sauvegarde).
  • L'étymologie la plus probale serait Sub-vinéa (pays sous la vigne) . La vigne était en effet abondante dans cette partie de la Sologne au XVIe siècle.

Ces hypothèses ont été contesté, la forme la plus ancienne attestée étant Silviniacus (le domaine de Silvinius) dans une bulle du pape Léon VII datée de 938[4].

En 1806, le nom de la commune s'écrivait Souvigni[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’Antiquité au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Souvigny-en Sologne a été habité depuis la plus haute antiquité, comme en témoingne la quantité considérable d’ossements humains mise à jour lors de travaux sur la place de l’église et autour du presbytère. On peut estimer cette population plus importante que celle vivant de nos jours[6].
  • En 1247, le Pape Alexandre IV, auparavant archidiacre de Sully et curé primitif de Souvigny-en-Sologne, par une bulle d’union, permis aux archidiacres du diocèse d’acquérir une cure supplémentaire de leur choix pour accroître leurs faibles revenus. De ce fait la cure de Souvigny entra en possession de l’archidiacre de Sully. Cette acquisition se perpétuera jusque sous le règne de Louis XIV en 1661[Note 1].

En fait cet octroi serait l’initiative de l’évêque d’Orléans Guillaume de Bussy par un acte épiscopal (Cartulaire de Sainte -Croix d’Orléans)[Note 2].

Alexandre IV n’aurait que confirmer la décision de l’évêque le 8 avril 1258.

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Sous le règne de Charles IX, un conflit opposa les habitants de Souvigny aux Ducs de Sully concernant l’appartenance des communaux, gâts[Note 3], pâtils[Note 4] et bruyères des paroisses de Tigy, Souvigny et autres lieus réputés leur appartenir.

Après l’emprisonnement du représentant de la commune Noël Fouquet et, la confiscation de ses biens, celui-ci se porte volontaire devant ses concitoyens pour aller porter plainte devant le roi à l’encontre de Messire Louis de la Trimouille, Duc de Sully et cousin germain du monarque. Sa requête est acceptée.

A Paris[Note 5] , Noël Fouquet reçoit une écoute favorable de Charles IX et, au vu des pièces justificatives, obtient justice qui condamne Louis de la Trimouille au dépens[6].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Une gare des tramways de Sologne se situait dans la commune[Note 6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Chantal Meersschaut    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 7].

En 2014, la commune comptait 510 habitants, en augmentation de 3,66 % par rapport à 2009 (Loir-et-Cher : 1,71 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
578 587 583 545 498 579 546 532 569
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570 584 592 646 655 679 712 719 747
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
719 730 709 606 607 536 480 507 527
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
476 406 395 426 440 410 476 499 510
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2007, la commune occupait le 16 820e rang au niveau national, alors qu'elle était au 17 371e en 1999, et le 160e au niveau départemental sur 291 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 13,5 %, 15 à 29 ans = 13 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 27,9 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 12,2 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 29,3 %).
Pyramide des âges à Souvigny-en-Sologne en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90  ans ou +
0,8 
8,7 
75 à 89 ans
11,0 
18,3 
60 à 74 ans
17,5 
24,8 
45 à 59 ans
24,0 
20,9 
30 à 44 ans
18,3 
13,0 
15 à 29 ans
12,2 
13,5 
0 à 14 ans
16,3 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Souvigny-en-Sologne est située dans l'académie d'Orléans-Tours. La commune dispose d'une école élémentaire publique, l'école Les Fontaines[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Souvigny-en-Sologne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Lambert, germaniste et écrivain, résida à Souvigny-en-Sologne de juin à décembre 1938[14].
  • Eugène Labiche, auteur dramatique français (1815-1888), acheta dans la commune en 1853 le château de Launois avec 900 hectares de terres, qu'il exploita lui-même. Il fut maire de Souvigny de 1868 à 1878.
Statue d'Eugène Labiche à Souvigny-en-Sologne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Souvigny-en-Sologne (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Souvigny-en-Sologne se blasonnent ainsi :
Écartelé : au premier de gueules au chapeau de paille d'or orné d'un ruban de sinople et cantonné en chef à dextre d'une lettre E capitale, et en pointe à senestre d'une lettre L capitale, toutes deux d'or; au deuxième d'azur à la fleur de lys d'or surmontée d'un lambel d'argent; au troisième d'or aux deux roseaux de sable, feuillés chacun d'une pièce de sinople; au quatrième de pourpre à l'église d'or.

Création A. Dubois - Fr. Petit-Soisic (1987).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après Griveau.
  2. L‘affirmation selon laquelle Alexandre IV fut archidiacre de Sully ne figure dans aucun autre texte.
  3. Terres incultes.
  4. Pâturages.
  5. Durant son voyage et à son passage à Orléans assiégé, en février 1563, François de Guise est assassiné.
  6. Voir le schéma de la ligne sur l'article Tramways de Sologne .
  7. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site sologne-nature.org.
  2. « Plan séisme consulté le 14 septembre 2016 »
  3. Statistiques officielles de l‘INSEE (version nov 2016).
  4. Journal de la Sologne et de ses environs N°77, page 57, consulté le 12 décembre 2016
  5. Tables de conversion de toutes les anciennes mesures du département de Loir-et-Cher en mesures nouvelles et des mesures nouvelles en anciennes ... par L.-G. Bellangé, page 471
  6. a et b Journal de la Sologne et de ses environs N°77, pages 58 à 63, consulté le 14 décembre 2016
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Souvigny-en-Sologne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  13. « Loir-et-Cher (41), Souvigny-en-Sologne, école », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 2 novembre 2015).
  14. Journal de la Sologne et de ses environs N° 77, juillet 1992, page 65)