La Ferté-Saint-Aubin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferté (homonymie) et Saint-Aubin.
La Ferté-Saint-Aubin
Le château.
Le château.
Blason de La Ferté-Saint-Aubin
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton La Ferté-Saint-Aubin
Intercommunalité Communauté de communes du canton de La Ferté-Saint-Aubin
Maire
Mandat
Constance de Pélichy
2014-2020
Code postal 45240
Code commune 45146
Démographie
Gentilé Fertésienne, Fertésien[1]
Population
municipale
7 219 hab. (2013)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 05″ Nord 1° 56′ 32″ Est / 47.718056, 1.942222
Altitude Min. 93 m – Max. 137 m
Superficie 86,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
La Ferté-Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
La Ferté-Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferté-Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferté-Saint-Aubin
Liens
Site web www.lafertesaintaubin.com

La Ferté-Saint-Aubin est une commune française située dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire.

C'est la commune qui occupe la plus grande superficie de terrain du Loiret. La Ferté-Saint-Aubin a été formée par la réunion de deux villages, la Ferté plus au nord, et Saint-Aubin plus au sud.

La commune constitue à elle seule l'unité urbaine de La Ferté-Saint-Aubin[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’ancien français ferté est la forme populaire correspondant à la forme savante fermeté. Tous deux sont issus du bas latin firmitate. Ferté est employé en toponymie au sens ancien de « lieu fortifié ».

À l'origine, La Ferté et Saint-Aubin étaient deux paroisses voisines qui ont juxtaposé leurs noms pour donner le nom de la commune après la Révolution française[3].

La commune a porté successivement les noms du propriétaire du château : La Ferté-Nabert, La Ferté-Saint-Nectaire, La Ferté-Senneterre, La Ferté-Lowendal[4]. Elle a également porté le nom de La Ferté-Cosson sous la Révolution[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de La Ferté-Saint-Aubin et des communes limitrophes

La commune de La Ferté-Saint-Aubin se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole de la Sologne[6] et l'aire urbaine d'Orléans[7]. À vol d'oiseau, elle se situe à 20,7 km d'Orléans[8], préfecture du département et à 54 km au nord-est de Blois.

Les communes les plus proches sont : Ménestreau-en-Villette (6,6 km), Marcilly-en-Villette (8 km), Ardon (8,2 km), Jouy-le-Potier (10,1 km), Yvoy-le-Marron (11,5 km, en Loir-et-Cher), Vouzon (12 km, en Loir-et-Cher), Chaumont-sur-Tharonne (12,1 km, en Loir-et-Cher), Ligny-le-Ribault (12,5 km), Saint-Cyr-en-Val (12,7 km) et Lamotte-Beuvron (14,6 km)[9].

Rose des vents Ardon Saint-Cyr-en-Val Marcilly-en-Villette Rose des vents
Jouy-le-Potier, Ligny-le-Ribault N Ménestreau-en-Villette
O    LA FERTÉ-SAINT-AUBIN    E
S
Yvoy-le-Marron, Chaumont-sur-Tharonne Lamotte-Beuvron Vouzon

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

L'Échevau, les Relais, les Boistards, Bellefontaine, la Croix d'Alvault, Beauvais, les Trays.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière Cosson, un sous-affluent de la Loire. Le château de la Ferté gardait d'ailleurs le passage de ce cours d'eau.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme[modifier | modifier le code]

Documents d'orientations intercommunaux[modifier | modifier le code]

La commune est membre du Pays Sologne Val-sud, qui regroupe 29 des communes de la Sologne du Loiret. Ce pays impose un certain nombre de contraintes, que les documents d’urbanisme doivent respecter en étant compatibles avec les documents d’orientations du Pays. Le pays a notamment élaboré une charte architecturale et paysagère en 2005[10].

En 2012 les Pays Forêt d'Orléans Val de Loire, Loire Beauce et Sologne Val Sud sont les seuls territoires du département du Loiret ne disposant pas de schéma de cohérence territoriale (SCoT). Compte tenu de l'intérêt de cet outil pour l'avenir des territoires, les élus de ces pays décident d'engager une démarche d'élaboration de SCOT. Le comité syndical du Pays Sologne Val Sud se prononce majoritairement en mars 2013 pour prendre la compétence SCoT dans ses statuts. Les quatre communautés de communes qui composent le Pays délibèrent en avril et mai 2013 pour confier "l'élaboration, la gestion et le suivi du SCoT" au Pays Sologne Val Sud[11]. Les compétences sont modifiées en ce sens en juin 2013[12], le périmètre du SCOT est arrêté par le préfet le 10 octobre 2013. Après étude et concertation de 2014 à 2017, le document doit être approuvé en 2018[13].

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de La Ferté-Saint-Aubin (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par sept routes départementales : une route à grande circulation (la RD 2020), deux routes avec un trafic modéré, mais non classées à grande circulation (les RD 921 et 922) et et quatre routes à faible trafic (les RD 17, 18, 61 et 168).

La RD 2020 est l'ancienne Route nationale 20, transférée au département du Loiret par arrêté préfectoral du 22 décembre 2005[14], consécutivement au décret du 5 décembre 2005[15] qui définit la nouvelle consistance du réseau routier national et qui prévoit de maintenir dans le réseau routier national que la partie la plus méridionale de la route, entre le débouché de l'A66 et l'Espagne. Cet axe traverse la commune du nord au sud et supporte en 2014 un trafic de 13 423 véhicules/jour au nord de l'agglomération de La Ferté-Saint-Aubin, et de 5 957 au sud. Le trafic poids-lourds journalier supporté est de 792 véhicules (9,2 % du trafic total) au nord du bourg et de 548 (9,2 %) au sud[16].

La RD 921 est l'ancienne route nationale 721, qui reliait avant 1973 Étampes (RN20), Pithiviers, Jargeau et La Ferté-Saint-Aubin (RN20). Elle a été transférée au département du Loiret par arrêté du 22 décembre 2012[17]. En 2014, elle supporte un trafic de 2 869 véhicules/jour[16].

La RD 922 est l'ancienne route nationale 722, qui reliait avant 1973 la Ferté-Saint-Aubin à Vatan et qui a été transférée au département du Loiret par arrêté du 22 décembre 2012[17]. En 2014, elle supporte un trafic de 2 389 véhicules/jour[16].

Les autres routes départementales sont les suivantes :

  • la RD 17 (1 266 véhicules/jour), qui relie La Ferté-Saint-Aubin à Sennely[16],
  • la RD 18 (1 741 véhicules/jour), qui relie Meung-sur-Loire à La Ferté-Saint-Aubin[16],
  • la RD 61 (917 véhicules/jour), qui relie La Ferté-Saint-Aubin à Ligny-le-Ribault[16],
  • la RD 168 (444 véhicules/jour), qui relie Olivet à La Ferté-Saint-Aubin[16].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune est desservie par la ligne 5 du réseau Ulys, le réseau interurbain de transport par autocar du Conseil départemental du Loiret. Cette ligne, qui relie Sennely à Orléans, propose un nombre de dessertes variable en fonction des jours ouvrables de la semaine[18]. Des correspondances SNCF sont assurées à la gare d'Orléans et TAO et Transbeauce à la Gare routière d'Orléans. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[19].

En 2016, la commune est desservie par une gare SNCF[20] située sur la ligne Paris-Toulouse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mémorial Bellefontaine.

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[21], dont un à La Ferté-Saint-Aubin[22]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[23]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[22].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

Le mémorial Bellefontaine, à l'entrée nord de la ville sur la RN20, rappelle la présence de maquis de résistance en Sologne, victimes de la répression des occupants nazis à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République française, rendit visite à l'une des premières familles bénéficiant de l'aide personnalisée au logement, fraîchement créée, à la Ferté-Saint-Aubin en juillet 1977[24].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse de La Ferté-Saint-Aubin acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[25] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[26]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[27].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[28].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de La Ferté-Saint-Aubin était rattachée sur le plan ecclésiastique au diocèse d'Orléans, sur le plan judiciaire au bailliage d'Orléans , sur le plan militaire au gouvernement d'Orléans et sur le plan administratif à la généralité d'Orléans[29].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de La Ferté-Saint-Aubin est alors incluse dans le canton de La Ferté-Saint-Aubin, le district d'Orléans et le département du Loiret[30].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[31]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[32]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[33]. L'acte II intervient en 2003-2006[34], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de La Ferté-Saint-Aubin aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Orléans 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district d'Orléans de 1790 à 1795[28],[30]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[35].
Canton La Ferté-Saint-Aubin 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de La Ferté-Saint-Aubin est rattachée au canton de La Ferté Saint-Aubin[36]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
La Ferté-Saint-Aubin 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[37]. La Ferté-Saint-Aubin est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de La-Ferté-Saint-Aubin[38],[28].
La Ferté-Saint-Aubin 2015- Électorale La loi du [39] et ses décrets d'application publiés en février et [40] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de La Ferté-Saint-Aubin[40]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[41].
Arrondissement Orléans 1801- Administrative La Ferté-Saint-Aubin est rattachée à l'arrondissement d'Orléans depuis sa création en 1801[28],[38].
Circonscription législative 3e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[42],[43]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[44]. La Ferté-Saint-Aubin, initialement rattachée à la première circonscription, est, après 2010, rattachée à la troisième circonscription[45].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La commune de La Ferté-Saint-Aubin est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[46], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du canton de La Ferté-Saint-Aubin depuis sa création le [47], qui devient communauté de communes des Portes de Sologne le [48].

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de La Ferté-Saint-Aubin et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de La Ferté-Saint-Aubin Maire Constance de Pelichy 2014 2020
Communauté de communes des Portes de Sologne Président de l'intercommunalité Jean-Paul Roche 2014 2020
Département Départementales Canton de Gien Conseillère départementale Nadine Quaix 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Michel Lechauve
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[49] 2021[50]
Pays Législatives 3e circonscription Député Claude de Ganay

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de La Ferté-Saint-Aubin, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[51], pour un mandat de six ans renouvelable[52]. Il est composé de 29 membres [53]. L'exécutif communal, est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1807 1811 Alexandre-Daniel de Talleyrand-Périgord - Haut-fonctionnaire
1835 1844 Sylvain Berthier-Bardon - -
1851 1857 Félix Seurrat de La Boulaye - -
1861 1870 Charles Pierre - Conseiller général du canton de La Ferté-Saint-Aubin
1900 1911 Robert Bossange - Conseiller général du canton de La Ferté-Saint-Aubin
1947 1949 Jacques Martin - -
1949 1953 Maurice Pépin Fontaine de Bonnerive - -
1953 1958 Léon Cassonet - Conseiller général du canton de La Ferté-Saint-Aubin
1958 1959 Jacques Martin - Conseiller général du canton de La Ferté-Saint-Aubin
1959 1967 Paul Bougnoux - -
1967 1970 Jacques Martin - Conseiller général du canton de La Ferté-Saint-Aubin
1970 1971 Guy Sauvette - -
1971 1989 Jean-Claude Groeninck PS Conseiller général du canton de La Ferté-Saint-Aubin
1989 2001 Annick Courtat RPR Conseillère régionale
2001 2014 Philippe Froment PS Professeur des écoles, syndicaliste
2014 en cours Constance De Pélichy DVD  

Sports[modifier | modifier le code]

  • USF Football
  • Équipe U15 Féminine
  • USF Handball
  • USF Basketball
  • USF Karaté
  • USF Judo

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 7 219 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 324 1 558 1 549 1 590 1 744 1 927 1 927 2 233 2 117
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 203 2 305 2 503 2 691 2 836 2 927 3 043 3 341 3 437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 437 3 642 3 679 3 494 3 518 3 674 3 723 3 931 4 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
4 400 4 307 4 284 5 498 6 414 6 783 7 083 7 082 7 127
2013 - - - - - - - -
7 219 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Ferté-Saint-Aubin est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans-sud. La commune possède quatre écoles maternelles, quatre écoles primaires et un collège[57].

Les établissements de la commune sont les suivants :

  • école maternelle publique « Mireille Prieur » ;
  • écoles publiques maternelles et primaires : « Chênerie », « Les Sablons » ;
  • école primaire publique du Centre ;
  • école maternelle et primaire privée « Sainte Thérèse » ;
  • collège public « Le Pré-des-Rois »[58].

Économie[modifier | modifier le code]

La principale entreprise de la ville est Thales - TDA Armements, héritière des établissements Brandt puis Hotchkiss-Brandt installés depuis 1938 sur le domaine de Chevau d'une superficie de 450 hectares, conçoit, fabrique et teste principalement des systèmes mortier et roquette-aéroportée.

La commune compte par ailleurs de nombreux commerces, deux supermarchés (Carrefour Market et Simply Market) et des zones d'activités (Le Rothay, La Chavannerie 1 et Mérignan), une troisième zone est en cours d'aménagement (2009).

L’activité touristique est soutenue par la présence d’un office du tourisme intercommunal et du camping du Cosson[59].

Deux golfs sont implantés sur le territoire de la commune, le golf de Sologne depuis 1950, sur la route de Jouy-le-Pothier[60] ainsi que le golf des Aisses, depuis 1992, sur la route nationale 20[61].

Vie quotidienne à la Ferté-Saint-Aubin[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de La Ferté-Saint-Aubin est rattachée au secteur pastoral de Cléry-Sologne du diocèse d'Orléans. Elle dispose des églises Saint-Aubin et Saint-Michel[62].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de la Ferté.
  • Le château de la Ferté, construit à partir de la fin du XVIe siècle, comprend un corps principal, des écuries, des communs[A 1] et des jardins d'agrément[A 2] ;
  • La ville comporte un certain nombre de châteaux privés, datant tous du XIXe siècle et ayant essentiellement servi de relais de chasse : la Papinière de style néo-normand[A 3], de Montesault[A 4], des Fontaines[A 5], de Chaselle[A 6], de Bellefontaine[A 7], de Villaine[A 8], du Ruth de style néo-médiéval[A 9], des Muids de style néo-Renaissance et néo-médiéval[A 10], la Luzière[A 11], des Landes[A 12], de la Grisonnière[A 13], la Goronnière de style néo-gothique[A 14], de Chevau de style néo-Renaissance[A 15], de Chartraine[A 16], de la Bohardière[A 17], de la Beuvronne[A 18], des Aulnettes[A 19], des Aisses[A 20] ; les Boistards
  • Le centre-ville comporte quelques belles maisons à colombages typiques de l'architecture solognote, notamment dans la rue Saint-Michel[A 21] ;
  • L'église Saint-Michel a un chœur datant du XIe ou XIIe siècle, et fut reconstruite et agrandie au XVIIe siècle (chapelles de la Sainte-Vierge et de Saint-Loup)[63] ;
  • L'église Saint-Aubin dont le clocher date du XVe siècle, partiellement classé Monument historique[A 22] ;
  • L'oratoire Notre-Dame au lieu-dit des Trays construit vers 1850[A 23] ;
  • Les halles datant de 1869[A 24] ;
  • Maison-villa de la rue du Maréchal Foch datant de 1907[A 25] ;
  • La tuilerie des Grands Sables du XIXe siècle[A 26] ;
  • Plusieurs fermes du XIXe siècle[A 27].

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de La Ferté-Saint-Aubin

Les armes de La Ferté-Saint-Aubin se blasonnent ainsi

D’azur à la porte de ville crénelée d’argent, essorée de gueules, flanquée de deux échauguettes couvertes du même, ouverte du champ et de deux vantaux de gueules, leurs bris d'huis de sable, l'ouverture chargée d'un rencontre de cerf d’or surmonté d’une fleur de lis du même, la porte accostée de six quintefeuilles d’argent par trois en pal. Adopté le 24 avril 1963. Création Robert Louis

Blason ville fr La Ferté-Saint-Aubin2 (Loiret).svg

Une version précédente du blason correspondait au blasonnement suivant :

De gueules à une tour d'argent sur une terrasse de sinople, accostée de deux sapins du même.

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

Logotype de La Ferté-Saint-Aubin

Le logotype de la commune représente la porte du château ainsi qu'une feuille de chêne de trois couleurs, rouge pour la brique de Sologne, vert pour les forêts et bleu pour les étangs[64]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le fertésien, gâteau fourré.

La Ferté-Saint-Aubin dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 4 février 2010)
  2. « Unité urbaine de La Ferté-Saint-Aubin », sur www.recensement.insee.fr, Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 16 novembre 2011)
  3. « La Ferté-Saint-Aubin, un nom soumis aux variations de l'histoire », sur www.lafertesaintaubin.com (consulté le 5 février 2010)
  4. « Généralités historiques » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.quid.fr, consulté le 5 février 2010
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 27 juillet 2015)
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées FC.
  8. « Orthodromie entre "La Ferté-Saint-Aubin" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  9. « Villes les plus proches de La Ferté-Saint-Aubin », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  10. « PLU de Guilly - Rapport de présentation », sur http://www.mairie-guilly.com/ (consulté le 9 mai 2016), p. 63
  11. « SCOT Pays Sologne Val-sud - la démarche », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 9 mai 2016)
  12. « SCOT Pays Sologne Val-sud - Arrêté préfectoral du 20 juin 2013 modifiant les compétences », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 9 mai 2016)
  13. « SCOT Pays Sologne Val-sud - Plaquette d'élaboration du SCOT », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 9 mai 2016)
  14. « Arrêté du 22 décembre 2005 portant constatation du transfert de routes nationales au Conseil Général du Loiret », sur http://images.wikia.com/ (consulté le 25 avril 2016)
  15. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national.
  16. a, b, c, d, e, f et g « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret,‎ (consulté le 25 avril 2016)
  17. a et b « Arrêté du 22 décembre 1972 transférant une partie du réseau routier national au département du Loiret », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 25 avril 2016)
  18. Fiche horaire de la ligne Sennelyt-Orléans pour la période du au 31 décembre 2016, [lire en ligne][PDF].
  19. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/,‎ (consulté le 16 mai 2016)
  20. « La gare SNCF », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  22. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  23. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  24. La République du Centre, 18 avril 2007, supp, p. 5.
  25. Motte 2003, p. 24
  26. Motte 2003, p. 23
  27. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat,‎ (consulté le 23 octobre 2015)
  28. a, b, c et d « Notice communale de La Ferté-Saint-Aubin », sur le site de l'EHESS (consulté le 23 octobre 2015).
  29. Bloch 1906, p. 171
  30. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  31. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  32. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  33. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  34. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  35. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/,‎ (consulté le 23 octobre 2015).
  36. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté en 23 octobre 201523 octobre 2015), p. 6.
  37. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/,‎ (consulté le 23 octobre 2015)
  38. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 45 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 23 octobre 2015)
  39. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242,‎ (consulté le 23 octobre 2015).
  40. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 octobre 2015).
  41. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/,‎ (consulté le 23 octobre 2015).
  42. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  43. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  44. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  45. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 23 octobre 2015).
  46. « Rattachements administratifs de la commune de La Ferté-Saint-Aubin », sur le site de l'Insee (consulté le 23 octobre 2015)
  47. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 22 octobre 2015)
  48. « Délibération de la CC du 20 janvier 2015 décidant du changement de nom de la CC », sur http://www.cc-lafertesaintaubin.fr/ (consulté le 22 octobre 2015)
  49. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  50. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  51. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  52. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 23 octobre 2015)
  53. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  54. (de) Rhede ; (de) Site de la ville de Rhede
  55. Site de la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  57. « liste des écoles de la circonscription d'Orléans-sud », sur www.ac-orleans-tours.fr,‎ (consulté le 5 février 2010) ; « liste des collèges du Loiret », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 5 février 2010)
  58. Site du collège Le Pré-des-Rois
  59. Site de l'office du tourisme du canton de La Ferté-Saint-Aubin
  60. Site du golf de Sologne
  61. Site du golf des Aisses
  62. Fiche de la paroisse sur le site officiel du Église.info. Consulté le 05/11/2012.
  63. L'église Saint-Michel pourrait fêter son millénaire, La République du Centre, édition Orléans, 30 juillet 2008, p. 12. ; « L'église Saint-Michel »
  64. « Drapeau de La Ferté-Saint-Aubin », sur emblemes.free.fr, Pascal Vagnat (consulté le 5 février 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]