Viglain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viglain
Image illustrative de l'article Viglain
Blason de Viglain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Sully-sur-Loire
Intercommunalité SIVOM du canton de Sully-sur-Loire
Maire
Mandat
René Hodeau
2014-2020
Code postal 45600
Code commune 45336
Démographie
Gentilé Viglainois[1]
Population
municipale
881 hab. (2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 42″ N 2° 18′ 09″ E / 47.728333, 2.302547° 43′ 42″ Nord 2° 18′ 09″ Est / 47.728333, 2.3025
Altitude Min. 130 m
Superficie 39,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Viglain

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Viglain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viglain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viglain

Viglain est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Viglain et des communes limitrophes

La commune de Viglain se trouve dans le quadrant sud-est du département du Loiret, dans la région agricole de la Sologne[2] [3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 35,3 km d'Orléans[4], préfecture du département, et à 6,7 km de Sully-sur-Loire, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Sully-sur-Loire[3].

Les communes les plus proches sont : Villemurlin (5,4 km), Sully-sur-Loire (6,7 km), Vannes-sur-Cosson (7 km), Saint-Père-sur-Loire (7,2 km), Isdes (7,3 km), Guilly (8,5 km), Neuvy-en-Sullias (8,6 km), Saint-Benoît-sur-Loire (9 km), Bonnée (9,9 km) et Saint-Aignan-le-Jaillard (10,3 km)[5].

Communes limitrophes de Viglain
Guilly Sully-sur-Loire
Neuvy-en-Sullias Viglain Sully-sur-Loire
Vannes-sur-Cosson Isdes Villemurlin

Paysages[modifier | modifier le code]

Son terroir s'étale en une vaste plaine entourée de petites collines atteignant environ 150 mètres d'altitude.

La terre de Viglain est argilo-siliceuse. C'est une terre froide, sans humus et sans calcaire. Peu apte à la culture céréalière, les agriculteurs qui restent sur son sol pratiquent essentiellement l'élevage bovin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune, qui comprend de nombreux écarts, est traversée par trois rivières : l'Aulne prend sa source vers la Reprenelière et dessert tout le village; elle alimentait autrefois le lavoir communal (126 m). La Colmine qui vient des Etangs Plats, passe à Beauregard et rejoint l'Aulne. Le Bec d'Able (Bédable) qui prend sa source à la Martinière à Isdes, constitue du Sud-Est au Nord-Est la limite naturelle entre Viglain et les communes limitrophes. Elle recueille l'Aulne à Corbon, à la limite de la commune de Sully-sur-Loire avant de se jeter dans la Loire à Port-à-Chambert.

Une trentaine d'étangs, de toutes dimensions, parsèment la commune. Les terres se partagent entre prairies, cultures et une grande domination de bois et landes.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le service départemental d'autocars du réseau Ulys.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Beauregard ; le Béon ; l'Iphe ; la Buffière ; la Haie ; les Audenots ; Baffou ; les Thibaudières ; Lousseau ; la Plaine de Puiseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants les plus anciens du site de Viglain sont assez mal connus. Comme pour les différentes vallées des rivières de Sologne on peut supposer que des populations s'installèrent après la dernière grande glaciation (-15000 ans avant le temps actuel) comme peuvent en témoigner quelques outils de pierre de type magdalénien retrouvés lors de fouilles au Muids. Avant cet âge néolithique aucune trace de passage d'hommes n'a été décelée ce qui ne nie pas que des populations aient pu fréquenter la région dès la fin du tertiaire. Les époques du bronze puis du fer virent arriver sans doute des peuplades Celtes(VIe siècle av. J.-C.) mais il faudra attendre l'époque gallo-romaine pour situer Viglain entre deux routes reliant Orléans et Sancerre.

On note avec certitude la présence de l'église en 1154 attestée par une lettre de l'évêque d'Orléans donnant au chapitre de Jargeau les revenus de cette église. Viglain est alors constitué de deux fiefs importants : Beauregard et Chamon, datant probablement de l'époque mérovingienne. Au cours du temps ces deux fiefs furent plusieurs fois divisés et reconstitués jusqu'au XVIe siècle où la bourgeoisie commerçante et enrichie se mit à acquérir des terres en Sologne. C'est ainsi que le domaine de Beauregard posséda pendant un temps la majorité des terres du village.

Les guerres de religion voient la destruction de l'église de Viglain. Après sa reconstruction, elle est rattachée au château de Sully-sur-Loire dont elle devient une paroisse.

C'est en 1658 que Viglain va s'insurger, sous la conduite du Seigneur de Baffou (Bas-Four), Gabriel de Jaucourt. Ce petit noble protestant va prendre la tête des « sabotiers de Sologne », troupes éparses de paysans révoltés contre Mazarin à la suite de mauvaises récoltes, de trop lourds impôts et d'une dévaluation du liard. En effet, Mazarin, à la recherche de revenus pour le trésor de la France et redoutant le peuple de Paris, avait fait frapper à Meung-sur-Loire une pièce nouvelle, le liard de Meung, qui devait obligatoirement remplacer la monnaie en cours en la dévaluant très fortement, ce qui diminuait les revenus des paysans et des petits nobles terriens. D'abord victorieux contre les troupes royales à Sully-sur-Loire les insurgés furent vaincus par Colbert et Gabriel de Jaucourt condamné à mort. Cet épisode est souvent nommé "révolte des sabotiers" ou "guerre des saboteux de Soulogne".

Au XVIIIe siècle Viglain verra s'installer à Béon le vicomte de l'Epinière époux de Caroline de Pâris, veuve de Villemotte, arrière-grand-mère du Maréchal Lyautey.

Il faudra attendre le XIXe siècle pour que les chemins soient améliorés et les marais comblés ou assainis par des étangs, les terres amendées et les propriétés morcelées pour que des agriculteurs propriétaires s'installent.

Si le village a été bombardé lors de la Seconde Guerre mondiale, il s'est profondément transformé depuis 1950 avec l'industrialisation de Sully-sur-Loire et le développement des transports individuels. C'est aujourd'hui une agglomération qui voit sa population augmenter, se renouveler et se diversifier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Viglain

Les armes de Viglain se blasonnent ainsi :

D'azur au chevron d'or accompagné en pointe d'un lion du même, au chef d'argent chargé de trois merlettes de sable[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Avant 1926, la commune a appartenu à l'ancien arrondissement de Gien, elle appartient depuis 1926 à l'arrondissement d'Orléans.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Hodeau René    
1977 1995 Loiseau Michel    
1959 1977 Legrand Marcel    
1947 1959 Prevost Maurice    
1933 1947 Aubier Antoni    
1920 1933 Morin Élie    
1919 1920 Burgevin Étienne    
1896 1919 Dupuis Félix    
1895 1896 Brezillon Léopold    
1892 1895 Bernier Jean    
1888 1892 Farnault Rugène    
1886 1888 Dupuis Félix    
1881 1886 Dumuys Moïse    
1876 1881 Bouvet Charles    
1870 1876 Pichelin Paul    
1852 1870 Besson Antoine    
1834 1852 Bouvet Jean-Charles    
1816 1834 Mahin Jean-François    

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-André des XIIe, XVIe et XIXe siècles[A 1] ;
  • Le château au lieu-dit Beauregard des XVIe et XIXe siècles[A 2] ;
  • Une maison du XVIIIe au lieu-dit Le Béon[A 3] ;
  • Plusieurs fermes des XVIIIe, XIXe et XXe[A 4] ;
  • Une maison datant de 1896[A 5].

Économie[modifier | modifier le code]

Viglain regroupe plusieurs commerces : une épicerie-point poste-point Internet, une boulangerie-pâtisserie, une boucherie-charcuterie commerce de bestiaux, deux bar-restaurants, un salon de coiffure.

L'artisanat comprend trois techniciens des espaces verts dont un élagueur, un atelier de serrurerie-chaudronnerie, une société de transformation des matières plastiques, une société de chaudronnerie et tôlerie industrielle, un vendeur-réparateur de vélos d'occasion, un transporteur de passagers et de fret par hélicoptère (départ aérodrome de St Denis de l'Hôtel), un électricien, un multi-services du bâtiment, un élevage d'ovins, un taxi, un transporteur, une entreprise de terrassement-assainissement, une faisanderie, une vendeuse de pizzas, une coiffeuse et une esthéticienne à domicile et deux gîtes ruraux.

Services[modifier | modifier le code]

Dans le village on trouve un médecin et une maison de santé rurale comprenant : un kinésithérapeute, un cabinet d'infirmiers et une auriculothérapeute.

Culture[modifier | modifier le code]

La commune possède une bibliothèque municipale en liaison avec la bibliothèque départementale du Loiret (BDL).

Vie associative[modifier | modifier le code]

Les ACPG-CATM-TOE, le Club des Aînés, l'Association des Parents d'élèves, la Coopérative scolaire et l'USEP, le Centre de Loisirs Intercommunal Isdes-Vannes-Viglain-Villemurlin, The City New Country, le Club Automodélisme, les Amis du Tout-Terrain, Sully 4L sports, les Miniatures de Viglain.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le golf de Sully-sur-Loire est situé sur le territoire de la commune[7] ;
  • Club de gymnastique
  • Tennis Club
  • Association Sportive Isdes - Vannes - Villemurlin - Viglain (football)

Enseignement[modifier | modifier le code]

Viglain est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Châteauneuf-sur-Loire. La commune possède une école primaire publique[8], un restaurant scolaire municipal et une garderie municipale.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Viglain.

En 2012, la commune comptait 881 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
392 405 375 407 403 454 410 444 453
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
515 496 572 633 693 785 780 854 885
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
860 845 817 731 700 668 624 602 572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
551 560 623 698 779 832 873 879 881
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[11],[12]. Un site Natura 2000 est présent sur le territoire communal de Viglain, dénommé « Sologne »[INPN 1]

La « Sologne » a été désignée site d'importance communautaire par arrêté du 26 octobre 2009[13] et est codée FR2402001. Le site occupe la quasi-totalité du territoire communal[14]. D'une superficie totale de 346 184 ha,elle constitue une vaste étendue émaillée d'étangs, située en totalité sur les formations sédimentaires du burdigalien. L'agriculture est en recul et on observe une fermeture des milieux naturels (landes). Plusieurs ensembles naturels de caractère différent se distinguent sur ce site[INPN 2] :

  • la Sologne des étangs ou Sologne centrale, qui recèle plus de la moitié des étangs de la région ; les sols sont un peu moins acides que dans le reste du pays ;
  • la Sologne sèche ou Sologne du Cher, qui se caractérise par une plus grande proportion de landes sèches à bruyère cendrée, callune et Hélianthème faux-alysson ;
  • la Sologne maraîchère, qui abrite encore une agriculture active et possède quelques grands étangs en milieu forestier ;
  • la Sologne du Loiret, au nord, qui repose en partie sur des terrasses alluviales de la Loire issues du remaniement du soubassement burdigalien, ensemble auquel appartient la commune de Viglain.

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Viglain comprend une ZNIEFF de type 1[Note 3] dénommée « Étang de Puiseau »[INPN 3].

D'une superficie de 1,33 hectares, cet étang est localisé au Sud du lieu-dit "Puiseau", au nord-ouest du bourg[DREAL 1]. Son altitude varie entre 140 et 145 m[INPN 4]. Les berges nord accueillent six espèces de plantes déterminantes dont une protégée en région Centre-Val de Loire : Cicendia filiformis[INPN 5] (seules trois stations connues dans le Loiret depuis 2000) et une protégée à l'échelle nationale : Pilularia globulifera[INPN 6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Base Mérimée du Ministère de la Culture[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 10 septembre 2010)
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 29 juillet 2015)
  3. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 29 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Viglain" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 29 juillet 2015).
  5. « Villes les plus proches de Viglain », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 29 juillet 2015).
  6. Conseil général du Loiret Gaso HéraldiqueGenWeb. Consultation : mars 2008. Adopté par le conseil municipal du 19 juillet 1996.
  7. Site officiel du golf de Sully-sur-Loire
  8. « liste des écoles de la circonscription de Châteauneuf-sur-Loire », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 10 septembre 2010)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  11. « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 29 août 2015)
  12. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 29 août 2015)
  13. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 Sologne (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 29 août 2015)
  14. « Cartographie des zones naturelles protégées sur Jouy-le-Potier », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 29 août 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Coste, Sully-sur-Loire et son canton, Loiret, AREP-Centre éditions, coll. Images du patrimoine no 22, 1987 (ISBN 2-905813-02-4).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]