Florentin-la-Capelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Florentin-la-Capelle
La rue principale du bourg de Florentin.
La rue principale du bourg de Florentin.
Blason de Florentin-la-Capelle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Aubrac et Carladez
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac et Carladez
Maire
Mandat
Lucien Veyre
2014-2020
Code postal 12140
Code commune 12103
Démographie
Gentilé Florentinois(e)
Population
municipale
288 hab. (2014 en diminution de 11,93 % par rapport à 2009)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 45″ nord, 2° 37′ 51″ est
Altitude Min. 230 m
Max. 803 m
Superficie 36,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Florentin-la-Capelle

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Florentin-la-Capelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Florentin-la-Capelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Florentin-la-Capelle
Liens
Site web Site officiel

Florentin-la-Capelle est une commune française située dans le département de l'Aveyron, la région Occitanie et le Pays Haut Rouergue[1]. Elle fait partie de l'ancienne province du Rouergue où l'on communiquait grâce à une forme d'occitan languedocien : le dialecte rouergat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le hameau de Montcausson à Florentin-la-Capelle.

Au centre-sud du Massif central, dans le nord du département de l'Aveyron, sur le plateau de la Viadène, la commune de Florentin-la-Capelle s'étend sur 36,80 km2. Elle est bordée au sud-est par le Lot, au sud par son affluent, le ruisseau d'Amarou, et au nord par un affluent de la Truyère, la Selves, dont une partie dans la retenue du barrage de Maury. Leurs vallées tracent de profondes entailles dans le plateau, créant de forts dénivelés.

L'altitude minimale, 230 mètres, se trouve à l'extrême ouest, là où le Lot quitte la commune et entre sur celle d'Entraygues-sur-Truyère. L'altitude maximale avec 803 mètres est localisée au sud-est, près du lieu-dit leThomas.

Traversé par la route départementale (RD) 605, le bourg de Florentin est situé, en distances orthodromiques, cinq kilomètres et demi à l'est-sud-est d'Entraygues-sur-Truyère et seize kilomètres au nord-ouest d'Espalion. Quatre kilomètres et demi au nord-est de Florentin, le bourg de la Capelle est traverse par la RD 599.

Le territoire communal est également desservi par les RD 42 et 97 ainsi que par la RD 920, principal axe routier de la commune, qui suit la vallée du Lot.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Florentin-la-Capelle et des communes avoisinantes.

Florentin-la-Capelle est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Florentin-la-Capelle
Campouriez Saint-Amans-des-Cots
Entraygues-sur-Truyère Florentin-la-Capelle Montpeyroux
Golinhac Le Nayrac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée au bourg de Florentin.

En occitan, la commune porte le nom de Florentinh la Capèla.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peuplement humain est ancien. Du matériel mésolithique a été trouvé au Puy de Montabès[2]. Au Moyen Âge, l'essentiel du territoire de la commune actuelle entre dans la dépendance des comtes d'Entraygues, jusqu'à la Révolution. Les plus anciens actes connus concernent des donations religieuses, à partir du XIe siècle. Les premières sont en faveur de l'abbaye bénédictine de Conques, qui fut supplantée par le monastère cistercien de Bonneval (donation du comte de Rodez en 1176) et le monastère augustin de Montsalvy. En 1283, Montsalvy céda à Bonneval des mas proches de la Capelle[3].

Les paroisses[modifier | modifier le code]

Le territoire actuel de la commune était principalement partagé entre les paroisses de Florentin à l'ouest et de la Capelle à l'est, mais une petite fraction nord-ouest relevait de Bès-Bedène (chef-lieu dans la commune actuelle de Campouriez) et le village de Prévinquières dépendait d'Entraygues. La paroisse de Florentin comptait environ 1 000 habitants en 1771, dont 80 à Florentin. Celle de la Capelle n'avait que 314 habitants à la même date. L'église et le presbytère étaient à l'écart du principal village qui s'appelait Lougarde. Un château se trouvait seul dans un lieu appelé curieusement Neuve-Église, bien qu'il n'y ait qu'une chapelle castrale. De ce fait, la paroisse était nommée La Capelle-Neuvéglise[4].

Les seigneuries et les communautés[modifier | modifier le code]

La commune correspond à la réunion de trois communautés de l'Ancien Régime : Florentin-et-La-Capelle, Ayssiols-de-Montézic et Montcausson. La communauté de Florentin-et-La-Capelle fut créée au XVIIIe siècle, lors du démembrement de la grande communauté d'Entraygues, correspondant à la seigneurie du comte d'Entraygues. Ce démembrement a été réalisé sur des bases plus anciennes puisque le compois-cadastre formait un volume particulier de celui d'Entraygues en 1664.

La communauté d'Ayssiols comprenait trois hameaux situés au nord-ouest de la commune actuelle (Ayssiols, Méjamonteil et Saluéjouls). La communauté de Montcausson était un membre de celle de Cros-Marcenac, elle correspondait à l'ouest de la commune actuelle (Montcausson, Prévinquières, les Costes, les Cayrouzes).

Naissance de la commune[modifier | modifier le code]

En 1790, au début de la Révolution française, est créée la commune de Florentin, correspondant à la communauté de Florentin-et-La-Capelle. En 1792, elle fusionne avec Montcausson. En 1833, lui est adjointe la commune d'Ayssiols-de-Montézic, jusqu'alors rattachée à la mairie de Volonzac, aujourd'hui commune de Campouriez. C'est en 1919 que la commune prend le nom de Florentin-la-Capelle[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2017.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1995 Marcel Froment    
1995 mars 2008 Georges Bruel    
mars 2008 2014 Robert Couderc    
mars 2014 en cours Lucien Veyre SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2014, la commune comptait 288 habitants[Note 1], en diminution de 11,93 % par rapport à 2009 (Aveyron : +0,58 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 1 093 1 236 1 132 1 157 1 307 1 330 1 376 1 329
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 298 1 268 1 295 1 294 1 259 1 293 1 358 1 181 1 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 112 1 113 1 102 1 000 927 789 777 784 695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
663 532 468 434 401 373 339 327 288
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent de Florentin, de la fin du XVe siècle. Le clocher-peigne abrite une cloche de 1642 classée au titre des monuments historiques[10]. Un souterrain fut découvert en 1844. Il reliait l'église à l'ancien château, disparu.
  • Église Saint-Pierre de la Capelle du XVe siècle.
  • Château de Neuvéglise, remanié à l'époque moderne. Il appartenait aux comtes d'Entraygues.
  • Vestiges du château de Montcausson (tourelle Renaissance).
  • La salle des fêtes construite par les habitants du village.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le cinéaste Maurice Delbez possède une maison ancestrale à Montcausson. Depuis son enfance il y passe ses vacances.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Florentin-la-Capelle

Les armes de la commune de Florentin-la-Capelle se blasonnent ainsi :
Parti de gueules au gril d'or posé en pal le manche en bas et d’azur à deux clefs d’argent passées en sautoir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Ajalbert, Florentin-la-Capelle : 2000 ans d'histoire, Rivière-sur-Tarn, P. Ajalbert, , 177 p., ill., couv. ill. en coul. ; 27 cm (notice BnF no FRBNF37032884)
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. René Delmas), Sent-Amans : Camporiès, Florentinh, Montasic, Sent-Aforiás, Uparlac / Christian-Pierre Bedel e les estatjants del canton de Sent-Amans, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 310 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-49-1, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37644267)
  • Pauline de La Malène, Parcours romans en Rouergue : 42 parcours, nord, centre, ouest, Rodez, Éd. du Rouergue, , 460 p., ill. en coul., cartes, couv. ill. en coul. ; 24 cm (ISBN 2-84156-465-7, notice BnF no FRBNF39083286), p. 188

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. (approuvé par arrêté le 11/08/04)
  2. Pauline de la Malène, Parcours romans en Rouergue, 2003, p. 188.
  3. Pauline de la Malène, op. cit.
  4. Pour la géographie paroissiale, voir Jean-Yves Bou, "pour un atlas des paroisses du diocèse de Rodez" dans Bulletin du Cercle Généalogique du Rouergue, no 39, janvier 2002, p. 20.
  5. Pour l'histoire de la commune, voir Marc Vaissière, De Roèrgue a Avairon, Millau, éditions del Monsénher, p. 145 et 273.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. « cloche », notice no PM12000300, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 10 juillet 2017.