Sainte-Geneviève-sur-Argence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Geneviève.
Sainte-Geneviève-sur-Argence
Image illustrative de l'article Sainte-Geneviève-sur-Argence
Blason de Sainte-Geneviève-sur-Argence
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Aubrac et Carladez
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argence
(siège)
Maire
Mandat
Jean Valadier
2014-2020
Code postal 12420
Code commune 12223
Démographie
Gentilé Saint-Genovefain(e)
Population
municipale
988 hab. (2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 10″ N 2° 45′ 33″ E / 44.8027777778, 2.7591666666744° 48′ 10″ Nord 2° 45′ 33″ Est / 44.8027777778, 2.75916666667
Altitude Min. 316 m – Max. 928 m
Superficie 43,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Sainte-Geneviève-sur-Argence

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Sainte-Geneviève-sur-Argence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Geneviève-sur-Argence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Geneviève-sur-Argence

Sainte-Geneviève-sur-Argence (Sant Jurvèva en occitan), est une commune française du Pays Haut Rouergue (approuvé par arrêté le 11/08/04) située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 12223.png

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Brommat Thérondels Cantoin Rose des vents
N
O    Sainte-Geneviève-sur-Argence    E
S
Lacroix-Barrez Saint-Symphorien-de-Thénières Graissac

Site[modifier | modifier le code]

Le territoire de cette commune matérialise une fraction centre-sud du Massif central sur le plateau de la Viadène entre l'Aubrac et la Truyère, le canton de Sainte-Geneviève-sur-Argence offre des paysages variés et grandioses. Outre le village de Sainte-Geneviève-sur-Argence la commune regroupe plusieurs autres villages et hameaux: l'Albaret, Benaven, le Bousquet, Carmensac, la Croix l'Évêque, Durbec, Espinasse, le Faux, Guerdières, Malentraysse, Marso, la Martinie, le Mas, Mels, les Molinières, Orlhaguet, le Puech d'Orlhaguet, Rives, Saint-Yves, Vernholes et la Vignotte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hameau d'Orlhaguet est le lieu de l'ancienne viguerie carolingienne du pays de Viadène.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Sainte-Geneviève-sur-Argence

Les armes de la commune de Sainte-Geneviève-sur-Argence se blasonnent ainsi :
D'azur au chevron, accompagné en chef à dextre d'une étoile de six rais, à senestre d'une couronne et en pointe d'une tour, le tout d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Sainte-Geneviève

Jusqu'en 2015 la localité est le chef-lieu du canton canton N°33 de Sainte-Geneviève-sur-Argence dans la 1ère circonscription de l'Aveyron dont le député est Yves Censi (UMP) élu au 2ème tour avec un score de 50,67%. Ce canton est intégré depuis au nouveau canton d'Aubrac et Carladez qui regroupe les régions naturelles de l'Aubrac et du Carladès.

Sainte-Geneviève-sur-Argence appartient à la communauté de communes de l'Argence.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Renée-Claude Coussergues UMP Conseillère générale
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 988 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200 1 241 1 881 1 840 1 839 1 851 1 890 1 901 1 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 734 1 543 1 446 1 725 1 633 1 613 1 557 1 530 1 667
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 708 1 605 1 528 1 507 1 528 1 895 1 566 1 380 1 133
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 181 1 145 1 063 1 174 1 143 1 027 1 019 1 020 1 007
2012 - - - - - - - -
988 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Les hauts plateaux de l’Aubrac voisins proposent aux nombreux randonneurs de vastes étendues. Les gorges de Truyère dans un écrin de verdure sont un paradis pour les grimpeurs (escalade, Via ferrata…) et les amateurs de sports aquatiques (canyoning, pêche...)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle de Mels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chapelle de Mels.

La chapelle de Mels  Inscrit MH (1928)[3], abrite un retable en bois polychrome du XVIe siècle.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les croix sculptées[modifier | modifier le code]

Les treize croix sculptées à et autour d'Orlhaguet dont deux sont remarquables, le calvaire  Inscrit MH (1927)[4] proche de l'église Saint-Étienne d'Orlhaguet et la croix  Inscrit MH (1927)[5] se trouvant près du pont à trois travées qui franchit les deux Argence, l'Argence Vive et l'Argence Morte.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Église Sainte-Geneviève et chapelle des seigneurs de Thénières[modifier | modifier le code]

Dans l'église reconstruite à la fin du XIXe siècle, ancienne chapelle des seigneurs de Thénières datant du XVe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Château de Bénaven[modifier | modifier le code]

En bordure du hameau de Bénaven, se trouve un éperon rocheux qui domine de plus de 200 mètres le cours de la Truyère et où ne subsiste plus actuellement qu'un cimetière et les restes d'une église castrale. C'était le site de l'ancien château et le chef-lieu de la seigneurie de Bénavent, qui a donné son nom à une branche de la famille des comtes de Rodez qui possédait aussi le château fort de Vic-en-Carladez.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Pas très loin de la chapelle de Mels se trouve le site appelé Le bout du monde d'où on peut jouir d'un panorama sur la vallée de la Truyère et le barrage de La Barthe.
  • La Via ferrata du Bois des Baltuergues[6] Opérationnelle depuis le mois de mai 2001, elle est située dans les gorges de la Truyère, tout près de Sainte-Geneviève-sur-Argence, dans le nord de l'Aveyron. Via en boucle avec une partie descendante puis une remontée. Au milieu, une variante plus sportive. La longueur du parcours est d'environ 800 mètres avec des dénivelé 200 mètres en style jungle sur une première partie, plus minérale ensuite, avec beaucoup de barreaux, des ponts de singe et des passerelles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Ferrié : champion d'Europe de Bowling.
  • Bernard Laporte : ancien joueur puis entraîneur de rugby. Il a été l'entraîneur du XV de France de 1998 à 2007.
  • Bernard Noël, écrivain et poète, né à Sainte-Geneviève-sur Argence.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Maynier), Sant-Jurvèva : Alpuèg, La Calm, Cantoènh, Graissac, La Tarrissa, Vitrac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Sant-Jurvèva, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ , ill., couv. ill. ; 28 cm, 255 p. (ISBN 2-907279-41-6, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37078684)
  • Auguste Coussergues, Les Eaux d'alimentation de Sainte-Geneviève-sur-Argence et d'Orlhaguet, Aurillac, Impr. moderne,‎ , In-8, 125 p. (notice BnF no FRBNF31976739)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]