Campouriez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campouriez
Hameau de Bez-Bédène.
Hameau de Bez-Bédène.
Blason de Campouriez
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Arrondissement de Rodez
Canton Aubrac et Carladez
Intercommunalité Communauté de communes de la Viadène
Maire
Mandat
Gérard Laparra
2014-2020
Code postal 12140 et 12460
Code commune 12048
Démographie
Gentilé Campouriézois
Population
municipale
367 hab. (2012)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 25″ N 2° 36′ 26″ E / 44.6903, 2.607244° 41′ 25″ Nord 2° 36′ 26″ Est / 44.6903, 2.6072  
Altitude Min. 226 m – Max. 713 m
Superficie 18,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Campouriez

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Campouriez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Campouriez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Campouriez
Liens
Site web Site officiel

Campouriez est une commune du Pays du Haut Rouergue (création approuvée par arrêté du 11/08/04), elle est située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées. Elle fait donc partie de l'ancienne province du Rouergue dont le parler traditionnel est une forme de l'occitan : le dialecte rouergat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Hippolyte Montézic Rose des vents
Le Fel N Saint-Amans-des-Cots
O    Campouriez    E
S
Entraygues-sur-Truyère Florentin-la-Capelle

Site[modifier | modifier le code]

Le territoire de cette commune se situe sur le plateau de la Viadène près des gorges de la Truyère, à l'ouest, et non loin de la vallée du Lot, au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La signification de ce nom est incertaine. On appelle également l'endroit le pays des Coustoubis, les habitants des coteaux de vignes. Situé sur le haut d'une colline, le village offre une vue étendue sur les alentours. Le territoire communal compte de nombreux hameaux : la Vaysse, la Joanie, le Bruel, Nigole, Banhars et surtout Bez-Bédène, site naturel exceptionnel sur un éperon de granit.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Campouriez.

D'azur à trois balances d'or posées 2 et 1, surmontées d'une burelle du même.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours Gérard Laparra    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 367 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
52 1 192 964 998 1 112 1 211 1 248 1 272 1 198
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 200 1 290 1 318 1 352 1 390 1 300 1 239 1 161 1 047
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 091 1 103 973 897 889 814 810 698 590
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012 -
540 512 500 422 393 398 400 367 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À Campouriez même se trouve l'église Saint-Clair qui date du XVe siècle. En face a été érigée en 1860 la statue en fonte de Notre-Dame des vignes afin de conjurer l'épidémie de phylloxéra qui ravageait les cultures de vigne.

Bez-Bédène[modifier | modifier le code]

Bez-Bédène constitue un site naturel remarquable, entouré de falaises de granit rose. Saint Gausbert y fonda au XIe siècle un ermitage. Le nom de Bez-Bédène provient des bois de bouleaux (beç en occitan) qui couvraient cette "presqu’île" rocheuse. « Bédène » qui est à l'origine de « Viadène », fait référence à la dixième voie romaine qui passait à proximité, mais c'est une explication très aventurée et on ne voit pas le rapport avec les bouleaux.

Le hameau est bâti sur un éperon rocheux dominant la Selves. Son église romane du XIIe siècle possède un clocher-peigne et abrite une statue en bois de saint Gausbert du XIVe siècle ainsi qu'un retable du XVIIIe siècle représentant les mystères du rosaire. À l'extrémité du site se dresse une pierre branlante. À proximité se trouve un pont daté de 1329, fait d'une seule arche, qui enjambe la Selves.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. René Delmas), Sent-Amans : Camporiès, Florentinh, Montasic, Sent-Aforiás, Uparlac / Christian-Pierre Bedel e les estatjants del canton de Sent-Amans, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ , ill., couv. ill. ; 28 cm, 310 p. (ISBN 2-907279-49-1, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37644267)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]