Saint-Symphorien-de-Thénières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Symphorien.
Saint-Symphorien-de-Thénières
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement de Rodez
Canton Aubrac et Carladez
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac et Carladez
Maire
Mandat
Robert Rispal
2014-2020
Code postal 12460
Code commune 12250
Démographie
Gentilé Saint-Symphoriénois(e)
Population
municipale
224 hab. (2014)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 17″ nord, 2° 43′ 47″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 946 m
Superficie 31,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Symphorien-de-Thénières

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Symphorien-de-Thénières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Symphorien-de-Thénières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Symphorien-de-Thénières

Saint-Symphorien-de-Thénières est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 12250.png

Dans le quart nord-est du département de l'Aveyron, en Viadène (ou Bedène), la commune de Saint-Symphorien-de-Thénières s'étend sur 31,63 km2. Elle est bordée sur environ trois kilomètres au nord-ouest par la Truyère, face aux communes de Brommat et de Lacroix-Barrez, essentiellement dans la partie amont de la retenue du barrage de Couesques. Au nord, un affluent de la Truyère, le ruisseau des Ondes marque la limite avec la commune nouvelle d'Argences en Aubrac sur environ neuf kilomètres. Saint-Symphorien-de-Thénières est arrosée au sud par un autre affluent de la Truyère, le ruisseau des Vergnes, qui est retenu au barrage de Montézic dont le réservoir, dans sa partie nord-est, se trouve sur le territoire communal.

L'altitude minimale, 300 mètres, se trouve à l'ouest, dans la retenue du barrage de Couesques. L'altitude maximale avec 946 mètres est localisée au nord-est, au lieu-dit Thénières.

À l'intersection des routes départementales (RD) 233 et 504, le bourg de Saint-Symphorien-de-Thénières est situé, en distances orthodromiques, onze kilomètres au nord-ouest de Laguiole.

La commune est également desservie par la RD 111.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Symphorien-de-Thénières est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Saint-Symphorien-de-Thénières
Lacroix-Barrez Brommat Argences en Aubrac
Saint-Symphorien-de-Thénières
Montézic Saint-Amans-des-Cots Huparlac

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois couramment appelée Saint Symphorien-Bédène, d'après le nom de son terroir. Sous l'Ancien Régime, cette paroisse devait être particulièrement pauvre car on retrouve certains de ses habitants migrant dans tout le Sud-Ouest du Cantal, l'Est du Lot et le Nord-Aveyron. Il s'agit de la commune la plus représentée parmi les rares migrants que l'on trouvait à l'époque dans la région[1].

En 1833, la commune de Saint-Gervais fusionne avec Saint-Symphorien-de-Thénières et le territoire communal de la commune d'Aurières est réparti entre Montézic et Saint-Symphorien-de-Thénières[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2014 Émile Desmons    
2014 en cours Robert Rispal SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 224 habitants, en diminution de -7,44 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 350 880 967 1 041 1 031 1 043 1 125 1 115
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
960 914 887 913 835 835 900 800 790
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
779 719 712 674 635 595 610 543 432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
403 330 294 311 251 228 236 235 224
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église des XVe et XVIe siècles est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1927[6]. Elle possède une nef de trois travées accompagnée de bas-côtés et terminée par un chœur polygonal avec abside à trois pans.
  • Le château de Thénières appelé aussi le château de Tinières.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. René Delmas), Sent-Amans : Camporiès, Florentinh, Montasic, Sent-Aforiás, Uparlac / Christian-Pierre Bedel e les estatjants del canton de Sent-Amans, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 310 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-49-1, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37644267)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherches généalogiques dans les registres paroissiaux de toute la région.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Eglise », notice no PA00094168, base Mérimée, ministère français de la Culture