Saint-Paterne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Paterne
Saint-Paterne
Mairie de Saint-Paterne
Blason de Saint-Paterne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Mamers
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Statut Commune déléguée
Maire délégué Michel Mercier
2017-2020
Code postal 72610
Code commune 72308
Démographie
Gentilé Saint-Paternais
Population 1 543 hab. (2016)
Densité 213 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 56″ nord, 0° 06′ 41″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 148 m
Superficie 7,23 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Paterne-Le Chevain
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 15.svg
Saint-Paterne

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 15.svg
Saint-Paterne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Paterne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Paterne

Saint-Paterne est une ancienne commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 543 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de Saint-Paterne est de 7,23 km2 et la densité de population, en 2007, est de 220 hab/km2. La Sarthe est le principal cours d'eau qui traverse le village, situé à 135 mètres d'altitude. La commune est à environ 3 km du parc naturel régional Normandie-Maine.

La commune de Saint-Paterne est desservie par le réseau de bus Alto. Ce réseau fait partie des Transports urbains de la communauté urbaine d'Alençon. Saint-Paterne fait partie des lignes Iténéo 2, Iténéo Access et Domino 1.

Saint-Paterne est situé à 3 km au sud-ouest d'Alençon, la plus grande ville des environs.

Communes limitrophes de Saint-Paterne
Le Chevain
Saint-Germain-du-Corbéis (Orne), Alençon (Orne) Saint-Paterne
Arçonnay Champfleur Saint-Rigomer-des-Bois

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse était dédiée à Paterne, évêque d'Avranches, dont les reliques étaient conservées, entre autres, dans l'église abbatiale de Saint-Étienne-du-Mont. Saint-Paterne a sans doute été une étape dans la translation des restes du saint jusqu'à Artonne, en Auvergne, pour les soustraire aux pillages des Normands.

Le gentilé est Saint-Paternais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, Saint-Paterne englobait une partie du faubourg de Monsort. Ce territoire a été distrait par décret du 16 messidor de l'an XIII (5 juillet 1805). Évaluée à 189 feux — 890 habitants — sa population passe alors à 99 feux soit 465 personnes.

Le , la commune fusionne avec Le Chevain pour former la commune nouvelle de Saint-Paterne-Le Chevain[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Serge Roissé    
mars 2001[2] mai 2013 Jean-Luc Girard   Cadre administratif
juillet 2013[3] 31 décembre 2016 Michel Mercier[4] DVD Responsable de travaux
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune comptait 1 543 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Saint-Paterne[5]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740717464489476547563608607
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
588578536519525533545517464
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
419395418396393408394517563
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5497171 0401 2581 5431 5681 6351 5911 561
2016 - - - - - - - -
1 543--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Paterne.
  • Monument aux morts.
  • Le château de Saint-Paterne, aujourd'hui hôtel quatre étoiles, est une ancienne demeure style Renaissance qui abrita les amours d'Henri IV de France. Le mobilier date du XVIIe siècle. Il se situe dans un vaste parc avec des chênes centenaires.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Laurent Bodin, né à Saint-Paterne en 1762 où il a exercé son métier de médecin. Il a publié plusieurs ouvrages qui faisaient alors référence : Le Médecin des gouteux en 1799, la Biographie analytique de médecine également en 1799. Il est l'inventeur des pilules toniques et stomachiques qui portent son nom.

Louis Roussel, né à Saint-Paterne en 1825. Devenu prêtre à Paris, il est aumônier militaire et œuvre pour l'apostolat des ouvriers dans le quartier de Grenelle, puis il fonde, à Paris, le 19 mars 1866 l'Œuvre de la première communion qui deviendra l'Œuvre des orphelins apprentis d'Auteuil. Il consacre le reste de sa vie au développement de cette œuvre. Épuisé et malade, il se retire en mai 1895, à Boulogne-Billancourt où il décède le 11 janvier 1897.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Paterne Blason D'or à trois hures de sanglier de sable allumées et défendues de gueules.
Détails
Armes de la famille Le Coustellier, anciens seigneurs de la commune au XIVe siècle.
Adopté le 30 septembre 1961.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016, légale en 2019.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté de création » (consulté le 26 décembre 2016)
  2. « Ouest-france.fr - Décès du maire de Saint Paterne Jean-Luc Girard » (consulté le 31 mai 2013)
  3. « Ouest-france.fr - Michel Mercier élu maire d'un conseil au complet - Saint-Paterne » (consulté en 11 juillet 2013 2013)
  4. Réélection 2014 : « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre, (consulté le 30 mars 2014).
  5. Date du prochain recensement à Saint-Paterne, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .

Liens externes[modifier | modifier le code]