Château-Renault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Indre-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Indre-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Château-Renault
Le château des comtes de Blois.
Le château des comtes de Blois.
Image illustrative de l'article Château-Renault
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Château-Renault
Intercommunalité C.C. du Castelrenaudais
Maire
Mandat
Michel Cosnier
2014-2020
Code postal 37110
Code commune 37063
Démographie
Gentilé Castelrenaudins
Population
municipale
5 058 hab. (2014)
Densité 1 441 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 32″ nord, 0° 54′ 37″ est
Altitude Min. 83 m – Max. 129 m
Superficie 3,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Château-Renault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Château-Renault
Liens
Site web ville-chateau-renault.fr/

Château-Renault est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à l'extrémité nord-est du plateau de la Gâtine, à la limite avec le département de Loir-et-Cher et au confluent de deux rivières, la Brenne et le Gault. Son altitude varie de 90 m à 140 m sur le plateau. La superficie de la commune est de 351 hectares.

Située au nord de l'autoroute A10, elle marque le carrefour entre la RN 10, à équidistance, 28 km, entre Tours au sud-ouest et Vendôme au nord-est et la départementale D 766, à 30 km à l'ouest de Blois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Topographie et toponymie, Cassini, 1756.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le comte Thibaut IV de Blois érige vers 1140 un donjon cylindrique sur motte. Une enceinte maçonnée longue de 170 sur 9 m l'enserre. Dominant la ville qui s'est installée à son pied, la place était protégée sur trois de ses faces par un fossé, le côté sud bordant la falaise. L'accès au château se faisait à l'est.

Le , le chef protestant Jean du Barry est assassiné dans la forêt de Château-Renault, à la suite de la conjuration d’Amboise, prélude aux guerres de religion.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Mont-Braine[1].

Ancienne « Cité du cuir », mémoire ouvrière de l'industrie de la tannerie, Château-Renault est réputée pour son Musée du cuir. Le musée propose des visites thématiques qui présentent les différentes étapes de ce savoir-faire (ébourrage, écharnage...).

A l'origine des premières tanneries[modifier | modifier le code]

Les premières tanneries de France ont vu le jour en 1480, et les premières tanneries de Château-Renault ont vu le jour en 1543[2]. Elles se sont installées à Château-Renault parce qu'il y avait une source d'eau appelée Moulin. L'eau permettait de nettoyer les peaux des vaches. La ville est située au carrefour de deux rivières la Brenne et le Gault. Des forêts de chênes et de gâtines sont à proximité, idéales pour les écorces.

Intérieur de Tannerie à Château-Renault.

La conception du cuir[modifier | modifier le code]

A Château-Renault , le cuir était fabriqué en quatre étapes[3] :

  • L'étape du reverdissage était quand les peaux étaient salées et rincées soigneusement pour éviter ce qu'on appelle la putréfaction.
  • Ensuite après cette étape suit l'étape du pelanage qui sert à baigner les peaux qui viennent juste d'être nettoyées dans des bacs contenant de la chaux ( produit très corrosif ).
  • Après ces deux étapes arrive l'étape dé l'ébourrage et de l'écharnage qui sert à épiler et à écharner la peaux .
  • A la fin de ces étapes il fallait que tous les déchets de peaux pour ainsi éviter que la pourriture gagne le cuir.
L'étape du reverdissage

Une grande renommée[modifier | modifier le code]

"Château-Renault était pour le cuir ce que Lyon était pour la soie, Lille pour les laines et Bordeaux pour les vins", pouvait-on lire au 19e siècle . En effet, les cuirs de Château-Renault étaient mondialement connus . Pourquoi ? Parce que la façon de tanner , appelée "tannage extra lent " permet d'obtenir un cuir tanné d'excellence entre 24 et 30 mois pour passer d'une peau brute à un cuir tanné[4].

Les travaux de sauvegarde[modifier | modifier le code]

A partir de 1985, lorsque toutes les usines ont été fermées, il s'agissait de détruire tous les bâtiments de la ville. Heureusement, un plan de sauvegarde et de restauration est arrivé afin de sauvegarder la tannerie Peltereau. Ces travaux ont été fait en 2006 et 2007 en ne modifiant aucun bâtiment d'origine. La ville a été récompensé des Rubans du Patrimoine 2008 : elle a été lauréate du prix du jury national.

Ancienne pancarte : "Château-Renault, Porte de la Touraine la cité du cuir", située sur la route de la N 10. Elle a été remplacée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 058 habitants, en diminution de -3,47 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 030 2 518 2 052 2 208 2 468 2 434 2 877 3 108 3 270
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 258 3 562 3 978 3 870 3 831 4 256 4 203 4 397 4 492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 261 4 299 4 135 4 063 4 097 4 106 3 877 4 180 4 035
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
4 238 5 125 6 043 6 121 5 787 5 538 5 209 5 060 5 058
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Château-Renault

Les armes de Château-Renault se blasonnent ainsi : De gueules au château de trois tours d'argent en perspective, la tour du milieu en avant, les deux tours des flancs en arrière, le tout maçonné de sable[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques-Xavier Carré de Busserole, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. II, Tours, imprimerie Rouillé-Ladevèze, (lire en ligne), p. 169-178
  • J. Manivit, N. Desprez, C. Monciardini et A. Ferdière, Chateau-Renault : Carte géologique de la France XIX-21, BRGM, 36 p. (lire en ligne).
  • L. Huteau, R. Changeux, Il était une fois... Château-Renault..., imprimerie lithographique Jean Lemercier, 1978
  • Robert Changeux, Château-Renault et le Castelrenaudais, Mémoire en Images, Alan Sutton, 1998 (ISBN 2-84253-237-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Château-Renault », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 décembre 2012)
  2. « Musée du Cuir de CHÂTEAU-RENAULT », sur www.museeducuir.org (consulté le 12 janvier 2017)
  3. « Musée du Cuir de CHÂTEAU-RENAULT », sur www.museeducuir.org (consulté le 26 janvier 2017)
  4. « Mairie de Chateau-Renault »
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. André Chatelain, L'évolution des châteaux forts dans la France au Moyen Âge, Editions Publitotal, , p. 31.
  11. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.