Ratafia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ratafia dels Raiers (muscade et 21 herbes aromatiques) formulé par Joan Portet en 1964. Catalunya[1].

Un ratafia est une boisson alcoolisée sucrée, obtenue par macération de végétaux (fruits, moût de raisin, plantes) dans un alcool.

Le terme est devenu synonyme de liqueur (qui en principe est distillée) ou de crème et de nos jours souvent réservé aux ratafias de raisin en français, de cerise dans le Piémont. En Catalogne il englobe toujours des macérations complexes[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ratafia est un mot qu'on rencontre en français, allemand, anglais, italien, catalan, espagnol[3] et en farsi (راتافیا). Les origines du mot ratafia (autrefois orthographié ratafiat et qui apparait sans t final dans les Élémens d'orthographe, de Louis-Gabriel Pollet en 1787[4]) sont controversées, les français font venir le mot de l'italien ratafia, des sources espagnoles le voient venir du français[5].

  • D'après Teramo Alessio de Berardinis (1868) ratafia viendrait de l'expression latine pax rata fiat qu'on prononçait quand la paix était signée, ou quand on sortait de chez le notaire dans les Abruzzes quand un accord avait été signé[6].
  • Jaume Fàbrega avance que l'origine est le créole ratificare[7].
  • Le mot serait la contraction d'arack ou rack (d'origine arabe), eau-de-vie, et de tafit, mot des Indes orientales (tafia, tafiat)[8] eau-de-vie de canne (étymologie, admise par Littré, Bouillet, Scheler qui reste dubitatif, etc.)[9],[10]. Explication de Gilles Ménage et du Trésor de la langue française : « Quand un Indien du pays boit du brandevin à la santé d'un François, entre autres mots de sa langue, il lui dit, tafiat: à quoi le François répond en faisant raison, ratafiat (1694) »[11]. Ce tafia serait du malais joint à l'arabe araq d'après Walter W. Skeat (araq-tàfia)[12].
  • le mot indien serait ratifi-a d'après le Bulletin de la Société des sciences historiques de 1888[13].

Historique[modifier | modifier le code]

Ratafia.

Le mot apparait pour la première fois dans les sources françaises en 1692, dans le Traité ou véritable manière de faire toutes sortes d'eaux et liqueurs à la mode d'Italie d'Audiger qui vécu en Italie et en donne les savoir-faire en français. On y trouve un rataphia rouge (jus de cerise, eau-de-vie, sucre, cannelle, girofle, poivre blanc) et un rataphia blanc (noyaux de cerise, amandes d'abricot, eau-de-vie, sucre et épices)[14]. En 1694, François Pidou de Saint-Olon, dans son Etat présent de l'empire de Maroc décrit le ratafia comme « une de nos Liqueurs de Provence, comme Eau de Cette (sorte de ratafia à l'essence d'anis[15]), de Candie, Ratafia » que boivent les marocains « parce que l’Alcoran leur défend le Vin, mais non pas l'Eau de Vie, dont ils s’enivrent très-souvent ». Ce qui permet à Loîc Bienassis et Antonelle Campanin d'écrire (2018) que si l'Italie s'était fait une spécialité de liqueur, nul n'en connait l'origine[16].

Concours de patxaran, ratafia à base de prunelles sauvages.

Le terme devient usuel vers 1680 avec une fréquence d'emploi maximale de 1770 à 1830 époque de la grande mode des ratafias[17]. Le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière (1701) écrit « Le ratafia est une liqueur qui est maintenant fort en usage: les femmes mêmes boivent beaucoup de ratafia, quoique cette liqueur soit extrêmement forte »[18]. Les premiers ratafias mentionnés en français sont souvent des remèdes ou des macérations dans du vin par exemple: chez Joseph Pitton de Tournefort (1698) ratafia de violette pour les personnes constipées, ratafia de genièvre dans du vin de Champagne, dans Dictionnaire botanique et pharmaceutique de Nicolas Alexandre (1738) ratafias pour coliques néphrétiques, purgatifetc.[19],[20]. On voit apparaitre chez Louis Lémery (1705) et Louis Liger (1721) des ratafias rouges (cerise, framboise, groseille), blancs (noyaux et amandes d'abricot, cannelleetc.), d'œillet, de pêche, d'écorces d'orange ou de citron, d'abricot, de muscat[21],[22],[23].

Guillaume III d'Orange-Nassau, roi d'Angleterre, était grand amateur de ratafia de cerise[24].

Cadet de Vaux (1808) a eu l'idée de remplacer le sucre par un sirop de pomme concentré qui conserve son gout au ratafia d'après les commentaires de l'époque[25].

« Les ratafias sont les ancêtres de nos fines liqueurs d'aujourd'hui » écrit Maurice des Ombiaux dans Le nobiliaire des eaux-de-vie et liqueurs de France (1927)[26].

ratafia maison.

Grande mode des ratafias[modifier | modifier le code]

Menon dans La science du maître d'hôtel confiseur (1750), reprend les recettes des ratafias connus en ajoutant le ratafia de rose blanche et les ratafia de rose rouge, et fait sortir le ratafia de sa connotation pharmaceutique[27]. Maille connait le succès (1760) avec son Cassis blanc, son Ratafia des dames, « liqueurs douces qui n’échauffent point la bouche et n’envoient aucunes fumées à la tête » et son ratafia des Sultanes[28],[29]. Le ratafia de cassis (« velouté, moelleux et d'une belle couleur »), aujourd'hui crème de cassis et très prisé, promus par le Parfumeur Royal (1761) avec les ratafias d'angélique, de coings, d'anis, de noix vertes, de cédrat (« vous serez charmé de sa bonté »), de fleurs d'oranges[30]... On lit dans le règlement des prêtres de la paroisse Saint-Sulpice (1782) l'interdit « d'user de ces liqueurs superflues que la sensualité du siècle a introduit, comme le ratafiat, le chocolat, le café, le thé et encore moins le tabac, ce qui est tout-à-fait indécent »[31]. Partout on s'engouffre dans la mode : Grenoble produit un ratafiat de Grenoble renommé (griotte, citron, cannelle, vanille), on trouve à Bourgoin un producteur de ratafia de Bologne, il y a le ratafia d'Orléans, le fameux ratafias de Neuilly, ratafia de Louvres[32],[33],[34],[35],[36],[37]... À la fin du XVIIIe les ratafias italiens concurrencent les français[38].

Crème de ratafia de cerise et garniture chocolat (Catalogne).

Marques de ratafia[modifier | modifier le code]

Fin XVIIIe le ratafia de Grenoble est produit par Camille Teisseire, fondateur de la marque Teisseire (« Nous restâmes à table jusqu'à onze heures, causant de mille choses agréables, et animant nos discours par la divine liqueur de Grenoble dont nous vidâmes une bouteille. Cette excellente liqueur est composée de jus de cerises, d'eau-de-vie, de sucre et de cannelle, et il est impossible que le nectar des dieux de l'Olympe l’ait surpassée en délicatesse ». Giacomo Casanova chez Mme d'Urfé)[39],[40]. À Angers, le liquoriste Rocher produit le guignolet d'Angers, qui donnera naissance également à la marque Giffard.

La crème de cassis de Dijon est liée au développement des marques Lejay-Lagoute, L’Héritier-Guyot, Briottet et Gabriel Boudier.

Ratafias de fruits[modifier | modifier le code]

Ratafia catalan Quevall.

Durant l'apogée du ratafia les méthodes de production se perfectionnent et portent surtout sur le choix des fruits.

On peut faire du ratafia avec toutes sortes de fruits : citron, coing[41], mirabelle, framboise[42] etc.. Le ratafia de mûres est cité dans la longue liste donnée par Viard[43]. Celui de mirabelle ou de Reine-Claude attesté en 1853[42]. Le ratafia de grenade apparait en anglais (à côté de celui de café) en 1862[44]. Le ratafia de la Ménagère se fait en mettant dans de l'eau de vie les restes de fruits écrasés de toute saison, noyaux concassés, les restes de compote, etc. puis filtré, rincé au vin, parfumé aux feuilles de pêcher et à la cannelle[45].

Ratafias de cerise[modifier | modifier le code]

Le marasquin (maraschino, marasquino[46]) est d'origine italienne (République de Venise) et du XVIIIe siècle à partir d'une grosse cerise dalmate, la marasque : marasquin de Zara et de Bologne[47],[48]. Souvent nommé ratafia il est au sens propre une liqueur car distillé[48].

Le ratafia de merise ou Guignolet d'Anger est à base de cerise et de merise (variété guigne)[49],[50]. Le ratafia de Dijon à base de cerise, framboise, merise plus vin de Bourgogne[51]. Au Portugal se développe début XIXe la ginja (de guigne) au centre du pays : Ginjinha Espinheira Ginja de Óbidos (macération longue : 1 an). En Provence, en Italie et en Espagne, les cerises les plus acides : Montepulciano d'Abruzzo et de jus de cerise Amarena (type de cerise de Montmorency) et vin, le Colazingari de Piglio aux griottes d'Alatri[52],[53]. Le ratafia piémontais et de la vallée d'Aoste a le label PAT : Prodotto Agrialimentare Tradizionale.

En Pologne le ratafia de cerise Kashubian est aromatisé au clou de girofle[54].

Noyau de merise sauvage.

Ratafia de noyau[modifier | modifier le code]

Les noyaux concassés entrent dans la macération des ratafias de cerise, d'abricot, de merise (avec parfois les feuilles)[55]. Le noyau d'abricot est excellent pour la macération[56]. Les formules de ratafia de noyau remontent à l'origine des ratafias[57]. Des guinguettes de bord de Seine restent des ratafias (et des liqueurs) de noyau d'Ile de France : le noyau de Vernon (noyaux de cerises, abricots, pêches ou prunes, eaux-de-vie ou cognac) et le noyau de Poissy Gobelet d’Argent et Sceau de Saint-Louis, qui daterait du XVIIe siècle… (noyaux d’abricots) et revendique être doyen des liqueurs de France[58],[59].

ratafia (aujourd'hui crème) de cassis.

Ratafia de cassis[modifier | modifier le code]

En 1755, Polycarpe Poncelet donne une formule de ratafiat de fruits cassis avec cannelle et girofle (« Selon certaines gens c'est bien le meilleur et le plus sain de tous les Ratafiats; il l'emporte sur les liqueurs les plus fameuses; en un mot c'est la Liqueur par excellence »)[60]. Prosper Le Hoc (1838) insiste sur la nécessité d'égrapper le cassis et mentionne à côté du ratafia de cassis : la crème de cassis[61]. En 1836, M. Lagoute fonde une maison de liquoriste à Dijon. En 1841, M. Joly produit sous la direction de M. Lagoute père, 400 l de cassis de Dijon, 400 hl en 1844, année où son associé M. Gérard crée une maison concurrente[62]. Suivra une vaste plantation de cassis, et le succès. On parle de crème de cassis de Dijon en 1889[63]. Édouard Robinet (1891) donne en 2 formules de ratafia de cassis avec feuilles dont le Cassis fin macéré dans un alcool à 60°[51].

Ratafia de noix (IGP Nocino di Modena et Orehovec)[modifier | modifier le code]

Ce ratafia se fait habituellement de noix vertes récoltées à la Saint-Jean, nocino dans le Tessin dont il est une spécialité (ratafià di noci) avec de la grappa, titre 30 à 40°[64]. Le terme eau de noix se rencontre[65]. Les IGP de nocino sont l'italienne Nocino de Modena et la slovène Orehovec[66]. Il existe en Pologne un ratafia de noisette (Orzech Laskowy)[67].

Autrefois le ratafia de santé était un ratafia de noix vertes qui passait pour stomachique[68],[69]. L'eau des 3 noix est une triple distillation[69].

Ratafia d'Andorno.

Ratafias de raisin[modifier | modifier le code]

Le ratafia trouve son origine vers le XIIIe siècle[réf. nécessaire] comme un mode de conservation des jus de raisins ou d'autres fruits et dont on bloque la fermentation par l’ajout d’alcool (mutage).

Ratafia de Champagne IGP[modifier | modifier le code]

En Champagne, l’IGP ratafia de champagne ou ratafia champenois (Règlement (CE) n°110/2008 du Parlement européen et du Conseil du 15 janvier 2008 dans la catégorie boissons spiritueuses - liqueur, An. II, point 32) est « une boisson spiritueuse obtenue par aromatisation d’un alcool d’origine viticole avec du moût de raisins de Champagne. Il est commercialisé à l’issue d’une période minimale de maturation en cuve ou en fûts de 10 mois ou à l’issue d’une période minimale de vieillissement sous bois de 3 ans »[70],[71].

Le titre alcoométrique volumique est compris entre 16 % et 22 % ; la teneur minimale en sucre exprimée en sucre inverti de 110 g/l ; le taux de dioxyde de soufre inférieur à 80 ml/l. La production des moûts destinés à l’élaboration du ratafia champenois proviennent de raisins susceptibles d’entrer dans l’élaboration de vins revendiqués dans l’AOC Champagne. Ces moûts sont obtenus dans la limite de 2 666 l de moûts débourbés pour 4 t de raisins[70].

Il existe des ratafias rouges (pinot noir) et des blancs (chardonnay, de pinot noir et de pinot Meunier)[72].

Étiquette de ratafia de cassis (XIXe siècle).

Ratafia de Bourgogne[modifier | modifier le code]

En Bourgogne, le ratafia (ou riquiqui, terme proche de ratafia au XVIIIe siècle[35]) est confectionné avec du marc ou de la Fine de Bourgogne et du moût de même origine[73]. Pour bloquer la fermentation du jus de raisin, on mélange deux tiers de jus de raisin et un tiers d'eau de vie. Le produit conserve ainsi tout son sucre naturel et devient un ratafia titrant 16 ou 17 % vol[2].

Géographie des ratafias[modifier | modifier le code]

Le vin de liqueur, ou mistelle (en italien misto, mélange) sont des ratafias (au même titre que le bourguignon ou le champenois) avec des degrés alcooliques entre 16 et 22 %[74]. On peut citer : la carthagène du Languedoc, le Chenevotteau (ratafia pour vieillards en patois champenois)[75], le floc-de-Gascogne, la lirette (ratafia lorrain)[76], le Macvin-du-jura, le pineau-des-Charentes, le pommeau de Normandie (jus de pomme et du calvados), le ratafia de baies de myrte rouge Corse (maison Damiani), le ratafia de cidre du pays d'Othe, le ratafia de Gewurztraminer alsacien (en Alsace également Ratafia de griottes Nusbaumer), le ratafia de Malbec de Cahors, le rikiki du Beaujolais[77],[78],[79]. Dans le Hainaut belge, le vignoble de Haulchin produit un ratafia de raisin (ratafia de Ruffus)[80].

Mistelles du Québec[modifier | modifier le code]

Pacharán IGP macération de cerise et d'anis.

Parmi les productions notables : la mistelle de poire et la mistelle de poires gelées (macération dans une eau de vie de pommes), la mistelle de prune, poire et prune, la mistelle de fraise, de petits fruits (moût de raisins, whisky et petits fruits)[81],[82],[83],[84],[85].

Pacharán Navarro IGP[modifier | modifier le code]

Parmi les ratafias espagnols le patxaran (ou pacharán). Le Pacharán de Navarre bénéficie de l'IGP (25 à 30° d'alcool). Il s'agit d'un ratafia de cerise et d'anis (macération de cerise dans un alcool anisé). D'après le dossier de l'IGP on peut lire « Les premières références au pacharán sont le menu du mariage de D. Godofredo de Navarra (1394-1428), fils du roi Carlos III. La reine Blanca de Navarra a bu du pacharán comme médicament en 1441 lors de son séjour au monastère de Santa María de Nieva »[86].

Ratafias polonais[modifier | modifier le code]

La Pologne produit des ratafias nombreux et originaux : ratafia de pamplemousse, ratafia Grejpfrutowa (Citrus paradisi et vodka), des ratafias vodka-fruits rouges[87],[88].

Spécialités à base de ratafia[modifier | modifier le code]

Menu champenois (1947) à l'Hôtel de France de Sézanne : en entrée Œufs à la gelée de ratafia.

Pâtisseries au ratafia[modifier | modifier le code]

  • Biscotti alla Ratafià, Rusticotti alla Ratafià sont des petits gâteaux italiens parfumés au ratafia de cerise.
  • Ratafia biscuits est en anglais une sorte de macaron au ratafia ou de Christmas trifle au ratafia avec de l'arome de cerise ou de noyau[89],[90]. Ces biscuits pilés mélangés à un appareil à flan donnent une crème au ratafia (ratafia cream ice)[91].

Alexandre Dumas donne une crème chocolat et ratafia de cassis (le cassis et le chocolat sont bons amis)[92].

Glaces et sorbets au ratafia[modifier | modifier le code]

La glace au ratafia se fait :

  • soit avec un appareil à parfait glacé (glace à la crème) à laquelle on ajoute un marasquin, un ratafia de noyau, etc. La crème glacée peut aussi contenir du jaune d'œuf, il existe une crème glacée au ratafia de raisin[93].
  • soit en mélangeant le ratafia au sorbet (exemple : ratafia de fruits rouges mélangé à un sorbet groseille ou framboise)[94].

Gelées au ratafia[modifier | modifier le code]

Feria de la Ratafia de Besalú.

Manifestations autour du ratafia[modifier | modifier le code]

La Catalogne est restée une terre de ratafias artisanaux et les célèbre chaque année :

  • Santa Coloma de Farners s'auto reconnait capitale mondiale de la ratafía, avec une feria (catalan la Fira) le deuxième week-end de novembre, et dans son ratafiàrium - espace de vente et de dégustation - un choix de ratafias et de produits à base de ratafía (pains, galettes, bières, beignets)[99]. La Confraria de la Ratafia (Fraternité Ratafia) promeut la Foire ainsi que les projets autour des ratafias locaux, dont ceux formulés par Francesc Rosquellas (1802-1867) qui sont infusés spécialement pour la Foire dont le fameux 1842 Vuit Porrons de 25 plantes et zestes d'agrumes[100],[101] ;
  • Le premier week-end de juin l’Ajuntament de Centelles organise la Feria de la Ratafia de Centelles, avec le concours de ratafia classique de Centelles. Cette manifestation est orientée vers les ratafias d'herbes et les plats cuisinés à base de ratafia[102] ;
  • Le premier week-end de décembre se tient à Besalú la foire au ratafia (Feria de la Ratafia) avec dégustation de ratafias catalans et élection du meilleur ratafia[103].

De même le Piémont :

  • Turin organise en juin une semaine autour du ratafia de cerise (ou rataffia di celiege de Pecetto, ce ratafia est macéré dans l'alcool). Selon la légende locale en l'an 1000 un ratafia de cerise sauve la population d'Andorno Micca de la peste, la fille de l'inventeur de ce ratafia, épouse le fils de son ennemi et, bien entendu, tout le monde de clamer « et sic res rata fiat ». Une production aurait été faite au monastère Santa Maria della Sala à Andorno Micca. En 1700, Pietro Rappis, apothicaire, lance une production artisanale[104].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) « Ratafia dels Raiers - Licors Portet - licor del Pirineu (destil·lació artesanal) », sur Licors Portet (consulté le ).
  2. a et b « Appellation Ratafia de Bourgogne | », (consulté le ).
  3. Emile Littré et Ch Robin, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, de l'art vétérinaire et des sciences qui s'y rapportent, J.-B. Baillière et fils, (lire en ligne).
  4. Louis-Gabriel (172 ?-18 ?) Pollet, Élémens d'orthographe, ou Méthode pour apprendre cette science parfaitement, en très-peu de tems ... par M. Pollet,..., (lire en ligne).
  5. (es) Roque Bárcia, Primer diccionario general etimológico de la lengua española, Seix-Editor, (lire en ligne).
  6. « L’elisir d'Abruzzo: La Ratafia (Pax rata fiat!) a cura di Anna Sonia Del Ciotto (da 'Terra e Cuore' 2007) », sur www.terraecuore.net (consulté le ).
  7. (ca) Jaume Fàbrega, El gust d'un poble: els plats més famosos de la cuina catalana : de Verdaguer a Gaudí : el naixement d'una cuina, Cossetània Edicions, (ISBN 978-84-95684-91-2, lire en ligne).
  8. Dictionnaire étymologique de la Langue françoise (1650 & 1670).
  9. Henri Lammens, Variétés philologiques. Le rôle des langues orientales dans l'étymologie contemporaine: additions et rectifications, A. Vromant & Cie, (lire en ligne).
  10. Auguste Scheler, Dictionnaire d'étymologie française d'après les reslutats de la science moderne, Schnée, (lire en ligne).
  11. « RATAFIA : Définition de RATAFIA », sur cnrtl.fr (consulté le ).
  12. (en) Walter W. Skeat et Walter William Skeat, The Concise Dictionary of English Etymology, Wordsworth Editions, (ISBN 978-1-85326-311-8, lire en ligne).
  13. Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, (lire en ligne).
  14. Audiger, La maison reglée et l'art de diriger la maison d'un grand seigneur & autres, tant à la ville qu'à la campagne, & le devoir de tous les officiers, & autres domestiques en general, Marret, (lire en ligne).
  15. Antoine Furetière, Dictionnaire universel françois & latin: contenant la signification et la definition tant des mots de l'une & de l'autre langue, avec leurs differens usages ..., la description de toutes les choses naturelles & artificielles ..., l'explication de tout ce que renferment les sciences & les arts ... : avec des remarques d'erudition et de critique ... : Tome second [C-F], chez Pierre-François Giffart, (lire en ligne).
  16. Pascal Brioist et Florent Quellier (dir.), La table de la Renaissance - Le mythe italien, Rennes, Presses Universitaires François Rabelais, , 258 p. (ISBN 978-2-7535-7406-9), p. 69-70.
  17. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le ).
  18. Antoine (1619-1688) Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes & les termes des sciences et des arts,.... Tome 2 / . Recueilli & compilé par feu messire Antoine Furetière,... Seconde édition revüe, corrigée & augmentée par Monsieur Basnage de Bauval, (lire en ligne).
  19. Joseph Pitton de (1656-1708) Tournefort, Histoire des plantes qui naissent aux environs de Paris, avec leur usage dans la médecine , par M. Pitton Tournefort,..., (lire en ligne).
  20. Nicolas (1654-1728) Alexandre, Dictionnaire botanique et pharmaceutique, contenant les principales proprietez des minéraux, des végétaux, et des animaux d'usage, avec les préparations de pharmacie..., (lire en ligne).
  21. Louis (1677-1743) Lémery, Traité des aliments, où l'on trouve par ordre, et separement. La différence et le choix qu'on doit faire de chacun d'eux en particulier ... par M. Louis Lémery,... Seconde edition, revue, corrigée..., (lire en ligne).
  22. Pierre (limonadier) Masson, Le Parfait limonadier ou La maniere de preparer le thé, le caffé, le chocolat, & autre liqueurs chaudes & froides . Par P. Masson,..., (lire en ligne).
  23. Louis (1658-1717) Liger, La nouvelle maison rustique, ou Économie générale de tous les biens de campagne. Tome 2 / . La manière de les entretenir & de les multiplier ; donnée ci-devant au public par le sieur Liger. Troisième édition, revue, corrigée, augmentée... Par M.***, (lire en ligne).
  24. Jean de (1696-1771) Beaurain et Louis-Bruno (1734-1794) Boisgelin de Cucé, Histoire militaire du duc de Luxembourg. Tome 5 / , contenant le détail des marches, campemens, batailles, sièges & mouvemens des armées du Roi et de celles des alliés en Flandre ; ouvrage dédié & présenté à S. M. Louïs XV. Par le chevalier de Beaurain, géographe ordinaire du Roi. Nouvelle edition plus correcte, & accompagnée des cartes générales du pays. Tome premier. Campagne de 1690 [ -cinquième. Campagne de 1694], 1756-1758 (lire en ligne).
  25. « L'Épicurien français, ou les Dîners du Caveau moderne », sur Gallica, (consulté le ).
  26. Maurice (1868-1943) Des Ombiaux, Le nobiliaire des eaux-de-vie et liqueurs de France / Maurice Des Ombiaux, (lire en ligne).
  27. La science du maître d'hôtel confiseur , à l'usage des officiers, avec des observations sur la connaissance & les propriétés des fruits... suite du Maître d'hôtel cuisinier, (lire en ligne).
  28. « L'Avantcoureur : feuille hebdomadaire, où sont annoncés les objets particuliers des sciences & des arts, le cours & les nouveautés des spectacles, & les livres nouveaux en tout genre », sur Gallica, (consulté le ).
  29. « Mercure de France 1 avril 1762 », sur RetroNews (consulté le ).
  30. Le Parfumeur royal, ou Traité des parfums, des plus beaux secrets qui entrent dans leur composition, et de la distillation des eaux de senteur & autres liqueurs précieuses. Nouvelle edition, revue, corrigée, et considérablement augmentée, (lire en ligne).
  31. Réglemens de la communauté de MM. les prêtres, desservans la paroisse de Saint-Sulpice de Paris, (lire en ligne).
  32. Mathurin Roze de Chantoiseau, Tablettes royales de renommée ou de correspondance et d'indication générales des principales fabriques, manufactures et maisons de commerce, d'épicerie-droguerie, vins, liqueurs, eaux-de-vie et comestibles de Paris et autres villes du royaume et des pays étrangers..., (lire en ligne).
  33. (it) « Ratafià di Grenoble - Ricetta su AdessoCucina.com », sur www.adessocucina.com (consulté le ).
  34. « Affiches de Paris », sur Gallica, (consulté le ).
  35. a et b Engelbert Bosselman, La nouvelle Satyre Menippee, ou Recueil choisi de traits patriotiques ; de motions singulières ; d'èvénemens mémorables ; de satyres ingénieuses ; de portraits de personnages célèbres ; de chansons nationales ; de discours éloquens ; de saillies piquantes ; de poésies fugitives ; de bons mots nouveaux, etc. sur la revolution de France, avec des observations historiques et critiques , par Engelbert Bosselman., (lire en ligne).
  36. Voyages en France, ornés de gravures, avec des notes par La Mésangère. Vol. 4, 1796-1798 (lire en ligne).
  37. Eugène (1804-1857) Sue, Les sept péchés capitaux / Eugène Sue, 18.. (lire en ligne).
  38. Dominique Froment, Du Commerce des Européens avec les Indes par la mer Rouge et par l'Égypte,... par Dominique Froment, (lire en ligne).
  39. Giacomo Casanova, Mémoires de Jacques Casanova de Seingalt, J. Rozez, (lire en ligne).
  40. « Liqueurs et sirops de l'Isère », sur iseremag.fr, (consulté le ).
  41. François-Xavier Pagès de Vixouse, Mes souvenirs, (lire en ligne), p. 106
  42. a et b Dictionnaire général de la cuisine française ancienne et moderne ainsi que de l'office et de la pharmacie domestique: ouvrage où l'on trouvera toutes les prescriptions nécessaires à la confection des aliments nutritifs ou d'agrément, à l'usage des plus grandes et des plus petites fortunes ..., Plon Frères, (lire en ligne).
  43. A. Viard, Fouret et Délan, Le cuisinier impérial de la ville et de la campagne: (ex-cuisinier royal), G. Barba, (lire en ligne).
  44. (en) Jerry Thomas, How to Mix Drinks: Or, The Bon-vivant's Companion, Containing ... Directions for Mixing All the Beverages Used in the United States, Together with the Most Popular British, French, German, Italian, Russian, and Spanish Recipes, Dick & Fitzgerald, (lire en ligne).
  45. « Le Moniteur industriel 15 juin 1854 », sur RetroNews (consulté le ).
  46. Noël (1633-1712) Chomel, Dictionnaire oeconomique : contenant l'art de faire valoir les terres et de mettre à profit les endroits les plus stériles.... PI-Z / par M. Noël Chomel,... ; nouv. éd. par M. de La Mare, (lire en ligne).
  47. « Le Négociant », sur Gallica, (consulté le ).
  48. a et b Jacques (1724-1811) Lacombe, Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques. Tome 2 / , [par Jacques Lacombe], 1782-1791 (lire en ligne).
  49. Pierre Duplais, Traité des liqueurs et de la distillation des alcools: contenant les procédés les plus nouveaux pour la fabrication des liqueurs françaises et étrangères; fruits à l'eau-de-vie et au sucre; sirops, conserves, eaux et esprits parfumés, vermouts, vins de liqueur, eaux et boissons gazeuses, ainsi que la description complète des opérations necessaires pour la distillation de tous les alcools, Chez l'auteur, (lire en ligne).
  50. Société d'études scientifiques d'Angers, Bulletin de la Société d'études scientifiques d'Angers, (lire en ligne).
  51. a et b Édouard Robinet, Guide pratique du distillateur, fabrication des liqueurs, B. Tignol, (lire en ligne).
  52. (it) « Ratafia Evangelista cl.50 », sur Evangelista Liquori srl (consulté le ).
  53. « Ratafia Ciociara », sur www.colazingariliquori.it (consulté le ).
  54. (pl) « RATAFIA KASZUBSKA - NALEWKA 0,5L », sur Propaganda (consulté le ).
  55. Louis-François (1773-1855) Du Bois, Cours complet et simplifié d'agriculture et d'économie rurale et domestique. Tome 5 / ; par M. Louis Du Bois,..., 1824-1825 (lire en ligne).
  56. Petite Galerie d'histoire naturelle (lire en ligne).
  57. Nicolas (1645-1715) Lemery, Pharmacopée universelle, contenant toutes les compositions de pharmacie qui sont en usage dans la medecine ... Par Nicolas Lemery,... Seconde édition revûe..., (lire en ligne).
  58. Keldelice com-Que de bonnes choses à partager- Copyright2008-2010 Tous droits réservés, « Le noyau de Vernon », sur Keldelice.com, gastronomie et terroir (consulté le ).
  59. « La Distillerie du Noyau de Poissy - Ville de POISSY », sur www.ville-poissy.fr (consulté le ).
  60. Polycarpe (172-178) Poncelet, Chimie du goût et de l'odorat, ou Principes pour composer facilement, & à peu de frais, les liqueurs à boire, & les eaux de senteurs..., (lire en ligne).
  61. Prosper Le Hoc, Nouveau traité de l'épicerie et des branches accessoires / par Pierre-Lucien-Prosper Lehoc, (lire en ligne).
  62. Charles Noellat, Compte rendu de l'Exposition universelle de Dijon, par Charles Noellat,... précédé de documents officiels et d'une introduction par J. Soubie,..., (lire en ligne).
  63. Catalogue général officiel de l'exposition universelle de 1889. Tome 7 / Exposition universelle internationale de 1889, à Paris, (lire en ligne).
  64. Schweiz Tourismus, « Il nocino ratafià », sur Suisse Tourisme (consulté le ).
  65. « La vie ouvrière - 29 septembre 1953 », sur RetroNews (consulté le ).
  66. (it) « Nocino di Modena IG :: Qualigeo », sur Qualigeo :: Banca dati europea dei prodotti DOP IGP STG (consulté le ).
  67. « Soplica Noisette (Orzech Laskowy) 30% | Liqueur - 50 cl Spirits Station », sur Spirits Station (consulté le ).
  68. J.-J. Machet, Le Confiseur moderne, ou l'Art du confiseur et du distillateur, contenant... les opérations du confiseur... et... les procédés... de quelques arts qui s'y rapportent, particulièrement ceux du parfumeur et du limonadier... Ouvrage... auquel on a joint : 1° un appendice ou recueil de recettes de médicamens... 2° un petit historique de quelques substances simples les plus usuelles ; 3° un vocabulaire des termes techniques., (lire en ligne).
  69. a et b Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine & les Trois-Evêchés ... par Me P. J. Buc'hoz, médecin de feu sa majesté le roi de Pologne .., (lire en ligne).
  70. a et b « Arrêté du 22 janvier 2015 modifié relatif à l'indication géographique Ratafia champenois », sur www.inao.gouv.fr (consulté le ).
  71. « Le ratafia de Champagne accède à l’IGP », sur Terre de Vins, (consulté le ).
  72. « Ratafia de champagne - Champagne Terroir », sur www.champagne-terroir.fr (consulté le ).
  73. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, CÔTE D'OR 2019/2020 Petit Futé, Petit Futé, (ISBN 978-2-305-01296-4, lire en ligne).
  74. « Le mystère des mistelles : un apéritif qui mérite d’être mieux connu », sur Concours Général Agricole, (consulté le ).
  75. Prosper Tarbé, Recherches sur l'histoire du langage et des patois de Champagne., Reims, , 249 p. (lire en ligne), p. 40.
  76. Dictionaire Du Patois Meusien, Slatkine (lire en ligne).
  77. « rikiki — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le ).
  78. « Ratafia de Gewurztraminer », sur www.weck.alsace (consulté le ).
  79. « Spécialité d'Alsace :Ratafia de griottes Nusbaumer », sur www.maison-fischer.fr (consulté le ).
  80. « Ratafia de Ruffus 50 cl (Domaine des Agaises) », sur Panier d'Eloïse (consulté le ).
  81. « Domaines Des Salamdres | DU FROID NAÎT LE GOÛT DE L’EXCEPTION… » (consulté le ).
  82. « Mistelle de prunes, | Cidrerie et Vergers Pedneault », sur www.maturin.ca (consulté le ).
  83. « Cidrerie Verger Ferland - Compton - Cidres et Mistelles de pommes, poires et prunes », sur www.vergerferland.com (consulté le ).
  84. Famille Rivest, « Côte de veau du Québec au Mistelle de fraises », sur fermeguyrivest, (consulté le ).
  85. « Mistral - Mistelle de petits fruits », sur L'Epicerie Quebecoise (consulté le ).
  86. (es) Pliego de Condiciones IG “Pacharán Navarro”, Comunidad Foral de Navarra, , 15 p. (lire en ligne), p. 7.
  87. (pl) Izabela, « Ratafia Grejpfrutowa », sur Oceń alkohol. Ceny, recenzje, przepisy i opinie, (consulté le ).
  88. « WÓDKI : Ratafia Klasyczna 0.5l », sur www.amarone.pl (consulté le ).
  89. « Ratafia biscuits », sur www.waitrose.com (consulté le ).
  90. (en) « Ratafia biscuits recipes », sur BBC Food (consulté le ).
  91. (en) Agnes Berta Marshall, The Book of Ices. Cream and Water Ices, Sorbets, Mousses, Iced Souffles and Various Iced Dishes: A Reprint of the Famous Old Book about Ice Cream, epubli, (ISBN 978-3-8442-7892-7, lire en ligne).
  92. Alexandre Dumas, Petit Dictionnaire de Cuisine: Voyage à travers les trésors de la gastronomie française, Books on Demand, (ISBN 978-2-322-13067-2, lire en ligne).
  93. « Drive fermier Auxerre :: Glaces et sorbets :: Crème glacée au ratafia - Drive fermier Auxerre », sur auxerre.mondrivefermier.fr (consulté le ).
  94. A. M. Chautard, Nouveau manuel complet du limonadier, glacier, cafetier et de l'amateur de thes et de cafes contenant la description des meilleurs appareils pour fabriquer la glace et les boissons frappees ou rafraichissantes a l'usage des debitants et des menages par messieurs Chautard et Julia de Fontenelle, Librairie encyclopedique de Roret, (lire en ligne).
  95. Andreas Stocker, « 12. La gelée royale », dans Sur les chemins de la découverte, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2-13-054758-7, lire en ligne), p. 181.
  96. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le ).
  97. Cuisine et vins de France, La Societé Franca̧ise d'Editions Vinicoles, (lire en ligne).
  98. Le cuisinier et le médecin et le médecin et le cuisinier ou Le cuisinier médecin et le médecin cuisinier... / par une Société de médecins, de chimistes, de cuisiniers et d'officiers de bouche, sous la direction de M. L.-M. Lombard,..., (lire en ligne).
  99. « Feria de la Ratafia », sur www.catalunya.com (consulté le ).
  100. « Confraria de la Ratafia | Producteurs à visiter | Gastronomie | Quoi faire | Costa Brava Pyrénées Gérone », sur fr.costabrava.org (consulté le ).
  101. (ca) « Ratafia 1842 Vuit Porrons 50cl-Comprar Ratafia », sur Botiga Ratafia (consulté le ).
  102. (es) « Diputació de Barcelona », sur www.barcelonaesmoltmes.cat (consulté le ).
  103. (es) « Feria de la Ratafia - Cal Fuster », sur www.calfuster.com (consulté le ).
  104. (en) turinepi, « Ratafia' - cherry wine liqueur » (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Jeannin-Naltet, Alcools et liqueurs de Bourgogne, " Tastevin en Main " n° 77 ; (Revue de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin).
  • René Jeannin-Naltet, Marc, Fine, Ratafia de Bourgogne, " Tastevin en Main " n° 163 ; (Revue de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin).
  • (ca) Jaume Fàbrega, El llibre de la ratafia, Valls, Cossetània Edicions, coll. « El Cullerot » (no 11), , 2e éd. (1re éd. 2001), 160 p. (ISBN 978-84-9791-313-3, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]