Pineau des Charentes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pineau-des-charentes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pineau des Charentes
Image illustrative de l’article Pineau des Charentes
Pineau des Charentes rouge et blanc.

Désignation(s) Pineau des Charentes
Appellation(s) principale(s) Pineau des Charentes
Type d'appellation(s) A.O.C.
Reconnue depuis
Pays Drapeau de la France France
Région parente Nouvelle-Aquitaine
Sous-région(s) Charentes
Localisation Charente et Charente-Maritime
Superficie totale 1 500 hectares
Cépages dominants cépages rouges
cabernet-sauvignon, cabernet franc, malbec, merlot noir
cépages blancs
ugni blanc, folle blanche, colombard, meslier Saint-François, jurançon blanc, montils, sémillon, sauvignon, merlot blanc, merlot noir, cabernet-sauvignon, cabernet franc
Vins produits mélange de moût de raisin et de cognac
Production 60 000 hl

Le pineau des Charentes est un « vin de liqueur produit dans une région déterminée » (VLQPRD) au niveau européen et un « vin de liqueur d'appellation d'origine contrôlée » (VLAOC) en France. Il est obtenu par mélange de moût de raisin et de cognac.

Ce vin de liqueur est produit dans une région qui s'étend sur une grande partie des deux Charentes, c'est-à-dire tout le département de la Charente sauf le nord et le nord-est, et toute la Charente-Maritime : sur les domaines viticoles des Borderies, de la Grande Champagne, de la Petite Champagne, des Fins Bois, des Bois Ordinaires, et enfin des Bons Bois[1].

Le pineau des Charentes est une AOC (appellation d'origine contrôlée)[2]. Sa zone de production s'étend sur 1 500 hectares sur la même aire géographique que le cognac. Le rendement maximal du pineau des Charentes par hectare de vigne nécessaire à son élaboration est de 45 hectolitres. Les deux éléments constituant le pineau des Charentes (cognac et moût) doivent provenir de la même exploitation, dans le respect des usages locaux.

75 % de la production du pineau des Charentes est consommée en France ; la Belgique en est le premier importateur, suivie du Canada[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, le pineau des Charentes est le fruit du hasard et a été découvert par un vigneron charentais en 1589. L'homme versa par erreur une quantité de moût de raisin dans une barrique qui contenait une certaine quantité d'eau de vie de cognac. Lorsque la barrique fut ouverte quelques années plus tard, le pineau des Charentes était né. Ce n'est qu'en 1921 que le pineau des Charentes fut commercialisé par un viticulteur de Burie (Charente-Maritime), Émile Daud.[réf. nécessaire]

Le pineau étant une mistelle, il correspond à une des définitions de prémix (le mélange d'un distillat avec du jus de fruit), la réglementation américaine ne faisant pas d'exception pour les mistelles comme c'est le cas en France notamment ; afin d'échapper aux fortes taxes, le moût fut légèrement fermenté pour le marché américain : le mélange de deux alcools n'étant pas considéré comme un prémix. Cette pratique semble ne plus être d'actualité.[réf. nécessaire]

Les différents pineaux[modifier | modifier le code]

Zone de production du cognac et du pineau.

Il existe désormais trois types de pineaux : blanc, rosé et rouge. L'appellation « pineau rouge » n'existait pas, officiellement, dans la gamme des pineaux des Charentes. Elle était simplement acceptée comme synonyme populaire de pineau rosé. Elle peut paraître naturelle quand on considère la couleur souvent « rubis » du pineau rosé. Pourtant, même si elle était utilisée par les consommateurs et certains producteurs, le terme était utilisé abusivement aux yeux de la loi. C'est depuis l'année 2009 que l'appellation pineau rouge est autorisée et que le pineau rosé a été défini avec ses propres caractéristiques [3].

En outre, le pineau rouge est un autre nom vernaculaire du cépage pineau d'Aunis qui n'est pas utilisé pour l'élaboration du pineau des Charentes. Il est donc important de ne pas les confondre. D'autres méprises sont également fréquentes avec le cépage pinot, lors d'une conversation.

Le pineau blanc[modifier | modifier le code]

Le pineau blanc est élevé environ 18 mois dont 12 mois minimum en fût de chêne. Le produit fini doit avoir un degré d'alcool situé entre 16 et 22°. Il existe trois autres appellations qui se basent sur la durée de vieillissement. Le pineau blanc vieux pour un vieillissement de 7 ans minimum et le pineau blanc très vieux ou extra-vieux pour un vieillissement de plus de 12 ans. Les cépages utilisés sont : ugni blanc, folle blanche, colombard, meslier Saint-François (appelé localement blanc ramé), jurançon blanc, montils, sémillon, sauvignon, merlot blanc, merlot noir, cabernet-sauvignon, cabernet franc.

Le pineau rouge[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques du pineau rouge sont sensiblement les mêmes que celles du pineau blanc, si ce n'est que la durée minimum de vieillissement est de 12 mois[3], dont 8 mois en fût de chêne. Le pineau rouge est élaboré à partir de moût de raisins rouges. Les raisins rouges macèrent quelque temps pour que la peau du fruit produise une coloration rouge soutenue au vin. On utilise comme cépages : cabernet-sauvignon, cabernet franc, malbec, merlot noir. On retrouve les mêmes appellations vieux, très vieux.

Le pineau rosé[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques du pineau rosé sont sensiblement les mêmes que celles du pineau rouge, si ce n'est que la durée minimum de vieillissement est de 8 mois[3], dont 6 mois en fût de chêne. Le pineau rosé est élaboré à partir de moût de raisins rouges. Les raisins rouges macèrent quelque temps pour que la peau du fruit produise une coloration rosé pâle à soutenue au vin. On utilise comme cépages : cabernet-sauvignon, cabernet franc, malbec, merlot noir. On retrouve les mêmes appellations vieux, très vieux.


Utilisation du pineau[modifier | modifier le code]

Le pineau se déguste à l'apéritif, il doit être servi très frais et sans glace. La température optimale de dégustation est de °C.

On peut aussi le servir, en entrée, dans un demi-melon ; avec du foie gras ; par ailleurs, il est aussi utilisé comme ingrédient dans l'élaboration de nombreuses recettes de cuisine. Il accompagne également tous les fromages persillés (bleu d'Auvergne, roquefort...).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]