Indes orientales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte de 1697 montrant les Indes orientales.
L'Inde actuelle dans le monde.
L'Inde et l'Asie du Sud-Est aujourd'hui.

Le terme d'Indes, ou Indes orientales, est utilisé à l'époque coloniale par les Européens pour désigner les territoires d'Asie du Sud et du Sud-Est, c'est-à-dire le Béloutchistan iranien, le Pakistan, l'Union indienne, le Népal, le Bhoutan, le Bangladesh, la Birmanie, le Sri Lanka, les Maldives, la Thaïlande, la Malaisie, le Viêt Nam, le Cambodge, le Laos, les Philippines, le Brunéi, Singapour, le Timor oriental et l'Indonésie (appelée Indes orientales néerlandaises avant l'indépendance), à l'exception de la Nouvelle-Guinée occidentale, qui fait partie de la Mélanésie.

On divisait traditionnellement les Indes orientales en deux parties, avec comme limite les bouches du Gange : l'Inde cisgangétique, aujourd'hui appelée Asie du Sud ou sous-continent indien, et l'Inde transgangétique, aujourd'hui appelée Asie du Sud-Est.

Les Européens commencèrent à se rendre dans ces territoires au XVIe siècle.

Sémantique[modifier | modifier le code]

En Europe, le terme pluriel (« Indes ») servait aussi à désigner l'Inde actuelle.

Christophe Colomb crut initialement que le Nouveau Monde était la partie extrême-orientale des Indes. Il avait largement sous-estimé la distance qui sépare l'Europe de l'Asie par l'Ouest. Plus tard, afin d'éviter la confusion, le Nouveau Monde fut appelé Indes occidentales et les Indes authentiques « Indes orientales ».

Développement du commerce avec cette région[modifier | modifier le code]

Le commerce des Européens avec cette région se développa progressivement à partir du début du XVIIe siècle. Des compagnies commerciales spécialisées furent créées afin d'en importer de nombreux biens, entre autres du coton, de l'indigo et des épices. On peut notamment citer les diverses Compagnies des Indes orientales :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Favier, Les Européens et les Indes orientales : au XVIIIe siècle, Ophrys, collection Synthèse et Histoire, 2000, 160 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]